Hyères (83) : « McDonald’s n’a pas vocation de nourrir tout les affamés du territoire » (Sic)

Un ancien salarié de McDonald’s avait pris l’habitude de donner son repas à un SDF. Mais ce geste généreux n’a pas été apprécié par la direction de l’établissement de Hyères (Var). Un soir, en effet, une altercation a éclaté entre deux sans-abri, devant le restaurant.

Quelques jours plus tard, de nouvelles instructions sont affichées à l’attention du personnel : “Il est formellement interdit de procurer de la nourriture aux clochards.” La formulation choque Raphaël.

Cette interdiction n’est fondée sur aucune base juridique, selon l’avocat Jean-David Marion, également rencontré par la chaîne. Face au tollé, l’enseigne a finalement présenté ses excuses “à toutes celles et ceux que cette affiche a choqués“. L’ancien salarié, lui, avait déjà présenté sa démission fin juillet.

États-Unis : Le nombre de sans-abri explose à Los Angeles

Los Angeles, qui comptait déjà un nombre record de SDF, a vu sa population de sans-abri croître de 12 % en deux ans, notamment à cause de l’inflation des loyers, selon un recensement biannuel réalisé au mois de janvier et publié lundi 11 mai.

Dans un environnement économique difficile, les chiffres du recensement, qui a mobilisé 5.500 bénévoles, montrent une augmentation de plus de 10 % du nombre de sans domicile fixe — vivant dans des centres d’hébergement temporaires, dans la rue ou dans des véhicules — dans le comté de Los Angeles, a expliqué le LAHSA, l’autorité des services aux sans-abri de la ville de Los Angeles.

Dans son communiqué, le LAHSA rappelle que « la Californie a été l’un des États américains les plus durement touchés par la récession économique », qui a sévi de fin 2007 à 2009, et qui a causé un fort chômage et beaucoup de pertes d’emploi.

Le rapport souligne également l’augmentation de 85 % des abris de fortune, tentes et véhicules, occupés par les SDF de Los Angeles.
Lire la suite

Danemark : Permettre aux SDF de retrouver un toit

Au Danemark, comme dans de nombreux pays européens, le nombre de personnes sans-abri a tendance à augmenter, sous l’effet de la crise économique. Et pourtant, ce n’est pas une fatalité.

Ainsi dans la ville d’Odense, les autorités municipales ont engagé une politique d’accompagnement et de réinsertion à destination des sans-abri. Cela se traduit par l’attribution de logements tout en favorisant une mixité sociale.

480 SDF sont morts dans la rue en 2014

En 2014, un collectif d’association a recensé 480 personnes mortes dans la rue en 2014. Des victimes dont le décès aurait pu être évité selon l’organisation qui appelle le gouvernement et les élus à se mobiliser.

Il y a encore 50 ou 60.000 personnes qui vivent dans la rue. Est-ce qu’on ne peut pas faire quelque chose? Il y a des places d’hébergements à ouvrir et du logement à développer“, estime Christophe Louis, du collectif “les morts de la rue“.

États-Unis : Les vagabonds en col blanc

Steven Bo Keeley, fantasque Américain, propose à des cols blancs en mal de sensations de vivre la vie des hobos. Il les emmène traverser les États-Unis en sautant de train en train, sur les traces des clochards célestes de Jack Kerouac. Un journaliste a tenté l’expérience.

C’est par hasard que j’entends parler de Steven Bo Keeley pour la première fois. L’idée de me faufiler dans des wagons de marchandises pour voir du pays me fascine depuis longtemps, et une amie d’Oakland, une gauchiste radicale, me parle d’un livre qui, dit-elle, pourrait m’aider à me préparer. Ce sont les “Mémoires d’un hobo” [vagabond qui voyage principalement en train] qu’elle a rencontré dans un dîner, un certain Steven Bo Keeley, qui emmène des groupes de cadres d’entreprise dans ses aventure de routard du rail. [...]

Keeley est un solitaire étrangement sociable et il est entouré d’un drôle de groupe de sympathisants qui financent  ses aventures. Sur son site Internet, entre ses articles et ses photos, il propose ses services de tour-opérateur, invitant des cadres à rompre la monotonie de leur vie de bureau pour  risquer leur vie avec lui sur le rail. Parmi les options qu’il  propose, vous pouvez choisir de séjourner dans des abris  de SDF ou de bivouaquer dans une “jungle”, les camps de  fortune des hobos.

