Russie : La saison de la datcha

Depuis vingt ans, les datchas reflètent les changements à l’œuvre en Russie. Autrefois, le pouvoir communiste les voyait comme des espaces privatifs où les travailleurs pouvaient se reposer de leur dur labeur. Aujourd’hui, la spéculation immobilière menace ces datchas “historiques”.

Corse : Limitation de l’accès à la propriété des non-résidents

Face à la spéculation immobilière, l’Assemblée de Corse a voté une disposition afin de limiter l’accès à la propriété pour les non-résidents de l’île, vendredi 25 avril. Cette décision rencontre un certain écho dans la population. 


Lire la suite

Grande-Bretagne : Home sweet home

En 1997, Tony Blair se rend dans le quartier d’Elephant & Castle, le plus grand complexe de logements sociaux d’Europe, pour dévoiler son projet de réhabilitation des quartiers sensibles. La population se réjouit, l’ère Thatcher s’achève enfin, un avenir radieux s’annonce…

Quinze ans plus tard, les occupants de la cité du Heygate déchantent. Le projet de réhabilitation ne semble pas avoir été conçu pour eux et aucun logement social ne sera construit.

Après la crise financière de 2008, les caisses sont vides et la municipalité entend rentabiliser au mieux cet impressionnant espace, situé au coeur d’une des villes les plus chères du monde. Peu à peu, la loi du marché et de la spéculation immobilière s’impose…

Habité par une truculence et un humour typiquement anglais, le film propose une plongée sensible et vivante dans ce quartier londonien où les habitants tentent de faire valoir leur droit à être relogés. Toute une palette de personnages, de l’urbaniste à l’institutrice à la retraite, dessine le portrait d’une société anglaise à la fois proche et exotique.

Surtout, le film propose une réflexion plus large sur un phénomène qui touche toutes les grandes villes de la planète : l’exclusion des habitants les plus défavorisés et leur éloignement vers les périphéries.

Zone euro : Éclatement dans les dix-huit mois?

Les 4 invités de “C dans l’air” discutent des chances d’éclatement de l’euro à moyen terme. Comme le résume François Lenglet, l’euro a offert pendant 10 ans aux pays qui l’ont adopté la possibilité de se financer aux conditions les plus avantageuses du pays fort de la zone, l’Allemagne.

Malheureusement, si l’Allemagne a accru sa productivité de 5 % durant cette période, d’autres pays, les PIIGS, en ont profité pour s’endetter considérablement pour se livrer à la spéculation immobilière, comme l’Irlande ou l’Espagne, ou pour s’offrir les 35 heures, comme la France. Dans le même temps, les Grecs perdaient 65 % de productivité et se livraient à l’évasion fiscale tout en maquillant leurs comptes.


Une amélioration de la situation des pays surendettés devient de ce fait aléatoire, posant avec de plus en plus d’acuité la question de la survie de l’euro.

François Lenglet poursuit sa démonstration: les Grecs, les Irlandais, et aussi les Portugais et les Espagnols s’imposent d’énormes sacrifices en terme de rigueur financière. Ceux-ci, toutefois, ne servent pas à réduire l’endettement de ces pays, mais sont engloutis dans le paiement des intérêts plus élevés qu’exigent les marchés financiers en compensation des risques de défaut accrus.

Lire la suite