“Les routes du miel” : Un livre pour redécouvrir l’abeille

Photographe indépendant depuis 1989, Éric Tourneret est aujourd’hui internationalement reconnu comme le « photographe des abeilles ». Cela fait 10 ans qu’il travaille uniquement sur les abeilles. Depuis qu’en 2004, il a appris que l’espèce était en train de mourir à cause des pesticides. Le photographe a grandi dans la campagne. “Pour moi, un monde sans abeilles, c’était un monde sans vie“, il vit actuellement en Ardèche.

Son enfance près d’Annecy, entre lac et montagne, le sensibilise à la beauté des milieux naturels. À 17 ans, il découvre l’Afrique, le voyage, le désert, et rencontre d’autres cultures. Il est initié à la photographie dans l’univers des studios, où il côtoie des photographes de mode et de publicité, spécialistes de la lumière et de la création visuelle.

En 2004, sensibilisé à la disparition des abeilles par la lutte des apiculteurs français pour l’interdiction des insecticides systémiques, Éric commence un travail de fond sur l’apiculture en s’immergeant dans la vie de la ruche. Exposées à l’Orangerie du Sénat en 2006, ses photographies novatrices sont rassemblées dans un premier ouvrage, Le Peuple des abeilles et font l’objet de nombreuses publications dans la presse internationale.

En 2007, il élargit ses investigations à l’international en une série de reportages sur la relation des hommes aux abeilles, de la cueillette la plus archaïque à l’apiculture industrielle et commerciale, au Népal, au Cameroun, en Russie, en Argentine, au Mexique, en Nouvelle-Zélande, aux USA, en Roumanie… Son travail est édité en 2009 sous le titre Cueilleurs de miel.
Lire la suite

TPP : Le traité de libre-échange trans-pacifique devient réalité

Les négociations commerciales trans-pacifiques aboutissent. Les douze pays, engagés depuis 2008 dans des négociations sans fin, ont trouvé un accord, confirmé par le Premier ministre japonais et d’ores et déjà salué par le président américain.

Le TPP réunit l’Australie, Brunei, le Canada, le Chili, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Pérou, Singapour, les États-Unis et le Vietnam.

L’agent de la DGSE qui a coulé le Rainbow Warrior présente ses excuses, trente ans après

Des excuses, trente ans après les faits. Le nageur de combat de la DGSE qui avait posé la charge explosive ayant coulé le Rainbow Warrior présente ses excuses, dans une interview diffusée par Mediapart dimanche 6 septembre, trente ans après ce fiasco retentissant de la présidence Mitterrand.

Le colonel Jean-Luc Kister s’explique aussi, à visage découvert, sur les détails de cette opération au cours de laquelle un photographe de Greenpeace, Fernando Pereira, fut tué.

Le 10 juillet 1985, des agents français coulent en Nouvelle-Zélande le Rainbow Warrior, un chalutier reconverti par l’association écologiste pour perturber les essais nucléaires français, dans le Pacifique. “Trente ans après les événements, avec les passions qui se sont apaisées, et aussi le recul que j’ai par rapport à ma vie professionnelle, j’ai pensé que c’était une occasion pour moi d’exprimer à la fois mes profonds regrets et mes excuses”, dit Jean-Luc Kister, interrogé par Edwy Plenel.

Lire la suite

Internet : Kim Dotcom le méga-pirate

Kim Dotcom, de son vrai nom Kim Schmitz, qui avant de devenir le “plus grand pirate informatique de tous les temps“, totalement mégalo, a commencé en vendant aux entreprises des systèmes de protection. Et se trouve aujourd’hui assigné à résidence dans son gigantesque manoir en Nouvelle-Zélande.

Nouvelle-Zélande : Des “écoterroristes” menacent d’empoisonner du lait pour bébé

La police néo-zélandaise a annoncé mardi 10 mars l’ouverture d’une enquête après l’envoi de lettres menaçant d’empoisonner le lait en poudre pour bébé. Comme l’explique le New Zealand Herald (en anglais), l’objectif est d’obtenir le retrait de la circulation d’un poison servant à contrôler les populations de certains animaux sauvages.

