Leboncoin.fr, premier site d’offres d’emplois devant Pôle emploi

Alors que les chiffres du chômage pour le mois de décembre seront publiés ce mardi, nous vous proposons un focus sur un phénomène qui en dit long sur la situation actuelle du marché du travail.

Le site internet Leboncoin.fr, sur lequel les particuliers postent des annonces afin de vendre des meubles ou des voitures par exemple, est devenu le premier site d’offres d’emplois en France, surpassant ainsi le Pôle emploi. Comment expliquer un tel succès ? Éléments de réponse.

France: le chômage va continuer d’augmenter fin 2014 et en 2015 (Unédic) (Màj)

Addendum du 18 janvier 2015 : D’après les prévisions de l’organisme qui gère l’assurance-chômage, le taux de chômage devrait encore augmenter en 2015, à 10,3% (9,9% actuellement).

La France devrait compter 104.000 nouveaux demandeurs d’emplois sans activité fin 2015.

Conséquences négatives de cette dégradation, le déficit de l’assurance-chômage devrait augmenter, atteignant 4,4 milliards d’euros cette année, contre 3,9 milliards en 2014. Déficitaire depuis 2009, l’organisme devrait donc voir sa dette culminer à 25,9 milliards l’an prochain, un chiffre qui représente 8 mois de recettes!

Challenges


L’Unédic, organisme qui gère l’assurance chômage, a prévu lundi une poursuite de la hausse du chômage, avec 44.000 demandeurs d’emploi sans activité supplémentaires d’ici à la fin de l’année et 96.000 en 2015, plus qu’annoncé en mai.
Lire la suite

La lutte des cadres

Le monde de l’entreprise se durcit. Les employeurs n’hésitent plus à supprimer des postes de cadres pour satisfaire aux exigences du marché. Les candidats aux rares postes proposés entament, alors, un véritable parcours du combattant.

Claire, Jean-Sébastien et Jean-François, quarantenaires issus des ressources humaines, de l’informatique et de la grande distribution, se sont adjoint les services d’un cabinet privé spécialisé dans le reclassement. Chacun apprend à devenir le candidat idéal.

Entre espoirs et déboires, Claire, Jean-Sébastien et Jean-François, suivis en immersion pendant neuf mois, doivent réussir à s’adapter aux nouvelles règles du marché du travail en se reconstruisant, notamment, lors d’un «bilan personnel».

Réalisé par Pauline Frachon et Jean-Yves Cauchard (France 5 – 13/01/2015)

Un psychiatre plaide pour une “médecine préventive des chômeurs”

Le psychiatre Michel Debout, auteur du livre Le Traumatisme du chômage, a plaidé lundi pour la mise en place d’une “médecine préventive des chômeurs“, sur le modèle de la médecine du travail.

Il faut qu’il y ait une médecine préventive des chômeurs, comme il y a une médecine préventive du travail“, a déclaré M. Debout, lors d’une conférence de presse de présentation de son ouvrage, qui sort jeudi aux éditions de l’Atelier.

Dans son livre, il préconise une première consultation médicale “dans les deux à trois mois qui suivent la perte d’emploi”, puis un deuxième rendez-vous “à six mois” pour les chômeurs dont l’état risque de se dégrader ou “après un an de chômage” pour les autres. Enfin, un “dernier examen de prévention sera prévu deux ans après la perte d’emploi” pour orienter le chômeur, si besoin, “vers des soins au long cours”.

La médecine préventive des chômeurs “peut être le fait du médecin du travail ou d’un autre médecin, y compris généraliste, dès lors que cette intervention est pensée comme s’inscrivant dans ce moment de la perte d’emploi”, a précisé Michel Debout.
Lire la suite

Mortin (50) : Une école numérique dans la campagne

À Mortin, aux confins de la Normandie et de la Bretagne, l’école Nové@ forme ses élèves aux métiers de la filière numérique très haut débit depuis sept ans. Les élèves sont encadrés par des professionnels qui leur enseignent du concret. Du BEP au Master 2, l’école propose cinq formations. Tous les cursus prévoient des stages en entreprise et sont financés en partie par Pôle emploi.

La filière devrait recruter d’ici 2030, 25.000 techniciens. “On a besoin de manœuvres, de ressources humaines, qui sont et qui seront non-délocalisables et qu’on retrouvera sur chaque territoire“, indique Marie-Françoise Dujarrier, directrice de Nové@.

La filière est en pleine expansion. Les élèves viennent de tout le grand-ouest et aussi de banlieue parisienne. L’école aide ses élèves à trouver des solutions d’hébergement et procure du travail à 99% d’entre eux.

