Paris : Une ville sur les rails

Chaque jour, plus de cinq millions de passagers empruntent le métro parisien, soit plus de deux fois la population de la capitale. Ce réseau de transport, qui ressemble à une fourmilière, ne dort jamais. Les conducteurs de la première rame, le matin, prennent le relai des agents de maintenance qui travaillent dans le calme de la nuit.

La fabrication du métro fait vivre près d’une dizaine de sites industriels dans l’Hexagone. Ouvert au public en 1900, cet univers sous-terrain est une pièce majeure du patrimoine français. Son histoire va s’accélérer avec le projet de création du Grand Paris Express, qui va doubler le réseau existant.

Ardèche : À la découverte du bois de Païolive

Il est l’un des joyaux de l’Ardèche. Le bois de Païolive est l’une des forêts les plus sauvages de France. Les visiteurs apprécient le charme de cette forêt riche en biodiversité. Ce labyrinthe de rochers et d’arbres cache parfois des trésors comme la grotte de la Cotepatière. Elle fait 300 m de long.

Le bois est également traversé par les gorges du Chassezac, un affluent de l’Ardèche qui attire de nombreux touristes. Chaque année, ils sont 600 000 à fouler le site naturel autour du Païolive.

Lin : Richesse française transformée en Asie

La France est le premier producteur mondial de lin. 70.000 hectares, 80 % de la production mondiale. Pourtant, ce trésor est loin d’être pleinement exploité.

Les fibres sont exportées en Asie où elles sont transformées. Aujourd’hui, 70 à 80% des vêtements produits en Chine repartent pour la France, la Belgique, l’Italie et d’autres pays européens.

La France achète donc à la Chine des vêtements fabriqués avec le lin qu’elle lui a vendu quelques mois plus tôt.

Touraine : À la découverte d’un long fleuve tranquille

La Loire n’est ponctuée d’aucun barrage ni tronçon rectifié, de sorte que ce long fleuve tranquille de 1.020 kilomètres de long se déploie dans un lit resté naturel.

Sur ses rives, les populations défendent leurs traditions: maisons en tuf, culture de la vigne et de variétés de légumes disparues ailleurs depuis longtemps. La vie du peintre Jean-Jack Martin est rythmée par le plus long cours d’eau français…

Grèce : La grande braderie

Pour rembourser sa dette colossale, la Grèce brade son patrimoine. À commencer par ses îles. La liste est connue, 47 d’entre elles sont à vendre ou à louer. Îles mais aussi palais, ports, mines, le pays a décidé de se séparer de ses trésors: rien n’échappe à cette grande braderie qui suscite toutes les convoitises.

Unesco : Les vignes françaises à l’honneur

Les climats de Bourgogne et les coteaux de Champagne ont fait ce samedi 4 juillet leur entrée au patrimoine de l’Unesco. Avec ses coteaux situés sur les hauteurs d’Épernay, c’est le berceau du champagne qui rentre au patrimoine de l’Unesco. Ici, au XVIIe siècle, le moine Dom Pérignon transforma le vin tranquille en vin effervescent.

Les vignerons espèrent que ce classement au patrimoine mondial apportera 30% de touristes supplémentaires et donnera un coup de fouet à toute la profession.

Les maisons de champagne historiques à Reims et à Épernay sont aussi classées. Une victoire pour de nombreux élus et habitants de la région qui soutiennent ce projet, porteur de développement économique. Moins touristique, le sud de la Champagne espère aussi bénéficier du classement de l’Unesco.

Les inégalités entre riches et pauvres au plus haut depuis 30 ans (OCDE)

Les inégalités entre riches et pauvres ont atteint des niveaux record dans la plupart des pays de l’OCDE et restent plus élevées encore dans beaucoup d’économies émergentes, selon un rapport de l’organisation qui relève en particulier les écarts entre hommes et femmes.

Aujourd’hui, dans la zone OCDE qui regroupe 34 pays, les 10% les plus riches de la population ont un revenu 9,6 fois supérieur à celui des 10% les plus pauvres, alors que la proportion était de 7,1 fois dans les années 1980 et 9,1 fois dans les années 2000, selon un nouveau rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) publié jeudi.