Le Premier ministre, John Key, a évoqué une menace “écoterroriste”, tout en estimant peu probable que celle-ci soit mise à exécution. “Il y a une possibilité que cette menace soit bidon, mais nous devons la prendre au sérieux et une enquête prioritaire est en cours”, a déclaré le chef adjoint de la police néo-zélandaise, Mike Clement.

D’après la police, des lettres anonymes de menaces accompagnées de paquets contenant du lait en poudre empoisonné ont été adressées en novembre à la coopérative néo-zélandaise Fonterra, premier exportateur mondial de lait, ainsi qu’à l’organisation professionnelle des agriculteurs, Federated Farmers of New Zealand. 

La Nouvelle-Zélande est le plus grand exportateur de produits laitiers, au premier
rang desquels le lait infantile.
Lire la suite

Nouvelle-Zélande : Business touristique au pays des Hobbits

Le pays, situé en Océanie, a inspiré Peter Jackson, le réalisateur des trilogies du Seigneur des Anneaux et du Hobbit, pour la beauté de ses paysages. Les touristes viennent en nombre, sur les traces des films.

Nouvelle-Zélande : 80% de l’électricité vient des énergies renouvelables

La Nouvelle-Zélande, archipel du Pacifique est douze à treize fois moins peuplé que la France. La pureté de son air et ses paysages font la fierté du pays. Les énergies hydrauliques, éoliennes, solaires ou géothermiques y sont privilégiées. 60% de l’électricité du pays est produite par une trentaine de centrales hydrauliques.

Edward Snowden : « Nos droits sont en train d’être redéfinis en secret »

Le 28 octobre 2014, l’hebdomadaire américain The Nation a publié un grand entretien réalisé avec le lanceur d’alerte Edward Snowden [1]. Voici  une version exclusive de ce document en français.

Lundi 6 octobre 2014, les journalistes Katrina vanden Heuvel et Stephen F. Cohen se sont entretenus à Moscou, pendant près de quatre heures, avec l’ancien consultant des services secrets. Dans cet échange, Edward Snowden évoque sa situation et ses rapports avec les autorités russes. Il rappelle que ce sont les États-Unis qui l’empêchent de sortir de son « exil ».

L’ancien employé de la CIA et de la NSA (Agence nationale de sécurité) aborde plusieurs sujets centraux : est-il possible de renforcer le contrôle démocratique des actions des gouvernements et des entreprises sur Internet ? Si oui, de quelle manière ? Pourquoi est-il nécessaire de s’engager pour de nouvelles formes de « désobéissance civile » et de se battre pour défendre nos droits fondamentaux ?

Faut-il saluer les initiatives des pays qui prônent le renforcement de leur souveraineté digitale ? De quelle manière Internet recompose-t-il les relations sociales et les pratiques politiques au niveau planétaire ? Pourquoi faut-il élaborer une Magna Carta (Grande Charte des libertés) pour Internet ? Quels seraient les contours de nos nouveaux « droits numériques » ?

Enfin, Edward Snowden expose pourquoi, selon lui, l’organisation de la production mondiale et la robotisation progressive des économies imposent la mise en place d’un revenu garanti pour tous.

PARTIE 1 – De la nécessaire désobéissance civile

The Nation  : Nous sommes très heureux d’être ici avec vous. Nous venons souvent à Moscou pour notre travail et pour voir de vieux amis, mais, de votre côté, vous n’avez pas choisi de venir vivre en Russie. Arrivez-vous à travailler ici, à sortir et à rencontrer des gens ? Ou vous sentez-vous enfermé et vous ennuyez-vous ?
Lire la suite

Extinction de 1.300 espèces d’oiseaux dans l’indifférence générale

Le manque de nourriture et les pesticides sont en partie responsables de la disparition des oiseaux. Entretien avec Luc Semal dont les recherches portent principalement sur la théorie politique verte (green political theory), l’écologie politique (décroissance, transition, développement durable), la sociologie des mobilisations environnementales, les politiques de biodiversité et les sciences de la conservation.

