1940, l’or de la france a disparu (Rediff)

Pendant toute la durée de la guerre, mises à l’abri hors de l’Hexagone, les réserves d’or détenues par la Banque de France échappent à l’Allemagne et aux Alliés. Les 2500 tonnes de lingots et de pièces entreposées au siège, le deuxième plus gros stock mondial, constituent alors un patrimoine très convoité.

Dès leur entrée dans Paris, les officiers du Reich tentent de s’en emparer. Une course contre la montre s’engage alors pour faire sortir le trésor de la métropole. En l’espace d’un mois, 300 camions prennent la route. La marine prend le relais. A la fin de la guerre, seulement 395 kilos d’or manqueront à l’appel. Retour sur cette incroyable épopée.

La désunion monétaire américaine

Lors de la Reconstruction qui suit la guerre de Sécession, la nation américaine est traversée de débats monétaires qui façonnent les identités politiques régionales. L’opposition entre régions pèse autant que le jeu des partis.

Les spectateurs curieux de la vie politique (ou de l’actualité sportive) des États-Unis ont sans doute eu l’occasion de remarquer les fréquentes références à des entités géographiques comme le Midwest, le Sud, ou le Nord-Est, qui n’ont pas de réalités administratives mais renvoient à des identités culturelles fortes. Sur un plan a priori très différent, une autre caractéristique notable des débats politiques états-uniens est l’importance donnée à la question de la création monétaire (et non seulement à la devise ou au taux de change), au point qu’il existe un terme usuel, monetary crank (c’est-à-dire « excentrique monétaire ») pour désigner les défenseurs de théories monétaires originales qui viennent régulièrement animer la vie politique.

Lire la suite

Le passé oublié du système de Bretton Woods

Le Fonds monétaire international et la Banque mondiale sont souvent mises en avant pour leurs politiques néolibérales en matière de développement. La genèse des institutions de Bretton Woods montre toutefois leur inscription dans un creuset intellectuel et politique favorable à l’intervention de l’État.

Le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale sont sans doute, depuis les années 1990, les organisations internationales les plus décriées en matière de politiques de développement. Dans ce livre paru aux États-Unis pour le soixante-dixième anniversaire de la conférence de Bretton Woods, Eric Helleiner, professeur de science politique à l’université de Waterloo, entreprend de démonter un certain nombre d’idées reçues sur les fondations du système économique mis en place à Bretton Woods en 1944 et sur la mise en place de la politique internationale d’aide au développement.

L’histoire des ces institutions a déjà pourtant été étudiée par plusieurs chercheurs [1], mais Helleiner apporte de nouvelles idées grâce à son travail minutieux de dépouillement des archives. Il montre notamment que, bien avant le tournant néolibéral des années 1980 du FMI et de la Banque mondiale, il y avait eu, au moment de la fondation des institutions de Bretton Woods, un terreau d’idées et de politiques davantage orientées vers un développement contrôlé par l’État, aux antipodes de ce qu’ont pu prôner par la suite ces institutions.

Lire la suite

Le roi Midas

Le Roi Midas est un court métrage d’animation américain de la série des Silly Symphonies réalisé par Walt Disney, pour United Artists, sorti le 22 mars 1935. Le film se base sur l’histoire du roi Midas, qui après avoir recueilli Silène obtient de Dionysos la faculté de changer en or tout ce qu’il touche. L’équipe Disney a toutefois transformé Dionysos en un elf/gnome et modifié la fin.

Le Roi Midas, avare et cupide, ne vit que pour son or. Installé dans sa salle au trésor avec son chat, il compte et recompte ses pièces et souhaite en avoir encore plus. Il reçoit alors la visite d’un être nommé Goldie, qui lui offre sa faculté de changer tout ce qu’il touche en or.
Lire la suite

Les Maîtres de la monnaie

Documentaire historique non-fictif de 3h30 qui retrace les origines de la structure du pouvoir qui régit les nations du monde d’aujourd’hui. Les Maîtres de la monnaie revient aux sources de l’actuelle crise mondiale. Un discours sur la monnaie, la dette publique et l’étalon or.

Se pose aussi le problème de la tolérance à l’inflation, la question de savoir qui a le droit d’émettre la monnaie, pour le compte de qui, et du prix pour lequel ce service public est rendu…

Cela interroge également sur la hausse des bilans des banques centrales, lorsque l’on sait par exemple que la FED reverse au Trésor les intérêts que celui-ci lui paye, ce qui n’est rien d’autre que la transformation de la monnaie crédit en monnaie fiat, où la quantité de monnaie est gardée constante, en renationalisant une partie de cette masse monétaire.

