Quand les jobs saisonniers sont proposés aux chômeurs longue durée

Serveur ou personnel d’accueil, avec l’explosion du chômage, certains jobs saisonniers ne le sont plus. Désormais ils sont proposés aux chômeurs longue durée et ce ne sont pas les seuls emplois concernés. Aujourd’hui sur un million 200.000 saisonniers employés chaque année, on trouve de plus en plus de chômeurs.

Le verger, carrousel de la vie

Dans un splendide verger en bordure du Jura souabe, on découvre un étonnant microcosme peuplé d’une infinité d’espèces sauvages. Un paradis secret façonné de main humaine, et que la nature se réapproprie au fil des saisons et des récoltes.

Les fruits tombés font le bonheur de mulots et des papillons migrateurs, tandis qu’en hiver, les bourgeons des branches élaguées profitent aux chevreuils affamés. Au printemps, ce petit monde reprend vie, avec une stupéfiante profusion de couleurs : l’éclat des fleurs de cerisiers, pruniers, pommiers ou poiriers, offre la promesse d’une bonne récolte – et les abeilles ne sont pas les seules à en convoiter le nectar.

Réalisé par Klaus Scheurich, Annette Scheurich (Allemagne – 2014)

Au royaume de la forêt

De l’arrivée du printemps au retour de l’hiver, gros plan sur le spectacle qu’offre la nature, qui s’éveille et se transforme au fil des saisons.

Dans les forêts d’Europe, quand vient la fin de l’hiver, les arbres commencent à bourgeonner et les fleurs à éclore, dévoilant leurs pétales et leurs couleurs. Les femelles mettent bas. Les jeunes animaux, nouveaux venus parmi les habitants des sous-bois, doivent prendre des forces et rester auprès de leur mère. L’été venu, ils peuvent enfin sortir et explorer les environs. Arrive l’automne avec ses champignons et ses feuilles aux teintes orangées. Une année entière vient de s’écouler.

Partie 1/2 :

Lire la suite

Nourriture toxique : les assiettes de nos enfants bourrées de produits chimiques !

L’empoisonnement progressif de notre nourriture quotidienne par les dérives chimiques et productivistes de l’industrie agro-alimentaire est un fait connu depuis longtemps par tous les spécialistes honnêtes et le public un tant soit peu averti. Cette situation vient à nouveau d’être confirmée de façon éclatante par une étude menée par un collectif d’associations écologistes et faisant analyser quatre repas types consommés par un enfant d’une dizaine d’années en une seule journée.

Dans ces repas consommés quotidiennement par nos enfants, l’association Générations futures a découvert pas moins de 81 substances chimiques différentes. Un constat qui fait froid dans le dos, surtout quand François Veillerette, le porte-parole de l’association, précise : « Nos analyses montrent qu’en 24 heures, un enfant est susceptible d’être exposé, uniquement par son alimentation, à des dizaines de molécules soupçonnées d’être cancérigènes ou d’être des perturbateurs endocriniens. »

Lire la suite