Atlantico: Depuis plusieurs années, les rapports sur la disparition des oiseaux se multiplient (lire un exemple ici). Sont-ils trop alarmistes, ou au contraire devrions-nous les prendre plus au sérieux ?

Luc Semal: Ces rapports rendent compte d’un phénomène objectivement observable, à savoir une baisse préoccupante des effectifs de nombreuses espèces d’oiseaux, dans de nombreuses parties du monde.
Lire la suite

Les vins bios du Nouveau Monde

Ce documentaire raconte l’histoire des pionniers de la viticulture et de l’agriculture biologique des pays du Nouveau Monde. Les Vins Bios du Nouveau Monde est un retour d’expérience d’une aventure d’un an. Entre techniques agricoles et microbiologie des sols, Olivia Sinet souhaite aujourd’hui vous révéler les secrets découverts.

De l’Australie aride qui voit naitre le Syrah jusqu’aux terres de Mendoza en Argentine, en passant par la vallée de Cromwell en Nouvelle Zélande et le Chili, Olivia vous invite à un voyage dans l’univers de la viticulture. Elle vous raconte aussi ce qui l’a poussé à partir, en retraçant ses réflexions et ses motivations.

Garry Leech : « Que la révolution commence »

Traduction d’un texte de Garry Leech, journaliste indépendant et auteur du livre « Le Capitalisme, un génocide structurel » ; né en Grande-Bretagne, il donne des cours de science politique internationale dans une université canadienne. 

Qu’est-ce que nous attendons ? Combien de temps allons-nous rester assis à ne rien faire et à regarder les bellicistes politiques déployer leurs drones, leurs navires de guerre, leurs bombardiers furtifs, leurs missiles, nos fils et filles et, finalement, leurs armes nucléaires, contre les peuples les plus pauvres du monde ?

NDLR : Discours de Garry Leech reprenant (en anglais) le texte reproduit dans nos colonnes.

Combien de temps allons-nous rester indifférents aux entreprises bellicistes maniant leurs baguettes magiques bénéficiaires, qui remplissent à craquer leurs portefeuilles et leurs bedaines, pendant que des millions d’enfants meurent de faim et de maladies évitables ?

Combien de temps allons-nous accepter l’inégalité injuste des 1 % empochant une part largement disproportionnée de la richesse créée par le labeur des 99 % ? Combien de temps allons-nous accepter passivement la folie suicidaire consistant à violer et piller les ressources limitées de notre planète, au point qu’aucun de nous ne sera en mesure de survivre ? Que la révolution commence !

Et qu’en est-il de notre peur irrationnelle des armes de destruction massive dans les mains de terroristes, qui nous maintient paralysés et distraits des injustices quotidiennement perpétrées en notre nom ? Les plus mortelles des armes de destruction massive utilisées aujourd’hui dans le monde ne sont pas chimiques ou biologiques ; ce sont les règles établies par l’Organisation mondiale du commerce, le Fonds monétaire international, la Banque mondiale et tous les soi-disants accords de libre-échange qui ne font qu’intensifier les inégalités au plan mondial, la souffrance humaine et la mort.

Lire la suite

France : « Il faut baisser le SMIC de 300 euros ! »

La semaine dernière, The Economist a consacré un papier au salaire minimum, se demandant s’il en fallait un et si oui, à quel niveau il fallait le mettre. Une plongée glaçante dans la pensée néolibérale.

