Une puce électronique sous la peau, c’est désormais possible

Le salon de l’électronique de Berlin a livré ses dernières innovations. Parmi elles, la greffe d’une puce sous la peau qui permettra de déverrouiller une porte à distance, de contrôler la lumière d’une pièce ou de lancer des impressions.

Une puce sous-cutanée avec biocapteurs révolutionne la médecine de demain

Des chercheurs viennent de présenter leur nouveau dispositif : une puce à biocapteurs installée sous la peau qui contrôle l’état de santé et le dosage des médicaments tout en communiquant les données à un mobile. 

Plusieurs équipes de l’école polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) en Suisse, travaillent sur une nouvelle puce à biocapteurs permettant des analyses en continu sur des durées aussi longues que possible.

Lire la suite

Suède : Une société implante des puces dans la main de ses salariés

Bienvenue dans le bureau du futur! Une société suédoise de gestion d’immeubles de bureaux a décidé d’être en avance sur son temps technologiquement. Et pour cela, elle a choisi d’implanter une puce dans la main de salariés du site high-tech. Dans le seul but de faciliter leur vie dans les bureaux, est-il assuré.

Et si votre vie professionnelle devenait aussi simple qu’une caresse sur un bouton ? Fini les badges oubliés, les multiples codes à retenir, les demandes d’autorisation interminables ou les cartes de cantine perdues. Une société suédoise a trouvé la parade : implanter une puce dans la main des salariés. L’idée n’est pas de “ficher” ses employés, mais de faciliter leur quotidien.
Lire la suite

Jacques Ellul : « L’homme qui avait (presque) tout prévu »

La pensée de Jacques Ellul était isolée dans les années 1960. Malgré un léger regain d’intérêt, elle le reste aujourd’hui. Sans doute parce que le penseur bordelais fut l’un des premiers à remettre en cause l’idée de « progrès technique » et l’optimisme technophile à tout crin, un discours qui ne passait pas pendant les Trente Glorieuses.

En 1966, Jacques Ellul s’énerve. Dès l’avant-guerre, il s’est demandé : « Si Marx vivait aujourd’hui, quel serait pour lui le facteur déterminant de la société ? » Sa réponse : « La Technique », c’est-à-dire ce qu’on appelle communément « progrès technique » mais qu’il se refuse à qualifier ainsi : s’il voit bien où est la technique, il ne trouve pas qu’elle apporte de vrais progrès.

Après bien des difficultés, il a réussi à faire publier en 1954 son premier grand livre sur la question, La Technique ou l’enjeu du siècle, lequel n’a guère eu de succès en France ; alors qu’aux États-Unis, où Aldous Huxley l’a fait traduire et publier dix ans plus tard, il a connu un grand retentissement – plus de 100.000 exemplaires vendus – et y a été pris au sérieux, examiné, critiqué, étudié.

Ellul a d’autres raisons de s’énerver : à 54 ans, il est tricard un peu partout. Pas vraiment reconnu par ses pairs de l’université puisqu’il a préféré rester à Bordeaux plutôt que de « monter » à Paris ; absent des médias car il n’a jamais caché ses convictions anti-communistes et anti-sartriennes (à l’époque où Sartre et le PC dominent la pensée, ça ne pardonne pas), et s’est en prime payé le luxe de se proclamer anarchiste.
Lire la suite

RFID : La police totale

RFID : vous avez entendu cet acronyme – ou étiquettes “intelligentes”, “smart tags”, puces à radiofréquence, transpondeurs. Mais que sont-elles exactement ? À quoi servent-elles ? Comment fonctionnent-elles ? Saviez-vous que 2006 était l’année de leur entrée massive dans les entreprises ? Qu’on les injecte à nos animaux ? Qu’elles vous traquent déjà ?

L’idée remonte à la fin des années 1940. Les militaires anglais mettent au point un système d’identification longue distance pour distinguer par radar les avions amis des autres (“Identify : Friend or Foe”). Un demi-siècle de miniaturisation électronique, de mondialisation des échanges, de crises sanitaires, environnementales et alimentaires étend le concept d’identification à celui de traçabilité, désormais appliqué à tout ce que la terre porte d’êtres vivants, de ressources, d’objets.

Saviez-vous qu’elles sont une des premières applications des nanotechnologies, et l’une des spécialités locales, entre le “Pôle de Traçabilité” de Valence et le “Pôle Minalogic” de l’Isère ? Savez-vous que dans quatre ans, sauf révolte, les mouchards électroniques infesteront 30 milliards d’objets – cinq par être humain, Papous compris ? Non ? Alors découvrons ensemble ce bijou de reality-science.

Le premier brevet lié aux RFID date de 1969, déposé aux États-Unis par Mario Cardullo . Jusque dans les années 1980 la technologie reste militaire ou dédiée à la sécurité des sites “sensibles”, nucléaires entre autres. Ensuite le secteur privé la commercialise pour l’identification du bétail avant d’étendre son usage et de standardiser les équipements.

Poubelles du futur

Ce sont les poubelles du futur, équipées d’une puce électronique, elles vont moucharder sur le poids de vos poubelles. L’objectif ? Payer uniquement ce qu’on jette. Et profiter de l’effet « on touche au porte-feuille » pour faire du bien à l’environnement : si on trie davantage, on remplit moins sa poubelle et donc on paye moins… en principe.

Image de prévisualisation YouTube