Les vrais chiffres du chômage en septembre : 67.900 chômeurs de plus malgré 283.300 radiés

Toujours un inscrit sur deux qui ne perçoit aucune indemnité de Pôle emploi. Seuls 2 chômeurs sur 10 sortent des listes pour “reprise d’emploi déclarée”.

Après la fausse baisse du mois dernier, imputable aux augmentations des radiations, le rééquilibre se fait, donc, avec une moyenne hélas courante d’ environ 1000 chômeurs de plus par jour (lissée sur les 2 derniers mois).

Radiations des listes A,B,C,(D,E) de Pôle Emploi par motifs, Septembre 2014 :

  • Défauts d’Actualisation : 194.800, 43,3 % des sorties des listes.

- Radiations Administratives (les punis) : 42.700, 9,5 % des sorties. +4,4 % sur 1 mois

- Autres Cas ( les morts, suicidés, emprisonnés .. ) : 45.800 et 10,2 % des sorties.

Soit 283 300 radiés des listes (63 %) pour autres motifs que :
Lire la suite

Offres d’emploi non pourvues : la machine à fantasme

350 000 offres d’emploi ne trouveraient pas preneurs selon le ministre du Travail. Un chiffre qui alimente le discours sur la fraude bien qu’il ne repose sur aucune étude rigoureuse. 

Fernand Léger : “Les constructeurs”

« En France, 350 000 emplois ne trouvent pas preneurs ». François Rebsamen, ministre du Travail, a repris à son compte une vieille polémique. Il y aurait donc en France  un vivier d’emplois délaissés par des chômeurs plus prompts à vivre de l’assistanat qu’à rechercher activement un travail.

350 000 pour la rue de Grenelle, 400 000 pour le Medef, 500 000 pour Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle 2012, et même 600 000 pour certains journalistes : les emplois non pourvus suscitent fantasmes et envolées peu rigoureuses. Le chiffre avancé par François Rebsamen est d’autant plus surprenant que François Hollande lui-même reconnaissait l’an dernier que « personne n’a la véritable statistique ». Comment l’expliquer ?

Lire la suite

Chômage : les reprises d’emploi au plus bas depuis 2009

La publication, chaque trimestre par le ministère du Travail, des résultats de son enquête récurrente sur « les sortants des listes de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi » est l’occasion de constater que ses statistiques mensuelles minorent systématiquement l’ampleur des retours à l’emploi.

La « faute » en grande partie aux nombreux chômeurs qui se contentent de ne pas pointer lorsqu’ils retrouvent du travail plutôt que de prévenir. De quoi souffler, habituellement, un semblant d’optimisme quand le chômage augmente.

Mais c’est malheureusement loin d’être l’enseignement essentiel de la dernière édition de cette enquête qui porte sur ce que deviennent les ex-chômeurs sortis du décompte de Pôle emploi en septembre 2013. Ce mois-là, le ministère a dénombré seulement 195.118 chômeurs désinscrits parce qu’ils avaient retrouvé un poste. C’est une mauvaise nouvelle : depuis le début de l’enquête trimestrielle, en juin 2002, c’est seulement la cinquième fois que ce chiffre passe sous les 200.000. La précédente, c’était en décembre 2010, soit près de trois ans avant. Et jusqu’à présent, le plancher des 200.000 n’avait jamais été enfoncé un mois de septembre.

L’étude accumule les nouvelles inquiétantes sur les difficultés de réinsertion des chômeurs sur le marché du travail.

Si l’on s’intéresse non pas au nombre absolu mais à la proportion de personnes ayant été désinscrites de Pôle emploi, le constat est encore plus sombre.

Sur les 451.000 sorties enregistrées, 43,3 % seulement ont repris un emploi. Il n’y a qu’en mars 2009 qu’une plus mauvaise performance avait été enregistrée.

Lire la suite

Chômage : Les mauvaises raisons de la baisse

Le taux de chômage a légèrement baissé au dernier trimestre 2013, d’après l’Insee. Hélas ce n’est pas lié à une dynamique retrouvée de l’emploi mais surtout à la baisse du taux d’activité, c’est-à-dire la part des 15-64 ans qui occupe ou recherche un emploi.

L’Insee vient de publier les résultats de l’enquête emploi menée auprès des ménages au quatrième trimestre 2013. Cette enquête fait notamment apparaître une baisse de 0,1 point du taux de chômage officiel au cours de ce trimestre qui passe ainsi de 10,3 à 10,2 % en France (dont les DOM). Alors que le nombre des inscrits à Pôle emploi avait, lui, continué à croître à la fin de l’année dernière.

Au final, François Hollande aurait donc bien réussi son pari d’inverser la courbe du chômage en 2013. Certes, mais c’est surtout pour de mauvaises raisons : le recul du taux d’activité des Français.

Cela fait longtemps déjà que les écarts notables entre les résultats de l’enquête emploi d’une part et les inscriptions à Pôle emploi d’autre part posent problème et suscitent des débats.

