Terrorisme : Quand Interpol suggérait d’armer les citoyens (2013)

Le secrétaire général d’Interpol Ronald Noble a déclaré que les États-Unis et le reste du monde démocratique étaient à la croisée des chemins en matière de sécurité à la suite de l’attaque mortelle d’Al Shabab le mois dernier contre un centre commercial de Nairobi, Kenya – suggérant que l’armement des citoyens pourrait constituer une réponse.

By (traduction libre par Fortune).

Au cours d’un entretien exclusif avec ABC News, Noble a affirmé qu’il n’y avait réellement que deux options pour protéger les sociétés ouvertes des attaques frappant les cibles vulnérables comme le Westagte mall :

Créer des périmètres sécurisés autour de ces cibles, ou autoriser les citoyens à porter leur propres armes afin de se protéger.

Selon Noble, “nos sociétés doivent réfléchir à la manière dont elles doivent aborder le problème. L’une consiste à dire que nous voulons une population armée, et vous pouvez en comprendre la raison. Une autre est de dire que la protection des cibles vulnérables est telle que pour y pénétrer, vous devez franchir un dispositif de sécurité extraordinaire“.

Lire la suite

Etats-Unis, les femmes de plus en plus armées

LAS VEGAS —  Peut être l’avez-vous noté, ou pas, mais le fait est que de plus en plus de femmes possèdent une arme ou encore pratiquent la chasse. Un engouement jusque là sans équivalent dans l’histoire du pays.

By Ed Zieralski (traduction libre par Fortune).

Vous voulez des preuves ? En voilà.

Whitney Tawney est co-fondatrice de “camo is the New Black“, un blog indépendant qui s’attache à fédérer la communauté des femmes pratiquant le tir sportif en leur fournissant un espace où elles partagent leurs expériences.

Lire la suite

Otages : l’Italie aurait payé 12 millions d’euros à Al-Qaeda

L’Italie a t-elle payé la somme de 12 millions d’euros pour libérer ses otages? Une polémique a éclaté au parlement à propos de déclarations faisant état du paiement d’une rançon pour les 2 aides humanitaires retenues en Syrie.

By Simon Tomlinson 



De violents débats ont éclaté aujourd’hui en Italie après des déclarations affirmant que

le gouvernement avait versé une rançon de 12 millions d’euros pour libérer deux aides humanitaires détenues en Syrie.

Lire la suite

Quel espoir pour la reprise mondiale?

Le début de 2015 ressemble au début de 2014 au moins sur un point. La sortie de crise est encore au stade de l’espoir.

En janvier 2014, rappelons-le, le FMI augurait l’année par le titre « Marée montante », avec un point d’interrogation, pour ses perspectives mondiales. Il enchaînait en avril par « une reprise mondiale qui reste inégale » puis en octobre par « nuages et incertitudes de l’après-crise ». La marée a reflué. Mais ce decrescendo n’a pas pour autant tué l’espoir de l’après-crise.

Lire la suite

L’Afghanistan ou l’odyssée de l’impasse

Le 31 décembre, la force internationale d’assistance et de sécurité (FIAS ou ISAF) aura terminé officiellement sa mission en Afghanistan après treize ans de présence et 3 485 soldats tués, dont 89 Français. La mission est terminée mais la guerre n’est pas finie et encore moins gagnée, si tant est qu’elle puisse l’être au regard des choix stratégiques américains initiaux. Retour sur une longue fuite en avant.

Par

Schizophrénie militaire
Le premier choix, fondamental, a été de frapper les Taliban au même titre qu’Al-Qaïda. Cela n’était pas obligatoire malgré les liens entre les deux organisations. Il aurait été possible d’accepter les intérêts stratégiques pakistanais en laissant de côté leurs alliés afghans pour concentrer uniquement l’emploi de la force sur Al-Qaïda. Il fut décidé de frapper aussi le régime du mollah Omar et de faire ainsi un exemple. C’était cependant se condamner à une victoire totale sur le terrain afghan, sous peine de voir les deux ennemis reconstituer leurs forces dans les zones tribales du Waziristan, avec l’aide même des services pakistanais.

