Lorraine : A 14 ans, il invente un robot-jardinier et Google le récompense(Màj vidéo)

28/09/2015

Après avoir reçu les honneurs de Google, Eliott Sarrey a été acclamé, lundi 28 septembre, par ses camarades de classe. Une semaine après avoir été récompensé en Californie grâce à son robot jardinier, ce lauréat de 14 ans de la Google Science Fair a été reçu comme il se doit par ses camarades de classe : banderoles, félicitations, accolades…

L’apprenti ingénieur est rentré des États-Unis “avec un chèque de 10.000 euros signé par le géant Google pour développer son robot jardinier”. Il bénéficiera également d’une année d’accompagnement scientifique.


___________________________________________________________

05/08/2015

Eliott Sarrey, 14 ans, n’est pas un adolescent tout à fait comme les autres : il fait partie des 20 jeunes finalistes du concours “Google Science Fair“, qui vise à récompenser les inventeurs en herbe du monde entier. Eliott doit cette nomination à Bot2Karot, son robot-jardinier.

La fabrique du surhomme soviétique

En 1917, les vainqueurs de la révolution sont confrontés à une société russe pauvre et essentiellement agricole. Pour assurer l’industrialisation du pays, il est nécessaire de mettre l’individu au service du collectif.

Les travaux de Pavlov sont mis à profit pour conditionner les ouvriers dans les usines, mais aussi rééduquer les «éléments non prolétariens» dans des camps de travail.

De son côté, le généticien Ilya Ivanov se passionne pour les croisements entre singes et humains : il espère donner naissance à un être hybride, qui servirait de robot ou de cobaye dans les laboratoires.

Europe/États-Unis : Adidas relocalise ses usines… mais elles seront toutes automatisées

Le “Made in China” (ou “Made in PRC“, c’est selon), est en train de passer de mode chez Adidas. L’équipementier sportif prépare le rapatriement d’une partie de ses unités de production en Europe et aux États-Unis. Il se pourrait même que, bientôt, votre adolescent porte des baskets “made in France“. Mais que cache cette nouvelle stratégie de la marque aux trois bandes?

Le problème avec la Chine, c’est que le coût de la main d’oeuvre n’est plus ce qu’il était. En mai 2014, les employés d’une usine fabricant des chaussures Nike et Adidas s’étaient mis en grève pour protester contre la faiblesse de leur salaire. Ils touchaient 1,67 dollar de l’heure (1,49 euro au cours actuel).

Chez les têtes pensantes d’Adidas (et de Reebok qui appartient au même groupe), on s’est alors posé la question suivante : doit-on se délocaliser ailleurs dans quelque pays du tiers-monde où le travail ne coûte quasi rien, ou bien inventer un nouveau modèle économique? C’est la deuxième option qui a été retenue. Ainsi, la marque aux trois bandes va délaisser une partie de ses usines chinoises pour mettre en place des usines entièrement automatisées en Europe et aux États-Unis

Lire la suite

Estonie : Un robot-tortue explorateur des mers

L’archéologie subaquatique est un domaine d’études riche, mais aussi risqué. Peut-on utiliser des robots en renfort? A Rummu en Estonie, des scientifiques en sont persuadés: ils testent un nouvel appareil conçu pour prêter main forte aux archéologues sur des sites immergés.

Leur U-CAT peut se rendre sur des épaves ou des vestiges comme dans le cas de ce site, les ruines d’une prison et d’une carrière utilisées du temps des Soviétiques, aujourd’hui enfouies sous les eaux d’un lac.

La Robotique

Les robots ont transformé notre vie. Isis 2 par exemple est un système qui peut travailler à l’intérieur des centrales nucléaires. COBRA permet aux êtres humains d’éviter les rayons X.

Dans les usines automobiles des robots assemblent les différentes pièces pratiquement sans intervention humaine. En médecine généralement des robots analysent le sang et de nombreux médicaments sont conditionnés mécaniquement. Dans l’espace des robots à l’intelligence artificielle seront capable de déterminer leurs propres actions.