Les inégalités sont encore plus criantes en termes de patrimoine, souligne le rapport.

“Nous avons atteint un point critique. Les inégalités dans les pays de l’OCDE n’ont jamais été aussi élevées depuis que nous les mesurons”, a déclaré le Secrétaire général de l’organisation, Angel Gurría, en présentant le rapport, à Paris, au côté de Marianne Thyssen, Commissaire européenne à l’emploi.

“En ne s’attaquant pas au problème des inégalités, les gouvernements affaiblissent le tissu social dans leur pays et compromettent leur croissance économique à long terme”, a-t-il ajouté.
Lire la suite

Première Guerre mondiale : la mémoire dans la pierre

Dans la région de Compiègne, la Première Guerre mondiale est gravée dans la pierre. En 1914, une ancienne carrière souterraine du nord de la France est réquisitionnée par l’armée française. Pendant quatre ans, les soldats y laisseront une trace indélébile, celle de leur quotidien, de leurs manques, de leur solitude et de leur mort.

Plus de cent ans après, seuls quelques initiés connaissent ce lieu, secret et interdit. L’historien Thierry Hardier parcourt inlassablement depuis plus de 20 ans ces anciennes carrières de la région. “Le front se fixe dans ce secteur à partir de la mi-septembre 1914. Cette carrière se retrouve à 250 mètres derrière la première ligne française.” Chaque graffiti, chaque sculpture ou bas-relief exécuté par des poilus, rien ne lui échappe dans ces dédales obscurs.

Jusqu’au dernier rempart face à l’ennemi allemand, réalisé par un combattant, sculpteur de métier : Jeanne d’Arc avec l’inscription “Ils ne passeront pas”.

Mais avec l’érosion et les champignons, ces trésors rupestres, ultime trace laissée par les poilus, sont désormais en danger.


Lire la suite

Cherchons la puissance dans nos racines

Michel de Kemmeter, référence de l’économie systémique en Belgique, et spécialiste en transition économique, nous invite à plonger dans de nouvelles dimensions de l’économie et de la société.

Les générations Z et Alpha ont tendance à lâcher leurs racines. Culturelles, historiques, terre natale, familiales. Elles ne les connaissent plus. Le 20ième siècle est « has been ». On voyage, on étudie à l’étranger, on change de religion, on se marie entre cultures, on déménage de continent. Sauf que… les racines font la puissance. Comme l’arbre. L’ancrage fait le sentiment de sécurité, la confiance en soi. Ce qui permet de rester droit, vertical, quand l’adversité passe par là.

Si on ne connaît pas d’où on vient, si nous ne connaissons pas nos origines, difficile de construire du nouveau, de porter un fruit sain. Et c’est pareil pour une entreprise, ainsi que pour une société tout entière.

Lire la suite

Les génies de la grotte Chauvet

Il y a 20 ans, au cœur de l’Ardèche, la grotte Chauvet(*) livrait un trésor exceptionnel d’art préhistorique. Des centaines d’animaux gravés ou peints sur les parois, des œuvres exécutées il y a 36.000 ans.

Depuis sa découverte en 1994, la caverne a été fermée au public pour préserver les œuvres. Aujourd’hui, une réplique grandeur nature des peintures et de la grotte Chauvet, la “Caverne du Pont-d’Arc”, a été réalisée. Un chantier titanesque associant préhistoriens, artistes, scénographes pour reconstituer l’atmosphère de la caverne et permettre la découverte des œuvres de ces lointains ancêtres. Cette réplique ouvre ses portes le 25 avril.

(*)La grotte a été découverte le 18 décembre 1994 par Jean-Marie Chauvet (dont elle a reçu le nom en 1995), Éliette Brunel et Christian Hillaire dans le cadre de leurs activités spéléologiques privées.

Documentaire de Christian Tran (2015)

A table ! Voyage dans nos habitudes alimentaires

Depuis le 19 novembre 2010, le repas gastronomique français est classé au patrimoine de l’humanité par l’Unesco. Jusque-là, les «bonnes bouffes» entre amis, les repas de famille, les déjeuners de travail ou d’affaires nous semblaient banals, voire triviaux.