Les pétrodollars de la banquise

C’est en été que les prospecteurs débarquent sur les côtes du Groenland. or, diamants, mais surtout du pétrole : sous les effets du réchauffement climatique, la fonte de la banquise libère de fabuleux trésors. Selon les dernières estimations, l’Arctique contiendrait 20% des hydrocarbures qui restent à découvrir dans le monde. Un pactole qui permettrait de retarder pour quelques années encore la crise énergétique annoncée. La course aux pétrodollars de l’Arctique a commencé. Pour certains, il s’agit d’une nouvelle guerre froide. Etats-Unis, Canada, Danemark, Norvège, Russie : les cinq pays du cercle polaire revendiquent leurs droits sur les richesses du Grand Nord et rivalisent de manoeuvres diplomatiques et militaires pour prendre possession de ce trésor englouti. Au Groenland, territoire autonome rattaché au Danemark, 57 000 habitants se prennent à rêver d’Indépendance économique et politique. Mais leur position géostratégique les propulse aux avant-postes de cette sourde bataille…

Partie 1


Lire la suite

Prix du pétrole : vous reprendrez bien un peu de “guerre froide” ?

Pour le journaliste Sylvain Lapoix, auteur de la BD-enquête “Énergies extrêmes”, la “guerre des prix” qui voit s’affronter l’Arabie saoudite et les États-Unis offre peut-être de belles “ristournes” à la pompe, mais a déjà fait ses premières victimes : l’Iran et le Venezuela. Pour lui, cette “guerre froide” d’un nouveau genre peut en tout cas constituer “une occasion en or de prendre une importante décision : s’écarter de ce grand jeu en réduisant notre dépendance aux hydrocarbures”.

Par Sylvain Lapoix

Ça n’est pas pour vous gâcher la dinde mais la chute des prix du pétrole n’est pas une nouvelle rassurante. Certes le transport de la belle-famille coûtera moins cher à la pompe mais cette ristourne dissimule un tournant dans l’économie mondiale.

Car au delà du ralentissement économique asiatique et européen et de la surproduction,

c’est une guerre commerciale qui maintient le cours du brut si bas : celle que se livrent désormais l’Arabie saoudite et les États-Unis.

Lire la suite

“Operation Socialist” : la cyberguerre entre Européens

Londres a piraté pour Washington les données de Belgacom, opérateur des institutions européennes, au risque de saborder le réseau. Un véritable acte de guerre.

Par Guerric Poncet

Si vous pensez que l’Europe est une union, vous vous trompez.

Londres l’a prouvé en piratant et en mettant en péril le principal opérateur télécom de Belgique, Belgacom, qui gère les télécommunications de l’Union européenne.

Selon l’enquête publiée samedi conjointement par De Standaard (Belgique), NRC Handelsblad (Pays-Bas) et The Intercept (média américain proche du lanceur d’alerte Edward Snowden), les services secrets britanniques ont non seulement mis sur écoute les télécommunications de l’Union européenne, mais

ils ont aussi agi de façon très agressive, menaçant la stabilité des infrastructures réseau du continent européen.

Lire la suite

Livraison des Mistral : la foire aux hypocrites

Le gouvernement français a donc finalement décidé d’ajourner la livraison des deux bâtiments de guerre à la Russie. Cette décision survient après plusieurs mois d’atermoiements qui n’ont pas renforcé la crédibilité diplomatique de la France. Mais au delà de cette décision, l’affaire des Mistral a été l’occasion d’un festival de déclarations et de postures dignes de la plus belle foire d’hypocrites.

Par Philippe Juvin

Hypocrisie du gouvernement

qui assure à la fois les deux camps, russe et européen, de sa bienveillance. On rassure les Russes en affirmant que «deux Mistral ne changeront pas la face de la marine russe», et on décide (sur quelle base juridique?) d’ajourner leur livraison. Hypocrisie qui laisse les marins russes s’entrainer sur le Vladivostok mais cosigne l’embargo européen sur les armes.

Lire la suite

Le stress test qui contredit les résultats rassurants des banques françaises

Dimanche dernier, Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, se vantait de “l’excellente” résistance des banques françaises aux tests de résistance, ou stress tests, européens. Beaucoup de ses homologues italiens et grecs ont peut-être été recalés, mais la France peut être fière de son secteur bancaire. “Les banques françaises sont les mieux placées dans la zone euro”, a déclaré M. Noyer.

Par Tom Braithewaite, FT.

Pas si vite.

Deux jours plus tôt, un autre test révélait que le secteur bancaire français était le plus fragile d’Europe.

L’équipe qui a eu le culot de jeter ce seau d’eau froide sur Paris travaille au si justement nommé Volatility Institute de la Stern School de l’Université de New York, et a livré ses conclusions à partir d’une saine distance : une conférence sur la finance donnée à l’Université de Michigan.