Les robots vont-ils voler nos boulots ?

Et si un robot s’installait à votre place au bureau ? Si votre prochain déjeuner à la cantine était avec un robot ? De la science-fiction ? Pas tant que ça. Ils sont déjà partout, dans les usines, les bureaux, bientôt les magasins, les hôpitaux, et même à la maison.

Enquête sur les robots conçus en France, mais aussi au Japon, où l’on croit qu’ils ont une âme, et en Chine, où il est publiquement assumé qu’ils sont amenés à remplacer la main-d’œuvre. Rencontre avec Michel Serres, philosophe et membre de l’Académie française et Hakim El Karoui, essayiste et consultant.

Les robots vont transformer notre vie quotidienne et notre travail. Selon une étude de l’université d’Oxford, 47% des emplois sont menacés à moyen terme. En France, les robots pourraient détruire trois millions de postes d’ici à 2025.

Vivre avec les robots

Comment imaginer ce que seront nos relations avec les robots lorsqu’ils seront parmi nous? D’autant que des robots humanoïdes existent déjà. Certes, ils n’ont pas atteint le stade ultime où il n’est plus possible de les distinguer, ni par l’aspect ni par le comportement, des 100% humains. Mais ils possèdent déjà un corps, deux bras, deux jambes, une tête et… une voix.

Chine : Les ouvriers trop chers sont remplacés par des robots

Foxconn, le sous-traitant tristement célèbre d’Apple et d’autres compagnies high-tech, entend remplacer ses travailleurs par un million de robots. Une véritable nouvelle crise de l’emploi se profile.

10.000 robots sont en train d ‘être mis en place des les monstrueuses usines chinoises de Foxconn pour assembler l’iPhone 6. Pour l’heure, les emplois ne sont pas directement menacés par ces « Foxbots », le plus gros employeur chinois a même du embaucher 100.000 intérimaires pour répondre aux exigences d’Apple : produit au moins 70 millions d’iPhone 6 d’ici début septembre.

Foxconn communique bien sur le fait que les robots vont « aider » les ouvriers et non les « remplacer » ; qu’ils vont permettre d’augmenter les cadences. Sauf que si on reprend les intentions du constructeur quelques mois plus tôt, le discours est tout autre. D’ailleurs ; il y a quelques mois, Terry Gou le PDG du groupe se vantait que les Foxbots déjà déployés dans les usines, pouvaient construire 30.000 appareils par robot et par an.

C’est que las des critiques de violation des droits de l’homme, des ouvriers qui se suicident, qui refusent de travailler plus de 12 heures par jours et qui réclament des augmentations de salaires, Foxconn a clairement annoncé son intention de remplacer 1 million d’ouvriers par 1 million de robots dans ses usines. Soit l’écrasante majorité des employés de l’entreprise qui en compte environ 1.300.000.
Lire la suite

États-Unis vs Japon : “Combat à mort” de robots géants

Transformers, mais dans la vraie vie. MegaBots Inc., une société basée aux États-Unis, a lancé un défi à son concurrent japonais. Deux ingénieurs de l’entreprise qui fabrique des robots géants proposent un “combat à mort” au constructeur de robots nippon.

“Vous avez un robot géant, nous avons un robot géant, rappelle MegaBots Inc., en s’adressant à Suidobashi Heavy Industries, son concurrent nippon. Nous avons donc un devoir vis-à-vis de tous les fans de science-fiction du monde de nous battre jusqu’à la mort”.

Au coeur des robots

Nous sommes à la veille d’une révolution, celle des humanoïdes. Ces robots à visage humain sont de plus en plus performants : ils marchent, voient, entendent, parlent… Ils nous ressemblent comme deux gouttes d’eau, sont prêts à entrer dans nos vies, nos maisons, et sont même capables de nous en apprendre sur notre propre condition.