Comment transformer ses détritus en or

Il y a 150 ans, un foyer moyen n’avait besoin que de 150 ustensiles ou outils pour subvenir à ses besoins. Aujourd’hui, il en possède plus de 20 000 – une source incommensurable de déchets. Chaque année, un citoyen européen en produit en moyenne une demi-tonne.

Sur le Vieux continent, un quart de ces déchets sont recyclés et réutilisés. Outre l’effet positif sur l’environnement et les ressources naturelles, le recyclage permet aussi de gagner beaucoup d’argent et même de créer des emplois.

Le marché européen du traitement des déchets est actuellement estimé à 55,67 milliards d’euros.

Japon : Qu’est-il advenu des richesses pillées pendant la Seconde guerre mondiale ? (Rediff.)

[...]Durant la Seconde guerre mondiale, les Japonais auraient massacré environ trente millions de Philippins, Malais, Vietnamiens, Cambodgiens, Indonésiens et Birmans, dont 23 millions étaient d’ethnie Chinoise. Après le conflit, pourquoi les États-Unis ont-ils employé des politiques différentes envers le Japon et l’Allemagne ? Pourquoi le traité de paix a-t-il été rédigé ainsi ?

De nombreuses hypothèses ont fait leur apparition au fil des années, certains ayant dit que le Japon aurait simplement été trop pauvre pour rembourser ses victimes, que de telles politiques auraient permis d’empêcher un tournant communiste au Japon, ou encore que l’empereur du Japon avait été poussé à faire la guerre par une cabale de militaristes…

L’explication offerte par le livre des Seagrave est considérablement plus sinistre que toutes ces explications potentielles. Elle concerne ce qu’auraient fait les États-Unis après avoir découvert l’étendue et la forme des pillages ayant été menés par le Japon, et la très faible influence de leurs victimes.

[...] Après la défaite du Japon, le gouvernement Américain a cherché à disculper l’Empereur et sa famille de toute responsabilité de guerre. Dès 1948, il a tenté de placer au pouvoir d’anciens dirigeants de guerre (ministre des munitions au cours de la seconde guerre mondiale, Nobusuke Kichi occupa par exemple le poste de premier ministre de 1957 à 1960). Les États-Unis ont également classé confidentielles les archives relatives au Japon d’après-guerre, décision allant à l’encontre de leurs propres lois.
Lire la suite

Max Keiser : Contrôle des capitaux en France, crise financière et marché de l’or physique

Max Keiser a interviewé Egon von Greyerz, fondateur de Goldswitzerland.com au sujet des contrôles des capitaux en France, de la crise financière en Europe et aux États-unis, du Quantitative Easing, et du marché de l’or.

Guyane : Les légionnaires survivent dans l’enfer de la jungle

Reportage sur l’entraînement des légionnaires dans le stage le plus difficile de l’armée. Tous volontaires, ces 24 stagiaires de 20 à 30 ans sont des soldats issus de la Légion étrangère. Ils sont prêts à tout pour décrocher le brevet de «moniteur forêt», qui valide huit semaines de stage de survie dans la jungle guyanaise.

En quasi autonomie, ils doivent boire l’eau des rivières sans tomber malade, apprendre à se nourrir avec des végétaux, construire des pièges pour attraper des animaux sauvages, ou encore grimper aux arbres.

Après leur stage, ils s’infiltrent au contact des trafiquants d’or. Les orpailleurs illégaux, armés et très organisés, pillent les sous-sols de Guyane, détruisent la forêt et polluent les sols. Certains n’iront pas jusqu’au bout, car l’instructeur principal, l’adjudant Azevedo, n’a aucune pitié.

Lusssat (23) : Inquiètude autours d’une nouvelle ruée vers l’or

Des explorateurs ont envahi Lusssat pour chercher de l’or. Ils troublent depuis trois mois l’habituelle tranquillité de la Creuse.

Le sous-sol contiendrait entre quatre et dix grammes d’or par tonne de roche, une fortune. Il y a deux ans un permis de recherche a été accordé à une société minière, celle de Dominique Delorme.

Pérou : A la Pampa, les chercheurs d’or ont remplacé la forêt

Forêts rasées, terres contaminées… Dans ce numéro d’Élément terre, nous partons au Pérou, à la Pampa. Cette zone, qui abritait autrefois des milliers d’hectares de forêts, est désormais occupée par les chercheurs d’or illégaux.