Lire la suite

France : Les tribulations d’une chômeuse qui ne chôme pas

Sous forme de lettre adressée à ses confrères « chômeurs ou chômeurs en activité réduite», la journaliste Ariane Dollfus explique, à travers son expérience, comment Pôle Emploi est une machine à dissuader de travailler.

Cher confrère «chômeur en activité réduite»,

Je t’écris parce que même si je ne te connais pas, je sais ce que tu vis. Je suis dans ton cas. Comme moi, tu as été licencié économique, parce que ton entreprise a connu la crise, et a dû se résoudre à un plan social. Mais comme moi, tu ne t’es pas laissé abattre. Tu as droit à 24 mois d’indemnisation chômage (ce qui va très vite) parce que tu as suffisamment cotisé, mais tu ne «chômes» pas en attendant le virement mensuel de Pôle Emploi. Car tu continues à trouver du travail. Coûte que coûte. A enchaîner les contrats courts, les piges, les commandes d’écriture qui ne font pas l’objet d’un CDI, spécimen désormais en voie d’extinction. Tu fais donc partie des 1,594 million de «chômeurs en activité réduite» en décembre 2013 (catégories B et C), et tu as sûrement découvert comme moi à quel point Pôle Emploi est une machine à dissuader le travail. Ce n’est la faute de personne, si ce n’est celle du système, archaïque, complexe, contre-productif malgré lui, et nécessitant une réforme urgente, à l’épreuve ces jours-ci.

La langue française dénigre la personne qui a perdu son emploi. Elle devient « chômeuse ». Du bas latin, « caumare », « se reposer pendant la chaleur ».
Lire la suite

France : Le chômage atteint un niveau record

Le nombre de demandeurs d’emploi sans activité a continué à grimper en janvier en France, portant le nombre de chômeurs au niveau record de 3,31 millions (+0,3%), a annoncé mercredi le ministère du Travail.

En incluant les chômeurs ayant eu une activité réduite (+0,5%), 4,92 millions de demandeurs d’emploi étaient recensés à la fin du mois dernier, du jamais vu.

Après l’échec de l’inversion de la courbe du chômage fin 2013, promise par le président François Hollande, le ministre du Travail Michel Sapin s’est fixé mercredi une nouvelle échéance, en disant “souhaiter” qu’il y ait “moins de chômeurs” fin 2014.

“Toute la politique gouvernementale est axée sur un objectif simple et compréhensible pour tous, à la fin de l’année il faudra qu’il y ait moins de chômeurs”, a-t-il dit. Le ministre a aussi relevé qu’il y avait aujourd’hui “moins de jeunes au chômage qu’il n’y en avait l’année dernière”, attribuant ce résultat à la politique gouvernementale d’emplois aidés.
Lire la suite

Agences de l’État : Un discret puits sans fond

Elles sont discrètes, ne font pas tellement parler d’elles mais engloutissent à elles-seules 20% du budget de l’État. Les agences de l’État, ce sont quelques grandes institutions comme Pôle Emploi ou Météo France mais ces dernières années elles se sont démultipliées.

Connaissez-vous par exemple le FNPCA ou Fonds National de Promotion et de Communication de l’Artisanat, ou bien encore le CNDS, le Centre National de Développement du Sport ? Ces organismes, dont on peut parfois douter de l’utilité, s’additionnent et dépensent toujours plus. Enquête sur des institutions peu connues mais très voraces.

La fumisterie du million d’emplois promis par le Medef

L’offre est alléchante. En échange de nouvelles exonérations et autres petites gâteries accordées aux patrons, le Medef promet de créer 1 million d’emplois nets en 5 ans. Le pactole !

Pour inciter les entreprises françaises à créer 1 million d’emplois nets, le gouvernement social-démocrate devra consentir quelques efforts. En matière de cadeaux au patronat, il n’en est plus à ça près, nous direz-vous.

Les recettes pour remporter le jackpot sont prévisibles : baisse des charges (qui dans la terminologie du Medef signifie cotisations sociales), simplifications administratives, flexibilité, le tout adossé à quelques dizaines de milliards d’économies budgétaires. Une paille !

Pour un million d’emplois nets, le jeu en vaut vraiment la chandelle, même si le perfide Bayrou se plaît à rappeler que 3,3 millions de chômeurs de catégorie A, moins un million d’emplois créés = 2,3 millions de demandeurs restants. La logique arithmétique est implacable !

Lire la suite

Nouvelle hausse du chômage en juin: 14.900 sans-emploi supplémentaires

Après une légère pause en mai, le chômage est bel et bien reparti à la hausse. Fin juin, 3.279.400 demandeurs d’emploi pour la seule catégorie A (sans activité) étaient inscrits à Pôle emploi, en France métropolitaine. Soit 14.900 chômeurs de plus qu’en mai (+0,5%) et 11,2% de plus qu’il y a un an. [...]