Les roboticiens estiment que dans dix ans, les androïdes feront partie de notre quotidien au même titre que les ordinateurs individuels. Sommes-nous prêts ?

Réalisé par Marc Felix et Bruno Victor-Pujebet (France 2014)

Robo Sapiens : Les robots peuvent-ils remplacer les humains ?

Les robots nous facilitent la vie, nous font la conversation et, depuis peu, sont également capables de ressentir de l’empathie. Mais jusqu’où iront-ils ? Peuvent-ils remplacer des humains ? Jusqu’à quel point la ressemblance entre robots et humains est-elle acceptable ?

Xenius (Arte – 18/06/2015)

Japon : La robot-mania

Au Japon, on pense que les robots ont une âme“. Le pays du Soleil-Levant est aussi le berceau des robots. Face au vieillissement de la population et au manque de main-d’œuvre, ils sont vus comme la solution pour l’avenir du pays. Au Japon, ils sont accueillis à bras ouverts. Jusque dans les maisons.

Ainsi, Tomomi, blogueuse de 29 ans, s’est offert Pepper contre trois mois de salaire. Un compagnon qui “n’est pas un membre de la famille, ni un animal de compagnie”, explique-t-elle, mais qui a une personnalité bien à lui.

Ces robots ont de plus en plus souvent des formes humaines et sont même quelquefois des clones de leurs concepteurs. Il y a même des présentateurs télé robotisés.

Les Français, rois des robots

Nao, le robot vedette, est français. Car si la France n’est pas le pays le plus robotisé, elle est l’un des plus en pointe dans l’évolution des robots. Des robots agricoles au célèbre humanoïde Nao, notre pays regorge de pépites dans la robotique de service.

On en trouve partout, dans les maisons de retraite, pour aider les personnes âgées, les enfants autistes… ils savent pratiquement tout faire. Mais là où le pays est à la peine, c’est dans le soutien à l’innovation. De plus, les industriels sont plus frileux dans la robotisation de leurs chaînes de production que leurs concurrents allemands, japonais ou coréens.

Reportage à travers l’Hexagone et rencontres avec les concepteurs de ces machines “made in France” qui pourraient bien faire du pays un leader mondial de la robotique.

Les robots arrivent dans nos entreprises

Ils sont de plus en plus nombreux à intégrer les entreprises françaises. Depuis plusieurs années, les robots humanoïdes ont investi les usines, l’industrie, mais aussi le domaine des services à l’instar des secrétariats.

On les retrouve même dans l’agriculture. Ainsi, une brouette robotisée accompagne d’ores et déjà certains agriculteurs.

En 2025, il n’y aura plus d’emplois mais… nous aurons des « sexbots »

D’ici 2025 – dans à peine 10 ans – les partenaires sexuels robotiques – ou sexbots – seront devenus monnaie courante et ce sera une bonne chose, car une grande partie d’entre nous n’aura plus d’emploi… C’est du moins la conclusion d’un rapport de 66 pages publié par Pew Research, intitulé « AI, Robotics, and the Future of Jobs ».

Les chercheurs ont spéculé sur la part que les robots pourraient prendre dans nos vies quotidiennes compte tenu du rythme des progrès que nous enregistrons actuellement. Selon Stowe Boyd de GigaOM « Les partenaires sexuels robotiques seront monnaie courante, même s’ils continueront à être des objets de mépris et de division, un peu comme certains critiques aujourd’hui déplorent les selfies qu’ils considèrent être un indicateur de ce qui ne va pas dans notre monde . »

Ces robots sexuels n’auront pas nécessairement une intelligence humaine, mais ils ressembleront beaucoup à des humains, et ils bougeront et se déplaceront comme de véritables humains. Globalement, ils présenteront suffisamment de similitudes avec les hommes pour satisfaire leurs besoins sexuels les plus urgents.