Lire la suite

Theory of Unipolar Politics

Voilà sans conteste l’un des ouvrages de théorie des Relations Internationales les plus important des dernières années, qui remet à l’honneur la « grande théorie » (en opposition aux théories intermédiaires qui fleurissent depuis quinze ans) et pose à nouveaux frais les questions fondamentales de la discipline des RI: quelle est la configuration du système international? est-elle durable? et quel est son impact sur les possibilités de guerre au sein du système?

Par

À ces trois questions, Nuno Monteiro (professeur à l’université de Yale) apporte les réponses suivantes:

le monde est unipolaire, dominé par les Etats-Unis; cette configuration a le potentiel d’être durable; et ce système international n’est pas pacifique.

Ce faisant, il offre une grille de lecture du système international actuel qui en fait une lecture obligatoire à la fois pour les spécialistes universitaires de la discipline, mais aussi pour les décideurs tentant de décrypter les nouvelles configurations du monde contemporain.

Lire la suite

Ebola: un deuxième soignant atteint au Texas, l’OMS craint 10.000 cas par semaine

L’épidémie “est loin devant nous, elle va plus vite que nous et elle est en train de gagner la course”,

a lancé Anthony Banbury, chef de la mission des Nations unies chargée de coordonner la réponse d’urgence à Ebola (UNMEER), lors d’une réunion spéciale mardi du Conseil de sécurité.

De son côté, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a dit craindre une explosion dans les trois pays d’Afrique de l’Ouest où se concentre l’épidémie et où le taux de mortalité peut atteindre 70%.

Lire la suite

États-Unis : Deuxième cas d’Ebola – Panique chez les soignants (Màj vidéo)

Addendum : Le personnel soignant monte au créneau


Une infirmière qui s’occupait du patient libérien Thomas Eric Duncan à Dallas a contracté à son tour le virus. Les personnels de santé se demandent s’ils sont assez bien protégés.

La confirmation d’un second cas d’Ebola secoue Dallas“, titre ce 13 octobre le Dallas Morning News. Les autorités sanitaires fédérales ont confirmé le 12 octobre la contamination d’une infirmière de l’hôpital de Dallas où était traité Thomas Eric Duncan, un patient libérien mort mercredi 8 octobre qui avait été le premier cas d’Ebola diagnostiqué aux États-Unis.
Elle “ne faisait pas partie des 48 personnes suivies en raison de leurs contacts avec Duncan”, précise le quotidien local. La cause de sa contamination n’a pas été identifiée : l’hôpital affirme que l’infirmière avait respecté les précautions de sécurité.
“La nouvelle augmente les craintes des travailleurs sanitaires dans tout le pays”, écrit The New York Times. Lire la suite

Menaces d’attentats imminents sur les métros parisiens et new-yorkais.

NEW YORK (CBSNewYork/AP) – Le premier ministre irakien affirme que les services de renseignements de son pays ont découvert des projets d’attentats imminents contre des métros aux Etats-Unis et à Paris.

Le premier ministre Haider al-Abadi a dit qu’il avait été informé du complot jeudi à Baghdad et qu’il était l’oeuvre de combattants étrangers de l’Etat islamique en Irak.

Interrogé pour savoir si l’attaque était imminente, il a répondu “oui”.

Interrogé pour savoir si ces attaques avait pu être contrecarrées, il a dit “non”.

Al-Abadi à déclaré que les USA avaient été alertés.

Lire la suite

Biotechnologies : Breveter le vivant pour faire du business ?

La vie est-elle un produit marchand ? C’est là tout l’enjeu du débat sur la brevetabilité du vivant. De quoi s’agit-il exactement ? Tout simplement d’autoriser, ou non, des entreprises à déposer un brevet sur une plante, un animal ou même un être humain. Bref, de permettre à l’entreprise de faire du commerce avec le vivant.

De l’électricité au traitement des eaux usées, l’État islamique s’exerce à la gestion d’un pays

L’intensification de la guerre aérienne de l’administration Obama contre l’État islamique se heurte à une nouvelle réalité décourageante : Les militants deviennent aussi efficaces à administrer un territoire qu’à le conquérir, ce qui rend beaucoup plus difficile leur éviction des grandes étendues de Syrie et d’Irak qu’ils contrôlent désormais.


