La Mafia rouge : butin de guerre

Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, un impressionnant butin de guerre est confisqué en Allemagne et rapporté en URSS. De la machinerie lourde aux tableaux de grands maîtres, les Soviétiques font main basse sur tout ce qu’ils peuvent trouver. Ces « réparations » de guerre deviennent une source illégale de revenus pour les hauts gradés soviétiques. Une rivalité émerge ainsi entre le haut commandement de l’Armée rouge et l’entourage de Staline.


La mafia rouge : "Butins de guerre". [Docu***] par stranglerman

Allemagne : Les végétariens défilent contre la “salamisation” de la société

C’est l’un des slogans pleins d’humour que l’on pouvait lire lors de la manifestation écologiste de ce samedi à Berlin. Ces agriculteurs et activistes végétariens entendaient protester contre ce qu’ils appellent les usines à viande, les OGM et l’accord de libre échange entre l’Union Européenne et les États-Unis.

Manger, c’est politique, déclare ce militant. A chaque fois que je décide d’acheter quelque chose, je le fais en fonction de comment les animaux sont traités ou de ce qui pousse dans nos champs. Bien-sûr, je peux acheter certaines espèces, je peux manger moins de viande – on en mange trop de toutes façons – et je fais en sorte de soutenir les paysans, et pas les grandes compagnies agro-alimentaires”.

La Mafia rouge : la mafia politique

Sous le régime de Brejnev, l’Union soviétique connaît des années de stagnation politique. Pendant ce temps, en coulisse, un bras de fer s’opère entre Nikolaï Chtchiolokov, le ministre de l’Intérieur (MVD) et Iouri Andropov, le chef du KGB. Ce combat inévitable, opposant la police criminelle à la police politique, marque l’étape finale d’une longue lutte de pouvoir en URSS.

La Mafia Rouge : commerce de détail

Dans l’Union soviétique du début des années 80, la vieille garde, dirigée par Léonid Brejnev mène le pays. L’économie est dans un piteux état, et les denrées essentielles se font rares. Les esprits criminels s’organisent pour fournir illégalement à des gens privilégiés des biens de consommation de base. Leurs activités sont protégées par de hauts fonctionnaires.

Inde : Le boom des cyberaddictions

De plus en plus d’adolescents indiens sont accros à Internet. Un virus qui se répand au rythme des bouleversements sociétaux que connaît le pays.

Je ne veux pas vivre dans une maison avec de telles restrictions. Utiliser Facebook n’est pas un crime. C’est une chose normale. Mais mes parents pensent que c’est grave, et c’est leur problème.

C’est pour cela que je me suicide.”

Aishwarya S. Dahiwal, étudiante à Parbhani, dans l’État du Maharashtra, s’est querellée avec ses parents, qui lui reprochaient d’abuser de Facebook.

En rage, elle est partie droit dans sa chambre, a écrit ce message et s’est pendue.

Lire la suite

Court-métrage: “Lost Cubert”

Sur le sentiment d’enfermement que l’on peut parfois ressentir au travail, un court-métrage d’animation réalisé par Jim Schmidt, Felix Fischer et Carolin Schramm donne un point de vue intéressant. Un enfermement géométrique, répétitif, et hypnotique vécu par un personnage littéralement enfermé autour d’un bureau cubique dont il est prisonnier, condamné à effectuer les mêmes tâches.

Le chômage des jeunes, fléau européen

A travers l’Union européenne, dans cette tranche d’âge, un jeune de moins de 26 ans sur quatre cherche un emploi. C’est plus d’un sur deux en Irlande, Slovaquie, Italie, Espagne et au Portugal. En Grèce, ils sont 55% au chômage. A Athènes, tandis que Mary n’a trouvé qu’un travail payé vingt euros par semaine dans un centre d’appel, Yiannis, diplômé de 28 ans, attend depuis plus d’un an et demi que l’une de ses nombreuses candidatures auprès des entreprises aboutissent.

Qui sont les petits Blancs ?

Qui sont les petits Blancs, ces Blancs pauvres prenant conscience de leur couleur de peau dans un contexte de métissage ? Sont-ils l’équivalent français des White trash américains ? Seraient-ils trop blancs pour intéresser la gauche, trop pauvres pour intéresser la droite ?

Sur Fréquence Protestante, le 26/02/2014, Laurence Arven dialogue avec Aymeric Patricot à propos de son livre “Les petits Blancs” (Plein jour).

Art contemporain : Les élites contre le peuple (Rediff)

L’art contemporain revendique volontiers l’héritage des « maudits » et des scandales du passé. Et cependant, « artistes » et laudateurs d’aujourd’hui ne réalisent pas que leurs scandales ne combattent plus les tenants de l’ordre dominant, mais ne constituent en fait qu’un outil de plus de la domination bourgeoise.

“La Vénus aux chiffons”, œuvre de Michelangelo Pistoletto (artiste italien contemporain co-fondateur de “l’Arte Povera”), actuellement exposée dans l’aile Denon du musée du Louvre.

Par ce qu’il prétend dénoncer, l’« art » dit « dérangeant » participe de la domination libérale, capitaliste, oligarchique et ploutocratique, à la destruction du sens collectif au profit de sa privatisation, à cette démophobie qui a remplacé dans le cœur d’une certaine gauche la haine des puissants et des possédants. Cet « art » dit « dérangeant » est en parfaite harmonie avec ces derniers.

Épargnons-nous un discours qui, trop abstrait, serait rejeté par les concernés, les défenseurs de cette pitrerie libérale-libertaire nommée « art contemporain ». Prenons donc quelques exemples, quelques « scandales » ou actions représentatives de ces dix dernières années.