Lire la suite

États-Unis : Un robot “origami” pourrait devenir le meilleur des espions

Des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont présenté un robot qui, tel un origami, est capable de se replier sur lui-même afin d’adopter différentes formes. 

Conçu en partenariat avec l’Université technique de Munich, ce tout petit engin qui mesure 1,7 cm de côté,  a été présenté à l’occasion de la conférence ICRA 2015 à Seattle.

“La feuille de PVC dont il est constitué est capable de se plier en moins d’une minute au contact de la chaleur et de se déplacer à 3 voire 4 cm par seconde à l’aide d’un électroaimant placé sous la table”, poursuit le site. Ainsi, le robot peut se déplacer sur terre comme dans l’eau, porter de petits objets et grimper sur des objets, le tout dans la plus grande discrétion.

Doté de telles capacités, ce robot pourrait trouver une application dans l’espionnage, selon ses concepteurs, “ou encore dans le secteur médical en prenant forme après avoir été ingéré par un patient”.

Suisse : L’essor grandissant des «robo advisors» dans la gestion de fortune

Les offres basées sur des placements entièrement automatisés vont gagner en importance, selon une étude de l’IFZ et de Swisscom. Si le conseil personnalisé ne va pas disparaître, la pression sur les tarifs va encore s’accentuer

Votre portefeuille sera-t-il bientôt géré par un robot? Le mouvement est en marche, y compris en Suisse. Des solutions entièrement automatisées de type «robo advisors» sont déjà proposées par la start-up True Wealth, le site Investomat.ch de la Banque Cantonale de Glaris ou la banque en ligne Swissquote.

Avec ces offres, le client fournit d’abord des indications sur sa tolérance envers le risque et ses préférences d’investissement – la gestion de ses placements et le rééquilibrage du portefeuille étant ensuite automatisés. Sans oublier les grandes banques qui ont élaboré des solutions alliant gestion en ligne en grande partie automatisée et conseil personnalisé, à l’exemple d’UBS Advice.

Face à cette concurrence, pour quels services les clients accepteront-ils encore de payer?
Lire la suite

Chine : La main d’œuvre humaine plus chère que les robots

Difficultés économiques et démographiques obligent, le robot remplace peu à peu l’homme, pour le meilleur et pour le pire… Selon la Fédération internationale des robots, le marché chinois va croître en moyenne de 25% par an. En 2017, on y comptera plus de 400.000 robots, soit 1 pour 3.000 habitants.

Dans l’atelier de moulure de l’usine d’Yingli, chef de file mondial du panneau solaire, l’ouvrier se fait discret. Très discret. Sur ce parterre de quelques centaines de mètres carrés, 170 machines cylindriques préparent la matière première, le silicium monocristallin, d’autres contrôlent la qualité. Le tout en silence. De temps en temps un ouvrier apparaît, juste le temps de voir si tout fonctionne bien.

À Yingli, dont le site de production principal s’étend sur 66 hectares, l’ouvrier sert surtout à faire le lien entre deux lignes de production et pour le contrôle des réglages. Seules quelques tâches de vérification de la qualité, qu’un robot ne peut pas faire, sont encore manuelles.

« L’automatisation nous a permis de réduire la main-d’œuvre par deux », commente Gu Kaixin, en charge de la sécurité du moulage, la première étape dans la fabrication de panneaux solaires. Ailleurs dans l’usine, ce sont d’immenses bras qui soudent 24h/24, ou encore qui coupent, nettoient et polissent les carreaux qui forment un panneau solaire.
Lire la suite

Quel robot pour vos grands-parents ?

De plus en plus perfectionnés et intelligents, les robots sont les nouvelles vedettes de la Silver Economie. Dotés de parole et de logiciels sophistiqués, ces êtres humanoïdes veillent au confort et à la santé des seniors au quotidien… jusqu’à leur tenir compagnie ! Petite sélection des robots d’assistance les plus détonants.

Future Mag – Arte – 06/05/2015

Comment évoluera la société si les robots prennent tous les emplois ?