Les moins téméraires optent pour des  excursions dans des mines désaffectées ou des randonnées  dans le désert. En échange de ces virées, les “vagabonds en col blanc” de Keeley – ils sont avocats, programmeurs, chercheurs, chefs d’entreprise ou investisseurs – l’accueillent  dans leur univers. Il a été invité par des magnats de la  finance et convié dans les luxueux chalets du cénacle des  anarcho-capitalistes à Aspen, dans le Colorado.
Lire la suite

L’accueil d’urgence des sans-abri débordé par la demande croissante de familles

La trentaine de salariés toulousains qui répondent au « 115 », le numéro national d’appel d’urgence pour les sans-abri, a symboliquement cessé le travail pendant deux heures lundi 8 décembre.

Ils protestent contre le nombre « misérable » de places qu’ils ont à offrir aux gens à la rue : « A quoi sert de faire fonctionner une plateforme téléphonique si c’est pour opposer un refus, dans 95 cas sur 100, faute de place ? », s’exaspère Sylvie Fernandez, éducatrice spécialisée au service du 115 local.

« Le département offre 2 000 places alors qu’il en faudrait 500 ou 600 de plus. Être chaque jour confronté à la détresse sans pouvoir y répondre est désespérant », poursuit l’éducatrice. Le 2 décembre, une grand-mère est morte dans sa voiture, qu’elle habitait avec ses enfants et petits-enfants, alors que cette famille réclamait un hébergement chaque jour depuis six mois, rapportent les grévistes.

Lire la suite

États-Unis : A 90 ans, il risque la prison pour avoir nourri des sans-abri

Arnold Abbott, un militant américain de 90 ans, a été arrêté pour la seconde fois par la police de Fort Lauderdale (Floride) pour avoir distribué des repas aux sans-abri de cette ville américaine. Une nouvelle disposition locale interdit en effet de nourrir les pauvres dans la rue. Il risque deux mois de prison et 500 dollars d’amende.

L’ancien combattant, connu sous le surnom de “Chef Arnold”, promet de nourrir les SDF même s’il risque la prison, comme l’en ont menacé les autorités. “Je suis difficilement intimidable”, prévient-il. Le nonagénaire dirige une organisation locale au sein de laquelle il donne à manger aux SDF de Fort Lauderdale depuis deux décennies.

Depuis janvier 2013, 21 villes américaines ont restreint les possibilités de donner à manger aux SDF, selon la Coalition nationale pour les sans-abri.

Vendredi 31 octobre, une campagne a été lancée à Fort Lauderdale par les autorités locales, qui disent vouloir garantir la santé publique et la sécurité. “Il y a 10 000 sans-abri dans le comté de Broward, la majeure partie d’entre eux sont à Fort Lauderdale, et il n’existe pas de tapis suffisamment grand pour tous les cacher”, a insisté Arnold Abbot.

Belgique : Toujours plus de SDF

Comment survivre sans abri ? Questions à la une a tenté une expérience quelque peu particulière pour comprendre la survie des sans-abris dans la rue.

Un des journalistes a vécu une semaine en immersion dans le monde des sans-abris. Déguisé en SDF et équipé de caméras cachées il s’est mis à leur place.

Abris de nuit, sanitaires, restaurants sociaux, CPAS… notre équipe a testé ces moyens sociaux mis à leur disposition. Ce qui leur a permis aussi de les approcher au plus près et de recueillir le plus objectivement possible leurs témoignages.

Un constat sans appel s’est imposé: les failles dans notre système d’aide sont nombreuses et interpellantes.

Enquête de Valery Mahy et Nicolas Ceuppens (Questions à la Une – RTBF – 04/12/2013)

Brésil : Mondial de foot, meurtres de SDF et «nettoyage social»

Le Brésil est à un an d’organiser la Coupe du monde de 2014, et les sans-abri seraient assassinés pour «nettoyer» les rues en prévision de l’évènement, rapporte El País après que des associations aient fait part au gouvernement de leurs préoccupations. Les villes qui vont accueillir des rencontres sont particulièrement surveillées.

En 2010, Rio accueillait la Coupe du monde de football des sans-abris soutenue par l’UEFA. Mel Young, le président de l’évènement, avait déclaré à cette occasion:

«Rio est l’endroit idéal pour accueillir la Coupe du monde des sans-abri 2010. Le Brésil est un pays de football, et beaucoup de ses plus grands joueurs ont commencé par jouer dans la rue avant d’arriver sur la scène internationale.»

Lire la suite

Aux Etats-Unis, 38 % d’enfants sans-abri en plus en quatre ans

Le nombre d’enfants considérés comme sans-abri aux Etats-Unis a augmenté de 38 % en quatre ans, pour atteindre 1,6 million en 2010. Selon le rapport du Centre national pour les familles sans-abri, qui appelle “à agir” au plus vite contre ce fléau, ce chiffre touche aujourd’hui un enfant sur 45.