Le Parisien

(Merci à Garath)

On ne connaît pas le nombre de chômeurs en France…

On sait juste qu’il va augmenter en 2013 !

Les calculs du chômage, qu’il s’agisse du nombre des demandeurs d’emploi et plus encore du taux de chômage en pourcentage de la population active, ne sont pas simples. Actuellement, les économistes sont un peu perdus et n’ont qu’une certitude: l’inversion de la courbe du chômage, si ardemment voulue par le Président de la République, n’est pas pour la fin de cette année.

L’exercice le plus compliqué consiste à déterminer le taux de chômage, puisqu’il s’agit de déterminer un rapport entre deux variables, le nombre des demandeurs d’emploi  et l’ensemble de la population active ayant un emploi ou non; on multiplie donc les risques d’erreur. Pour le mesurer au sens du BIT –Bureau international du Travail— qui définit des normes internationales, l’Insee réalise en continu une enquête emploi menée auprès d’un échantillon représentatif de la population française.

Comme toute enquête menée par sondage, celle-ci est sujette à ce qu’on appelle des «aléas statistiques». Ce problème, les spécialistes savent le gérer. Mais, depuis le début de l’année, la situation est plus compliquée: du fait, comme le dit pudiquement l’Insee, de «la mise en place de nouvelles conditions d’emploi», le nombre d’enquêteurs disponibles n’a pas permis de couvrir l’ensemble du territoire de façon uniforme.

Lire la suite

Chômage : 40.000 nouveaux inscrits à Pôle emploi en avril (Màj)

Addendum du 31/05/2013 – Zone euro : Nouveau record du taux de chômage, à 12,2% en avril

Quelque 19,37 millions de personnes étaient au chômage en avril dans les 17 pays de la zone euro, précise Eurostat dans un communiqué. En un mois, 95.000 personnes sont venues grossir les rangs des chômeurs au sein de l’Union monétaire et environ 1,64 million en un an.

Dans l’ensemble de l’Union européenne, le taux de chômage était à 11% en avril, comme le mois précédent. Au total, 26,58 millions de personnes étaient au chômage dans l’UE en avril. En comparaison, le taux de chômage était de 7,5% en avril aux États-Unis.

Un retournement de situation n’est pas en vue“, estime Martin Van Vliet, analyste pour la banque ING. “Même si la zone euro sort de récession plus tard cette année, le marché du travail risque lui de rester en dépression jusqu’à l’année prochaine“.

Boursorama
Lire la suite

Les vrais chiffres du chômage de mars 2013

On compte pour le mois de mars 2013 : 29.400 chômeurs de plus, malgré 28.2300 radiés 160.000 emplois (souvent précaires) pour 9.500.000 privés d’emplois et travailleurs pauvres occasionnels.

[...]Radiations des listes A,B,C,(D,E) de Pôle Emploi par motifs, Mars 2013 :
Lire la suite

France : 100.000 emplois détruits en 2012

Selon des données définitives, bien plus sombres que les provisoires, publiées mercredi 13 mars par l’Insee, 44.600 emplois été rayés de la carte au 4e trimestre 2012 dans les secteurs marchands, portant officiellement le nombre de postes disparus à 99.500 pour l’année, contre 66.800 selon l’estimation publiée mi-février.

Sur un an, l’industrie est aussi durement touchée, avec 29.400 emplois supprimés (soit -0,9% par rapport à fin 2011). Du côté de la construction, le solde est aussi négatif pour 2012 (-13.800 postes, soit -1%). Le nombre total d’emplois salariés dans le secteur marchand atteignait ainsi 15,96 millions fin 2012.

L’intérim, réputé précurseur des évolutions du marché de l’emploi, est le plus touché puisqu’il a perdu à lui seul 61.000 postes en 2012 soit 10,7% de ses effectifs.

Pour espérer stabiliser le chômage, il faudrait que l’économie crée 30.000 à 40.000 postes chaque trimestre, selon les économistes.
Lire la suite

“Besoin en Main d’Oeuvre” : Comment Pôle-Emploi réalise “ses” enquêtes

EXCLUSIVITÉ FORTUNE – Les enquêtes BMO (“Besoin en Main d’Oeuvre”) sont effectuées chaque année par Pôle-Emploi. Pascal, l’un de nos lecteurs, nous relate la manière dont les informations sont collectées, formatées et redistribuées. Son récit, tout à la fois amusant, cynique et grave, présente la façon dont on donne des “lignes d’action” aux citoyens particulièrement en détresse. Son récit illustre, par l’exemple, l’aberration de la hiérarchie, de la sous-traitance et de la “culture du résultat”. Cette combinaison donne un cocktail qui devrait ôter tout espoir de parvenir à la “terre promise de l’Emploi” en France, dans ce climat socio-économique. A la veille de la publication des nouveaux chiffres du chômage, il est cependant de bon ton d’espérer ; c’est une question de santé mentale.