Au Pérou depuis deux ans, la police et l’armée multiplient les raids dans la jungle amazonienne. Dans leur collimateur : les mineurs. Depuis 2012, l’extraction d’or sans permis est un crime. Pour extraire le métal précieux du fond du fleuve, les chercheurs utilisent du mercure, une technique ancienne et interdite, car dangereuse pour l’environnement.

A Madre de Dios, la plupart des habitants vivent de l’extraction illégale d’or. Les mines représentent encore aujourd’hui 70% du PIB de la région. Pour inverser la tendance, la communauté de Tres Islas tente de diversifier ses activités. Parmi elles, le commerce des noix d’Amazonie et l’éco-tourisme. Les touristes sont prêts à payer cher pour découvrir la forêt amazonienne.

Aux États-Unis, les scientifiques planchent aussi sur la question. A l’université de Standford, leurs cobayes se transforment en coupeurs d’arbres au travers d’un jeu vidéo. Objectif : créer de l’empathie et analyser l’évolution des comportements.

La Mafia rouge : la disparition de l’or bolchévique

En 1917, au lendemain de la révolution russe, les bolchéviques se sont emparés des énormes réserves d’or du pays alors que la Russie, ravagée par la guerre et la famine, comptait sur l’exportation de son or pour éviter la catastrophe. L’Estonie est au centre des opérations de blanchiment d’or et d’achat de biens étrangers par le biais de banquiers, en Suède ou en Allemagne. Une fois cette machine bien huilée, il n’y aura presque plus de limites à ce qu’ils pourront acheter à l’étranger pour récompenser les « amis » de la révolution. 


La mafia rouge : La disparition de l'or… par stranglerman

L’image du soir

La Chine retire 70 tonnes d’or depuis Shanghai… en une seule semaine !

Selon Nick Laird, de chez goldchartsrus.com, la Chine a retiré 70 tonnes d’or du Shanghai Gold Exchange au cours de la semaine qui s’est achevée le 16 janvier dernier.

Il s’agit du troisième retrait le plus élevé enregistré par le marché de Shanghai. En conséquence de la manipulation du prix de l’or, le métal physique se déplace d’ouest en est.

24H Gold

Faut-il craindre l’effondrement du système bancaire mondial ?

Depuis la crise des subprimes en 2008 et le renflouement des larges banques par la réserve fédérale (FED), rien ne permet d’affirmer que la situation économique mondiale a été assainie. Tout au contraire, un ensemble d’indicateurs laissent penser que le monde bancaire est au bord de l’abîme, « the edge of chaos» selon l’expression du spécialiste des systèmes Christopher Langton[1].

Certains se veulent rassurants, cependant que la chute des cours du brut fait craindre un choc pétrolier à l’envers qui mettrait en faillite une section importante du secteur énergétique, celle du « fracking » ainsi que les états américains dépendant de ses revenus[2]. D’autres, Steve Forbes et Elizabeth Ames en tête, mettent en garde contre l’effondrement du système économique mondial et suggèrent un retour au Gold Standard[3]. Y’a-t-il des raisons de faire confiance aux uns plutôt qu’aux autres ?

Lire la suite

L’ère du prêt-à-jeter : Le legs toxique de la consommation effrénée

La consommation effrénée d’appareils électroniques à faible durabilité génère de plus en plus de déchets. Or, ces produits contenant des ressources précieuses et des substances toxiques sont toujours très peu recyclés. Et quand ils le sont, c’est le plus souvent dans des pays du tiers-monde, dans des conditions déplorables.

En 2015, l’humanité devrait consommer plus de 75 millions de tonnes de produits électroniques, si on se base sur la moyenne des données compilées par Le Devoir. Cette consommation représente une hausse de plus de 125 % par rapport à l’an 2000.

Lire la suite

Salsigne (11) : Un siècle d’extraction d’or, dix millénaires de pollution ?

Salsigne, dans l’Aude, fut la principale mine d’or de France et la première mine d’arsenic du monde. Un siècle d’exploitation intense qui a bouleversé les paysages et affecté la santé des ouvriers et des habitants. Aujourd’hui, malgré la mise en sécurité réalisée par l’État, la pollution est toujours présente. Il y en aurait même pour plusieurs milliers d’années. Une histoire minière qui n’est peut être pas révolue: les dernières richesses du sous-sol attirent la convoitise de nouveaux industriels.
Des collines escarpées, des châteaux cathares, des bois et des vignes, une rivière qui s’écoule dans la vallée : un paysage presque idyllique, situé à quelques kilomètres au nord de Carcassonne, dans l’Aude. A première vue, dans cette partie de la Montagne noire, on ne remarque pas l’ancien chevalement qui servait autrefois à transporter les mineurs vers les galeries.

