Zones grises : Quand les Etats perdent le contrôle

la notion de « zone grise » se définit comme un « espace de dérégulation sociale, de nature politique ou socio-économique, (…) où les institutions centrales ne parviennent pas à affirmer leur domination, laquelle est assurée par des micro-autorités alternatives ». L’auteur confronte cette notion avec des cas concrets comme par exemple Gaza, la mer de Chine, certaines régions du Pakistan ou encore la Seine-Saint-Denis…


Gaïdz Minassian, chercheur associé à la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS), auteur de “Zones grises – Quand les Etats perdent le contrôle”, Ed. Autrement, 2011. (7 minutes).

2014 ne sera pas non plus “l’année du dollar”

Par Myret Zaki

De nombreux analystes annoncent chaque année le retour du dollar. Or, la devise américaine continue de perdre de la valeur aussi bien face au franc [suisse] ou à l’euro que par rapport à sa valeur passée.

2014, «année du dollar» ? Cette année encore, les stratèges des banques pourraient bien se tromper. Depuis 2001, le dollar a perdu la moitié de sa valeur face au franc suisse. D’importants facteurs baissiers, trop souvent ignorés, s’accumulent pour peser sur la valeur du billet vert à long terme. Analyse en vidéo.

Bilan

Les groupes du CAC 40 sont-ils encore français ?

Un jour encensé pour une grande opération internationale ou une grande réalisation industrielle, le lendemain conspué pour indifférence à la patrie ou incivisme fiscal… Le CAC 40 – c’est-à-dire l’ensemble formé par les quarante plus grandes entreprises cotées à la Bourse de Paris – suscite des sentiments contrastés, souvent passionnés. Il cristallise les rapports complexes et ambivalents des Français aux entreprises.

Concession Renault à Shanghai, en Chine

Avec une question sous-jacente : ce CAC 40 est-il encore réellement français ? À partir ainsi à la conquête du monde et de nouveaux marchés, ces entreprises n’en oublient-elles pas leur pays d’origine ? Le reproche leur est souvent fait. « Là où on a un vrai déficit, c’est avec les grandes entreprises du CAC 40 qui ne font pas travailler la France », s’emportait récemment Arnaud Montebourg.

De fait, à l’aune de nombreux critères, ces grands groupes ne sont plus vraiment tricolores. Non qu’ils aient déménagé. Mais ils sont devenus, pour certains en tout cas, d’authentiques multinationales, des «world companies».

Lire la suite

J-P. Petit : « Les déchets nucléaires, bombe à retardement planétaire »

Jean-Pierre Petit, ancien directeur de recherche au CNRS, évoque pour La Voix de la Russie l’épineuse question des déchets nucléaires et de leur stockage sous-terrain.

La Voix de la Russie : Jean-Pierre Petit, vous avez accordé deux interviews à La Voix de la Russie qui ont soulevé un grand intérêt chez nos lecteurs, et également une foule de questions. Il y avait évidemment des gens qui vous connaissaient déjà, ainsi que votre passé de scientifique chevronné, et qui ont exprimé leur satisfaction de vous voir vous exprimer dans nos colonnes. Vous les avez mis en appétit en développant des idées bouleversantes, concernant les voyages interstellaires. Mais vous nous dites qu’il y a, selon vous, un sujet d’une actualité brûlante. Quel est-il ?

J-P. Petit : Le développement actuel du nucléaire dans le monde, et tout particulièrement en France, car vous savez que mon pays est « en pointe » dans ce domaine, et que c’est le pays le plus nucléarisé du monde.

LVdlR : Qu’y a-t-il de vraiment nouveau ?

Lire la suite

«Le monde peut se passer du pétrole russe»

Moscou se prépare à des sanctions économiques internationales, alors que l’annexion de la Crimée pourrait être décidée dimanche prochain. Le point sur les conséquences de la crise diplomatique actuelle sur l’économie russe avec Anton Khmelnitski, patron suisse d’Elbrus Capital, maison d’investissement établie à Kiev.

«Venons-en aux sanctions. C’est avant tout ceux qui veulent les imposer qui doivent en mesurer les conséquences», prévenait Vladimir Poutine lors de sa conférence de presse du 4 mars, après l’irruption de troupes russes en Crimée. «Dans un monde interconnecté et interdépendant, causer des dommages à un pays reste [certes] possible, mais d’autres pays seront affectés par des dégâts mutuels», ajoutait alors le président russe.

Dix jours plus tard, alors que l’annexion de la Crimée se précise – un référendum est convoqué dimanche – Moscou se prépare au scénario du pire : des sanctions similaires à celles frappant l’Iran et incluant restrictions commerciales et blocage d’actifs bancaires.