De nos jours, de plus en plus d’activités sont réalisées par des machines automatisées et ce mouvement prend de plus en plus d’ampleur. Que se passera-t-il alors lorsque les robots nous auront tous remplacés au travail

Zeynep Tufekci est une chercheuse à l‘université de Caroline du Nord, passionnée de technologie et de sociologie. Elle nous donne sa vision des choses lorsqu’on se pose la question de savoir si les humains devront toujours travailler lorsque les robots nous auront remplacés dans notre travail.

Actuellement, nous avons un manque de personnes pour s’occuper d’autres personnes qui en ont besoin (dans les hôpitaux par exemple). En réalité, le problème vient du fait que ces emplois ne sont pas assez payés pour attirer les travailleurs.

Cette situation est souvent négligée dans tous les secteurs nécessitant une certaine qualification. L’économie de marché impose le fait que les pénuries de travailleurs augmenteront les salaires de ces derniers. Si les employés sont rares, leur valeur augmentera.

Lire la suite

Les robots inspirés des animaux / Des plantes aux facultés dé-polluantes

Le magazine “Future” explore les promesses offertes par les dernières découvertes et inventions. Au sommaire de ce numéro très nature : une balade en compagnie de robots inspirés des animaux et un sujet sur les plantes capables de dépolluer des sols à l’agonie.

Japon : Une hôtesse d’accueil androïde d’un grand magasin de Tokyo

À Tokyo, un robot humanoïde prénommé Chihira Aico vient de commencer son travail d’hôtesse d’accueil dans un grand magasin.

Nous espérons qu’elle fera parler d’elle. C’est un moyen plus agréable de communiquer des directions plutôt que de toucher un plan interactif. Nous pensons qu’elle déclenchera un ou deux fous rires parmi les clients“, explique Hitoshi Tokuda, directeur du développement chez Toshiba.

À quoi ressemblera la Troisième Guerre mondiale ?

Depuis la Seconde Guerre mondiale, l’armement n’a eu de cesse de se moderniser et les armes de destruction massive se sont multipliées. Que se passerait-il si une nouvelle guerre totale venait à éclater ? “Ghost Fleet : A Novel of The Next World War”, est un roman dans lequel les auteurs américains P.W. Singer, expert en relations internationales et August Cole, analyste et consultant en sécurité militaire, imaginent un conflit mondial moderne.

Guerre en Ukraine, tensions géopolitiques au Moyen-Orient, intimidations sino-japonaises pour le contrôle des îles Senkaku dans le Pacifique… Les théâtres de potentielles rixes entre nations se multiplient dangereusement. Les pourparlers des Nations unies, la peur de sanctions économiques et le traumatisme de la guerre froide parviennent encore à freiner les velléités guerrières de pays en quête d’une plus grande puissance.

Supportés par l’accessibilité croissante de la documentation open source et une porosité de la sécurité des réseaux, le piratage informatique et l’espionnage industriel vivent leurs plus beaux jours. Une situation propice au déclenchement d’une guerre technologique totale. Peter Warren Singer et August Cole  en ont imaginé la teneur. En résulte un monde dans lequel les drones et les robots autonomes seront en première ligne.

L’ouvrage, dont la publication est prévue pour le 30 juin 2015, s’axe sur ce postulat : la guerre de demain sera centrée sur l’espace et le cyberespace. Finis les déploiements massifs d’infanterie sur le terrain, place à une armée d’informaticiens et d’ingénieurs militaires vérifiant à distance l’efficacité des prises de décisions de leurs robots de combat autonomes.
Lire la suite

Un champion de ping-pong affronte un robot

L’Allemand Timo Boll est un des meilleurs joueurs de tennis de table du monde. Et il s’est essayé à un challenge inédit en se frottant à robot chinois, le KUKA KR AGILUS, fabriqué par KUKA Robotics à Shanghai.

