Des soldes pas comme les autres

Généralement, les soldes d’hiver sont l’occasion d’une immense cohue dans les magasins, des quelques bonnes affaires pour les clients et de recettes non-négligeables pour les commerçants.

Les attentats du 7 janvier ont changé la donne. Ils ont détourné les Français du chemin des boutiques. Pour tous les commerçants, le manque à gagner est notable mais la situation revient progressivement à la normale.

[Si la vidéo ne fonctionne pas cliquez ICI]

Folie des soldes : Business, bonnes affaires et arnaques

Selon un récent sondage, 95% des Français ont l’intention de profiter des soldes cet hiver. Un tsunami car en période de crise, plus que jamais, les soldes sont propices aux bonnes affaires. Cet hiver, la tension est au maximum chez les commerçants.

Ils jouent leur va-tout pour rattraper une mauvaise année 2013 et espérer faire de gros bénéfices malgré des rabais pouvant atteindre 70 %. Pour vous faire vivre la folie des soldes comme si vous y étiez, 90′ Enquêtes a mis en place un dispositif exceptionnel.

Dès le début, nos équipes ont suivi partout en France ceux qui font les soldes et ceux qui en profitent.

Grande-Bretagne : Le “Boxing Day”, top départ de la folie des soldes

Une activité commerciale intense attend les magasins anglais. Et les acheteurs venus de loin, de l’étranger souvent, se ruent dans les boutiques qui pratiquent des soldes monstres, en ce premier jour de soldes appelé “Boxing Day”. A Londres, on peut voir des files d’attente immenses d’acheteurs, debout dès l’aube et prêts à tout dévaliser.

Les clients peuvent venir de loin, d’Asie, du Moyen-Orient ou des États-Unis. Ils disposent de budgets conséquents pour acheter sacs, chaussures et autres articles de marques. Les promotions sur ces articles de luxe peuvent atteindre 50%, une vraie affaire pour ces touristes.

Le magasin d’une grande artère commerciale de Londres a encaissé 2,5 millions d’euros en une heure, jeudi 26 décembre. La folie du “Boxing Day” est un vrai rituel à Grande-Bretagne, tous les ans. Trois milliards d’euros seront dépensés ce jeudi.

Louvois : L’incroyable inertie administrative qui a conduit à la catastrophe

On se pince pour y croire, mais les problèmes du logiciel de paiement des soldes Louvois ont bien été identifiés dès le départ ! Et rien n’a été fait pour y remédier. Résultat : deux ans plus tard, ça ne fonctionne toujours pas et les militaires sont payés au petit bonheur la chance.

Par Jean-Dominique Merchet

Reprenons : lors des tests du système,

début 2011 – avant le basculement des personnels du Service de santé des Armées en avril – entre dix et quinze problèmes majeurs (bugs) ont été identifiés par les spécialistes.

C’est notamment ce qu’à découvert le général Gérard Lapprend, directeur général des sytèmes d’information et de communication du ministère de la défense dans l’audit qui lui été demandé.

Or, la résolution de ces bugs passait alors par la création de cinq ou six emplois dédiés à cette affaire. Mais, au sommet de la hierarchie du ministère de la défense, chacun s’est renvoyé la responsabilité (et l’énorme charge financière afférente…), sur le thème ”ce n’est pas notre boulot”… –  et ces postes n’ont pas été créés !

Evidemment les bugs n’ont pas disparu par enchantement.
Lire la suite

Défense : Il manque 204 millions d’euros pour payer les soldes avant la fin du mois

En novembre dernier, dans le cadre du troisième projet de loi de finances rectificative une rallonge de près de 280 millions d’euros avait été consentie au ministère de la Défense pour que ce dernier puisse notamment payer les soldes (salaires) de ses personnels. Des annulations de crédits et des dépenses inférieures à ce qui avait été prévues dans le budget de l’Etat devaient compenser cette somme.

Mais, visiblement, cette rallonge de crédits ne suffira pas, au point qu’une nouvelle, d’un montant de 204 millions d’euros, a été votée le 18 décembre par les députés afin de payer les soldes des militaires pour le mois de décembre. Au total, la masse salariale des armées aura été supérieure de plus de 470 millions d’euros par rapport aux prévisions.

En cause : le Logiciel unique à vocation interarmées de la solde (LOUVOIS), dont le raccordement au système de gestion des ressources humaines de l’armée de Terre (mais aussi à ceux du Service de santé des armées et de la Marine nationale), a causé des dysfonctionnements dans le paiement des soldes des militaires, certains ayant reçu des sommes indues pendant que d’autres attendent de recevoir l’intégralité de leurs traitements.