Encore moins que les immenses collines qui nous entourent sont en fait artificielles. On n’imagine pas non plus que se cachent, sous les arbustes qui les recouvrent, des milliers de tonnes de résidus de la mine qui contiennent des particules d’arsenic et d’autres produits chimiques.

Le passé de Salsigne est tapi dans son sous-sol, sous ses collines, au bord de la rivière qui serpente la vallée. La région a longtemps été un gigantesque terrain de jeux pour les entreprises minières. On y a extrait de l’or, de l’arsenic, du plomb. Salsigne fut la première mine d’or d’Europe occidentale et la dernière mine d’or de France. C’était un autre monde, achevé en 2004. Il ne reste aujourd’hui qu’une ou deux cheminées, des trous béants, une mémoire commune… et un cimetière de déchets polluants.

De l’or…et de l’arsenic
Lire la suite

Bangladesh : Survivre dans le chaos

Au Bangladesh, le pays le plus peuplé de la planète, un dicton soutient que ce qui coûte le moins cher, c’est la vie. Chaque année a lieu le plus grand pèlerinage musulman du monde après celui de La Mecque, la Bishwa Ijtema, qui dure trois jours. Pour l’événement, près de six millions de fidèles affluent de tout le pays et de l’étranger. Bus, bateaux et trains sont pris d’assaut.

Les voyageurs sont partout et certains prennent des risques inconsidérés : entassés sur les toits, accrochés aux fenêtres et aux essieux… Bus, Bateaux et trains sont pris d’assaut. Une foule quasi ingérable dans un pays aux infrastructures obsolètes, mais où l’on garde toujours le sourire.

Monnaie islamique : Mythe et réalité

Avec la diffusion d’une vidéo de propagande mettant en scène trois djihadistes français, le mouvement islamiste Daesh fait beaucoup parler de lui dans les journaux. Aussi, l’annonce d’instaurer sa propre monnaie officielle en métaux précieux a elle-même été beaucoup relayée dans les médias. Alerte ! L’organisation terroriste va pouvoir se développer en toute indépendance grâce à leur monnaie ! Même pas peur…

Il s’agirait d’une version modernisée du dinar d’or qui circulait au VIIe siècle au temps du calife Othman, autant dire la résurrection d’une vieille monnaie. Cette monnaie serait constituée de pièces en or de 1 et de 5 dinars, de pièces en argent de 1, 5 et 10 dirhams et de pièces en cuivre de 10 et 20 « fills ».

Les enjeux d’une monnaie islamique

En créant sa propre monnaie, l’État Islamique souhaite « s’émanciper » du système économique mondial « diabolique », « concurrencer le système tyrannique occidental » selon ses propres termes.

Outre la volonté de renforcer le pouvoir et l’indépendance d’un nouveau califat, le fait de posséder sa propre monnaie est un symbole idéologique fort. « En créant sa monnaie, le groupe État islamique veut se donner les attributs d’un vrai État » dit Nicolas Véron dans Les Échos.

Lire la suite

Réserves d’or : Marine Le Pen réclame un audit au Gouverneur de la Banque de France‏

Lettre ouverte à Monsieur Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France, concernant les réserves d’or de la France.

Monsieur le Gouverneur, Au nom des Français et en ma qualité de principal chef de l’opposition, j’ai l’honneur de vous écrire, car il est de mon devoir de vous présenter une requête sur les réserves d’or de la France, relevant de l’intérêt supérieur de notre nation.

Avant même le déclenchement de la crise de 2008, le Front National avait anticipé et informé les institutions politiques de l’aggravation à venir du contexte macro-économique et géopolitique. Dans le cadre du modèle économique de plus en plus ultralibéral adopté par la France sous la pression de Bruxelles, aucun des fondamentaux économiques ne peut s’améliorer durablement. Tous les Français peuvent constater que les politiques d’austérité exigées par l’Union Européenne et la BCE et menées par le gouvernement sont un échec avéré et grave pour notre pays.