Les penseurs néolibéraux ont au moins un mérite. Ils osent tout. L’économie n’est qu’une science abstraite faite de chiffres, totalement désincarnée et déshumanisée. C’est bien ce qui ressort de ce papier de la bible des élites mondialisées sur le salaire minimal. The Economist cite Milton Friedman, pour qui il est « une forme de discrimination contre les travailleurs sans qualification ». Qualifier de « discrimination » le fait d’empêcher de payer un salaire de misère en dit déjà long…

Mais l’hebdomadaire souligne que d’autres économistes affirment que quand les employeurs ont un fort pouvoir, ils peuvent fixer les salaires à un niveau trop faible, ce qui a poussé les gouvernements à instaurer un salaire minimal dans un nombre grandissant de pays.

La Nouvelle-Zélande a été la première en 1894, suivie par les États-Unis de Roosevelt en 1938, la Grande-Bretagne patientant jusqu’en 1999. Le SMIC étasunien, très bas, a été relevé de 40% depuis 2007.
Lire la suite

Transformons nos déchets alimentaires en énergie

Notre nourriture deviendra-t-elle l’énergie de demain ? C’est le pari que fait le conseil de la ville d’Auckland, où les déchets alimentaires atteignent les 75,000 tonnes chaque année.

Actuellement, ces déchets sont entreposés dans des décharges, ce qui produit différents gaz polluants et lixiviats.  Imaginons un processus de transformation où le méthane produit par les déchets peut être capturé et brûlé afin de produire chaleur et électricité. Les solides restants peuvent être utilisés comme compost ou engrais. Ce processus, aussi appelé technologie de méthanisation, existe partout dans le monde.

Lire la suite

Echelon : Le pouvoir secret de l’espionnage économique

Echelon est un nom de code utilisé pendant de nombreuses années par les services de renseignements américains pour désigner une base d’interception des satellites commerciaux.

Par extension le Réseau Échelon désigne le système mondial d’interception des communications privées et publiques, élaboré par les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande dans le cadre du Traité UKUSA (UKUSA Agreement).

Partie 1:


Partie 2:
Lire la suite

Cittàslow : Les villes lentes contre la frénésie du monde moderne

(Article du 4 mars 2008)

Dans un monde en constante accélération, quelques municipalités européennes ont créé un réseau, Slow Cities, visant à ralentir le rythme de la vie. Ce réseau réunit des villes et municipalités désireuses d’améliorer la qualité de vie de leurs citoyens, notamment en matière de nourriture et d’environnement.

Né en Italie, il y a maintenant 20 ans, Cittaslow (« Villes lentes » en italien), est issu d’un autre mouvement: Slow Food, en opposition au Fast Food nord-américain, synonyme de mal bouffe. L’objectif de cette organisation internationale est de protéger la gastronomie et le plaisir de la table.

La philosophie des « Villes lentes » repose sur certains principes. En n’utilisant que des produits régionaux de qualité, on apporte ainsi son soutien aux agriculteurs qui travaillent dans le respect de l’environnement et qui refusent de faire appel à de la main d’œuvre bon marché. Un mouvement qui a gagné 70 villes italiennes de moins de 60 000 habitants et une vingtaine d’autres dans le monde, jusqu’en Nouvelle-Zélande.

Des villes enracinées

L’objectif des Villes lentes est de combattre l’ubiquité dans ses deux dimensions : être, en même temps, ici et ailleurs. L’abomination absolue pour ces militants sont ces lieux modernes « hors sol » que sont les grands aéroports internationaux ou ces magasins entrepôts, tous sur le même modèle, qui défigurent les banlieues. Une ville lente refuse le « hors-sol » comme le « hors-temps ». Une stratégie de relocalisation des échanges et des consciences est inséparable de l’éloge de la lenteur comme une réaffirmation du local.

