Suisse : Le réseau social qui mise sur le « porno de proximité »

Basé à Nyon, Social Porn se veut le pendant pornographique de Facebook et vise l’international. «Avec YouPorn, YouTube a sa version X, j’ai donc voulu créer le pendant pornographique de Facebook, qui ne publie pas de contenus X et censure ceux qui s’y risquent», explique le responsable sous couvert d’anonymat, un trentenaire actif dans le porno sur le Web depuis la fin des années 1990.

La plate-forme ressemble à n’importe quel réseau social traditionnel. Des utilisateurs, «des amis» connectés et reliés entre eux, publient, partagent et commentent des fichiers, éventuellement de leur cru. On se croirait sur Facebook, mais la comparaison s’arrête là.

Car ici, les photos de vacances et les vidéos de chatons ont été remplacées par des séances de strip-tease, des vidéos d’ébats sexuels et autres photos particulièrement suggestives. Bienvenue sur Social Porn, à mi-chemin entre le site de rencontre et le site pornographique classique.

Lancée il y a moins d’un an, l’adresse connaît des pics de fréquentation après avoir récemment fait la une du Matin. «Avec toutes ces connexions en même temps, le site a un peu tourné au ralenti», sourit le responsable de socialporn.com, qui a enregistré plus de 4000 nouveaux membres actifs en quatre jours, portant le total de la communauté Social Porn à 90’000 personnes.
Lire la suite

Les médias numériques réduisent les capacités intellectuelles des enfants [Archive]

Manfred Spitzer, psychiatre et spécialiste du cerveau, met en garde les parents et les éducateurs. Le directeur médical de la Clinique psychiatrique universitaire d’Ulm, a déclenché avec son nouveau best-seller «Démence digitalisée, Comment nous perdons nous-mêmes la raison et la faisons perdre à nos enfants» et ses thèses pointues des échos violents dans les médias. Dans son livre, Spitzer étaie, par de nombreux diagnostics neurologiques et de nouvelles connaissances les faits décrits par des spécialistes sérieux des médias, que l’utilisation trop fréquente d’Internet peut rendre bête. Il n’a jamais vilipendé les utilisateurs adolescents et adultes d’Internet.

Dans une interview, il a répondu aux attaques venimeuses de la presse de la manière suivante: «Je n’en fais pas une pathologie, mais je constate: là où il y a des effets, il y a aussi des risques et des effets secondaires.»1 Spitzer ne met pas seulement en garde, il montre aussi ce que les parents, les enseignants et les politiciens peuvent faire pour protéger notre jeunesse.

Ce n’est pas une nouvelle connaissance que la consommation fréquente de la télévision par des enfants en bas âge, des jeux vidéo et des jeux violents pendant des heures, de téléphoner sans arrêt et d’envoyer SMS avec le portable, la publication insouciante de sentiments, de pensées et de photos dans des réseaux sociaux peuvent avoir des effets négatifs sur les pensées, le comportement et les contacts sociaux des enfants et adolescents.
Lire la suite

La pornographie c’est ce à quoi ressemble la fin du monde

par Chris Hedges*

« Cinquante nuances de Grey », le livre comme le film, est une glorification du sadisme qui domine quasiment tous les aspects de la culture américaine et qui repose au coeur de la pornographie et du capitalisme mondial. Il célèbre la déshumanisation des femmes. Il se fait le champion d’un monde dépourvu de compassion, d’empathie et d’amour.

Il érotise le pouvoir hypermasculin à l’origine de l’abus, de la dégradation, de l’humiliation et de la torture des femmes dont les personnalités ont été supprimées, dont le seul désir est de s’avilir au service de la luxure mâle. Le film, tout comme « American Sniper », accepte inconditionnellement un monde prédateur où le faible et le vulnérable sont les objets de l’exploitation tandis que les puissants sont des demi-dieu violents et narcissiques. Il bénit l’enfer capitaliste comme naturel et bon.