L’institution monétaire que vous dirigez a pour mission historique d’être la banque centrale dépositaire des réserves monétaires nationales et notamment des réserves d’or. Selon notre vision stratégique et souveraine, celles-ci n’appartiennent ni à l’État, ni à la Banque de France mais bien au peuple français et de surcroît servent de garantie ultime à la dette publique et à notre monnaie.g>

Dans la guerre froide monétaire qui se joue entre les pays occidentaux et les pays des BRICS, l’or reprend progressivement un rôle important. Selon le Conseil Mondial de l’Or, les réserves officielles d’or de la Chine, de l’Inde et de la Russie ont fortement augmenté entre 2007 et 2013.
Lire la suite

Suisse : Initiative populaire pour « sauver l’or de la Confédération »

La Banque nationale suisse (BNS) s’est séparée entre 2000 et 2008 de plus de la moitié des réserves d’or nationales. Une initiative populaireveut dicter à la banque centrale la politique qu’elle doit mener avec ses réserves de métal jaune. Elle exige trois choses: la BNS ne doit plus vendre d’or; toutes ses réserves de métal jaune doivent se trouver en Suisse; 20% de ses actifs doivent être de l’or.

Lancée par un comité satellite de l’UDC, dans lequel on retrouve l’ancien conseiller national Ulrich Schlüer, les conseillers nationaux Luzi Stamm, Lukas Reimann et Oskar Freysinger, l’initiative populaire «sauver l’or de la Suisse» veut confiner la liberté d’action de la Banque nationale.

1040 tonnes d’or

La BNS possède 1040 tonnes d’or. Cela place la Suisse au 7e rang mondial, derrière les États-Unis (8134 tonnes), ­l’Allemagne (3384), l’Italie (2452), la France (2435), la Russie (1078) et la Chine (1054). Toutefois, par rapport à sa population, la Suisse occupe la 1re place, avec 4,2 onces (130,6 grammes) par habitant, devant l’Allemagne (1,2 once), la France (1,2 once également) et enfin les États-Unis (0,8 once).

Dans les années 90, la BNS détenait 2590 tonnes. Il a été estimé à l’époque qu’une telle réserve n’était plus nécessaire.

On a donc décidé d’en vendre une partie, en l’occurrence 1300 tonnes. Cette décision est intervenue dans le contexte de la crise des fonds en déshérence. Il était initialement prévu de financer la Fondation Suisse solidaire avec cette opération. Ce projet ayant échoué, la vente se réalisa néanmoins entre 2000 et 2005. Les recettes – 21 milliards de francs – ont été versées pour un tiers à la Confédération et deux tiers aux cantons. Entre 2007 et 2008, une seconde tranche de 250 tonnes a été cédée.

Lire la suite

Le moment de Minsky : Le film d’horreur financière que personne ne veut voir

Les économistes et les financiers aiment utiliser des mots mystérieux pour noyer le poisson. Ils sont comme les médecins de Molière. Le “moment de Minsky” fait partie de leurs expressions. Ce moment est celui où les investisseurs surendettés sont contraints de vendre massivement pour payer les intérêts de leur dette.

Mais plus ils vendent, plus les prix baissent — et la course au cash pour payer les intérêts entraîne un krach. A ce moment, les prêteurs réalisent que leur débiteur est mort. Il ne paiera jamais : ni les intérêts, ni le principal, foi de cigale.

Cela peut-il se produire aujourd’hui ? Non, pensent les professionnels des marchés. C’est le syndrome du “trop gros pour faire faillite”. Le niveau d’endettement est tel qu’un moment de Minsky entraînerait la GAF, Grande Apocalypse Financière.

Lorsque le moment de Minsky s’annonce, une banque centrale intervient pour éviter la spirale baissière mortelle. C’est ce qui s’est produit en 2008 et en 2011 en Europe en freinant le désendettement.
Lire la suite

Four Horsemen

L’économie mondiale va mal. La crise se transformant rapidement en catastrophe, de plus en plus de gens se mettent en quête de conseils avisés sur la manière de restructurer l’économie occidentale. Ces trois dernières années, 23 intellectuels — la plupart d’entre eux très controversés – ont accepté de briser le silence et d’expliquer comment le monde fonctionne vraiment.

Four Horsemen ne tombe ni dans la critique des mondes financier et politique, ni dans la théorie du complot : le film analyse le système économique dans lequel nous avons choisi de vivre et avance des propositions de changement.

Guyane : Sale paradis

Dirty paradise est une histoire vraie : celle du peuple Wayana, des Indiens français d’Amazonie dont la malédiction est de vivre dans une région recelant de l’or. Sur ce territoire d’outre-mer, la forêt primaire est mise à sac, les rivières sont polluées par des tonnes de mercure et de boue.