Lors des débats, le ministre délégué au Budget, Jérôme Cahuzac, a ainsi avancé que ce “besoin, complémentaire (…) s’explique par des difficultés d’estimation et des dysfonctionnements considérables du système LOUVOIS sur les conditions de l’élaboration, de la validation et de la mise en œuvre duquel il faudra peut-être s’interroger. De telles erreurs paraissent considérables en valeur absolue, même si ces quelque 200 millions d’ouvertures de crédits supplémentaires représentent un pourcentage très faible des 20 milliards d’euros de dépenses de fonctionnement du ministère de la défense.

Lire la suite

Militaires non payés : Leurs femmes en ont plein le dos

Addendum du 29/10/2012: Soldes militaires: budget spécial de 30M €

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a annoncé aujourd’hui “une trésorerie immédiatement mobilisable” de 30 millions d’euros pour régler les erreurs de paiement des soldes de militaires qui s’accumulent depuis plus d’un an à cause d’un nouveau logiciel de traitement.

“Pour Noël, je ne veux plus en entendre parler”,

a déclaré M. Le Drian  (Le Figaro.fr)

Un Paquet de Gauloises” : 

C’est le nom que viennent femmes de se donner cinq qui se sont constituées en groupe afin de dénoncer le non paiement des soldes à leurs maris, militaires en opération extérieure. Lassées de cette situation qui perdure depuis bientôt un an et de toutes ses conséquences pour leurs familles, elles expriment désormais leur colère sur Facebook où elles réclament des comptes.

“Mon chéri ici tout va bien, l’Etat place ta solde sur les marchés financiers, le frigo est vide, la banque réclame des intérêts et on me dit de la fermer, je t’aime très fort”

Lire la suite

Crise et mutation (suite et fin)

Il y a quelques jours, nous avons publié deux extraits d’un livre-dialogue, insolite et inclassable, qui vient de paraître, « Crise et mutation » (Editions Charles Antoni – L’Originel, janvier 2010).

En voici un troisième et dernier passage, dû à Jean-Pierre Crépin, ex-associé du groupe de marketing HighCo, spécialiste de la mutation consommateur citoyen, auteur du blog Nécronomie, sur lequel il chronique la crise après l’avoir annoncée dès 2005.

« L’individu ayant abandonné sa liberté au profit du social, peut, en cas de retournement, se déchaîner contre ce qu’il adulait jusque-là. » (Charles Antoni)

Certes, mais depuis la chute des idéologies, Charles, je pense que les insurrections auxquelles nous aurons droit seront d’un autre ordre ou plutôt le prolongement de celui-ci.

Nous sommes devenus les sous-produits d’un mode de vie érigé en tant que culture : le consumérisme et la culture des Marques devenus philosophie de vie.

Les émeutes de la Gare du Nord avaient donné lieu à des commentaires, où il s’agissait de déterminer si nous étions en présence d’une révolte sociale, ou d’actes de délinquance. Un syndicat de police nous certifiant que nous étions en présence de délinquants, puisqu’il y avait eu pillage d’un magasin de chaussures.
Lire la suite

Les centres commerciaux en quête de clients

C’est dans un climat particulièrement morose que s’est tenu, fin novembre, le Marché international des professionnels de l’implantation commerciale, le rendez-vous phare du secteur. Fréquentation en berne, consommation chancelante: de mauvais indicateurs incitent les promoteurs à faire preuve d’imagination pour soutenir l’activité.

Le nombre de projets, jusqu’alors en hausse de 10 % par an et poussé par l’émergence de nouveaux concepts (family parks, centres thématiques, enseignes d’équipement de la maison renouvelées…), accuse un léger recul sur l’année écoulée.

Entre octobre 2008 et 2009, la fréquentation des centres commerciaux a reculé de 2,5%. De février à mai, période charnière entre les soldes d’hiver et l’été, les contre-performances se sont enchaînées d’un mois sur l’autre. Le panel de 56 centres commerciaux examiné par leur Conseil national a particulièrement souffert.

La chute des activités équipement de la personne, équipement des ménages et culture-cadeaux-loisirs a impacté la fréquentation et le chiffre d’affaires de centres commerciaux jusqu’alors habitués à être de véritables pôles d’attraction générateurs de cash.

Lire la suite