Le dernier siècle de l’ours polaire

L’ours polaire, espèce menacée. L’affirmation semble une évidence. Le réchauffement climatique provoque la fonte des glaces, qui prive l’espèce d’une bonne partie de son habitat. Dans la revue PLoS One du 27 novembre, une équipe de l’université d’Alberta va nettement plus loin. Dates et chiffres à l’appui, elle annonce que si rien n’est fait d’ici à la fin du siècle, l’ensemble de la population de cet animal culte pourrait franchir un « point de non-retour » qui conduira à son extinction.


Sur la banquise, le colosse à fourrure blanche n’épargne personne. Du poisson au caribou, du morse au narval, rien de ce qui vit sur la glace ou dans l’eau n’est à l’abri de son instinct prédateur. Mais son énergie, l’ours la tire en réalité d’une source essentielle, presque unique : le phoque. Et plus particulièrement de la graisse du mammifère marin, beaucoup plus riche en calories que la viande. « Sans elle, il lui est impossible de vivre dans les conditions extrêmes du Grand Nord », explique le biologiste Stephen Hamilton, premier signataire de l’étude.

Lire la suite

Les Chinois peuvent chasser l’ours polaire pour 60.000 euros

Une agence de voyage propose aux riches Chinois de partir en «safari» au Canada… Des vacances dont ils se souviendront toute leur vie: voilà ce que promet une agence de voyages, baptisée «I love hunting club», aux Chinois fortunés prêts à mettre 60.000 euros dans une expédition de dix jours dans le grand nord canadien. Au programme, vol en première classe, hôtel cinq étoiles, mais surtout chasse à l’ours polaire et transformation de la bête en tapis pour ramener un souvenir, rapporte le Guangzhou Daily.

Basée à Pékin, l’agence vend de l’aventure aux citadins: «L’ours polaire est le plus grand prédateur naturel d’Amérique du nord, peut-on lire dans la brochure. Leur poids peut atteindre une tonne et ils peuvent mesurer plus de trois mètres. Les grands mâles sont les plus majestueux, les plus beaux prix de chasse.»

Un DVD et un tapis en souvenir

Les touristes partent à l’assaut des ours sur des traîneaux tirés par des chiens, accompagnés par des Inuits. Munis d’un fusil puissant, et formés à s’en servir, ils peuvent ensuite partir en chasse sous l’œil d’un photographe et d’une caméra qui leur fourniront les images souvenirs de leur expédition. Le gouvernement canadien accorde des permis de chasse limitant le butin à un ours mâle par touriste.

D’autres sites proposent aux Chinois de partir en chasse pour les vacances : ours bruns, rhinocéros, cerfs,… Le dirigeant de l’agence «52safari» dément avoir organisé des chasses à l’ours polaire, mais a retiré la page Web de son site proposant ces voyages, après que le quotidien britannique The Daily Mail se soit fait l’écho de ces activités. On peut néanmoins toujours y voir des photos et des vidéos attisant les instincts chasseurs des touristes chinois.

20minutes.fr

Les “touristes” américains ne sont pas en reste :

http://www.dailymotion.com/video/x3hx1g