Il y a deux semaines j’ai lu un article qui traitait de l’enquête BMO (Besoin en Main d’Oeuvre) effectuée annuellement par Pôle-Emploi auprès des entreprises, institutions et professions libérales de toutes tailles, secteurs d’activité confondus ou presque.

Le journaliste exposait que ”85% des 1,6 million d’entreprises sondées ne répondent pas au questionnaire. Les résultats de cette enquête sont relayés par la presse au grand public”. Ayant participé à une enquête BMO, du 15 novembre au 15 décembre 2011, je souhaite raconter cette courte expérience car cela peut intéresser d’autres personnes.
Lire la suite

Pôle Emploi du Cher (18) recherche “magicien pour transformer du bouleau en boulot”

Un conseiller d’une agence Pôle Emploi du Cher, dans un élan d’ironie ou de lassitude, s’est amusé à poster, vendredi, douze fausses annonces, totalement absurdes, sur le site de son agence. La direction n’ayant peut-être pas le même sens de l’humour, l’agent a “été placé” en arrêt maladie.

Cherche agent de sécurité incendie pour intervenir sur départ de feu, prévenir les risques d’embrasement. Poste réservé aux non-fumeurs“. Certains y voient de l’humour noir quand d’autres trouvent cela déplacé alors que quelques jours avant, un chômeur en fin de droits s’est immolé devant une agence Pôle Emploi de Nantes.

On ne connaît toujours pas les motivations de cet agent

Florilège. “Cherche magicien capable de transformer du bouleau en boulot. Débutants acceptés. Savoir avaler des couleuvres est un plus” ; ou encore “cherche consultant en intelligence économique capable de résoudre la solution suivante : il n’y a pas de solution, que des problèmes” ; ou “cherche psychiatre ou magnétiseur pour aider les conseillers de Pôle Emploi, public difficile, pathologies lourdes. Durée du poste : CDD de deux mois“.

Lire la suite

L’épreuve du licenciement

Ils ne représentent que 5 % des inscriptions au Pôle Emploi et sont 
emblématiques des temps de crise : les licenciements économiques symbolisent les « galères » personnelles, familiales et sociales de tous les chômeurs.

La récession actuelle a replacé sur le devant de la scène les fermetures de sites industriels, les vagues de licenciements économiques et les plans sociaux. Certains cas ont été fortement médiatisés, dans les dernières années : par exemple Peugeot à Aulnay-sous-Bois, Continental à Clairvoix, Molex à Villemur-sur-Tarn… Mais ce sont les avatars récents d’une longue chronique de plans de licenciements, parmi lesquels : Metaleurop dans le Pas-de-Calais en 2003, Moulinex en Normandie 2001, Cellatex à Givet en 2000, Daewoo en Lorraine en 1999, Pechiney sur divers sites en 1996, Chausson à Creil en 1993-1995, Chantiers navals de Dunkerque en 1987, Thyssen à Hagondange en 1979, etc.

Dans les années 1950, déjà, les reconversions industrielles ont été récurrentes. On ne parlait pas alors de la crise, comme on le fait aujourd’hui, mais de crises sectorielles, ayant affecté tout à tour les charbonnages et l’extraction minière, la sidérurgie et la métallurgie, le textile et la confection. Le glissement de vocabulaire (la crise) suggère un changement, mais de quelle nature ?

Lire la suite

Pôle emploi : Mission impossible

Une journaliste des «Infiltrés» a réussi à intégrer une agence importante d’une grande ville française : une embauche sans vraie sélection et avec une formation sur le tas.

Jour après jour, cette infiltrée a découvert la réalité du quotidien des conseillers de Pôle emploi, en sous-effectifs chroniques, écrasés par la bureaucratie et des directives inapplicables, parfois à la violence, et scandalisés par la politique du chiffre.

(France 2 – Les Infiltrés – 01 février 2013)

Pôle emploi : Au coeur de la crise

Ce documentaire propose une plongée au cœur du Pôle emploi de Chaumont, préfecture de la Haute-Marne où, en un an, le taux de chômage est passé de 6 à 10 pour cent. Né de la fusion entre ANPE et Assedic, le pôle emploi saura-t-il répondre à la détresse sociale qui s’empare du pays ?


