Le Québec : la poubelle province

Le documentaire déterre un scandale auquel tous les Québécois et tout payeur de taxes devrait s’intéresser : le modèle québécois de gestion des matières résiduelles est un désastre écologique doublé d’un échec économique.

En dépit des efforts des citoyens, par manque d’investissement et de volonté politique, l’industrie québécoise de la récupération et du recyclage bat de l’aile et la moitié des centres de tri sont menacés de fermeture.

L’or du golfe : pour ou contre l’exploitation pétrolière au Québec

Le Québec doit-il se lancer dans l’exploitation pétrolière? C’est la question que pose le documentaire L’or du golfe. Le réalisateur Ian Jaquier, accompagné de l’artiste d’origine gaspésienne Kevin Parent, a voulu trouver des réponses aux questions soulevées par cette possible exploitation de l’or noir dans le golfe du Saint-Laurent.

Réalisé par Ian Jaquier (Canada – Avril 2015)

Québec : Zoothérapie, quand l’animal devient médiateur

Grâce à la médiation animale, des malades engagés dans un processus de guérison peuvent reprendre goût à la vie. Guilhem Rondot les accompagne dans leur quête personnelle et filme leur relation privilégiée avec un cheval, un chien, un âne…

Un contact aux vertus curatives, qui permet de dépasser ses limites.

Survivre au progrès : Consumés par la consommation

Survivre au progrès est un film documentaire québécois. Inspiré du livre “Brève Histoire du progrès” de Ronald Wright, il pose le diagnostic suivant: la pression incessante en faveur d’une croissance effrénée de la consommation risque d’entraîner la planète dans l’abîme.

Mathieu Roy et Harold Crooks (scénariste et réalisateur du documentaire The Corporation) ont mis six ans et demi à le réaliser.

« Durant le tournage du film, je me disais que, si les gens savaient vraiment ce qui s’est passé aux États-Unis durant la crise, ils sortiraient dans la rue. »

Le réalisateur était invité de “Tout le monde en parle” (émission canadienne) afin de promouvoir son documentaire donnant la parole à de nombreux militants, spécialistes et désabusés du système capitaliste tel qu’il apparaît actuellement.

Le défi est aussi de mettre le holà à la surconsommation

Lire la suite

Canada : Montréal, l’eldorado des Français

Montréal est la deuxième plus grande ville du Canada et se situe dans le sud de la province du Québec, dont elle est la principale métropole. De nombreux Français décident d’y partir pour un nouveau départ, la langue n’étant pas un obstacle puisqu’on y parle français.

D’après les derniers chiffres de 2013, près de 150.000 français sont installés au Canada, mais la majorité vont dans la province du Québec. Les Français fuient-ils le climat économique morose de la France? Au Québec le marché de l’emploi est flexible et dynamique. Ce n’est pas simple pour l’intégration mais aussi pour obtenir son visa ou encore faire reconnaître ses diplômes et expériences professionnelles.

Il existe même un réseau d’expatriés Français à Montréal leur permettant de se retrouver. D’autres ont fait un business pour aider les français à s’expatrier avec toutes les aides pour préparer son départ du côté administratif mais aussi ce qu’il faut faire à son arrivée (compte bancaire, soins, aides pour trouver un logement, taxes et impôts à payer…)

Partie 1:

Partie 2:
Lire la suite

États-Unis : Plaidoyer de scientifiques contre l’exploration pétrolière

Plus de 75 scientifiques spécialistes des océans viennent d’écrire au président américain Barack Obama pour tenter de le convaincre de renoncer à son plan d’autoriser l’exploration pétrolière dans l’Atlantique, le long de la côte est, en raison des risques significatifs pour la vie marine.

« Ouvrir la côte est aux levés sismiques représente un risque aussi sérieux qu’inacceptable pour la vie marine », soulignent les scientifiques issus des universités américaines Cornell et Stanford, mais aussi de diverses institutions internationales. 

Dans leur lettre adressée directement au chef de la Maison-Blanche, ils expliquent ainsi que les levés sismiques utilisés par les pétrolières ont « une énorme empreinte environnementale ».