Lire la suite…

Saisies immobilières et SDF aux USA

La descente aux enfers des USA se poursuit. Le 29 décembre 2010, l’Office of the Comptroller of the Currency, l’organisme gouvernemental de tutelle des banques aux USA, a publié son rapport sur la situation des crédits immobiliers au troisième trimestre 2010.

Ce rapport concerne 33,3 millions de prêts immobiliers (non commerciaux) totalisant 5.907 milliards de dollars. Il nous éclaire en particulier sur les saisies immobilières et, contrairement à ce que l’on martèle quotidiennement, la situation économique s’aggrave de jour en jour, dans une Amérique qui sombre dans le chaos.

Village de tentes à Sacramento (Californie), en 2009

Les procédures de saisies immobilières ont ainsi progressé de 4,5 % depuis le début de l’année 2010, passant de 1.149.461 à 1.201.622 (page 9/65 du rapport) et les saisies effectives ont explosé, avec 57,5% d’augmentation par rapport à 2009 (page 42/65 et 45/65 du rapport).

Le cap des 13.000 procédures de saisies par jour a été franchi !

Plus grave encore, les catégories les moins risquées de ces prêts (prime) sont sévèrement touchées avec 67,7% d’augmentation par rapport à 2009 (page 45/65).

Heureusement que la crise est terminée !

Lire la suite

L’élite économique contre le peuple des Etats-Unis d’Amérique

Le texte présenté ci-après constitue la première des six parties d’un rapport publié sur le site américain Amped Status, entre le 15 février 2010 et le 27 février 2010.

La "tea party" de Boston, 16 décembre 1773

« L’oligarchie américaine ne ménage pas ses efforts pour arriver à convaincre qu’elle n’existe pas, mais le succès de sa dissimulation dépend des efforts tout aussi intenses d’un public américain désireux de croire à des fictions égalitaires et refusant de voir ce qui est caché à la vue. » – Michael Lind, To have and to have not

Il est temps que 99% des Américains se mobilisent et s’attaquent à des réformes politiques de bon sens.

Oui, bien sûr, nous avons tous des idées très différentes sur beaucoup de questions. Mais, comme nos Pères Fondateurs l’ont fait avant nous, nous devons mettre de côté nos différences et nous unir pour combattre l’ennemi commun.

Il est de plus en plus clair, aux yeux de beaucoup de gens, que le parti républicain et le parti démocrate, ainsi que les trois branches de notre gouvernement [ces trois branches sont le pouvoir exécutif qui comprend le président, le pouvoir législatif avec le Congrès et le pouvoir judiciaire avec la Cour suprême, NDT] ont été achetés par une élite économique bien organisée qui, tactiquement, détruit notre mode de vie. La dure vérité est que 99% de la population américaine n’a plus de représentation politique. Il est flagrant que l’économie américaine, le gouvernement et le système fiscal sont aujourd’hui manipulés contre nous.

Lire la suite

États-Unis : le flot des saisies n’est pas endigué

Alors que ses précédentes mesures n’avaient pas prouvé leur efficacité, Barack Obama a présenté vendredi 26 mars 2010 un plan visant à enrayer les saisies de logement : 14 milliards de dollars supplémentaires pour permettre aux emprunteurs en difficulté de refinancer leurs prêts et prévenir les défauts de paiement.

Arrêtez les saisies”, “Laissez les familles dans leur maison”. Portées à bout de bras par une cinquantaine de personnes, les pancartes fleurissent devant l’agence locale de la Bank of America, à Antioch. Dans cette ville-dortoir située au nord de San Francisco, l’association caritative CCISCO (Contra Costa Interfaith Supporting Community Organization) lançait en septembre dernier sa campagne contre les saisies immobilières. “Nous sommes en colère et voulons que les banques nous rendent des comptes, affirme Apolonio Morales, porte-parole de l’association. Le gouvernement a donné des milliards aux banques pour que les familles puissent rester chez elles. Mais on ne voit pas de différence. Les banques ne bougent pas, elles ne renégocient pas les prêts de ceux qui peuvent y prétendre.

Dès 2007, avant la crise, beaucoup des emprunteurs les plus pauvres étaient déjà dans l’impossibilité de rembourser les crédits subprime qu’ils avaient contractés, perdant du coup leurs logements [1]. Mais aujourd’hui, ces difficultés touchent beaucoup plus largement les Américains, surtout depuis que le chômage a monté en flèche. Tant que la situation continuera de se dégrader sur ce plan, il sera difficile de faire repartir vraiment la machine économique outre-Atlantique, dans un pays où 70% des gens sont propriétaires de leur logement (contre 57% en France), au prix le plus souvent d’un lourd endettement.

L’administration Obama a déjà pris un certain nombre de mesures, mais celles-ci se sont révélées jusqu’à présent insuffisantes. Explications.

Lire la suite