(Merci à alex1737)

Théâtre : Pôle emploi à la dérive – Un autre regard sur les politiques d’emploi

Quatre conseillers de pôle emploi, et deux « demandeurs d’emploi » dans le cadre syndical du SNU Pôle emploi, décomposent la machine infernale de la fusion ANPE/ASSEDIC. Ou comment dans l’histoire du combat entre l’éléphant et le caïman, ce n’est pas l’éléphant qui gagne…

Quand la logique gestionnaire prend le pas sur l’accompagnement des chômeurs, la politique publique d’emploi est défaite et privatisée. Les conseillers ne sont plus là pour « aider » mais pour orienter le plus rapidement possible vers des officines privées de formation. C’est la destruction d’un métier dont on ne peut sortir que par une alliance entre conseiller et usagers.

La peur du chômage au coeur du système français

Avec les déclarations que vient de faire le chef de l’Etat sur un possible référendum sur l’indemnisation et la formation des chômeurs, on pourrait penser que la France compte aujourd’hui plus de 4,2 millions de fainéants vivant de l’assistanat et d’incompétents notoires !

A compétences égales, une obligation de recrutement de chômeurs de longue durée !

Certes, il doit bien y avoir quelques abus et des candidats à l’embauche mal formés. Mais sincèrement, pensez-vous que les personnes en recherche d’emploi aujourd’hui soient moins compétentes que celles en poste ? N’y a-t-il pas au sein de votre organisation ou de votre entreprise, publique ou privée, des personnes que vous jugez incompétentes au regard de leur fonction ? Reconnaissez-le ! Il y en a.

On ne peut pas établir de corrélation entre la compétence d’une personne et son statut à un moment donné : en poste/au chômage. Dès lors, pourquoi vouloir à tout prix former les chômeurs et non pas systématiquement tout salarié ? Pourquoi encore grever le budget de l’Etat de formations qui pourraient s’avérer inutiles ? N’avez-vous pas dans votre entourage, proche ou lointain, des personnes très compétentes, travailleuses, jeunes ou moins jeunes, qui, en dépit d’efforts ininterrompus depuis des mois, ne trouvent pas d’emploi ? Et s’il était temps de cesser d’opposer les uns aux autres ? Et si la racine du mal était ailleurs ? Dans notre culture.

Lire la suite

Pôle Emploi “au bord de l’implosion”

Les agents de Pôle emploi croulent sous les dossiers. Une enquête réalisée montre que, contrairement aux chiffres officiels qui évoquent une moyenne de 115 chômeurs par conseiller, “la moyenne flirte avec les 200 chômeurs par conseiller” dans les départements de la Seine-Saint-Denis ou le Val-de-Marne. A Garges-les-Gonesses (Val-d’Oise), un conseiller est même censé suivre 516 personnes par mois et un autre à Yerres (Essonne) le chiffre record de 655 chômeurs.

Face à cette situation catastrophique, due à la crise économique, à la montée brutale du chômage et au manque de moyens de Pôle Emploi, des conseillers se sont dit “obligés de jongler” et de se concentrer sur les cas les plus urgents.

Lire la suite

Chômage : Le pire est à venir pour les ouvriers

Le baromètre de Marianne enregistre désormais 4,618 millions de chômeurs. Depuis trois mois, c’est le niveau auquel le chômage s’est stabilisé. Alors que le pays s’apprête à entrer dans la rigueur mise en musique par le gouvernement, que l’Europe peine à défendre sa monnaie comme son industrie, le risque de chômage s’accroît notamment pour la part la moins protégée des salariés: les ouvriers non qualifiés.

« Malgré cette augmentation sur un mois, ce chiffre témoigne de la stabilisation du nombre de demandeurs d’emplois depuis six mois. Le deuxième semestre 2010 aura en effet permis, malgré une reprise économique encore fragile, de stabiliser le nombre de demandeurs d’emplois », a indiqué Xavier Bertrand, ministre du travail.

De retour rue de Grenelle, l’ex-patron de l’UMP, retrouve cet exercice terrifiant qui consiste à commenter des chiffres du chômage en période de récession. Bonhomme, le maire de Saint Quentin a fait contre mauvaise fortune bon cœur en célébrant une « stabilisation ».

Chômage : le pire est à venir pour les ouvriers

Et de fait depuis 3 mois, le chômage semble avoir atteint un plateau. Avec 4,62 millions de personnes hors de l’emploi, notre baromètre s’installe donc à un niveau stratosphérique, qu’il n’avait encore jamais atteint avant septembre dernier.

Même si sa vitesse décroît, la dégradation, portée par la dynamique du chômage caché, est, ce mois-ci encore, au rendez-vous: + 0,4% sur un mois, et + 6,6% sur un an. Au total, le taux de chômage au sens du baromètre Marianne s’établit à 16,4 % en France métropolitaine.