Lire la suite

La face cachée du sable bitumineux en 4 minutes

Alors que les scientifiques tirent sans relâche sur la sonnette d’alarme concernant l’environnement, les compagnies pétrolières, elles, ont des objectifs de rentabilité à tenir. C’est tristement le cas en Amérique du Nord, au Canada et au Québec où plusieurs projets d’exploitation des sables bitumineux se développent dangereusement. N’est-il pas temps d’abandonner un vieux modèle obsolète et dangereux pour notre survie au profit des énergies vertes ?

La technique la plus polluante

Dans l’histoire de l’exploitation pétrolière, la technique des sables bitumineux fait partie des premières méthodes de production de l’or noir. Elle sera vite abandonnée au profit des puits liquides qui offraient un pétrole brut directement. Mais avec la raréfaction du pétrole, il est à nouveau « de mode » d’exploiter ces sables pour en extraire son précieux liquide. Le souci, c’est que produire du pétrole à partir de sables bitumineux coûte très cher… en pétrole ! On estime en effet qu’il faut utiliser 1 baril de pétrole pour en produire 5.

Lire la suite

Le Québec dit non au gaz de schiste


« Je crois de toute façon qu’il n’y a pas grand intérêt à développer cette ressource, uniquement sur le plan économique et financier. De toute façon, l’acceptabilité sociale n’est pas là », a-t-il déclaré à l’animatrice Céline Galipeau. « Actuellement, je ne vois pas l’intérêt de développer ça. » – Philippe Couillard, Premier Ministre du Québec

Québec : un petit village attaqué par l’industrie pétrolière pour avoir voulu protéger son eau

1,5 million de dollars canadiens, soit un peu plus d’un million d’euros. C’est la somme réclamée par la firme pétrolière Gastem à la municipalité de Ristigouche, en Gaspésie. La faute de cette petite communauté de 168 habitants ? Avoir interdit la fracturation hydraulique dans un rayon de 2 kilomètres autour de ses sources d’approvisionnement en eau.

Pour faire face aux frais de justice – la somme demandée par Gastem représente en effet 5,5 fois le budget municipal annuel -, les citoyens de Ristigouche ont lancé un appel à financement populaire : http://solidariteristigouche.ca

« C’est un règlement populaire demandé par une majorité écrasante des résidents. En adoptant ce règlement, le conseil municipal a fait son devoir de protéger le bien commun de la communauté. », a déclaré le maire de Ristigouche, François Boulay.

Lire la suite

Québec : Les Fermes Miracle

Il y a 20 ans, Stefan Sobkowiak se porte acquéreur d’un verger de pommiers conventionnel dans le but d’en faire un verger bio. Il se rend vite compte des limites du modèle “bio”, toujours basé sur la monoculture.

Stefan décide donc d’arracher la plupart des arbres et de replanter en s’inspirant des principes de la permaculture. Il crée ainsi un oasis d’abondance et de biodiversité qui compte plus de 100 variétés de pommes, plusieurs types de poires, prunes, cerises ainsi qu’une myriade de petits fruits, légumes et autres.

La vie sans plastique : C’est fantastique !

Tout a commencé en 2003, lorsque Jay et Chantal souffraient tous les deux de problèmes de santé non expliqués. Au bout de quelques temps, ils finissent par comprendre que leurs maux sont liés à la mauvaise qualité de l’air intérieur de leur logement, intoxiqué par des moisissures.

Après une inspection des lieux par des experts, on demande au couple de quitter l’appartement immédiatement, tant l’air qu’ils respirent est malsain.On réalise alors l’importance de regarder notre environnement de plus près” explique Jay, d’autant plus qu’à ce moment-là, Chantal est enceinte de 8 mois. Ils sont particulièrement vigilants et s’informent sur l’impact de l’exposition à différentes toxines.

C’est au cours de ces recherches qu’ils prennent conscience de la nocivité du plastique et décident de bannir ceux qui pourraient être en contact avec l’alimentation.