La modernité, en produisant l’homme sans qualité, joue la stratégie de la mondialisation de l’espace et du temps. Mondialisation des échanges commerciaux, développement des transports et mondialisation du temps vont de pair, comme le montrent les cotations boursières et les horloges internationales des palaces. Les villes lentes, parce qu’elles n’ont de cesse d’articuler ces stratégies de relocalisation et de retemporalisation, tendent à redonner de la qualité de vie, c’est-à-dire à enfanter un humain plus humain puisque plus autonome, parce que seul capable de s’autolimiter.

Lire la suite

Le déclin du rêve américain

Obsolète le rêve américain ? La promesse qu’un homme de rien puisse, aux Etats-Unis, plus que nulle part ailleurs, nourrir les espoirs de fortune les plus délirants, n’est-il plus qu’une chimère ? Le constat cruel, presque déshonorant pour la première économie mondiale, a été dressé par les équipes mêmes du président américain, Barack Obama, mi-février. En page 177 du rapport économique annuel du président remis au Congrès figure ce qu’on appelle “la courbe de Gatsby le Magnifique”. Le roman de Francis Scott Fitzgerald, peinture de la vanité bourgeoise de l’Amérique des années 1920, donne son nom à un graphique où se croisent, sur un axe horizontal, les données mesurant le degré d’inégalité des revenus et, à la verticale, le lien entre le revenu du père et celui de ses descendants, baromètre de la mobilité sociale.

Que nous dit cette courbe ? Quel que soit l’angle sous lequel on l’observe, les Etats-Unis sont les plus mauvais. Les inégalités de richesses se mêlent à un immobilisme social que l’on pensait réservé à la Veille Europe. L’Amérique de Paris Hilton se range ainsi loin derrière les pays nordiques, mais aussi derrière la France, la Nouvelle-Zélande, le Japon et le Royaume-Uni…

L’ampleur et la distorsion des richesses outre-Atlantique ont déjà été démontrées par les travaux de l’économiste et historien français Thomas Piketty. Mais aborder cette question avec un Américain et il vous sera répondu que “les riches sont riches parce qu’ils le méritent”. Que l’idée quasi communiste qui consisterait à prendre aux fortunés pour donner aux plus démunis n’est pas une juste récompense du talent. A force de pugnacité, un citoyen américain ne doit-il pas un jour ou l’autre être en mesure d’atteindre le haut de la pile ? “No pain, no gain”, entend-on. La “courbe de Gatsby le Magnifique” offre un démenti cinglant à cette théorie. Et aux Etats-Unis comme ailleurs le “talent” se résume bien souvent à hériter.

Lire la suite

Les nouveaux pronostics de Nouriel Roubini, le « Dr Catastrophe »

Nouriel Roubini, l’économiste qui avait prédit la crise des subprimes, est de retour avec un nouveau livre (Économie de crise, JC Lattès), écrit à quatre mains avec Stephen Mihm. Et de nouvelles prévisions. Presque aussi pessimistes que les précédentes…

Bien que l’économie mondiale ait entamé son rebond, les risques et les faiblesses qu’elle présente pourraient produire de nouvelles crises dans les années à venir.

Les formes prises par les redressements économiques reflètent leur vigueur et leur soutenabilité. Un redressement en forme de V est rapide et vigoureux; un redressement en forme de U est lent et peu marqué; et dans le cas d’un redressement en forme de W, l’économie se rétablit brièvement avant de plonger une nouvelle fois.

Le scénario qui est actuellement le plus vraisemblable dans les économies avancées est celui d’un redressement en U caractérisé par une faible croissance pendant plusieurs années. [...] La récession actuelle est différente des précédentes. La crise récente est née d’un excès de dette et de levier d’endettement chez les ménages, dans le système financier et dans les entreprises.

La récession n’a pas été provoquée par un resserrement monétaire : ce fut une “récession bilancielle” due à une accumulation vertigineuse de dette. Les travaux récents de Carmen Reinhart et de Kenneth Rogoff ont montré qu’une récession bilancielle pouvait conduire à un redressement peu marqué en raison du désendettement simultané de tous les secteurs de l’économie. Cela prendra un moment. [...]