Les autorités, l’armée et la gendarmerie sont impuissantes face à l’immigration massive des chercheurs d’or clandestins. La fièvre de l’or gagne toute la région ; la contamination au mercure entraîne des problèmes de santé. Et le pire est encore à venir. Dirty paradise raconte l’histoire d’une tribu amérindienne qui refuse de disparaître dans le silence et l’indifférence.

En Guyane française, les Indiens Wayana tentent de survivre face à plus de 10.000 chercheurs d’or clandestins qui polluent les rivières au mercure. Enquête sur une incroyable catastrophe sanitaire et écologique.

Lire la suite

Les États-Unis entrainent le monde vers le chaos et la tyrannie pour ralentir leur déclin

L’Empire américain est doublement engagé, au plan économique et monétaire d’une part et au plan stratégique et géopolitique d’autre part, pour tenter de ralentir son déclin, dans une entreprise systématique de destruction de ses adversaires comme des ses supposés « alliés ».

Au plan économique et monétaire, les manipulations domestiques et internationales auxquelles se livrent les USA (via leur Federal Reserve et leurs grandes banques « too big to fail ») sur la plupart des paramètres (statistiques faussées) et des actifs (monnaie, taux d’intérêt, actions, obligations, etc. « dirigés ») ne sont plus à démontrer, de telle sorte qu’il n’y a plus un seul marché libre dans le monde entier dont on puisse connaitre précisément la situation réelle !

Quant au plan stratégique et géopolitique, les USA, visant à empêcher toute alliance entre l’Europe et la Russie (toujours leur obsession du contrôle du « heartland » eurasien !) comme à saboter l’émergence de toute solution pacifique au Moyen Orient avant que ce soit le tour de l’Asie, installent des conflits régionaux qui nécessairement prendront suffisamment d’ampleur pour qu’ils auto-détruisent les États qui s’y laissent entrainer. [...]

Nous ne nous prononçons évidemment pas sur le point de savoir qui a raison ou a tort dans ces conflits (les Israéliens ou les Palestiniens, les Russes ou les Ukrainiens) mais seulement sur la méthode employée par les USA pour les créer et les envenimer dans le seul but d’empêcher toute coexistence pacifique internationale selon la pratique vieille comme le monde consistant à diviser pour régner.

Lire la suite

Russie : Le trésor perdu des Romanov

On sait qu’en 1917, parce qu’ils avaient besoin de liquidités, les bolcheviques ont vendu une partie des biens de valeur trouvés au Kremlin, ainsi que ceux que Nicolas II avait cachés au couvent Saint-Jean de Tolbolsk, en Sibérie. Mais qu’est devenu le trésor de la Maison Romanov ? Une enquête qui démêle mythes et vérités historiques.

L’une des conséquences inattendues de l’effondrement de l’URSS est un regain d’intérêt pour l’or, les bijoux et autres objets précieux qui appartenaient au tsar et à ses proches. Ils sont nombreux à fouiller les archives, à compulser des catalogues censés répertorier diverses pièces ou à courir les salles des ventes, à l’instar de Nadejda Danilevitch, qui a fait partie de la commission d’enquête sur l’exécution de Nicolas II, et à tenter de retracer le parcours des biens personnels des Romanov. L’oligarque milliardaire Alexeï Ivanov, lui, rachète les mythiques œufs Fabergé, fleurons du trésor du tsar.

Le crash du MH17 déstabilise la planète finance

De Tokyo à New York en passant par Paris et Francfort, toutes les places boursières mondiales ont dévissé après le crash de l’avion de ligne malaisien en Ukraine. La tragédie s’ajoute à la crise au Proche-Orient et fait craindre le pire pour l’économie mondiale.

La peur s’installe sur les places financières mondiales. Depuis l’annonce du crash d’un avion de ligne malaisien en Ukraine, apparemment abattu par un missile, la tension est montée d’un cran, illustrée par la chute des principales places boursières de la planète.

Lire la suite

L’exploitation des terres rares en eaux profondes risque d’affecter l’écosystème

Les ressources minérales marines profondes offrent une capacité importante d’exploration, notamment dans le Pacifique. Mais leur exploitation pourrait impacter la biodiversité.

Une étude intitulée « Impacts environnementaux de l’exploitation des ressources minérales marines profondes » menée pendant deux ans par le CNRS et l’Ifremer à la demande du ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, souligne les impacts environnementaux de l’exploitation des ressources minérales marines profondes.