Selon l’agence Bloomberg, Moscou vient d’évoquer avec des oligarques et des compagnies d’Etat les dégâts liés à un arrêt de prêts fournis par les banques étrangères ou à des appels de garantie sur les crédits en place.

Lire la suite

Quel est le pays le plus visité au monde ?

Avec 81,4 millions de visiteurs annuels, la France demeure le pays le plus visité de la planète. Le classement réserve quelques surprises : explications en images…

D’une superficie quinze fois plus réduite que celle des États-Unis, la France surclasse pourtant son concurrent d’outre-Atlantique et accueille chaque année vingt millions de visiteurs de plus.

Lire la suite

1000 milliards de dollars : le montant (record) des dividendes versés en 2013

Plus de 1.000 milliards de dollars de dividendes ont été distribués au titre de l’année 2013 dans le monde. Les pays émergents représentent une part croissante du gâteau mais l’Amérique du Nord reste le premier contributeur.

Le bateau coule, le bateau coule !
- Ah ouais ? Pour les basses classes, peut-être.

Nouveau record pour le gâteau mondial des dividendes en 2013. Les sociétés cotées ont pour la première fois versé plus de 1.000 milliards de dollars de dividendes cette année, selon un rapport publié lundi par la société d’investissements Henderson Global Investors.

Lire la suite

La corruption est perçue comme le fléau majeur

Cette pratique est jugée très inquiétante, selon un vaste sondage. Au WEF [Forum Economique Mondial], vingt groupes se donnent comme objectif une tolérance zéro en la matière.

Le score est sans appel. Invités à indiquer quels sont les «principaux problèmes auxquels est confronté le monde», 21% des quelque 66.000 personnes interrogées par le consultant WIN/Gallup ont coché la case «corruption».

Les problèmes économiques ? Relégués loin derrière, tout comme le fossé entre pauvres et riches, le chômage, le terrorisme ou les atteintes à l’environnement (lire notre graphique).

Ce résultat reflète le poids grandissant des pays en développement, où la corruption reste un fléau auquel sont confrontées quotidiennement les entreprises, et les multinationales en particulier. Au Nigeria, du pétrole pour une valeur d’un milliard de dollars disparaît chaque mois, selon diverses estimations relayées dans les médias. En Russie ou en Ukraine, les pots-de-vin représentent une pratique courante.

Lire la suite

Selon le World Economic Forum, les inégalités menacent la stabilité mondiale

L’aggravation des inégalités est le principal risque que court le monde, selon le rapport présenté jeudi 16 janvier à Londres par le Forum économique mondial (WEF) qui organise du 22 au 25 janvier le célèbre Forum de Davos.

« Le fossé persistant entre les revenus des citoyens les plus riches et ceux des plus pauvres est considéré comme le risque susceptible de provoquer les dégâts les plus graves dans le monde au cours de la prochaine décennie », indique le rapport annuel du Forum sur les risques mondiaux.

Lire la suite

Quand le yuan supplantera le dollar

La tendance paraît inéluctable. Le renminbi (yuan), qui est en train de devenir une devise de règlement dans les échanges commerciaux, pourrait à terme aussi devenir la principale monnaie de réserve mondiale. Une thèse d’autant plus réaliste que Pékin ne cache pas ses ambitions en la matière.

Le 3 décembre dernier, lorsque la Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication (SWIFT), société spécialisée dans les transactions interbancaires, a révélé que la monnaie chinoise avait ravi à l’euro la deuxième place du podium des devises les plus utilisées dans les contrats commerciaux, la surprise a été de taille. Pour le yuan, ou renminbi (monnaie du peuple), la nouvelle a constitué une forme de consécration. Depuis, certains observateurs extrapolent, et imaginent déjà un scénario qui aurait été jugé, il y a peu, totalement invraisemblable : le dollar américain détrôné en tant que devise mondiale.

Lire la suite

Le G20 doit relancer la coopération monétaire dans le monde

Par Michel Aglietta

La tourmente qui déferle sur les marchés de change des pays émergents, hormis la Chine, rappelle que le système monétaire international (SMI) n’a toujours pas de régulation multilatérale. Les deux fonctions cardinales d’un SMI efficace ne sont toujours pas assumées : des ajustements symétriques dans les balances des paiements capables d’éviter l’accumulation des déséquilibres, tout en respectant l’équilibre interne des pays ; une forme supérieure flexible de liquidité acceptée de tous, à la fois réserve ultime et régulateur contracyclique de l’offre mondiale de crédit.

(juin 2011)

Les fluctuations géantes des taux de change depuis l’instauration des changes flexibles en 1973 et l’accumulation des déséquilibres de balances courantes dans les années 2000 ont amplement démontré que le dilemme de Triffin a survécu à la chute du système de Bretton Woods. Le dollar ne remplit pas correctement les fonctions de la monnaie internationale parce que l’offre de cette monnaie en direction des non-résidents n’est pas sensible à leurs besoins. Elle n’est qu’une conséquence indirecte d’une politique monétaire tournée exclusivement vers les objectifs internes des Etats-Unis.