Avec cette distinction, ils deviennent un élément de notre patrimoine culturel, aussi importants à transmettre, sauvegarder et entretenir qu’une cathédrale.

Le château de Guédelon, tout un monde

Au cœur de la Puisaye, dans le département de l’Yonne, en Bourgogne, une cinquantaine d’ouvriers relèvent un défi hors norme : construire un château-fort selon les techniques et avec les matériaux utilisés au Moyen Âge. Le chantier, qui a démarré en 1997, est prévu pour durer 25 ans.

Maïtena Biraben est partie à la rencontre de tous ceux – carriers, tailleurs de pierre, maçons, bûcherons, charpentiers, forgerons ou encore tuiliers – qui participent à ce passionnant projet. Des milliers de visiteurs viennent les regarder à l’œuvre chaque année, de mars à novembre.

Appellation d’origine immigrée

Tous trois natifs d’Afrique, Laetitia, Djibril et Abderrahim sont devenus des références dans la fabrication de produits emblématiques de la gastronomie française.

Vigneronne au nord de Montpellier, Laetitia Masson est née au Cameroun et est arrivée en France à l’âge de 15 ans. Elle s’est alors découvert une passion pour le vin. Aujourd’hui, celui qu’elle produit est distingué par le guide Hachette.

De son côté, Abderrahim Iaich a vécu au Maroc jusqu’à 18 ans avant de venir en France, où il est devenu un artisan fromager réputé pour son reblochon savoureux, médaillé d’or au Concours général agricole du Salon de l’agriculture. Quant à Djibril Bodian, né au Sénégal et arrivé en banlieue parisienne à l’âge de 5 ans, il est passé maître dans la fabrication du pain. Sa baguette a été servie sur les tables de l’Elysée.

Réalisé par Olivier Bonnet et Fanny Pernoud

Zoom sur le patrimoine de la SNCF

La SNCF possède un patrimoine exceptionnel: 12 millions de mètres carrés d’emprise, des voies principalement, 20.000 hectares de terrain qui lui rapportent chaque année 450 millions d’euros de recettes, essentiellement sous la forme de redevance ou de loyer.

L’entreprise veut profiter de ce patrimoine. Elle a notamment installé des relais colis dans ses gares. Les commerçants qui y sont installés lui rapportent même de l’argent, plus de 200 millions d’euros l’an passé.

Grèce : Milliardaires et multinationales se partagent le gâteau des privatisations

En échange de l’aide financière internationale, la Grèce s’est vue imposer un vaste programme de privatisations. Transport, énergie, loterie nationale, gestion de l’eau, infrastructures, patrimoine culturel… C’est la braderie générale !
Investisseurs russes, chinois ou azéris, multinationales françaises ou allemandes, et surtout les oligarques grecs, se ruent sur ces bonnes affaires, sur fond d’irrégularités et de soupçons de corruption. Au détriment des simples citoyens étouffés par les plans d’austérité.

Ce dimanche 25 janvier, les Grecs se sont rendus aux urnes pour élire un nouveau gouvernement. La perspective d’une accession au pouvoir de Syriza, la coalition de la gauche radicale, seule ou avec d’autres partis, est réelle. Le mouvement de gauche saura-t-il inverser la tendance ? Et s’appuyer sur les résistances citoyennes, qui ont par exemple réussi à réinventer un service public de l’eau ?

Si cette victoire se confirme, ce sera en grande partie à cause du rejet de la politique d’austérité massive imposée au pays depuis plus de cinq ans. Celle-ci s’est traduite par une baisse sans précédent des revenus et des conditions de vie de la plupart des Grecs, jusqu’à menacer leur état de santé [1].
Lire la suite

Etats-Unis, triste record : la fortune des 0,1% les plus riches équivaut à celle des 90% « du bas »

On n’avait pas connu cela depuis la période des années 1920 et 1930. C’est le résultat principal d’une nouvelle étude des excellents Emmanuel Saez et Gabriel Zucman, relayée par le Guardian (13 novembre 2014. On y trouve un lien vers l’étude complète).