Lire la suite

La cité perverse : libéralisme et pornographie

Entretien avec Dany-Robert Dufour : Autour de la Cité perverse

A : Généalogie d’un libéralisme « ultra »

Actu-Philosophia : Tout d’abord, je vous remercie de me recevoir, pour cet entretien autour de votre ouvrage La Cité Perverse. Libéralisme et pornographie [1], ce qui nous donnera l’occasion d’aborder le reste de votre œuvre, qui se compose à ce jour de plus d’une dizaine d’ouvrages, de très nombreuses collaborations à des revues et journaux (Le Débat, Le Monde Diplomatique, Le Monde, l’Humanité, etc.), et de vos enseignements en tant que professeur en philosophie de l’éducation à l’université Paris-VIII, ainsi qu’au sein d’universités sud-américaines (Colombie, Mexique, Brésil).

Dans La Cité Perverse, livre publié aux éditions Gallimard en 2011, vous expliquez que, sans vouloir faire œuvre de moraliste, vous souhaitez mesurer les effets de la perversion, de l’obscénité que nos sociétés postmodernes poussent à leur paroxysme.

Lire la suite

Dany-Robert Dufour : “Le délire occidental”, un essai philosophique qui dynamite le libéralisme et ses avatars

“La mise en coupe réglée du monde par l’hyperclasse autrement dit par l’hyperbourgeoisie financière, transfrontière et postmoderne, hédoniste et déculturée, axée sur la prédation rapide et systématique.” “La Terre, exploitée à outrance par les activités humaines de plus en plus puissantes et aveugles, réagit comme un corps global atteint en ses équilibres fondamentaux…”

Lady Gaga by Jeff Koons

Le résistible désenchantement…

Le monde contemporain a besoin de dynamiteurs. Obstiné, Dany-Robert Dufour est de ceux-là, qui lancent depuis longtemps des alertes. Ses essais ont toujours eu la sonorité du tocsin et la vertu de l’aiguillon.

Pourtant, tout est parti d’une bonne intention, repérée au XVIIème siècle par le philosophe-démolisseur, chez René Descartes et Francis Bacon: “l’exploitation totale et méthodique” de la nature afin de nous en rendre “maîtres et possesseurs”.

L’origine du délire.

Mais ce “programme commun” a abouti à une folie qui nous laisse aliénés au travail mais sans œuvre ou chômeur, distraits mais sans loisir, sexuels mais sans amour, à l’extrémité d’une chaîne de prothèses numériques qui autorise toutes les solitudes onanistes.

Lire la suite

L’Empire du sexe

Avec un chiffre d’affaires annuel mondial estimé à 50 milliards d’euros, l’industrie du sexe occupe une place considérable dans nos sociétés. Prostitution, pornographie, objets sexuels? ce marché est désormais au centre du développement du capitalisme mondial.

Des États-Unis, en pointe sur la production de films, à la Chine, leader dans l’industrie des sex-toys, en passant par la France, avec une visite du dernier cinéma porno de Paris, la réalisatrice explore ce milieu qui fut longtemps laissé en marge mais qui occupe une place de plus en plus visible et assumée.

L’inquiétante évolution de la puberté

Les enfants et adolescents montrent des signes de puberté de plus en plus jeunes. Dans les années 1990, ces signes apparaissaient vers l’âge de 8 ans chez les jeunes filles, la puberté mettant deux ans à se mettre en place. Nos modes de consommation et notre environnement ne sont pas étrangers à l’émergence de ce phénomène.

Aujourd’hui, à quel âge apparaissent les premiers signes de puberté ?

Alain Scheimann : Il a été constaté en Europe et aux États-Unis que depuis les années 2000 la puberté survenait plus précocement qu’avant, notamment chez les filles. Aujourd’hui, il n’est plus exceptionnel qu’une fille ait ses premières règles vers l’âge de 8-9 ans alors qu’avant elles survenaient plutôt entre 10-12 ans.

Comment expliquer la précocité de la puberté ?

Les raisons de l’avancement de l’âge de la puberté ne sont pas claires en Europe ou aux USA. On évoque une croissance plus harmonieuse en raison de moins de maladies dans la petite enfance, une alimentation plus diversifiée. Des relations entre parents-enfants modifiées (moins de traditions, d’interdits) et des changements environnementaux (érotisation de la société, habillage des enfants comme les adultes) seraient également des facteurs déclenchant une puberté à un âge plus jeune en Occident. Enfin, l’environnement avec la pollution (microparticules aériennes), l’alimentation industrielle (pesticides, engrais,…) et l’emploi de nouveaux matériaux contenant de possibles perturbateurs endocriniens pourraient stimuler le système endocrinien qui déclencherait alors plus précocement la puberté.