Il s’agit d’un des robots les plus rapides et précis existant. Alors, qui de l’homme ou de la machine va l’emporter? La réponse en vidéo…

Considérations éthiques à l’ère du journalisme robotisé

Dimanche soir, les robots-journalistes du journal Le Monde produiront – comme la semaine dernière *- résultats et fiches d’élections par milliers, très rapidement. Cette initiative arrive après celle de l’agence américaine Associated Press (AP) laissant depuis quelques semaines des machines écrire les résultats financiers ou sportifs.

Car les journalistes sont enfin disponibles pour des tâches plus gratifiantes, à plus forte valeur ajoutée. Vérifier, donner du sens, notamment. Ce qu’on leur demande, d’ailleurs !

Il n’empêche ! Des questions légitimes, souvent éthiques, se posent. Tom Kent, directeur adjoint de la rédaction d’AP, responsable des standards d’écriture et des guides de style de l’agence de presse, vient d’en lister 10.

1 – Les données d’origine sont-elles fiables ?
Lire la suite

Pologne : Construire son propre robot

La tâche pourrait paraître ardue. On imagine en effet une armada d’ingénieurs et techniciens de haut vol pour mettre au point des appareils de plus en plus intelligents ou tout au moins interactifs.

Or des chercheurs de l’université des sciences et de technologie de Cracovie en Pologne ont rendu la vie plus facile aux aspirants inventeurs… en développant un appareil en robotique innovant et qu’ils ont appelé RoboCORE.

L’intelligence artificielle, ou la défaite de l’être humain

Par Jean-Michel Besnier, professeur d’Université à Paris-Sorbonne, auteur de Demain les posthumains (2009) et de L’homme simplifié (2012) aux éditions Fayard.

L’intelligence des autres est parfois terrifiante. Quand elle vous surprend par sa clairvoyance dans une situation compliquée, quand elle suggère avec élégance des solutions à des problèmes qui vous décourageaient. Un sentiment d’injustice vous saisit alors : « le bon sens n’est pas la chose du monde la mieux partagée ». Mais on se console, en se félicitant que la nature humaine accueille aussi le génie.

L’intelligence exceptionnelle reste humaine, l’autre qu’on admire demeure un alter ego. Qu’en est-il, par contre, de cette intelligence dite artificielle dont Bill Joy, Stephen Hawkin, Elon Musk et Bill Gates redoutent qu’elle mette un terme à l’espèce humaine ?

On s’est amusé d’abord des prétentions des cybernéticiens des années 1950 qui envisageaient de fabriquer un humain artificiel. La reprise de vieux fantasmes issus du Golem s’inscrivait alors dans la dynamique d’un progrès technique dont on attendait qu’il satisfasse les attentes de l’humanité.

L’IA était un adjuvant qui devait fournir des moyens de nous épanouir: les premiers jeux électroniques assuraient les divertissements nécessaires aux hommes modernes ; les premiers systèmes-expert relayaient efficacement le savoir-faire des médecins ou des plombiers ; on attendait de machines à traduire qu’elles nous offrent de communiquer par-delà les frontières nationales…
Lire la suite

Quand les humains n’auront plus besoin de postuler [Rediff.]

Depuis la révolution industrielle, l’être humain n’a cessé de créer des machines, afin d’automatiser les tâches difficiles ou rébarbatives. Ceci a amené une abondance qui n’était pas envisageable avant. Aujourd’hui, nous sommes devant un constat qui demande réflexion sur l’orientation que prend notre société.

En effet, l’automatisation de tous les secteurs d’activités posera de véritables problèmes pour l’emploi dans l’organisation sociétale actuelle. Cette vidéo que nous avons traduite et doublée nous montre à quel point ce sujet est crucial et le sera de plus en plus avec l’avancement effréné des technologies d’automatisations.