Depuis le milieu des années 1970, la part de la richesse (au sens du patrimoine) des ménages détenue par le millième le plus riche (les 0,1%) est passée de 7% à 22% (courbe en bleu clair ci-dessous). Et depuis le milieu des années 1980, celle des 90 % les moins riches a dégringolé de 37% à 22,8% (courbe en bleu foncé). Les deux courbes se rejoignent presque en 2012.

Lire la suite

Strasbourg : Quand la France construisait sa première cité

En 1954, les Actualités Françaises tournent un film promotionnel sur le premier des « grands ensembles » urbains, dont le modèle s’étend alors peu à peu dans le pays. Planifiée par le ministère de la Reconstruction, cette première cité de France se situe à Strasbourg, dans le quartier du Conseil des XV. La Cité Rotterdam s’articule toujours autour de la rue éponyme. Visite guidée.

Parce qu’elle est située dans un quartier aisé de Strasbourg, celui du Conseil des Quinze, au nord-est du centre-ville, la Cité Rotterdam est la grande oubliée des chroniques de la vie des quartiers populaires strasbourgeois. Pourtant, il s’agit là du premier « grand ensemble » construit à Strasbourg après-guerre, et même du premier en France!

Cette primauté vaut d’ailleurs à la Cité Rotterdam la distinction des Actualités Françaises, qui y tournent un film de propagande sur ce nouveau modèle urbain en 1954. Ce film est une source inestimable quant aux intentions modernistes de l’époque :

Bordé au nord par la rue d’Ypres, qui sépare la Cité du cœur cossu du quartier du Conseil des Quinze, aux grandes maisons individuelles construites dans les années 1930, l’ensemble est construit en 1952-1953, selon les plans de l’architecte Eugène Beaudouin, suite à un concours lancé par le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme en 1950.
Lire la suite

Luxembourg : Un paradis fiscal pour les multinationales

On l’appelle déjà le Luxleaks. C’est le nouveau scandale fiscal qui touche le Luxembourg. Une quarantaine de médias internationaux révèle que le Grand Duché aurait passé des accords secrets avec 340 multinationales, et ce afin de minimiser leur impôt. Qui est concerné par ce système d’évasion fiscale à grande échelle ?

Le patrimoine caché de Manuel Valls

Manuel Valls a caché 99% des parts d’une SCI détenant un actif de près de 2 millions d’euros, en les mettant au nom de sa femme. La déclaration d’intérêts de le faisait apparaître comme un ministre endetté sans réel patrimoine (voir Le patrimoine de Manuel Valls). Or, il n’en est rien.

Dans sa déclaration de patrimoine, Manuel Valls ne déclarait que 93 000 euros d’actifs, après déduction de ses et emprunts. Valls déclarait être le propriétaire de 2 appartements: un 88 m² à Évry, et un 44 m² à Paris dans le 11ème arrondissement. D’après le premier ministre, c’est dans ce studio de 44 m² qu’il habite avec son épouse, la violoniste Anne Gravoin…

Mais Manuel Valls a plus d’un tour dans son sac ! Le premier ministre est en effet marié sous le régime de la séparation de biens et ne possède qu’1 seule part de la SCI Homère qui détient l’ du 11ème arrondissement, les 99 autres parts appartenant à sa femme. La SCI Homère ne possède pas seulement le petit studio dans lequel Valls et son épouse sont censés vivre, mais 16 lots de copropriété, pour un total de 210 à 250m².  Ces lots de copropriété sont valorisés entre 1,6 et 2 millions d’euros.

Lire la suite

Les trésors de Chantilly

7.800 hectares de jardins et de forêts, des centaines de tableaux de maîtres, et des écuries plus vastes que le château lui-même : Chantilly est l’un des plus vastes domaines de France. Visite dans les secrets et les coulisses de ce joyau du XVIIème siècle, résidence des Princes de Condé.

Les inégalités continuent de se creuser aux Etats-Unis

Les inégalités se sont encore accrues aux Etats-Unis, selon une étude publiée jeudi 4 septembre par la Réserve Fédérale (Fed). Les revenus des 10 % les plus riches ont augmenté de 10 % entre 2010 et 2013 pour s’inscrire à 397 500 dollars par an (307 000 euros). Dans le même temps, ceux des 40 % les moins aisés, ajustés de l’inflation, ont décliné, indique le rapport publié tous les trois ans.