Les dangers du plastique pour la santé

Lire la suite

Gentilly or note to be (Rediff)

À l’aube du 3e millénaire, l’énergie nucléaire semble la solution à la demande croissante d’énergie des sept milliards d’humains. Au-delà des risques d’accidents et de la gestion des déchets irradiés, quels sont les impacts sur la santé? Le documentaire pose la question aux plus grands défenseurs de l’énergie nucléaire ainsi qu’à ses détracteurs.

Québec : La pou-belle province (Docu)

Ce documentaire déterre un scandale auquel tous les Québécois et tout payeur de taxes devrait s’intéresser: le modèle québécois de gestion des matières résiduelles est un désastre écologique doublé d’un échec économique.


Le Québec se classe parmi les plus grands producteurs de matières résiduelles de la planète, devançant honteusement les États-Unis et le reste du Canada. En dépit des efforts des citoyens,  l’industrie de la récupération et du recyclage bat de l’aile et la moitié des centres de tri sont menacés de fermeture.

Pendant ce temps, les propriétaires des plus grands dépotoirs du Québec font des affaires d’or et nous continuons d’enfouir des tonnes de matières, dont 80 % sont pourtant recyclables ou compostables.

Des États et des provinces qui ont mis en place une gestion durable de leurs matières résiduelles ont généré des économies. Certains en tirent même des revenus. Qu’attendons-nous pour prendre ce virage qui profiterait à tous?

États-Unis : Accident impliquant un train transportant du pétrole de schiste

Un train transportant du pétrole et un autre convoi ferroviaire se sont percutés, lundi 30 décembre, dans le Dakota du Nord, un État du Midwest. La collision n’a pas fait de victimes mais a déclenché une série d’explosions spectaculaires et répandu une épaisse fumée noire sur Casselton, une bourgade enneigée à l’ouest de Fargo.

Les autorités ont dû ordonner l’évacuation de cette petite ville de 2 300 habitants. L’accident, survenu seulement à 1 km de cette localité, ne devrait pas manquer de nourrir les interrogations sur la sécurité du transport pétrolier par rail aux États-Unis, qui connaît une forte croissance liée au boom du pétrole de schiste.

Selon la Pipeline Authority du Dakota du Nord, le transport ferroviaire de pétrole y a augmenté de 67% entre octobre 2012 et octobre 2013. Cette hausse s’explique par l’essor du gisement de Bakken ces dernières années grâce à une nouvelle technique de forage. Les deux tiers de ce pétrole sont transportés par le rail.

Mais ce pétrole très léger est hautement inflammable et fait parler de lui depuis l’accident mortel de Lac-Mégantic, durant l’été au Québec. Le déraillement d’un train chargé de wagons-citernes a fait 47 morts et détruit des dizaines d’habitations. Le Bureau canadien de sécurité des transports (TSB) s’était alors interrogé sur l’opportunité de transporter par wagons-citernes ce pétrole de la région de Bakken, qualifié de “violemment explosif”.

Voyage au centre de la mer

A la fin des années 1980, l’homme en savait plus sur l’espace et ses mystères que sur les océans qui couvrent pourtant 70 % de notre planète. Depuis, d’immenses progrès ont été effectués dans ce domaine par la communauté scientifique mondiale. 

On le sait depuis longtemps : notre existence est intimement liée aux mouvements qui animent le cœur des océans, et ce documentaire qui développe des problématiques parfois complexes en apporte de multiples preuves. Les océans, qui transportent de la chaleur ou absorbent une part du gaz carbonique produit par l’activité humaine, conditionnent l’équilibre climatique de toute la planète.

Quelle est cette mécanique qui anime le cœur des océans et permet à la vie d’exister sur notre Terre ? Et quelles sont les menaces qui guettent ce système aussi vaste que complexe ? Le reportage met en lumière les différents moteurs de la circulation océanique et le rôle de l’océan en tant que thermostat de la planète.

Afin de répondre à ces questions de manière originale et surtout accessible au plus grand nombre, ce documentaire retrace le parcours d’une goutte d’eau portée par les courants marins. Une véritable épopée sous-marine qui la reconduit, au bout de 650 ans, à son point de départ.
Lire la suite

Roberto Fiorini : “Capitalisme et immigration”

Interview réalisée avec Roberto Fiorini en juin dernier par le magazine “Le Harfang” (organe de la fédération des québécois de souche) et publiée dans son numéro 5.