Lire la suite

Chômage : Nouvelle dégradation en novembre

La situation s’est dégradée en novembre sur le front du chômage, avec désormais plus de 4 millions de Français en quête d’un emploi, dont plus d’un tiers de seniors, à qui le gouvernement a promis vendredi une amélioration en 2011, tandis que les économistes restent prudents.

Selon les données du ministère du Travail, le nombre de demandeurs d’emploi n’ayant pas du tout travaillé durant le mois de novembre a progressé de 21.300, à 2,698 millions, soit une hausse mensuelle de 0,8% et de 2% sur un an.

En incluant les personnes en activité réduite -courte ou longue- le nombre des inscrits sur les listes de Pôle emploi a progressé de 33.600, à 4,019 millions (+0,8% sur un mois et 5% sur un an). A fin novembre, avec les DOM, 4,272 millions de Français figuraient sur les listes de Pôle emploi.

Mais, en novembre la situation s’est encore dégradée pour les catégories les plus fragiles: “jeunes, salariés peu qualifiés, salariés ayant fait l’objet d’un licenciement économique et chômeurs de longue durée.” La situation est plus sombre pour les seniors (plus de 50 ans): 748.000 sont à la recherche d’un emploi, soit une hausse de 1,7% sur le mois et un bond de 16% par rapport à novembre 2009.

Lire la suite

Quand le travail tue

Parce qu’il y en marre de voir des gens détruits par leur travail, soumis à des logiques aberrantes, marre de voir des méthodes de management qui font perdre pied aux gens, on va aborder une question essentielle dans nos sociétés capitalistes : les suicides liés au travail, le mal être au travail, le burn out. Autant de maux sur lesquels on n’a encore aucune statistique fiable, et pour cause : l’enjeu pour les entreprises est de mettre tout cela sur le compte de « difficultés personnelles » des employés. Ca les arrangerait bien, mais c’est faux.

J’essaie de me pencher aussi souvent que possible sur la question des conditions de travail, et j’ai été amenée à interroger des médecins conseil, qui en Belgique travaillent pour les mutualités et reçoivent les salariés en souffrance. Même l’un des médecins que j’ai vu est devenu dépressif à force de voir défiler face à lui des gens au bout du rouleau, moralement et physiquement.

Des symptômes comme la fibromyalgie, qui empêchent de bouger, sont liés à un excès de stress et augmentent de manière vertigineuse. D’autres perdent leurs dents, leurs cheveux, ou carrément la vie. D’après ce médecin, ces phénomènes sont en augmentation exponentielle depuis le début des années 90. Et très peu de maladies liées au travail sont reconnues comme telles, grâce à un lobbying intensif des entreprises.

État des lieux

Lire la suite

6 millions de personnes sans emploi

Tribune libre de Paysan Savoyard

Depuis le milieu des années soixante-dix, la France connaît une situation de chômage massif : le nombre des chômeurs oscille selon les périodes entre 2 et 3 millions de personnes, ce qui représente entre 8 et 11 % de la population active (concernant les causes du chômage, voir la tribune parue le 24 septembre 2010).

Ce chiffre de 2 à 3 millions de personnes, dont font état les gouvernements, les partis politiques et les médias, est considérable : il ne représente pourtant qu’une partie de la réalité. Il nous a paru utile d’insister sur ce point sensible (NB : les chiffres donnés ci-dessous concernent la métropole) :

Le nombre de chômeurs « officiels » est actuellement (second trimestre 2010) de 2,6 millions (il s’agit des chômeurs qui, conformément aux normes du bureau international du travail BIT, sont immédiatement disponibles pour occuper un emploi, n’ont pas travaillé du tout au cours du mois précédent et ont fait au cours du mois précédent une démarche de recherche active d’emploi).

Ce nombre des chômeurs (qui constituent ce que l’INSEE et Pôle emploi appellent la catégorie A) est le nombre officiel rendu public régulièrement. C’est ce nombre sur la base duquel est calculé le taux de chômage (le taux de chômage, rapport entre ce nombre et la population active, est actuellement de 9,3 %). C’est ce nombre, enfin, qui alimente le débat public (source : INSEE).

Il est à noter au passage que le gouvernement a restreint à différentes reprises le champ de cette catégorie A. Ces opérations statistiques étaient sans doute légitime puisque destinées à se conformer aux normes internationales : il n’en reste pas moins qu’elles ont eu pour les pouvoirs publics le grand intérêt de réduire sensiblement le nombre des chômeurs officiels (c’est ainsi qu’en 1992 le gouvernement – de gauche – a retiré du nombre des chômeurs officiels les personnes ayant exercé une activité réduite le mois précédent, ce qui a diminué le nombre officiel d’environ 300 000 ; en 2003 le gouvernement – de droite – a à son tour retiré de la statistique différentes personnes, notamment celles qui n’ont pas rencontré de conseiller ANPE au cours du mois précédent : cette opération a eu là encore pour effet de réduire le chômage officiel d’environ 200 000 personnes).

