Loin des tranchées : quand les multinationales européennes engrangeaient déjà les profits de la guerre

Septembre 1914. Alors que les armées allemandes envahissent le Nord de la France, la mobilisation générale sonne aussi pour les industriels. Le gouvernement charge de grands patrons français de réorganiser l’économie, placée au service de la guerre. Mais pas question pour autant de sacrifier les profits ! Des deux côtés du Rhin, les bénéfices explosent pour quelques grandes entreprises. Une situation qui suscite colères et débats alors que des centaines de milliers d’hommes tombent au front. Plusieurs de ces « profiteurs de guerre » d’hier sont devenus les multinationales d’aujourd’hui.

George Grosz : “Eclipse de soleil”

6 septembre 1914. Les avant-gardes allemandes arrivent à Meaux, à une cinquantaine de kilomètres de Paris. Interrompant trois semaines de retraite, les armées françaises et britanniques font volte-face pour mener la première bataille de la Marne. À l’arrière, la mobilisation industrielle commence. Car la guerre semble devoir durer. Après un mois de conflit, l’armée manque déjà d’artillerie et de munitions. L’état-major réclame 100 000 obus par jour pour ses fameux canons de 75 alors que les ateliers n’en fabriquent que 10 000.

Lire la suite

La Chine, prochain eldorado pour la voiture électrique ?

Les villes chinoises ont beau être saturées par la pollution atmosphérique, les voitures électriques y sont rares. Mais le vent tourne selon les constructeurs, qui tablent sur un marché potentiellement gigantesque, stimulé par des coups de pouce des autorités.

En accueillant le week-end dernier à Pékin le premier “e-Prix” de Formule électrique, la deuxième économie mondiale a marqué un point dans la promotion sur son sol des véhicules verts.

Les habitants de la capitale ont découvert avec surprise des bijoux de technologie frôlant les 200 km/h. Avec le message sous-jacent: les performances sous vos yeux se retrouveront dans la voiture que vous pourrez bientôt acheter.

Actuellement seuls 70.000 véhicules électriques et hybrides roulent sur les routes chinoises, selon les médias d’Etat. Pékin s’est néanmoins fixé l’ambitieux objectif de 5 millions de véhicules de ce type en circulation d’ici à 2020.

Lire la suite

Des voitures sans pilote bientôt testées en France

Le gouvernement français veut autoriser à partir de 2015 les tests de voitures autonomes sur routes pour aider les constructeurs et les équipementiers automobiles nationaux à progresser dans le domaine.

Cette initiative a été prise dans le cadre des plans de la Nouvelle France industrielle lancés en septembre par le gouvernement et encouragés par Arnaud Montebourg, pour doper l’industrie et l’innovation dans les dix ans à venir. «Dans le cadre du plan, de premiers essais en route ouverte auront lieu dès 2015, en parallèle du lancement de projets de recherche et développement», selon un document du ministère de l’Économie.

Lire la suite

Avec ou sans sanctions, les affaires des Européens en Russie en souffrance

Adidas manquera ses objectifs cette année, les fabricants allemands de machines-outils aussi: le mal est déjà fait pour beaucoup d’entreprises actives en Russie, avant même l’entrée en vigueur de sanctions économiques contre Moscou dont l’impact supplémentaire est difficile à évaluer.

D’abord, plus de chemise !
- Maintenant, plus de pantalon !
(caricature américaine)

Sur fond de crise ukrainienne, l’Union européenne a décidé d’interdire à partir de vendredi d’exporter certains produits vers la Russie et de bloquer l’accès aux marchés financiers européens à certaines banques russes.

Mais pour les entreprises implantées en Russie, cela fait déjà des mois que les affaires sont en souffrance, souligne la fédération allemande VDMA des fabricants de machines-outils.

Lire la suite

Les groupes du CAC 40 sont-ils encore français ?

Un jour encensé pour une grande opération internationale ou une grande réalisation industrielle, le lendemain conspué pour indifférence à la patrie ou incivisme fiscal… Le CAC 40 – c’est-à-dire l’ensemble formé par les quarante plus grandes entreprises cotées à la Bourse de Paris – suscite des sentiments contrastés, souvent passionnés. Il cristallise les rapports complexes et ambivalents des Français aux entreprises.

Concession Renault à Shanghai, en Chine

Avec une question sous-jacente : ce CAC 40 est-il encore réellement français ? À partir ainsi à la conquête du monde et de nouveaux marchés, ces entreprises n’en oublient-elles pas leur pays d’origine ? Le reproche leur est souvent fait. « Là où on a un vrai déficit, c’est avec les grandes entreprises du CAC 40 qui ne font pas travailler la France », s’emportait récemment Arnaud Montebourg.