Vous avez noté à plusieurs reprises qu’économiquement, l’immigration était nuisible aux peuples qui la subissent. Pourtant, la plupart des gouvernements occidentaux nous présente l’immigration comme la panacée. D’où vient cette volonté étatique d’imposer l’immigration à un peuple qui n’en retire rien ?


Pourquoi l’immigration ?

L’immigration est une arme du capital contre les peuples. Les salariés la subissent par la concurrence économique déloyale que l’immigration fait peser sur les salaires. En permettant des salaires moins disant, l’immigration pèse sur les salariés autochtones, et servent ainsi les entreprises, qui voient leur masse salariale baisser, et ainsi leurs profits augmenter.

Le rôle de l’état est ici de permettre que tout ceci soit possible par l’élaboration de lois qui permettent que ce scénario puisse voir le jour. Les juges rendent ces lois pérennes et la police les fait respecter au quotidien : au final c’est tout un appareil qui collabore à notre remplacement sur notre propre sol. Le degré de conscience de chacun des acteurs de notre auto suicide est différent, mais le résultat est le même.

Lire la suite

Québec : L’explosion de Lac-Mégantic est-elle d’origine criminelle ?

La police canadienne a ouvert une enquête criminelle après l’explosion d’un train àLac-Mégantic. Le déraillement du train de 72 wagons chargés de pétrole avait été suivi d’une explosion qui a ravagé le centre de la petite ville québécoise samedi dernier. La catastrophe a fait au moins 15 morts ; 35 personnes sont toujours portées disparues.

L’inspecteur Michel Forget, chargé de l’enquête, a expliqué qu’il excluait la piste terroriste. Près de deux cents enquêteurs sont actuellement à la recherche d’indices sur place. “Je ne ferai pas de commentaire sur les indices que nous avons trouvés par c’est confidentiel“, a-t-il expliqué mais il a toutefois précisé que certains d’entre eux peuvent laisser penser à des “actes criminels“.

Samedi, les 2.000 habitants de Lac-Mégantic avaient été évacués après l’explosion. Tous ne sont pas encore rentrés chez eux puisque les autorités estiment que le périmètre n’est pas encore totalement sécurisé.


Jour après jour

Court métrage documentaire qui interroge le quotidien des travailleurs des usines papetières de Windsor, au Québec, en 1962.

Jour après jour. Les mêmes gestes. Les mêmes machines. Le même produit. Les mêmes paroles. Les mêmes visages. La même vie.

Est-ce monotonie… Vide… Ennui? Ce sont les questions que pose ce documentaire tourné dans une petite ville de 6.500 habitants qui vivaient au rythme de l’industrie du papier.

Travailler au Québec: “Pour un succès, combien d’échecs?”

Formations ruineuses, bénévolat quasi obligatoire… Loin des publicités qui vendent la Belle province comme un eldorado professionnel, notre contributeur Papanguezwazo livre un témoignage désabusé.

Par (Express Yourself)

À tous ceux qui ont une activité professionnelle dans leur pays et envisagent de migrer vers le Québec… attention au piège! La tentation est forte quand on entend le chant des sirènes, les campagnes de racolage menées par le MICC (Ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles) pour inciter les travailleurs qualifiés du monde entier à venir s’installer dans la “Belle province”.

On ne vous promet rien, mais on ne cesse de vous rappeler que l’on est bien, au Québec: la qualité de vie y est meilleure qu’ailleurs, le coût de la vie l’un des plus bas du monde à Montréal, le système éducatif l’un des meilleurs du monde (rien que ça!). De plus, ne vient pas qui veut: seuls les élus, détenteurs d’un certificat de sélection délivré par le Québec, pourront s’enorgueillir d’avoir été choisis.

Lire la suite

Québec : Superficies records d’OGM

Un nombre record de terres du Québec ont servi à faire pousser des organismes génétiquement modifiés (OGM), l’été dernier. L’écrasante majorité du maïs-grain – mangé par le bétail et la volaille – a été transformé par génie génétique pour être tolérant aux herbicides ou résistant aux insectes.