Avec l’épuisement de certains métaux, les compagnies privées, et les États s’intéressent de plus en plus aux ressources minérales des grands fonds marins, et plus précisément à leur potentielle exploitation. Mais avant de pouvoir exploiter ces ressources, encore faut-il explorer les fonds océaniques pour déterminer les zones riches en terres rares. Et déterminer quel peut être l’impact sur l’environnement.

Lire la suite

Combien vaut la Terre ?

Les métaux précieux proviennent de l’explosion des étoiles et se sont incrustés dans la croûte terrestre il y a des milliards d’années. Gros plan sur les réserves d’or, le métal le plus précieux entre tous car, malléable et inaltérable, il sert à la fois de monnaie et de matière première entrant dans la fabrication de nombreux objets.

Coup de projecteur également sur le bois, le granit et le calcaire et, pour finir, sur les ressources provenant des océans, de l’élevage et des cultures, vitales pour nourrir les êtres humains.

Partie 1:

Partie 2:
Lire la suite

Comment lutter contre l’or illégal

L’or est très présent dans notre vie quotidienne, qu’il soit utilisé pour la confection de nos bijoux (80% du volume d’or annuel) ou bien utilisé dans les microprocesseurs de nos équipements électroniques. Mais connaissiez-vous l’impact de l’or sur notre environnement ? Savez-vous de quel poids l’industrie aurifère pèse sur la nature ?

Bien que toutes les filières utilisant l’or, industrielles ou artisanales, soient légales, il existe un marché noir où l’or extrait par orpaillage illégale est introduit sur le marché légal. On estime à 5 tonnes la quantité d’or illégal exporté de Guyane chaque année, et environ 20% de la production aurifère Péruvienne sont illégaux, soit plus de 20 tonnes.

L’orpaillage illégal pratiqué essentiellement en Amérique Latine utilise du mercure et entraîne la déforestation de la jungle avec de graves conséquences sur la faune, la flore et les êtres humains qui y vivent. A cause de l’acidité de l’eau, le mercure utilisé se transforme en méthylmercure. Celui-ci s’accumule tout au long de la chaîne alimentaire et provoque, à des doses concentrées, des troubles neurologiques irréversibles.

Lire la suite

Celente : “L’effondrement économique interviendra au second trimestre 2014 !”

Interview de Gerald Celente donnée le 30 avril 2014 sur l’or, à propos de la situation en Ukraine et de “l’effondrement économique pour le deuxième trimestre 2014″ !!!

On ne s’attaque pas à la Russie. Napoléon n’a pu les défaire, Hitler n’a pu les défaire, et vous pensez que c’est Cameron, Hollande et Obama qui vont vaincre les Russes ?”

États-Unis : La ruée vers l’or (Docu)

À l’été 1848, alors que le Mexique vient de céder la Californie aux États-Unis après la guerre entre les deux nations, on découvre des pépites d’or sur ces terres encore négligées par les autorités américaines.

C’est alors un défilé d’hommes de tout le continent et bientôt d’Europe, d’Australie et de Chine qui migrent vers la Californie dans l’espoir de s’enrichir. Si certains font fortune, d’autres se ruinent et la ruée vers l’or va séparer des familles, engendrer violence et xénophobie…

Le film retrace le développement spectaculaire d’une société multiéthnique et multiculturelle en Amérique. Il montre également comment la ruée vers l’or a contribué à transformer le 31e État des États-Unis en une terre d’opportunité et de libre entreprise, mais aussi à justifier le massacre des autochtones.

Évoquant le destin d’individus qui ont pris part à la ruée vers l’or entre les années 1848 et 1900, le documentaire mêle reconstitutions, lettres manuscrites, journaux intimes et images d’archives. On y découvre l’histoire d’un aristocrate chilien déchu et avide de recouvrer la fortune familiale, d’une femme du Missouri qui a suivi son mari atteint de la fièvre de l’or ou encore d’un forgeron new-yorkais qui s’est résigné à se séparer de sa femme et de ses sept enfants dans l’espoir de trouver le bon filon.

L’île de Robinson et l’or Inca

En écrivant Robinson Crusoé, Daniel Defoe s’inspirait d’une aventure humaine bien réelle : celle du corsaire et mutin anglais Alexander Selkirk, que son capitaine débarqua en 1704 sur une île déserte appartenant à l’archipel Juan Fernández, à 700 kilomètres au large du Chili.

Rapatrié en 1709 en Angleterre, l’ermite forcé aurait narré son histoire à l’écrivain, qui en fit un best-seller publié en 1719. Récemment, une équipe scientifique allemande s’est mise en quête du campement de Selkirk sur l’île de Mas e Tirra, rebaptisée Robinson Crusoé en 1966.