Pour les vingt premiers centiles situés au bas de l’échelle, la chute atteint 8 % à 15 200 dollars annuels. Si le revenu moyen global a augmenté de 4 % au cours des trois dernières années, le revenu médian (c’est-à-dire le revenu qui divise la population en deux parties égales : l’une gagnant plus, l’autre moins), lui a chuté de 5 %. Une tendance qui « correspond avec un accroissement de la concentration des revenus durant cette période », indique la Fed.

Ainsi, les 3 % les plus riches américains concentrent 30,5 % du revenu total en 2013 contre 27,7 % en 2010, tandis que la part des 90 % les moins riches, elle, a reculé. Par ailleurs, cette catégorie des 3 % les plus riches détient 54,4 % de la richesse globale (revenu plus patrimoine) contre 44,8 % en 1989. A l’autre bout de l’échelle, les 90 % les moins riches ont vu leur part tomber à 24,7 % contre 33,2 % en 1989.

Lire la suite

Europe à vendre

En 2011, en Autriche, des montagnes du Tyrol oriental suscitaient la convoitise de sociétés prêtes à les racheter à condition que les deux sommets portent leur nom. C’est en découvrant cette aberration que le réalisateur entreprend un tour d’Europe pour évaluer la privatisation en cours des biens publics.

“[...] Cette notion de peuple révèle un lien profond à une certaine idée de l’Europe, elle est à l’opposé d’une société européenne guidée par le marché.”

“Je n’aimerais pas qu’un Arabe achète l’Acropole.”

“La politique de cession de biens engagée à partir de 2005 a rapporté 5,4 milliards d’euros à la France. Mais seulement 15% ont été consacrés au désendettement de l’État.”

Réalisé par : Andreas Pichler (2014)

Merci à NOP

Pour que vive mon village (Docu)

On trouve en France plus de 30 000 villages. Beaucoup sont confrontés à la baisse de leur population qui, par conséquence, entraîne la fin des services de base.

Mais les Français sont attachés à leurs communes. Dans le Finistère, Virginie et Christophe ont créé un service d’épicerie ambulante pour redynamiser le secteur. Le maire de Siaugues, lui, cherche un médecin pour son village auvergnat. A l’Hospitalet-près-l’Andorre, les habitants se mobilisent pour éviter la fermeture de l’école et de sa classe unique. Enfin, à Tanaron, des passionnés se retrouvent chaque année pour préserver les murs de ce hameau provençal.

Réalisé par Camille Robert (France 2013)

« Au bonheur des riches »

Leur vie fait rêver. Ils sont riches et n’ont plus besoin de travailler pour subvenir à leurs besoins. Si l’argent ne fait pas le bonheur, il fait du moins le leur. C’est le cas de Paul Dubrule. A 79 ans, ce papy dandy prend un infini plaisir à tirer sur son cigare cubain. Il aime clamer à qui veut l’entendre qu’il est à la retraite, même s’il continue à présider le conseil de surveillance du groupe hôtelier Accor, dont il est le cofondateur.

Il ne s’en cache pas: Paul Dubrule aime tout ce qui est mécanique (les montres, les vélos, les voitures), le bon vin et qu’on lui “cire les pompes“. Depuis quelques années, cet ancien sénateur et maire UMP de Fontainebleau (Seine-et-Marne) est résident suisse. Il a trouvé refuge à Genève pour fuir la fiscalité française. Avec honnêteté et une pointe de cynisme, l’homme d’affaires raconte, dans le long documentaire Au bonheur des riches, pourquoi ce choix de l’exil.

La faute de la France, devenue un pays “insupportable”, dont il vaut mieux “divorcer” plutôt que de la supporter. Il dit avoir largement contribué à la richesse nationale et payé un “paquet d’impôts” : son groupe n’emploie-t-il pas, après tout, 160 000 personnes à travers le monde, dont la moitié en France ? “Sans les riches, une nation n’existe pas vraiment”, lance Paul Dubrule. D’ailleurs, qui sont vraiment “les riches” ? Que sait-on vraiment d’eux ?