Au total, 83% des superficies de maïs-grain étaient transgéniques en 2012, contre 74% l’année précédente. Les superficies de canola (à 85%) et de soya (à 59%) étaient aussi largement génétiquement modifiées, l’an dernier.

Même s’il faut payer des droits à Monsanto ou aux autres entreprises qui les vendent, ces semences modifiées par biotechnologies s’avèrent plus payantes.«Les producteurs choisissent tout simplement les semences en fonction des gains de productivité et d’efficacité qu’elles apportent, explique Benoit Legault, directeur général de la Fédération des producteurs de cultures commerciales. La croissance des superficies en semences OGM pourrait donc se poursuivre en 2013.»

Les progrès – qui ne sont pas dus qu’aux OGM – sont énormes. L’agriculteur qui récoltait sept tonnes de maïs par hectare en 1990 peut en espérer le double, cet été.

Lire la suite

Riccardo Petrella : «Halte au nouvel esclavage global !»

Politologue, économiste et professeur émérite à l’Université catholique de Louvain, Riccardo Petrella est une figure emblématique de l’altermondialisme. Fondateur du Groupe de Lisbonne, il a publié de nombreux ouvrages sur la marchandisation du monde, l’éducation, la mondialisation et le bien commun. Président de l’Institut Européen de Recherche sur la Politique de l’Eau (IERPE), il milite toujours activement pour un contrat social mondial fondé sur l’aspiration de toute personne et de tout peuple à la dignité, à la justice, à la liberté et à la paix.

Riccardo Petrella, insiste ici sur le fait que les pauvres sont en réalité des appauvriEs et que la pauvreté est le résultat d’un processus d’appauvrissement. Par la suite, il enchaîne sur ce qu’il nomme les « fabriques de l’appauvrissement ».

Parmi elles, il y a celle de l’inévitabilité de la pauvreté : « il y en a toujours eu et il y en aura toujours ». Elle a comme effet « d’individualiser » la pauvreté dans nos têtes : ce serait de la faute des personnes si elles sont pauvres, tout comme ce serait le mérite des personnes riches d’avoir fait des efforts pour le devenir.

Après avoir expliqué trois autres fabriques de l’appauvrissement (inégalité, injustice et exclusion, prédation de la vie), il poursuit sur la nécessité de mener une campagne visant à déclarer illégale la pauvreté.

Une telle campagne, déjà lancée en Italie, vise spécifiquement à rendre illégales des lois, des institutions et des pratiques sociales et collectives qui attaquent la démocratie, nuisent à la justice sociale et économique et entravent la citoyenneté. Il termine en invitant les mouvements sociaux du Québec à s’approprier cette campagne.

Cette conférence de Riccardo Petrella a eu lieu le 14 octobre 2012 dans le cadre de l’événement Pour que la solidarité mette fin à la pauvreté. Six idées qui changent le monde, un événement organisé par le Collectif pour un Québec sans pauvreté.

Islande : Les ressources naturelles bientôt transférées aux citoyens ?

Les Islandais ont décidé de reprendre leur destin en main. Après avoir refusé le renflouement des banques en 2010 et 2011, ils ont voté lors d’un referendum en octobre, les propositions faites par un comité de citoyens pour élaborer une nouvelle Constitution. Le texte prévoit en particulier que les ressources naturelles soient « détenues par le peuple islandais ». Entretien avec Victor David, juriste de l’environnement à l’Institut de recherche pour le développement (IRD).

Novethic : Le projet de nouvelle constitution islandaise prévoit que les ressources naturelles soient «  détenues par le peuple islandais ». Quelle serait la portée de ce texte s’il était adopté ?

Victor David : Cette formulation est une façon politiquement correcte de parler de nationalisation des ressources naturelles. En Islande, un des grands enjeux concerne les produits de la mer. Quelques grosses entreprises concentrent presque l’ensemble des quotas de pêche. Cette nationalisation permettrait de renégocier les quotas vers une redistribution plus favorable à l’ensemble de la population. Les perspectives de trouver du pétrole dans les eaux territoriales islandaises en mer du Nord ne sont probablement pas non plus étrangères à cette proposition.