En 2002, l’Espagnol Santiago Sierra fait creuser 3000 trous (3000 huecos, en castillan) à des ouvriers africains pour un salaire dérisoire afin de, nous apprend-on, dénoncer l’exploitation capitaliste, revendiquant une « inspiration contestataire axée sur la critique de la mondialisation, de l’exploitation de l’homme par l’homme, de l’inégalité des rapports Nord-Sud et de la corruption capitaliste.

Il n’hésite pas à faire intervenir dans ses performances des sans-papiers, des prostituées, des drogués et à les rémunérer pour leur présence », apprend-on en effet, par exemple sur le site d’Arte TV [1]. Exploiter pour dénoncer l’exploitation : à ce titre, on pourrait bien aller jusqu’à voir un artiste supérieur en Lakshmi Mittal, par exemple.

Lire la suite

Jacques, SDF parisien et bodybuildeur, retrouve son fils à Noël grâce aux internautes (Màj)

Jacques a retrouvé son fils à Noël grâce aux internautes

En quelques semaines, la vidéo de Jacques a été vue par quatre millions d’internautes, et pas seulement dans l’Hexagone. Des journalistes russes, japonais ou vénézuéliens s’intéressent à celui qui se décrit comme “le champion du monde du culturisme de rue”. Jacques Sayagh accepte de raconter son expérience à Canal+ sur le plateau de l’émission “Salut les terriens”, animée par Thierry Ardisson, où il dévoile un peu plus son parcours chaotique.


Lire la suite

Sommes-nous proches d’une insurrection générale?

« Je trouve qu’il y a une passivité des populations qui est extraordinaire ! Quand vous voyez ce qui se passe en Grèce : jusqu’où peut-on aller jusqu’à ce qu’un peuple se révolte ? », s’interroge l’analyste macro-économiste Olivier Delamarche.

Benoît Heilbrunn : « Les nouvelles formes de consommation »

Benoît Heilbrunn, professeur de marketing à ESCP Europe, revient sur les mutations actuelles de la société de consommation. D’un système fondé sur le marketing et des objets omniprésents, nous entrons dans un modèle post-consommatoire où la consommation serait collaborative et enseignée à l’école.

L’échange consommatoire n’est plus simple un échange économique, c’est aussi un échange de valeurs, de compétences et de symbolique.

(Merci à K)

“La femme grosse est le dernier tabou de l’économie capitaliste”

L, XL, XXL, triple XL,… des tailles qui correspondent à la corpulence de certains acheteurs mais qui font horreur à certaines marques. La mode a d’ailleurs tendance à vouloir faire disparaître les personnes à forte corpulence de leurs rayons, ou en tout cas à bien les cacher.

C’est parce qu’elles sont vouées à des logiques de rentabilité et face à la réalité du marché qu’elles développent de grandes tailles. Comment fonctionne le marketing de la mode XL ? Les réponses avec le spécialiste Benoît Heilbrunn.


Mode : “La femme grosse est le dernier tabou de… par lemondefr

Les Vikings n’étaient pas les explorateurs solitaires qu’on pensait

Selon une nouvelle étude génétique, les femmes scandinaves ont fait partie intégrante de la colonisation viking. Une étude plus ancienne avait montré l’inverse dans le cas particulier de l’Islande.

Les Vikings faisaient de nombreuses choses en famille, y compris l’exploration et la colonisation. Contrairement aux clichés selon lesquels ils ne partaient en raids qu’en groupes d’hommes, les anciens Scandinaves emmenaient leurs femmes avec eux.

Lire la suite

Milie Marin-Fournier, miss France agricole 2015, femme au naturel (MAJ Vidéo)

C’est finalement Milie Marin-Fournier, chef d’une exploitation de vignes et fruits et légumes à Lambesc (Bouches-du-Rhône), qui a remporté le concours de miss France agricole 2015, organisé sur une page Facebook créée il y a à peine quelques jours avec un succès défiant toute concurrence.

Par Jeandey Antoine

Lorsque Patricia Freyssac a créé cette page Facebook, elle ne devait pas penser qu’elle dépasserait les 10 000 like moins d’une semaine plus tard. C’est pourtant le cas, car la philosophie de la page, ajoutée aux sourires des agricultrices, a ravi littéralement tout le monde, en particulier du monde agricole, en particulier les agricultrices… Mais pas seulement !

Elle avait demandé à quatre amis de devenir les jurys et de départager les concurrentes ayant envoyé leurs photos. C’est finalement Emilie Marin-Fournier qui a été désignée miss France agricole 2015. Et évidemment, WikiAgri (qui participe, nous sommes heureux de lui envoyer un bouquet) se devait de l’interviewer.

Lire la suite

«Miss France agricole» réussit un joli buzz à quelques heures de Miss France 2015 (MAJ)

Exaspérée par les filles supposées uniformes et sans saveur des concours de beauté, Patricia Freyssac, éleveuse dans le Cantal, a lancé un concours parallèle sur Facebook où les femmes posent au naturel dans leurs étables ou leurs champs.

Milie MARIN-FOURNIER, miss France Agricole 2015.

«Mercredi je regardais les infos. Ils parlaient de la préparation de Miss France avec les coiffeurs, le maquillage et tout le bazar. Mais ça, ce n’est pas la France! Les femmes en France, c’est beaucoup plus simple que ça »,

Alors elle lance pour ses «copines» une page Facebook. Mais en quelques heures, des centaines de filles du monde agricole lui envoient leurs photos pour participer.

Lire la suite