Lire la suite

Le monde vit “à crédit” dès mardi, met en garde le WWF

Le monde vit “à crédit” dès ce mardi, met en garde le WWF. La population mondiale a consommé la totalité des ressources naturelles que la Terre est capable de renouveler en l’espace d’une année.

Les humains ont atteint ce plafond pour la première fois le 19 décembre 1987. Ce “[Earth] Overshoot Day” n’a fait que se rapprocher du début de l’année depuis.

Actuellement, le WWF estime que plus d’une planète et demie serait nécessaire pour combler les besoins de l’humanité. Il en faudrait même deux d’ici 2050. La croissance démographique et une consommation par personne en hausse sont les principales raisons de cette augmentation.

Qatar en tête
Lire la suite

Zone euro : En Europe, la gouvernance économique a surtout besoin d’une gouvernance politique

François Hollande a proposé l’instauration d’un gouvernement économique de la zone euro lors de la deuxième conférence de presse de son quinquennat, le 16 mai 2013. Pour Laurent Ozon, le problème de l’euro provient de notre incapacité à lui assigner une direction politique.

Barack Obama avec les écouteurs de la NSA, représenté par Dave Brown, caricaturiste américain

L’actuelle crise de l’euro est le résultat d’une opération d’instabilisation menée par le monde financier et le gouvernement profond US pour maintenir le statut du dollar comme monnaie de change internationale. Cet outil monétaire (le dollar) est ce qui permet aux USA de continuer à financer leur domination par une dette contractée sur le monde entier dans une unité de change qui n’a que la valeur du papier sur laquelle elle est imprimée.

De fait, le problème de l’euro est celui de notre incapacité à lui assigner une direction politique et cette difficulté provient en premier lieu de la difficulté d’une organisation politique comme l’UE à définir les contours d’une volonté politique claire, tiraillée entre les volontés contradictoires de ses membres, les empiétements des multinationales, les tentatives répétées de sabotage des USA (via ses satellites), etc.

Lire la suite

Le tour du monde en 90 minutes

La Station spatiale internationale (ISS) fait le tour du globe en 90 minutes. Que se passe-t-il sur Terre pendant ce laps de temps? combien d’arbres sont-ils coupés? Combien de fois la foudre frappe-t-elle? Combien de personnes naissent et meurent?

La Terre, qui compte désormais près de 6 milliards 800 millions d’hommes, ne cesse de se transformer et les dégâts sont visibles.

Onze milliards d’habitants sur la planète en 2100

Qu’il semble loin le temps où les Nations unies annonçaient que la population mondiale avait franchi le cap des 7 milliards d’habitants. Ce n’était pourtant que le 31 octobre 2011. Deux ans plus tard, le sujet qui préoccupe les démographes de l’ONU est la date à laquelle sera franchi le seuil des 11 milliards.

Car, contrairement aux attentes, la population planétaire n’est pas en voie de stabilisation. Du moins pas avant la fin du XXIe siècle. Selon le nouveau rapport “Perspectives de la population mondiale : révision de 2012″ publié en juin par la division de la population du département des affaires économiques et sociales (DAES), les projections passées des démographes étaient trop “optimistes“.
Lire la suite

Objectif final du marché : la naissance d’une société décervelée

L’âme du monde est devenue marchande avec, partout sur la planète, une offre illimitée de produits et de services qui s’adresse à des individus avides de consommation que la baisse des inégalités mondiales plonge dans le grand bain de l’hyperconsommation. Le monde est devenu ce « grand marché unique » dont rêve depuis toujours le « capitalisme total ».

Des dinosaures en réalité augmentée, dans un centre commercial hongrois (source)

Les nouveaux libéraux, vainqueur par k.o. depuis la chute du Mur de Berlin, du bien médiocre adversaire que fut le « socialisme total » des anciens collectivistes, refusent aujourd’hui que le capitalisme continue comme avant, sur un mode fordien, uniquement productiviste et quantitatif, sans ambition esthétique. Longtemps accusé de répandre la laideur des usines et des objets, ce vieux capitalisme subit des métamorphoses constantes qui l’éloignent sans cesse de l’image lourde des modes de production anciens qui ont ravagé la beauté des villes et des paysages.
Lire la suite

La production mondiale d’énergie nucléaire en baisse

Actuellement, 427 centrales sont en fonction dans le monde, dont 17 depuis moins de 10 ans. En 2012, la production d’énergie nucléaire a diminué de 7% par rapport à l’année précédente.