Lauren Fletcher veut planter un milliard d’arbres avec ses drones

Lauren Fletcher est un ex-ingénieur de la NASA qui a de la suite dans les idées. Son projet : utiliser ses connaissances en aérospatial pour créer un prototype capable de planter un milliard d’arbres en un temps record et sans intervention humaine !

Quand on y pense, son idée est d’une simplicité déconcertante. Il a équipé un drone de canons à air comprimé qui projettent des boulettes biodégradables contenant les graines de la vie forestière. Ces engins volants pourraient ensemencer de larges espaces et de cette manière « industrialiser » la plantation d’arbres. Sa logique est simple « pour contrer le rythme industriel de la déforestation, nous avons besoin de replanter à un rythme industriel. »

Planter des graines à la main est un processus lent, beaucoup plus lent que le rythme effréné de la déforestation. Avec un de ses petits robots volants, l’ingénieur espère pouvoir planter 36.000 graines par jour, même dans les zones les plus difficiles d’accès. Objectif à long terme, planter 1 milliard d’arbres par année ! De quoi donner le vertige à Forest Man.

L’humain ne pourrait pas réaliser une telle prouesse à moins de se coordonner à l’échelle nationale comme l’a fait l’Irlande et ses 1 million d’arbres en 1 jour.
Lire la suite

Suisse : Seiche mécanique pour robot sous-marin

Sepios est un robot sous-marin doté de quatre nageoires qui a été conçu par deux étudiants de l’ETH de Zurich. Inspiré avec plus ou moins de réalisme d’une seiche ses nageoires sont composées de neuf segments mobiles sur 270 degrés. Chaque segments est équipé d’un servo moteur. Le corps du robot contient une vessie natatoire mécanique qui permet au robot d’ajuster sa flottabilité.

Faut-il avoir peur des robots ?

Est-ce qu’un jour les robots et l’intelligence artificielle en général vont dominer l’humanité? C’est la question que se posent de nombreux experts dans le domaine qui viennent de cosigner une lettre ouverte. Ils demandent aux chercheurs de ne pas tomber dans les pièges de la technologie.

Parmi les signataires des noms prestigieux tel Stephen Hawking ou encore le cofondateur de Skype Jaan Tallinn ou le PDG de SpaceX Elon Musk. Francesca Rossi a aussi signé elle enseigne à Harvard et à Padoue. Elle revient sur ce qui l’a poussé à signer cette pétition.

Chine : “L’usine du monde” se robotise

De plus en plus chère, de plus en plus rare, la main-d’œuvre chinoise est peu à peu remplacée par des robots. Dans les bassins industriels, ce sont les autorités qui subventionnent cette mutation.

Tous les ans, dès le mois de novembre, les usines du delta de la rivière des Perles [près de Canton] et du delta du Yangtsé se mettent à rechercher frénétiquement des ouvriers. D’année en année, alors que le manque d’ouvriers s’accentue, les entreprises de ces centres industriels multiplient les annonces, et les plus grandes vont recruter jusque dans le centre du pays, dans les régions intérieures.

Mais les usines chinoises accueillent désormais en leur sein la société d’électronique Jiateng, de la ville de Shunde, décrit le sort des ouvriers non qualifiés : “Ce sont les manutentionnaires qui exercent le travail le plus pénible. Beaucoup ne restent pas plus d’une semaine. On a un taux très important de renouvellement du personnel. Dans le temps, on avait de meilleurs ouvriers, mais maintenant il y a des jeunes qui ne tiennent même pas une journée!

Les ouvriers de la nouvelle génération ont suivi au moins neuf années de scolarité obligatoire ; ce sont des enfants uniques, qui préfèrent aller travailler dans des bureaux pour 3.000 yuans plutôt qu’en usine pour un salaire de 4.000 yuans, renchérit M. Nong. De plus, les cotisations sociales et le salaire moyen ne cessent d’augmenter au fil des ans [sous la pression des revendications ouvrières et du manque de main-d’œuvre], et, robot ou pas, on manque de personnel !