De fait, à l’aune de nombreux critères, ces grands groupes ne sont plus vraiment tricolores. Non qu’ils aient déménagé. Mais ils sont devenus, pour certains en tout cas, d’authentiques multinationales, des «world companies».

Lire la suite

Iran : les Etats-Unis prêts à sanctionner Michelin

Preuve s’il en était besoin que les sanctions mises en place contre l’Iran pour freiner ses ambitions en terme de nucléaire militaire seraient avant tout destinées à préserver les intérêts économiques et financiers des firmes US ….

Alors que début février, le secrétaire d’État américain, John Kerry a tenu à appeler directement le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius pour lui signifier ouvertement son désaccord, suite au déplacement sur le sol iranien de plus d’une centaine de patrons d’entreprises du CAC40, effectué à l’initiative du Medef, trois sénateurs républicains viennent de s’adresser au Pentagone pour lui demander de sanctionner les compagnies françaises qui cherchent à établir des relations commerciales avec l’Iran.

En visant en tout premier lieu Michelin, lequel pourrait faire de l’ombre à Goodyear ? Il n’est pas interdit d’y penser …

Lire la suite

Les frères ennemis André Citroën et Louis Renault: pour la course du siècle

Si Renault et Citroën, fleurons de l’industrie automobile, appartiennent au patrimoine français, leurs fondateurs restent méconnus. Ces deux frères ennemis ont partagé les bancs du lycée Condorcet, à Paris, ils se sont ensuite livré une concurrence acharnée, façonnant l’histoire industrielle du pays. Pourtant, malgré leur incroyable réussite, ces deux génies de l’automobile connaissent un destin tragique.

Retraite : Des anciens de Renault se retrouvent sans ressources

Sandouville (près du Havre): plusieurs dizaines d’anciens salariés du constructeur d’automobiles, séduits à l’époque par un plan de départ volontaire,  ne touchent que 332 euros par mois.

Le plan s’appelait PRV comme Plan Renault Volontariat. En 2008 plus de 200 salariés de l’usine de Sandouville avaient signé pour un départ volontaire. Mais ils ont vite déchanté, car pénalisés par le report de l’âge de la retraite ils sont devenus ni chômeurs ni retraités et se sont retrouvés sans ressources.

Regroupés au sein d’un collectif, 91 de ces ex-salariés avaient mené une action juridique contre leur ancien employeur et ont obtenu en août dernier gain de cause avec un accord amiable sous la forme d’une transaction (dont le montant est resté secret) visant à arrêter le contentieux.

Une approche purement juridique qui laisse au bord du chemin plusieurs dizaines d’autres salariés dans le même cas, mais qui n’avaient pas rejoint le collectif. Pour ces ex-salariés, la situation devient préoccupante puisqu’ils ne touchent plus les Assedic et pas encore la retraite. Certains n’ont que 332 euros par mois.

C’est le cas de Gérard Lescene (39 ans chez Renault) qui raconte sa situation catastrophique et déclare vouloir se défendre, même si le combat s’annonce long…

France3

(Merci à Anthonin)

Quand Obama oblige Renault à quitter l’Iran

Le “diktat” du président américain oblige Renault à cesser toute activité en Iran. Faute de quoi, l’Alliance Renault-Nissan risquerait de ne plus pouvoir commercer avec les États-Unis. Renault a produit à travers ses partenaires 100.000 voitures en Iran l’an dernier… Déjà, PSA avait dû se retirer en 2012 sous la pression de GM. Un manque à gagner pour l’industrie tricolore !

“Le président Obama a donné l’ordre de cesser l’activité en Iran”, a affirmé ce vendredi, Carlos Tavares, Directeur délégué de Renault, non sans ironie et une certaine amertume.

Faute de quoi, les entreprises qui commerceraient encore avec ce pays se verraient interdire toute activité aux États-Unis. “Des  discussions diplomatiques ont lieu d’État à État entre la France et les États-Unis” à ce sujet. Mais, en attendant d’éventuelles avancées sur ce sujet, Renault se voit contraint, après PSA, d’interrompre ses lucratives activités en Iran.

“On n’a pas le choix”; souligne Carlos Tavares.

Implantés historiquement, les deux constructeurs français sont frappés de plein fouet par le “diktat” américain. Ils détenaient tous les deux une part très importante du marché local… contrairement aux multinationales de Detroit GM ou Ford qui  en étaient absentes !

100.000 voitures
Lire la suite

Inde : Le marché automobile en chute libre après 10 ans de course folle

Jusqu’à peu considéré comme un eldorado pour les constructeurs automobiles, le marché indien enregistre sa chute la plus forte depuis 12 ans. En février, dernier chiffre connu, les ventes de voitures ont chuté de 26% par rapport à février 2012. Les marchands rivalisent d’offres mirobolantes pour appâter le chaland.