De leur côté, un historien de la marine anglaise et un chasseur de trésors américain espéraient découvrir la cachette où aurait été entreposé un trésor en provenance des colonies espagnoles des Andes. La flotte chargée de les convoyer vers la péninsule Ibérique aurait sombré non loin en 1715.

Or sale

Symbole de luxe, du glamour et de la richesse, l’or fait rêver, il étincelle sur les plus belles femmes du monde comme dans les coffres des banques, mais cet or possède une face cachée.

Financement de guerres civiles, catastrophes écologiques, droit de l’homme bafoués. En Afrique ou en Amérique latine, l’or peut devenir une malédiction. Qui achète cet or pas très propre ?

La Suisse produit 70% de lingots d’or dans le monde. Du Pérou à Dubaï, nous allons remonter des filières, démasquer des intermédiaires, bienvenue dans un monde de grands mensonges et gros trafics, celui de l’or sale.

Partie 1:

Partie 2:
Lire la suite

Le Mans/Angers : A la rencontre de chercheurs d’or

Cu, Zn, Pb, Au, Ag…. cuivre, zinc, plomb, or, argent… Nos sous-sols en seraient gorgés mais personne pour toucher le pactole. L’ex-ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg avait dit vouloir “donner une nouvelle ambition à la France, celle de redevenir un pays dans lequel on peut exploiter des mines“. Dont acte.

En juillet dernier, quelques sociétés dont Variscan, obtiennent des permis de recherches sur 17 communes de la Sarthe, de la Mayenne et du Maine-et-Loire. Mais des associations invoquent un leurre façon gaz de schiste, avec les mêmes promesses d’emplois sur le dos de l’écologie.


Lire la suite

L’or à prix d’or

Alors que la crise financière fait rage, le monde redécouvre la valeur de l’or. Et son appétit pour cette valeur refuge fait des ravages dans les régions du monde où il se trouve.

Comme les Célèbes, en Indonésie. En plein cœur d’un des plus grands parcs naturels du monde, un site aurifère va être mis en exploitation. Il va à l’encontre de tous les principes d’un modèle de développement équitable et respectueux des normes environnementales mais aussi sociales.

L’or suscite un tel intérêt qu’en France même, on parle de rouvrir d’anciens sites, qu’en Belgique comme en Indonésie, on récupère soigneusement les moindres particules d’or nécessaires à la fabrication d’appareils électroniques.

Canada : Plaque tournante de l’industrie minière

Trois sociétés minières sur quatre ont leur siège social au Canada. Pourquoi un tel attrait ? Le Canada est un véritable paradis pour ces entreprises : elles peuvent y spéculer tranquillement sur les gisements du monde entier tout en y étant protégées en cas de crimes environnementaux et de violations de droits humains. Une réalité bien éloignée de l’image plutôt sympathique que véhicule le pays. Entretien avec Alain Deneault, coauteur du livre enquête Paradis sous terre.

75% des sociétés minières mondiales ont leur siège au Canada. Pourquoi ?

Alain Deneault : [1] Il y est plus facile de spéculer en bourse sur la valeur présumée d’un gisement minier. On peut y mettre en valeur non seulement les « réserves » qu’une mine contient, soit ce qu’il est effectivement possible d’extraire, que les « ressources », c’est-à-dire tout ce qu’une mine contient et que l’on pourrait éventuellement exploiter.

Ainsi, à la bourse de Toronto, il est possible de valoriser une richesse avérée, mais également la ressource présumée ou espérée : une richesse plus grande que ce qui a été évalué par les géologues, en fonction des évolutions des techniques ou des coûts d’exploitation. La bourse de Toronto a ainsi longtemps été très spéculative, jusqu’au scandale Bre-X, une société canadienne qui a gonflé artificiellement les réserves espérées de ses mines d’or, avant de faire faillite, faisant perdre 4,7 milliards d’euros à ses actionnaires en 1997.

Lire la suite

Les dessous de la mondialisation : Mongolie, le souffle de la mondialisation

La Mongolie est en train de vivre un moment historique : ancienne république soviétique, cette jeune démocratie coincée entre la Russie et la Chine s’éveille sur un tas d’or, d’uranium, de charbon et de cuivre.

L’extraction minière entraîne une croissance à deux chiffres, fait la fortune de nouveaux millionnaires mongols à l’image des frères Dagvadorj et attire les investisseurs du monde entier.

Réalisé par Isabelle Vayron de la Moureyre (2013)