Lire la suite

Capitalisme porno-puritain

La « culture » pornographique (il paraît que tout est culture aujourd’hui), son esthétique (il paraîtrait que tout a une esthétique aujourd’hui) a envahi la place publique, s’est introduite dans les têtes, a investi les corps. Processus ambigu, devenir plus retors que celui décrié par les pleureuses moralistes ou idolâtré par ceux qui croient naïvement jouir sans entraves.

En corps, un effort, si jouir vous désirez

En guise d’amorce, nous pourrions avancer l’expression de « pornification de la vie » pour décrire ce phénomène très particulier : la pornographie sortie de sa relative clandestinité – ce qui faisait, soit dit en passant, partie de son charme- pour se distiller dans nombre d’interstices de ce qu’il nous reste d’existence.

Le capitalisme, fonctionnant foncièrement à la libido, tend de manière exponentielle à exploiter, non pas le désir (toujours élaboré), mais les (com)pulsions.

Celles-ci, loin d’être à réprimer en soi, loin d’être à corseter au nom de je ne sais quelle pureté fantasmée, sont cependant plus ou moins habilement détournées vers de primaires actes d’achat, de vulgaires actes de rachat de notre frustration. Laquelle, parallèlement, n’est pas à déplorer en tant que telle, car elle peut potentiellement se transformer en objet sublime, si toutefois elle n’était pas exploitée en permanence par une armée de sinistres petites mains, drillées au marketing le plus régressif.

C’est dans ce cadre qu’il nous faudrait penser la jonction mortifère de la pornographie et du capitalisme, en tant qu’agencement puritain.

Lire la suite

Grégory Dorcel: «Le sexe doit avoir un environnement haut de gamme»

A l’occasion du Salon de l’érotisme, Grégory Dorcel, PDG du groupe Marc Dorcel, confie à «20 Minutes» ses inquiétudes sur l’évolution du marché de la pornographie…

Chez les Dorcel, le porno est une affaire de famille. Après Marc, c’est son fils Grégory qui a pris la tête du groupe.

Avec 26 millions d’euros de revenus annuels, Marc Dorcel est le premier producteur mondial dans l’industrie de la pornographie.

Face à l’avènement des pureplayers, AdultFriendFinder et ses 350 millions d’euros de chiffre d’affaires ou Manwin, qui détient 50% des plateformes illégales ainsi que les activités télévisuelles de Playboy, Grégory Dorcel fait le pari de la qualité. A contre-courant du marché français du sexe.

Le porno payant avec la crise, c’est fini?

Marc Dorcel a connu 10% de croissance en 2010-2011 mais le marché de la pornographie est une catastrophe. Nous avons multiplié les investissements et les innovations: les magazines, les chaînes de télévision, la 3D, les services multimédia. Nos concurrents ont arrêté les investissements et donc la qualité. La majorité d’entre eux disparaît.

Lire la suite

Black Mirror : Une histoire digne d’Orwell ou de Huxley

Deuxième épisode de la série “Black Mirror” qui se déroule dans une société futuriste. Une société où il est littéralement impossible d’échapper ou de détourner son regard des écrans. Une société où l’on vit à travers et pour notre « double virtuel ».

Une société où tout se paye. Mais où la monnaie est remplacée par des « miles », des kilomètres qu’on passe sa journée à gagner en pédalant sur un vélo d’appartement. Une société où l’humain est esclavagé. Où la publicité règne, où la pornographie est reine ! Seul échappatoire de cet enfer ? Participer à une émission semblable à « Incroyable Talent ».

Une fois sélectionnés, on leur donne un sédatif, ils passent devant un jury de télévision plus vrai que nature qui les humilie, et le coup fatal… la pression du public.


Une histoire digne d’Orwell ou de Huxley par MayaLila