Rapport à l’argent
Lire la suite

France : Les cessions immobilières de l’État au plus bas

391 millions d’euros de biens cédés en 2013, beaucoup moins qu’attendu.Des grosses opérations n’ont pas abouti. Une reprise est en vue en 2014.

Bordeaux : ensemble immobilier classé monument historique et en cours de cession

Les difficultés du marché de l’immobilier ne font pas les affaires de l’État. En pleine quête de recettes, il peine à tenir son programme de cessions. L’an dernier, les 1.234 biens vendus, des terrains pour les deux tiers, n’ont rapporté « que » 391 millions d’euros. C’est beaucoup moins que les 530 millions d’euros anticipés en loi de Finances initiale. C’est aussi nettement moins que les 515 millions réalisés l’année précédente. C’est en réalité la plus mauvaise performance depuis 2005, date à laquelle les recettes immobilières ont commencé à être clairement identifiées.

« Les cessions ne sont pas l’alpha et l’oméga de notre politique immobilière, relativise-t-on à Bercy. Nous ne sommes pas là pour brader le patrimoine de l’Etat à tout prix. » Plusieurs raisons expliquent la contre-performance de l’an passé. La première tient évidemment à la conjoncture et à la faiblesse de la demande. Certaines grosses cessions n’ont finalement pas eu lieu, comme la vente d’une ancienne base de l’Otan en Meurthe-et-Moselle ou encore celle du pôle océanographique d’Arcachon (Gironde). D’autres ont été reportées, comme celle d’un ensemble immobilier sur un terrain de 7.000 m2 dans le 7e arrondissement de Paris comprenant un ancien couvent du XVIIIe siècle et des bâtiments militaires du XIXe. Ces biens ont finalement été vendus récemment par le ministère de la Défense.

Les collectivité locales achètent 40 % des biens cédés
Lire la suite

Le mode de vie de la vraie classe moyenne est désormais réservé aux 20% les plus riches

« La vérité est douloureusement évidente. Seuls les 20% de gens les mieux payés peuvent s’offrir un style de vie de classe moyenne », écrit Charles Hugh Smith sur son blog. Les autres ne peuvent simplement pas se le permettre, ou ils ont besoin de l’aide de l’Etat pour maintenir leur train de vie.

Que la classe moyenne serait accessible à tous les foyers dans lesquels deux membres de la famille perçoivent des revenus, avec un patrimoine en hausse, c’est-à-dire la version des gouvernements, n’est plus vrai.

Pour s’en convaincre, il suffit de lister les différents éléments que conférait l’appartenance à la classe moyenne dans les années 1960 :

Lire la suite

Pour la super-classe le travail est le nouveau «loisir»

L’économiste français Thomas Piketty, nouvelle star aux États-Unis, montre dans son dernier livre, “Le capital au XXIe siècle“, que les super-riches, les fameux 1%, gagnent plus d’argent de leur patrimoine que de leur travail.

Une oligarchie qui s’enrichit sans lien avec son mérite ou sa capacité de travail, ce qui en fait une question embarrassante au-delà des cercles économistes habituellement critiques du capitalisme.

Mais si une super-classe peut aujourd’hui amasser des sommes colossales sans travailler, une élite du travail s’est en parallèle constituée au début du nouveau millénaire, remettant en cause l’idée selon laquelle plus on gagne bien sa vie, moins on travaille.

Si jusqu’aux années 1960 les salariés les plus éduqués et les mieux payés travaillaient moins d’heures que les autres, ce n’est plus le cas au début du XXIe siècle, selon un article stimulant publié par deux chercheurs du département de sociologie de l’université d’Oxford, Jonathan Gershuny et Kimberly Fisher.

Lire la suite

«L’héritage est redevenu crucial»

Aujourd’hui comme au temps de Balzac, les patrimoines sont concentrés en main de quelques-uns. C’est la thèse de l’économiste français Thomas Piketty.