Plus largement, la nationalisation est motivée par la crainte de voir des multinationales, voire des États étrangers via des entreprises publiques, accaparer les ressources. La Chine a par exemple essayé d’acquérir des terrains en Islande. Il faut cependant relativiser la portée du texte islandais qui ne fait référence qu’aux ressources non déjà privatisées. Il ne s’agit donc pas pour le gouvernement de faire une chasse aux compagnies privées.

Lire la suite

Québec : L’enjeu des ressources dans le discours indépendantiste

La souveraineté québécoise, « cygne noir » du Canada

L’idée d’une sécession de la Belle Province est pour le gouvernement libéral un « cygne noir » : la probabilité est mince du fait de plusieurs facteurs et dans l’hypothèse où les souverainistes y parviendraient, cela ne serait pas de meilleur augure pour le Canada.

Trois pôles sont à la base de la souveraineté : la monnaie, le droit et la défense.

Premièrement, le dollar canadien (monnaie de référence pour les ressources naturelles) est à parité avec le dollar américain, signe favorable quand on sait que les États-Unis sont le premier partenaire commercial du Québec en termes de volume. Mais par prudence, il conviendra pour un Québec libre de diversifier les partenaires pour les principales ressources (pétrole, gaz, etc.). Cela est d’ailleurs en train de se faire avec le partenariat Transpacifique et l’Accord économique et commercial global (Canada/Europe), en sachant que la province est un contributeur majeur du Canada dans l’exportation des ressources. Ensuite, « la poursuite de cet objectif [de souveraineté] s’exprime dans un cadre défini par les institutions britanniques » (IPSO 2005, 135) et des pouvoirs constitutionnels sont manquants malgré des accommodements raisonnables.

La francophonie est un autre aspect à considérer. En effet, « la politique de bilinguisme officiel a de fait renforcé l’hégémonie de l’anglais » (Id., 78) et que les libéraux bénéficient de l’appui monolithique des non-francophones. Aussi, l’« évolution démolinguistique prévue pour Montréal et ses banlieues […] refoulera vraisemblablement le Parti Québécois (PQ) vers les circonscriptions hors Montréal, dont les populations francophones sont nettement moins souverainistes » (Id., 154) alors que seuls 48% des habitants de l’île de Montréal sont francophones.

Néanmoins, le plafonnement du PQ demeure lié à la conjoncture politique, elle-même liée à la conjoncture économique. Si l’on s’attarde sur la grille de lecture de l’évolution des affrontements, il n’y a plus, dans la période actuelle, de centre de gravité précis dans les économies étatiques. Toutefois, un autre élément pèse, autre que ceux mentionnés ci-dessus.

Les ressources, déterminant décisif de l’indépendance

Lire la suite

Canada : Le boum des banques alimentaires

Un nombre croissant de Canadiens a de plus en plus recours aux banques alimentaires. Plus de 882 000 Canadiens ont fréquenté une banque alimentaire en mars 2012, une augmentation de 2,4 % par rapport à l’année précédente, selon l’étude annuelle de Banques alimentaires Canada dévoilée mardi.


Étude Bilan-Faim de Banques alimentaires (2010)

Le nombre de Canadiens qui ont recours aux banques alimentaires a bondi de 31 % depuis le début de la récession en 2008. La directrice générale de Banques alimentaires Canada, Katharine Schmidt, indique que l’organisme espérait voir le nombre d’utilisateurs se stabiliser avec le temps, mais cela n’a pas été le cas.

Les enfants et les jeunes représentent 38 % des utilisateurs de banques alimentaires, alors que les bénéficiaires de l’aide sociale, les membres des Premières Nations et les familles monoparentales sont également dans le besoin.

La faim se déplace
Lire la suite

Silence on vaccine

De nos jours, l’enfant nord-américain reçoit environ 48 doses de 14 vaccins différents avant l’âge de six ans, soit le double du nombre prescrit 25 ans auparavant.

Des recherches en cours semblent indiquer que la vaccination serait directement responsable de désordres immunitaires ou neurologiques chez certaines personnes prédisposées génétiquement ou neurologiquement à mal réagir aux composantes des vaccins. Autisme, sclérose en plaque, syndrome de Guillain-Barré, myofasciite à macrophages, encéphalites, paralysies, neuropathies et autres; la liste des maladies répertoriées indique bien la gravité de la situation.