Durant la dernière décennie, les États-Unis – ainsi que des pays comme le Royaume-Uni, l’Irlande, l’Islande, l’Espagne, Dubai, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, les pays Baltes et d’autres pays d’Europe centrale – servirent de moteur à la consommation mondiale : ils dépensèrent davantage que leur revenu ne les y autorisait et présentèrent des déficits de la balance des paiements courants.
Lire la suite

Mettre fin au déclin de l’Europe prendra une génération

Pour comprendre que la prospérité ne viendra pas des plans de relance de l’État mais des entrepreneurs et de leur prise de risque, cela prendra une génération

L’Union européenne dit sauver la Grèce, ou plutôt l’État grec, mais chacun comprend qu’elle sauve ses propres banques. Un mensonge de plus qui renforce la perte de confiance envers les autorités. L’Europe poursuivra son déclin si elle ne change pas complètement d’état d’esprit. «Aujourd’hui, si l’on réinventait l’automobile, elle serait interdite par les autorités parce que quelqu’un montrerait que la voiture peut tuer,» déclarait récemment Jürgen Hambrecht, président du conseil d’administration de BASF, lors de l’ISC Symposium de Saint-Gall. La prise de risque semble interdite en Europe. Pourtant la prospérité ne viendra pas des plans de relance d’États tous plus ou moins gravement endettés ni d’une politique monétaire créatrice de fausses incitations. Mieux vaut replacer l’entrepreneur dans le rôle de pilote, même si cela prendra une génération.

L’OCDE vient en effet de publier une étude fort intéressante * sur les impôts sur les salaires. Ceux-ci englobent les charges patronales et salariales de sécurité sociale et ce que l’on nomme le coin fiscal (tax wedge), c’est-à-dire l’écart entre le coût total de la main-d’œuvre pour l’employeur et ce que le salarié reçoit.

Pourquoi un entrepreneur aurait-il intérêt à investir en Europe si la moitié du coût du travail part en cotisations sociales?

Le pire coin fiscal se trouve en Belgique (55,2%), Hongrie (53,4%), Allemagne (49,2%) et France (49,2%).
La Grèce n’est pas loin (41,5%). Les bons élèves, ceux qui tentent d’attirer l’initiative privée, sont la Nouvelle-Zélande (0,6%), l’Islande (8,6%), le Luxembourg (11,2%), l’Irlande (11,7%).

Lire la suite

Les banques centrales d’Asie interviennent pour enrayer la chute du dollar

Face à la chute du billet vert, les banques centrales asiatiques sont intervenues en nombre, jeudi 8 octobre sur le marché des changes. Elles ont acheté des dollars afin de freiner la hausse de leur propre monnaie, pour certaines, et de défendre le lien fixe qui lie leur devise au billet vert pour d’autres. Déstabilisées par la chute du dollar, et sous la pression de l’afflux de capitaux cherchant à profiter de la future reprise économique de l’Asie, les monnaies de la région flambent, au risque de compromettre le retour de la croissance.

La Corée du Sud, l’Indonésie, la Thaïlande et Hongkong sont intervenues dans l’urgence. Les autorités monétaires de Hongkong ont injecté 16,26 milliards de dollars hongkongais (1,42 milliard d’euros). L’Indonésie a précisé que son but était de réduire la “volatilité” de la roupie et qu’elle n’avait pas de niveau cible pour sa devise. La banque centrale des Philippines a déclaré vendredi qu’elle souhaiterait que la hausse de sa devise se fasse à un rythme plus modéré et a émis la possibilité d’une intervention. Taiwan chercherait à implanter un système de contrôle des capitaux pour tenter d’enrayer la hausse de sa monnaie.

Ces mouvements montrent l’inquiétude grandissante de l’ensemble de la planète à l’égard de la chute du dollar, qui se juxtapose avec des phénomènes de flambée des matières premières, surtout de l’or et du pétrole. Lire la suite