Allez-y, pincez-vous!” clame une publicité pour la Vento du constructeur allemand Volkswagen, vendue 13.400 dollars US. Mais l’acheteur n’a pas besoin de sortir le porte-monnaie tout de suite. Il échange son vieux véhicule contre le neuf, effectue un paiement symbolique d’une roupie et ne commence à payer que dans un an.

Parmi les offres en apparence alléchantes figurent aussi des ristournes allant jusqu’à 20% et des prêts sans intérêt. Reste à savoir si cela suffira à réveiller le troisième marché automobile asiatique et à écouler les stocks qui se sont formés ces derniers mois, faute d’acheteurs.

Sur l’exercice en cours, clos le 31 mars, les ventes devraient reculer par rapport aux douze mois précédents, après dix ans de croissance continue, selon la fédération indienne des constructeurs automobiles (SIAM).
Lire la suite

Usines françaises : L’hécatombe

1.300 petites entreprises qui faisaient le tissu industriel ont disparu depuis 2009. Seuls les salariés concernés se battent… ou se résignent. [...]

Ghislaine Lèchevin, 75 ans, retraitée, et son fils Gérard, 49 ans, CAP d’électromécanicien, chômeur. En médaillon, l’usine FFM de Péronne, dans les années 60, quand elle employait quelque 600 personnes.

Philippe Quévremont a été licencié de la Filature française de mohair de Péronne, dans la Somme, où il a passé trente-trois ans et dont il est devenu le directeur industriel. Il était à trois ans de la retraite.

Depuis, il revient pour vendre les machines, s’occuper. « Quand une usine ferme, on n’existe plus », dit-il. Le lustre passé de l’unique filature de mohair du pays hante les bâtiments du site industriel.

Au faîte de son activité, dans les années 70, l’usine, rachetée par une famille du Nord, emploie plus de 600 personnes, des femmes des environs qui, sitôt le certificat d’études obtenu, intègrent les ateliers.
Lire la suite

1.087 : c’est le nombre d’usines qui ont fermé en France depuis 2009

Depuis 2009, plus d’un millier d’usines ont dû mettre la clef sous la porte. C’est le bilan inquiétant dressé par le cabinet de veille économique Trendeo.

En 2012, quelque 266 usines auraient disparu quand seulement 166 auraient été créées, selon la société de veille économique Trendeo. Au total, le rythme de fermeture se serait ainsi accéléré de 42%. Ce n’est pas loin de la triste performance enregistrée au plus fort de la crise en 2009 avec quelque 379 usines fermées. Résultat : ce sont 1.087 usines qui ont mis la clef sous la porte depuis 2009.

Lire la suite

Les voitures à pile à combustible arriveront chez Renault en 2017

Renault-Nissan a signé un partenariat avec Ford et Daimler pour développer un système commun de pile à combustible.

L’alliance automobile Renault-Nissan a annoncé lundi avoir signé avec l’allemand Daimler et l’américain Ford un accord pour développer un système commun de pile à combustible, avec pour objectif de lancer des véhicules électriques avec cette technologie à partir de 2017.

“Cette collaboration devrait se traduire par le lancement des premiers véhicules électriques à pile à combustible abordables et de grande série au monde à partir de 2017″,

selon un communiqué daté du Japon.

Lire la suite

Europe : Le marché automobile a connu sa plus forte chute depuis 1993

Année noire pour le marché automobile du vieux continent. Les immatriculations de voitures neuves ont chuté de 16,3% dans l’Union européenne en décembre, à 799.407 unités, son quinzième mois de recul d’affilée, selon l’Association des constructeurs européens d’automobiles (Acea).

Sur l’ensemble de l’année 2012, les ventes s’affichent en baisse de 8,2%, à 12,05 millions d’unités. Soit la contraction du marché la plus importante depuis 1993, lorsqu’elles avaient dégringolé de 16,9%, précise l’Acea. Dans la seule zone euro, le recul atteint 11,3%, à un peu moins de neuf millions, selon les calculs de Reuters.

Lire la suite

Renault joue les pionniers du «bas coût» au Maroc

Le constructeur exploite près de Tanger une usine ultramoderne pour sa marque Dacia. Le roi Mohammed VI attire les entreprises étrangères par des zones franches.

Une centaine de bobines de tôle brute, certaines hautes comme un homme, sont entreposées à même le sol. «C’est là qu’une belle histoire commence, explique Paul Carvalho, chef des fabrications. On part du matériau nu pour aboutir, au fond de ce bâtiment, dans 7 à 8 heures, à un véhicule formé, puis complètement équipé et prêt à prendre la route en moins de deux jours.»