Lina B. Moreco trace un portrait inquiétant de cette problématique qui touche l’ensemble de la société. Tourné au Québec, en France et aux États-Unis, son documentaire souligne l’ampleur du phénomène. Outre les victimes, les familles et les citoyens, des chercheurs de haut niveau donnent leur avis sur la question et aident à démythifier les processus complexes régissant les effets secondaires de la vaccination.

Silence, on vaccine met en lumière la nécessité de soutenir des recherches pour mieux comprendre les effets à long terme des vaccins et ainsi mieux protéger la minorité à risque. Ce documentaire profondément humain soulève une question aussi fondamentale que troublante : combien de personnes peut-on accepter de sacrifier dans le silence au nom du bien commun?

Débordements après une manifestation à Montréal: 400 interpellations

Quelque 400 personnes ont été interpellées dans la nuit de mercredi à jeudi à Montréal au terme d’une manifestation festive, déclarée illégale par les autorités, qui l’ont néanmoins tolérée pendant plus de trois heures, avant quelques débordements, a annoncé la police.

Quelque 400 personnes ont été interpellées dans la nuit de mercredi à jeudi à Montréal au terme d’une manifestation festive, déclarée illégale par les autorités, qui l’ont néanmoins tolérée pendant plus de trois heures, avant quelques débordements, a annoncé la police.

Réunis dans un square du centre-ville, les manifestants, qui étaient quelques milliers, avaient été prévenus par la police avant le début de la manifestation qu’elle était illégale, parce qu’ils n’avaient pas fourni à l’avance le parcours qu’ils emprunteraient.

Lire la suite de l’article.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

 

Québec: 300 arrestations et un blessé grave lors d’une manifestation

Plus de 300 personnes ont été arrêtées et 10 blessées lors d’une nouvelle manifestation étudiante dans la nuit de dimanche à lundi à Montréal, selon un nouveau bilan communiqué par les autorités.

Un homme d’une quarantaine d’années a été sérieusement blessé à la tête lors de son arrestation dans un square du centre-ville, mais ses jours ne sont pas en danger. Selon un porte-parole de la police cité par le quotidien La Presse, les policiers venaient de se faire attaquer lorsqu’ils ont chargé.(…)

La manifestation a été déclarée “illégale” par les forces de l’ordre dix minutes après le départ, l’itinéraire n’ayant pas été communiqué à la police contrairement à ce que prévoit la “loi spéciale” votée vendredi et qui a ravivé les tensions entre étudiants et autorités.(…)

Sur le parcours, des vitrines de magasins ont été cassées. Une borne d’incendie a été ouverte, reliée directement à la porte d’un commerce du centre-ville qui aurait été inondé, selon la police.

Après des arrestations de masse aux alentours de 22H00 (02H00 GMT), les manifestants se sont scindés en multiples petits groupes, créant un “chaos indescriptible” dans le centre-ville de Montréal, selon les médias locaux.

Ce mouvement de protestation estudiantin, qui dure depuis plus de trois mois, a pris une autre tournure, plus violente et plus politique depuis le vote vendredi par le gouvernement d’une “loi spéciale”.

Lire la suite de l’article.

Image de prévisualisation YouTube

Canada : le Parlement québécois adopte une loi restrictive sur le droit de manifester

Après un débat marathon, les députés québécois ont adopté le 18 mai une loi spéciale visant à mettre fin au conflit étudiant dans la province. Les grévistes protestent depuis maintenant trois mois contre une hausse progressive des droits de scolarité : presque 82%. Le texte restreint notamment le droit de manifester, et il prévoit également de lourdes amendes pour les contrevenants. Cette législation très restrictive est dénoncée avec virulence par les étudiants qui ont repris leurs marches nocturnes à Montréal, mais aussi à Québec et Sherbrooke.

Image de prévisualisation YouTube

Selon la loi spéciale, c’est la dernière fois que la foule peut spontanément descendre dans les rues de Québec et de Montréal et manifester son opposition à la hausse des droits d’inscription à l’université.

