Mon docteur casse les prix : Santé discount ou santé au rabais ?

Selon une étude récente, un Français sur quatre ne se soignerait plus, faute de moyens. Pourtant, de nouveaux dentistes low cost proposent des tarifs moins élevés. Idem pour l’ostéopathie, qui n’est pas prise en charge par la Sécurité sociale mais qui voit apparaître une nouvelle génération de spécialistes pratiquant des prix bas.

Comment ces médecins parviennent à baisser leurs tarifs? La qualité des soins est-elle la même? Par ailleurs, certains personnes souhaitent quitter la Sécurité sociale et s’assurer ailleurs.

L’ostéopathie a le vent en poupe

Torticolis, lumbago, entorses, troubles digestifs et du sommeil, l’ostéopathie guérirait tous ses maux. Près d’un adulte sur deux affirme avoir déjà consulté un ostéopathe. Élie-Paul Cohen est ostéopathe depuis plus de vingt ans. Sa patiente a régulièrement des problèmes de dos, pour la soulager, il va la manipuler.


L’ostéopathie a le vent en poupe

Contrairement au kinésithérapeute, l’ostéopathe agit en même temps sur les muscles, les os et les nerfs. La patiente aura besoin de trois séances à 70 euros chacune. Élie-Paul Cohen est médecin, ses consultations seront donc remboursées par la sécurité sociale. Ce n’est pas le cas de tous les ostéopathes, une grande partie d’entre eux n’est pas médecins.

La plupart vont dans des écoles privées, il y en 23 agrées par l’État. Les étudiants payent en moyenne 40.000 euros pour cinq ans d’études.

Séances d’ostéopathie gratuites sur les lieux de travail

Cette usine du Pas-de-Calais produit des pièces automobiles 24h/24. Des éléments de carrosserie qui ne pèsent pas forcément lourd mais qu’il faut sans cesse manipuler, en multipliant les postures. Résultat, le dos des salariés est très sollicité. Il y a un an, l’entreprise a décidé de leur proposer des séances d’ostéopathie gratuites, sans quitter l’usine.

La démarche permet aussi à la jeune ostéopathe d’élargir sa clientèle à moindre frais. Dans l’usine, la prestation comprend aussi un cours d’étirement, une fois par mois. Les salariés qui suivent ce cours sont payés en heures supplémentaires.

L’ostéopathie n’a pas encore d’impacts sur les arrêts de travail mais elle a provoqué une vraie prise de conscience chez les salariés sur la prévention du mal de dos. Chaque mois, l’usine investit 1500 euros pour l’ostéopathie.