Tunnel souterrain de la mine canadienne de Cigar Lake, deuxième gisement mondial d’uranium à haute teneur, exploitée par la société Cameco

La production d’énergie nucléaire a reculé de 7% dans le monde en 2012 par rapport à l’année précédente. Cette baisse s’explique notamment par la mise à l’arrêt de plusieurs sites. En Suisse, les centrales nucléaires ont également moins produit de courant, mais pour d’autres raisons. La production d’énergie nucléaire avait déjà baissé en 2011 de 4% dans le monde, selon la dernière édition du World Nuclear Industrie Status Report (WNISR) du consultant international en énergie et politique nucléaire Mycle Schneider, présentée jeudi au Parlement européen à Bruxellers. L’étude est soutenue par des fondations dont la Fondation suisse de l’énergie.

Lire la suite

Les banques ingouvernables

Par Simon Johnson (professeur à la Sloan School of Management du Massachusetts Institute of Technology)

Le débat sur la gouvernance de JPMorgan Chase masque un problème de plus grande ampleur. Au-delà de la victoire de Jamie Dimon, qui a conservé la double fonction de président et de directeur général du conseil d’administration (Le Monde daté du 23 mai), il y a eu un échec majeur, celui du conseil d’administration lui-même – un problème qui touche presque toutes les grandes banques du monde.

BIENVENUE DANS LE FABULEUX WALL STREET, PATRIE DE J.P. MORGAN
- Oh oh, peut-être la réglementation est-elle un peu trop laxiste…

C’est évident dans le cas de JPMorgan Chase. Le rapport de la commission d’enquête bipartite présidée par les sénateurs Carl Levin (démocrate) et John McCain (républicain) en est une illustration parmi d’autres. Il porte sur l’infâme affaire de la “baleine de Londres“, un scandale révélé en mars par le New York Times sur l’accumulation, par JPMorgan, de paris sur les credit default swaps, ces contrats d’assurance sur une dette, destinés à protéger le créancier, qui sont aussi des outils de spéculation. La banque n’est pas près d’en terminer avec son passé. Elle est encore confrontée à une litanie de plaintes.

Mais le problème est beaucoup plus large : pas une seule banque de dimension internationale ne dispose d’un conseil d’administration réellement efficace. Leurs membres sont à plat ventre devant le directeur général, n’examinent pas de près ses décisions et, à quelques rares exceptions près, se contentent d’entériner ses demandes de rémunération. Le manque de vigilance des conseils d’administration des grandes banques tient à trois raisons.

La première, la plus importante, est l’absence de régulation par le marché. Il n’est pas possible de construire un actionnariat important et de l’utiliser pour faire pression sur le conseil d’administration – et encore moins pour lancer une prise de participation hostile. De ce point de vue, l’affaire de la “baleine” est exemplaire.

Lire la suite

“Aligner les salaires français sur ceux du Bangladesh” : le scénario du pire

Par Paul Jorion

Parler de “réformes structurelles de compétitivité”, c’est accepter le principe d’un moins-disant salarial au plan international : c’est admettre qu’il existe un pays où le niveau du salaire de subsistance est le plus bas, et que ce salaire de subsistance du travailleur le plus misérable de la planète doit jouer le rôle d’un “attracteur” pour l’ensemble des salaires à la surface du globe.

Le salaire moyen au Bangladesh étant aujourd’hui cinq fois plus faible qu’en Chine, j’ai choisi de traduire dans mes conférences l’expression obscure “réformes structurelles de compétitivité” par “aligner les salaires français sur ceux du Bangladesh”, une phrase dont la signification est identique, mais présente l’avantage d’être comprise aisément par tous mes auditeurs.

En utilisant cette expression polémique, je ne pensais cependant pas qu’une actualité tragique en ferait à ce point résonner la pertinence.
Lire la suite

73 millions de jeunes chômeurs dans le monde en 2013

Aucune amélioration du marché du travail des jeunes n’est à attendre à moyen terme, avec un taux de chômage mondial des 15-24 ans attendu à 12,8% en 2018 contre 12,3% en 2013, selon une étude de l’Organisation internationale du travail (OIT) publiée mercredi.

Tunis, janvier 2011. Manifestation contre Ben Ali.

En 2013, à l’échelle mondiale, il y aura près de 73,4 millions de jeunes chômeurs, une augmentation de près de 3,5 millions depuis 2007 et de 0,8 million depuis 2011, selon le rapport “Tendances mondiales de l’emploi des jeunes”.

Globalement, entre 2012 et 2018, le nombre de jeunes chômeurs va augmenter de plus de deux millions, ce qui équivaut à une progression de près de 25%. “En 2018, le taux de chômage des jeunes devrait s’élever à 12,8% (contre 12,6% en 2013), avec des disparités régionales croissantes“, prédisent les experts de l’OIT.

Le Figaro