Les responsables du renseignement américain déclarent que les dirigeants de l’État islamique adoptent des méthodes initialement mises au point par le Hezbollah, la milice chiite basée au Liban,

et consacrent des ressources humaines et financières considérables pour conserver sur leur territoire les services essentiels comme l’électricité, l’eau et le traitement des eaux usées. Dans certaines régions, ils s’occupent même des bureaux de poste.

Ils ont ajoutés que les militants ont mis en place de nouveaux systèmes judiciaires pour faire respecter leur interprétation rigoureuse de la charia, ils punissent les voleurs en amputant leurs mains et ils ont condamné à mort de nombreux chrétiens et d’autres minorités religieuses en raison de leurs croyances.

Lire la suite

Comment la géopolitique du pétrole explique la crise en Irak

Les sunnites veulent se réapproprier des richesses qui leur échappent au bénéfice des chiites. Mais les djihadistes de l’EIIL comme les Kurdes et le pouvoir de Bagdad ont intérêt à maintenir les installations pétrolières en état de fonctionner. Au moins aussi longtemps que chaque camp espère l’emporter…

Par Gilles Bridier

En Irak, les conflits religieux rallumés par l’insurrection des djihadistes sunnites de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) ont de forts relents de pétrole. Dans un pays qui puise les neuf dixièmes de sa richesse nationale dans ses réserves d’or noir, le nerf de la guerre –l’argent– passe forcément par le contrôle des puits et des pipelines.

Lire la suite

États-Unis : Obama en croisade fiscale contre les entreprises quittant le pays

Une quinzaine de grandes entreprises ont déjà transféré leur résidence fiscale hors des Etats-Unis cette année. La Maison-Blanche veut supprimer cette possibilité, avec 20 milliards de dollars d’impôts supplémentaires à la clef.

Le patriotisme économique n’est pas que français. C’est au nom de ce principe que Barak Obama entend empêcher les entreprises de transférer leur résidence fiscale hors des Etats-Unis. Le phénomène a pris des proportions alarmantes depuis quelques mois : une quinzaine d’entreprises ont opté pour l’exil fiscal, depuis le début d’année, en rachetant des entreprises implantées dans des pays fiscalement attractifs. Le plus inquiétant est qu’il s’agit de grandes sociétés, représentant des dizaines de milliers d’emplois.

Lire la suite

La superpuissance numérique américaine

Comment empêcher les géants du Net américains d’asphyxier les autres acteurs du digital ? Question très concrète.

Publicité Google, au style clairement transhumaniste

Les inquiétudes grandissent en raison de la place de plus en plus hégémonique prise par les Google, Amazon, Facebook et autres Apple. La liste est longue : Microsoft dans le logiciel, Twitter ou LinkedIn dans les réseaux sociaux, Expedia ou Booking dans les voyages. Même des petits nouveaux apparaissent comme AirBnB dans le tourisme ou Uber dans le transport. Leur point commun ? Il sont tous américains, sont passés maîtres dans la gestion de la data, pratiquent l’optimisation fiscale tous azimuts et imposent leurs règles du jeu de gré ou de force. Danger.

Comme dans un mauvais remake de la conférence de Yalta, les grands écosystèmes numériques se partagent les mondes numériques. Un mouvement des non-alignés est-il possible ? Il est en tout cas nécessaire. L’Europe n’est pas dénuée de potentiel d’innovation, à condition de savoir garantir un environnement économique à la fois loyal et favorable aux initiatives entrepreneuriales.
Lire la suite

La santé mentale est notre prochain problème

Selon l’OMS, les troubles mentaux représentent 38 % de toutes les maladies dans les pays à hauts revenus. Et leurs conséquences économiques sont beaucoup plus graves que celles des maladies physiques.

Jack Nicholson dans “Vol au-dessus d’un nid de coucou”, 1976

La dépression, l’angoisse, entraînent plus de souffrances que les maladies physiques, la pauvreté ou le chômage. Et leur coût économique est énorme.

Elles sont pourtant maîtrisables par des traitements efficaces et relativement peu onéreux mais au Royaume-Uni, moins d’un tiers des adultes souffrant de dépression sont traités, contre 90 % des diabétiques. Seul un quart des enfants atteints de troubles mentaux reçoivent un traitement. Cette sous-prise en charge est injuste et représente un énorme gâchis. Elle s’explique largement par des préjugés tenaces et une prise de conscience qui ne se fait pas : que des traitements efficaces existent. Il faut maintenant en finir avec ce terrible échec.
Lire la suite