L’usine du groupe Renault, la onzième hors de France, ressemble a priori à toutes les autres. Sauf qu’elle se situe au Maroc, pays pas vraiment réputé pour sa tradition de construction automobile, comme le sont la République tchèque, l’Inde, voire la Chine, pour citer les pays à la mode pour produire bon marché avec des normes de qualité exigées par les clients européens.

Lire la suite

Renault : de qui se moque Carlos Ghosn ?

Le PDG de Renault lance un cri de détresse sur la compétitivité de ses usines françaises, oubliant au passage de préciser qu’il a déjà délocalisé 83% de la production actuelle et qu’une baisse des cotisations patronales ne servirait au mieux qu’à maintenir un minimum d’emplois. Restera t-il, dans peu de temps, une usine de production automobile en France ?

(…)

La compétitivité, un simple alibi ?

La réalité, c’est que monsieur Ghosn a fait des choix stratégique par lesquels la marque Renault est devenue, au fil du temps, un moyen de rebadger des productions DACIA (Brésil et Russie) et surtout ne doit pas gêner Nissan et sa filiale de luxe INFINITI si chers à son coeur. Et ce ne sont pas les véhicules électriques dont la diffusion devrait rester confidentielle, qui vont cacher le fait qu’à part la nouvelle Clio (dont seulement une partie sera fabriquée en France) et le serpent de mer Alpine, l’avenir industriel de Renault n’est plus en France.

L’argument compétitivité n’est qu’un alibi. Car, en admettant que le gouvernement français diminue de façon considérable les cotisations patronales, rien n’empêchera les constructeurs automobiles de continuer de développer leur outil de production dans les pays aux coûts salariaux et aux normes sociales les plus bas.

En fait, à terme, les clients de la zone Europe, deviendront des consommateurs d’appoint puisque les constructeurs ont déjà les yeux tournés vers la future clientèle des pays émergents où ils ont des usines ou des joint-ventures qui fourniront un jour ou l’autre… le marché européen.

Lire la suite

Il était une fois les patrons : 1981-2010 La montée des actionnaires

Ce documentaire, qui s’étend du début des années 80 à aujourd’hui, retrace les grandes étapes de la libéralisation de l’ensemble de l’économie française, des rapports entre les patrons et leurs actionnaires et de leur attitude face à la crise économique et financière de 2008. Le documentaire prend pour exemple quatre grandes entreprises françaises : Axa, Renault, Schneider Electric et SEB.

“La finance est repartie de plus belle, elle alimente sans doute la prochaine bulle. Libéralisme, mondialisation et finance ont accouché d’une créature que nul ne maîtrise plus.”

(Documentaire réalisé par Anne Kunvari – France 5 – Juin 2010)

Note : la première partie (Il était une fois les patrons : 1840-1976 La montée de l’Etat) est visible ici.

PSA : le cimetière des illusions idéologiques françaises (Màj vidéo)

Addendum vidéo :

Emission de la chaîne parlementaire Public Sénat, du 12 juillet 2012. Le débat portait sur les difficultés actuelles du groupe Peugeot PSA et de l’annonce de la fermeture de l’usine d’Aulnay (Seine-Saint-Denis), où travaillent plus de 3.000 salariés et d’un plan global de 8.000 suppressions de postes en France.

Image de prévisualisation YouTube

A priori, la décision répond à des raisons géopolitiques, sous la pression de General Motors. PSA, dont le partenaire américain a pris 7 % du capital, doit désormais veiller à ne pas enfreindre les sanctions américaines sur l’Iran. Peugeot a ainsi stoppé net ses exportations en Iran fin février, au moment précis où PSA signait son alliance avec General Motors. Pour Peugeot, l’Iran est un marché très important : c’est 21 % des volumes de la marque, le deuxième marché mondial pour Peugeot.

Un déboire majeur pour PSA qui n’a encore jamais été mentionné dans aucun média français, mais que révèle à l’antenne Jean-Pierre Mercier délégué CGT face à “l’expert” dument mandaté, est la décision (politique) de cesser toute relation commerciale avec l’Iran, principal partenaire de Peugeot à l’exportation, + 20% de son chiffre d’affaires et un marché très bénéficiaire.

La raison de ce revirement de la politique du groupe PSA est l’entrée de Général Motors au capital du groupe français, lequel GM est sous l’influence directe de l’UANI (united against nuclear Iran) dirigé par des néo-cons qui entendent bloquer tout commerce avec l’Iran (Faits & Documents N° 339).

Lire les extraits de Faits et Documents sur Le Journal du Siècle

(Merci à Jeublan)

—————–

Par Laurent Joffrin

Le cataclysme social annoncé hier par le constructeur automobile met à mal les idées reçues sur le libre-échange et la mondialisation.

Lire la suite