Thomas Piketty, professeur à l’Ecole d’économie de Paris, n’est pas homme à lancer des pavés dans la mare sans assurer ses arrières: ainsi, dans Le capital au XXI siècle, c’est 300 ans et 20 pays que le professeur a analysés avant de conclure: oui, les inégalités se creusent, et ce sera vrai tant que le taux de rendement du capital dépassera le taux de croissance de la production et du revenu.

Piketty ne se contente pas d’un constat, il propose aussi une solution capable de renverser la tendance sans pour autant couper la tête des riches.

Aujourd’hui comme au temps de Balzac, mieux vaut hériter que travailler, dites-vous en substance. Vraiment?

C’est un peu exagéré ! Mais je fais bel et bien le constat dans ce livre qu’il y a actuellement une tendance lourde à la progression des inégalités, et croyez-moi, je n’ai aucun goût pour les prévisions apocalyptiques.

La société du mérite telle qu’on la conçoit, c’est donc un leurre?

On s’est raconté beaucoup de belles histoires optimistes sur le triomphe du capital humain, sur la méritocratie et l’égalité des chances.

Si ces dernières sont plus vraies aujourd’hui que du temps de Balzac, elles sont en revanche moins vraies que durant les Trente Glorieuses. Pour résumer, un honnête salarié pouvait, durant les Trente Glorieuses, s’acheter une maison grâce au fruit de son travail. Aujourd’hui, ses chances sont quasi nulles, sauf s’il hérite.

Lire la suite

Les 5 familles françaises les plus riches détiennent un patrimoine cumulé supérieur à celui des 30% de ménages les plus pauvres

En France, les milliardaires Liliane Bettencourt, Bernard Arnault, François Pinault, Serge Dassault et Carrie Perrodo sont à la tête d’une richesse combinée estimée à 77,3 milliards d’euros, selon le classement du magazine Forbes.

C’est plus du double du patrimoine de leurs 5 homologues britanniques, qui ne totalise « que » 33,7 milliards d’euros. Mais ce n’est pas tout : la super-élite française dispose également de ressources financières supérieures à celles combinées des 30% de familles les plus pauvres du pays. En Grande-Bretagne, les cinq personnes les plus riches ont des actifs qui représentent 20% du total cumulés des ménages les plus pauvres.

Lire la suite

Immobilier : Habitats insolites un nouveau marché

De nombreux Français ont dans l’idée de construire la maison de leurs rêves. Et pour cela, ils suivent une nouvelle tendance immobilière: celle de l’habitat insolite. Chaque jour dans le pays, de nouveaux espaces sont à conquérir et à reconvertir.

L’État vend des anciens bâtiments publics, administratifs ou religieux. Et au final, vivre dans un château d’eau, un blockhaus, une gare, un phare ou encore une église est devenu possible. Mais à quel prix ? Et comment s’y prend-on concrètement ? Peut-on parler de marché florissant à la portée de tous ? Y a-t-il des règles qui régissent ce marché ? Les entrepreneurs, les particuliers et l’État s’y retrouvent-ils ?

Pour mieux comprendre ce phénomène, le réalisateur est parti à la rencontre de celles et ceux qui sont passés à l’acte, ou qui s’y préparent.

Italie : Quand les peintures prennent vie (Màj)

Et si les grands tableaux devenaient “vivants” ? C’est le projet fascinant de l’Italien créateur de vidéos expérimentales Rino Stefano Tagliafierro.

Dans une vidéo intitulée Beauty, il a compilé, pendant cinq mois, cent tableaux romantiques et néo-classiques (Le Caravage, Rembrandt, Rubens, Vermeer, Bouguereau…) pour un résultat d’une dizaine de minutes contemplatives et élégantes. Tout vient de mon besoin de raconter les émotions, celles que tout le monde éprouve chaque jour”, dit ce jeune cinéaste de 33 ans au journal La Stampa (en italien), qui se dit surpris du succès de son petit film.

Le vidéaste a travaillé sans budget particulier, le soir et les week-ends. Il a mêlé technique de 3D et procédés numériques pour mettre en images ces plans fixes. Il dit avoir voulu rendre hommage à la beauté de ces œuvres.