Lire la suite

Chômage : mensonge d’État

Le chômage en France : la réalité est proche de 19 % et non pas de 7 %, comme essaye de faire le croire le gouvernement avec l’INSEE et Pôle Emploi. Au total, la pauvreté touche une personne sur quatre, comme le reconnait Michel Rocard qui a la franchise de [le faire].

(Cette vidéo date du 26 septembre 2008…)

Image de prévisualisation YouTube

Forte révision à la hausse du nombre de chômeurs

Contrairement à ce qui avait été annoncé il y a un mois, Pôle emploi a révisé ses chiffres du mois de décembre, révélant une hausse du nombre de demandeurs d’emploi et non une baisse. En janvier, le nombre de chômeurs a progressé de 19.500.

Nicolas Sarkozy se serait bien passé d’une telle annonce à un peu plus de deux semaines des élections régionales et en plein mouvement social chez Total. Non seulement le nombre de demandeurs d’emploi qui se sont inscrits en janvier au Pôle emploi a bondi entre + 15.900 et + 19.500 (selon les catégories considérées), mais la baisse de 18.700 personnes annoncée en catégorie A pour décembre le mois dernier a été sérieusement corrigée et s’est transformée finalement… en forte hausse. Une «quasi-stagnation», minimise ce soir le ministère de l’Emploi.

Il n’empêche. Fin 2009, le nombre de demandeurs d’emploi atteignait au total 2,65 millions de personnes en catégorie A, contre 2,61 millions annoncé il y a un mois. Soit une différence, sur l’ensemble de l’année, de 34 .400 chômeurs enregistrés. En plus.

Lire la suite

À qui profite l’immigration ?

Du regroupement familial à l’immigration choisie, l’union sacrée de la droite d’affaires et de la gauche bobo au service de la destruction des classes populaires françaises.

Avec par ordre d’apparition : Georges Marchais, Francis Bouygues, Éric Zemmour, un ouvrier français, Nicolas Domenach, François Hollande, Julien Dray.

Le chômage repart

Le gouvernement mise sur la “stabilisation” de l’emploi, mais les dernières données de Pôle emploi montrent au contraire une nouvelle dégradation du marché du travail.

Le 28 mai dernier, la Dares publiait les chiffres du chômage pour avril 2010 : ils étaient en hausse par rapport au mois précédent. Christine Lagarde, ministre de l’Économie et de l’Emploi, estimait cependant que “cette hausse  n’interrompt pas la tendance observée depuis plusieurs mois à la stabilisation du marché du travail.”

Quand on analyse le détail de ces chiffres, il faut (malheureusement) beaucoup d’imagination pour arriver à la même conclusion que la ministre : les données de Pôle emploi traduisent bien une nouvelle dégradation sensible du marché du travail.

Lire la suite

France : +15 700 chômeurs en avril

Selon les statistiques publiées vendredi par Pôle Emploi et la DARES, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en fin de mois en catégorie A, après avoir diminué de -6.600 en mars, a augmenté de 15.700 en avril (+ 0,6 %).

Christine LAGARDE, ministre de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi, rappelle que les effets sur l’emploi de la crise n’ont pas disparu mais estime que cette hausse en avril n’interrompt pas la tendance observée depuis plusieurs mois à la stabilisation du marché du travail, notamment pour les jeunes.

Christine LAGARDE note avec satisfaction que le nombre de demandeurs d’emploi envoyés en formation ou bénéficiant de contrats aidés continue de progresser. Cette évolution encourageante permet de maintenir les compétences acquises et favorise le retour vers l’emploi.

Christine LAGARDE et Laurent WAUQUIEZ, secrétaire d’État chargé de l’Emploi, rappellent que des mesures nouvelles ont été décidées par le Président de la République lors du récent sommet social avec les partenaires sociaux le 10 mai dernier : prolongation jusqu’à la fin de l’année des aides en faveur de l’alternance pour les jeunes et maintien des aides aux entreprises recourant à l’activité partielle et à la reconversion des licenciés économiques.

AFP

Nouveaux chômeurs

Clarisse, diplômée en ressources Humaines

Clarisse a 24 ans, des diplômes et déjà une expérience professionnelle. Mais la crise économique l’a amenée à rompre son premier CDI lorsque les conditions de travail se sont dégradées. La jeune femme pensait retrouver rapidement un travail. La conjoncture en a décidé autrement. De Tours à la banlieue parisienne, elle frappe aujourd’hui à la porte de tous les Pôles Emploi, en attendant de fonder sa propre entreprise…

Moalikyar Wahid se lance dans les énergies renouvelables