Depuis 2013, la quantité de main-d’œuvre disponible est en baisse
Lire la suite

États-Unis : 1800 scientifiques se demandent si l’espèce humaine devait craindre l’avènement des robots

Peut-on vivre en harmonie avec les robots? C’est la question à laquelle une récente étude tente de répondre. En effet, pas moins de 1.800 scientifiques ont exprimé leur point de vue et les avis sont très partagés.

Voici le résultat de l’étude de l’Université d’Elon aux États-Unis: 52 % des scientifiques qui se sont exprimés lors de cette étude sont persuadés que l’impact de la robotique permettra de créer de nouvelles perspectives pour l’Homme, une certaine valeur ajoutée, avec la création par exemple de nombreux emplois liés à ce secteur bien spécifique. On imagine en effet très bien la nécessité d’un large éventail de techniciens et d’ingénieurs pour le soin et la maintenance de nos nouveaux amis.

Les progrès en robotique permettent, entre autres, de soutenir notre charge de travail et aussi de nous remplacer dans des secteurs laborieux, dangereux ou de précision. On s’imagine déjà dans un univers à la Star Wars avec des robots utilitaires à chaque coin de rue, avec pourquoi pas un petit R2D2 en guise de compagnon pour nous apporter le café. L’automatisation par la robotisation va aussi faciliter l’ouverture de nouveaux marchés.

Lire la suite

Japon : Au pays des robots

Ils remplacent les ouvriers dans les usines, les vendeurs dans les magasins. Ils tiennent même le rôle d’animateurs de maisons de retraite. Les robots ont envahi la vie quotidienne des Japonais.

Confronté à la décroissance démographique, l’archipel a fait le choix du robot. Rencontre avec les plus célèbres concepteurs du pays et de leurs créatures venues du futur.

Japon : au pays des robots

Ils remplacent les ouvriers dans les usines, les vendeurs dans les magasins. Ils tiennent même le rôle d’animateurs de maisons de retraite. Les robots ont envahi la vie quotidienne des Japonais.


Confronté à la décroissance démographique, l’archipel a fait le choix du robot.

Pierre-François Lemonier et Christophe Barreyre sont allés à la rencontre des plus célèbres concepteurs du pays et de leurs créatures venues du futur.

Merci à Olivier

D’ici à 2030, des processeurs d’intelligence artificielle remplaceront-ils les avocats ?

Les processeurs d’intelligence artificielle pourraient être capables, d’ici à 2030, d’exécuter les tâches accomplies aujourd’hui par de jeunes avocats et détruiront donc leurs emplois, prévoit un rapport du cabinet de conseil juridique Jomati Consultant.


Les avocats, bientôt une espèce en voie de disparition ? C’est ce que prévoit un rapport publié par le cabinet londonien de conseil juridique Jomati Consultant, repris par le site spécialisé Legal futures le 1er décembre.

La menace qui plane sur cette profession n’est autre que… l’intelligence artificielle, souligne ce document intitulé “Civilisation 2030 : le futur proche des sociétés juridiques”. Selon cette enquête, les progrès dans le domaine sont tels qu’un robot sera capable d’ici 15 ans de réaliser le travail d’une douzaine de jeunes associés, encore au bas de l’échelle hiérarchique.
Lire la suite

Desire

Dans le monde du travail, se reposer sur ses acquis se traduit bien souvent par une obsolescence prématurée. C’est ce que tente de démontrer ce court-métrage d’animation qui met en lumière le quotidien d’un robot ouvrier se retrouvant confronté à un concurrent plus performant.

Ce court-métrage d’animation est le fruit du travail de Scott Thierauf, créatif chez Red Echo Post. Il décrit son œuvre comme une « spirale infernale de jalousie, de ressentiments et de désirs non maîtrisés ».

En d’autres termes, le film de Scott met en lumière la nécessité d’améliorer en permanence son savoir-faire pour ne pas se faire dépasser par la concurrence dans le milieu du travail.