(Merci à NOP)

« Achetez de l’or et des maisons car les banques vont bientôt exploser »

Par

L’œil du cyclone, c’est cet endroit bien connu dans la tourmente, un endroit de calme plat, un endroit où tout semble aller pour le mieux et en réalité… ce n’est qu’un moment, qu’une pause dans le passage du cyclone.

La situation économique que nous vivons correspond en tout point à la définition de l’œil du cyclone. Encore une fois, rien n’a changé depuis 2007, début de la crise dite des subprimes.

Beaucoup d’agitation, beaucoup de plans de relance, beaucoup d’argent dépensé, un nombre incalculable de sommets et de réunions de la dernière chance, des moyens colossaux mis en œuvre mais au bout du compte, rien ou presque n’a changé.

Alors ce soir, en ce jour de baisse de l’or relativement importante, je tenais à partager avec vous ma conviction la plus profonde sur la situation économique.

Vous dire que vraisemblablement ce mouvement baissier va nous conduire sur le seuil des 1.000 dollars l’once, et que nous allons pouvoir nous renforcer à bon compte sur le métal jaune, car encore une fois, rien n’a changé.

Lire la suite

Deux mosquées verront le jour à Colombey-les-Deux-Églises (dystopie)

NB: Ce texte correspond à une série d’anticipation et/ou de politique-fiction…

Paris, 18 juin 2018 (AFP) – Le conseil municipal de Colombey-les-Deux-Églises, dirigé par l’écologiste Jean-Pierre Lestrade, a donné son feu vert à la construction de deux mosquées dans la ville, fief historique du général de Gaulle, la décision se voulant “un pied de nez” à un de ses mots restés célèbres.

Quand la communauté musulmane de Colombey est venue me voir pour m’expliquer que la reconversion de la salle des fêtes en centre de prière de 1.200 m2 était insuffisante, j’ai tout de suite dit ‘chiche’“, raconte l’élu, un sourire en coin.

Vous voulez une mosquée? Eh bien on va en construire deux. Ça s’appelle la générosité chrétienne, non?“, ajoute-t-il un brin sarcastique.

Nous allons concéder les terrains pour un euro symbolique“, a précisé M. le Maire.

Les réticences autour de la construction de la mosquée sont très fortes, a-t-il poursuivi. Selon lui, la décision se veut un “pied-de-nez” au Général de Gaulle, qui aurait déclaré qu’en cas d’immigration excessive en provenance d’Afrique du Nord “Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Eglises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées“.

L’opposition a immédiatement dénoncé un “marché de dupes”, le beau-frère de M. Lestrade étant le PDG de l’entreprise de BTP possédant le quasi-monopole des contrats immobiliers de la ville. La Mairie a d’ores et déjà annoncé un don d’un million d’euros à l’”Association Cultuelle de Colombey”.

Né après 1960? Pour bénéficier d’une retraite confortable, vous devrez compter… sur votre héritage

Pour bénéficier d’une bonne retraite, les personnes nées après 1960 devront compter essentiellement… sur leur héritage. C’est la conclusion troublante d’un récent rapport publié par l’Institut britannique des Etudes Fiscales (Institute for Fiscal Studies, IFS).

Bien qu’il ait été élaboré sur la base de données provenant du Royaume Uni, ses conclusions s’appliquent à d’autres pays du monde occidental. Une croissance économique molle chronique et une épargne faiblissante hypothèquent les perspectives d’avenir des jeunes générations.

On savait déjà que les perspectives d’avenir n’étaient pas roses pour la génération qui se trouve dans sa vingtaine aujourd’hui, qui aura du mal à accumuler un patrimoine similaire à celui de ses parents. Mais ce qu’indique ce rapport, c’est que ceux qui sont âgés de la cinquantaine et de la quarantaine se trouvent en réalité dans la même situation… Mais sans le savoir.

« Par rapport à ceux qui sont nés une décennie plus tôt, au même âge, ces cohortes n’ont pas un revenu plus élevé, elles n’ont pas épargné plus de revenu, elles sont moins susceptibles de posséder leur logement, elles sont susceptibles d’avoir des pensions privées plus faibles. Elles auront tendance à constater que la pension de l’Etat ne remplacera qu’une petite fraction de leurs revenus antérieurs », affirme le rapport.

Lire la suite