Italie : Enquête sur la mafia calabraise

C’est une organisation secrète, discrète mais très puissante. La ‘Ndrangheta, la mafia calabraise, règne en maître sur le sud de l’Italie. Une centaine de familles se partagent un territoire deux fois plus grand que la Corse où elles appliquent leur loi. Cette organisation a su implanter ses membres dans le monde entier pour gérer de juteux trafics qui lui ont rapporté 53 milliards d’euros en 2013, plus que les chiffres d’affaires de McDonald’s et Ikea réunis.

Son fonds de commerce : le blanchiment d’argent, la prostitution mais aussi le trafic de stupéfiants. Principal fournisseur de cocaïne en Europe, la ‘Ndrangheta fait transiter la drogue dans des conteneurs en provenance d’Amérique du Sud. Nos équipes ont pu suivre une opération exceptionnelle sur le port de Goia Tauro en Calabre. Informés par une taupe, les policiers mettent la main sur 118 kilos de cocaïne : valeur marchande à la revente, 28 millions d’euros !

La justice italienne a déclaré la guerre à la mafia calabraise. Infiltrations, enquêtes et interpellations de clans entiers au petit matin : le procureur Nicolas Gratteri est à la manœuvre. La ‘Ndrangheta s’est promis de le liquider. Il vit sous protection permanente.

Comme tous ceux qui ont osé s’opposer à l’organisation ou refusé de payer le « pizzo », l’impôt mafieux. Prêtres, restaurateurs, petits patrons du BTP… ces simples citoyens ont choisi de dire non, quitte à risquer leur vie chaque jour. Car la ‘Ndrangheta ne pardonne jamais et poursuit inlassablement ceux qui l’ont trahie.

Partie 1:

Partie 2:

Un tiers du budget européen est-il dévoyé ?

Selon le Financial Times, l’UE n’a dépensé que 10% des 347 milliards d’euros de fonds structurels alloués jusqu’en 2013 pour promouvoir le développement de régions pauvres d’Europe. Le quotidien britannique dénonce aussi des détournements, des fraudes et des erreurs.

A quoi servent les fonds structurels européens?

Les fonds structurels sont le premier outil de la politique de cohésion et de la solidarité budgétaire entre États membres. Ils visent à redistribuer la richesse européenne et à réduire les différences économiques et sociales dans l’Union. Deuxième poste de dépense après la PAC, ils s’élèvent en effet pour la période de 2007 à 2013 à 347 milliards d’euros, soit un tiers du budget européen.

Une grosse partie de l’argent  finit dans les comptes de multinationales, comme Coca-Cola, IBM et Nokia Siemens, alors que les fonds sont destinés à aider les petites et moyennes entreprises. D’autres grands groupes s’en servent même pour délocaliser au sein de l’Union, c’est le cas de Dell. La mafia, notamment la Ndrangheta, en détourne également une partie considérable.

Chaque État contribuant proportionnellement à sa richesse, la France donne neuf fois plus qu’elle ne reçoit.
Lire la suite

Italie : la mafia a enregistré un bénéfice record pendant la crise économique

La criminalité organisée en Italie a pris son envol l’an dernier, alors que l’économie du pays s’essoufflait. Les grands syndicats du crime ont augmenté leur bénéfice de 78 milliards d’euros en 2009, ressort-il du rapport annuel du groupe anti-mafia SOS Impresa.

[Note de Fortune : si on lit la synthèse du rapport en question, il s'agit, non pas d'une augmentation du bénéfice, ce qui serait proprement énorme, mais "seulement" du bénéfice net.]

Les revenus [N.B. : là encore, il s'agit en réalité, non des revenus, mais du "chiffre d'affaires" - cf. la note précédente. Fortune] des grands clans mafieux ont augmenté de 4%, à 135 milliards d’euros.

Ils dépassent les revenus du groupe pétrolier Eni, l’entreprise la plus importante d’Italie en terme de valeur, et représentent près de 9% du PIB.

Selon le rapport de SOS Impresa, le trafic de drogue, et la vente de cocaïne en particulier, est l’activité la plus rentable de la Cosa Nostra, de la Camorra, de la ‘Ndrangheta et de la Sacra Corona Unita. Les recettes sont ensuite injectées dans l’économie légale.

La Justice, en Sicile, a fait saisir jeudi, lors de sa dernière opération contre le crime organisé, pour 550 millions d’euros de biens appartenant à la Cosa Nostra.

Le Vif (Belgique)

(Merci à SPOILER)