Dès demain, les organisateurs d’un tel rassemblement de plus de cinquante personnes devront déposer leur trajet 8h avant le départ, et la police pourra le modifier si elle juge qu’il remet en cause la sécurité.

Petit détail supplémentaire pour les manifestants de Montréal, ils ne peuvent plus désormais porter le masque, y compris celui qui protège des gaz lacrymogènes. La municipalité vient d’interdire de les arborer en dehors d’occasions très spéciales.

En adoptant la loi spéciale 78, le Premier ministre Jean Charest dit vouloir ramener le calme dans la province.

Lire la suite de l’article.

Québec : Le printemps des étudiants contre la hausse des droits de scolarité

Certains parlent de “printemps érable“, en écho au mouvement de contestation dans le monde arabe et au sirop d’érable, emblème du Québec. Des milliers d’étudiants manifestent depuis 12 semaines pour dénoncer la hausse de 75% des droits de scolarité.

C’est le “Printemps érable” dans la Belle province. Et il est si chaud que des milliers d’étudiants ont défilé nus jeudi dans les rues de Montréal, sous le regard amusé des policiers, pour dénoncer la hausse des droits de scolarité. Les manifestants exigent plus de “transparence” du gouvernement du Québec confronté à une contestation estudiantine sans précédent.

Image de prévisualisation YouTube

Lire la suite

Québec : 20.000 puits sous les terres ou Gaz de schiste

Documentaire de France Mercille et Luce Cloutier, montage François Grondin, d’une durée de 43 minutes ce documentaire révèle l’impact sur les personnes vivant près des puits de gaz de schiste.La fracturation du sol pour libérer le gaz de schiste fracture aussi les hommes, les femmes et les enfants .

Image de prévisualisation YouTube

“L’immigration est notre relance économique”

La ministre de l’Immigration québecoise, Yolande James, qui a récemment rencontré le ministre français du Travail, Laurent Wauquiez, détaille les attentes de la province en matière d’immigration.

Avec la crise économique, le taux de chômage est passé de 7,4% à 8,6% en un an au Québec. Est-ce vraiment le bon moment pour y émigrer ?

- Le contexte économique actuel se traduit un peu différemment au Québec en raison du vieillissement de la population. Dans les trente prochaines années, le nombre des retraités va doubler du fait du départ à la retraite des baby-boomers.

Avec 460.000 départs d’ici trois ans, la croissance de notre population active dépendra totalement de l’immigration: elle constitue notre relance économique.

De quels atouts vaut-il mieux disposer pour avoir plus de chance d’être sélectionné ?

-  Être jeune, maîtriser la langue française ou avoir une famille, que l’on pourra faire venir par le regroupement familial, constituent des plus. De même, bien sûr, que travailler dans un secteur en pénurie, comme les infirmières ou les ingénieurs. Une personne qui aura trouvé un emploi avant de quitter la France verra même son dossier être traité en priorité.

En terme d’intégration, le Québec est aussi connu pour son système des “accommodements raisonnables”, qui permet d’accorder des exceptions ou des dérogations à des minorités (jours fériés spéciaux, port de signes religieux)…

Depuis cette année, nous demandons aux nouveaux arrivants de signer une charte d’adhésion aux valeurs communes: égalité, laïcité des institutions, utilisation du français comme langue officielle…

Beaucoup de Français expatriés au Québec ont connu des difficultés du fait de la non-reconnaissance des diplômes. Que faites-vous pour améliorer cette situation ?

- Nicolas Sarkozy et le Premier ministre québecois Jean Charest ont signé en octobre 2008 un accord visant à créer un espace économique réciproque, avec des accords de reconnaissance mutuels permettant par exemple qu’un ingénieur en France puisse facilement devenir ingénieur au Québec.

Challenges

Le Québec : la panacée du chômage en France

La hausse du chômage donne des sueurs froides à Laurent Wauquiez, au point que le secrétaire d’état à l’Emploi prospecte à l’étranger. Il était vendredi au Québec pour signer un accord : les patrons québécois devraient proposer cette année près de 700 000 offres aux Français.

(Merci à Christopher Johnson)