Manipulation massive sur le prix des métaux précieux

Addendum vidéo du 25/11/2010 (Merci à Christopher Johnson)

Ceci est l’une des plus grandes histoires de fraude économique de la décennie. Une de plus. Il y a eu Enron, l’affaire Bernard Madoff, la crise des saisies immobilières, l’assouplissement quantitatif et les autres, sans oublier le dollar US qui est manifestement mûr pour une dévaluation catastrophique.

Il s’agit de l’impressionnante fraude et la manipulation qui a lieu dans les marchés des métaux précieux, dont particulièrement l’or et l’argent, par des institutions financières majeures. Une histoire un peu complexe qui sera ici expliquée en termes simples et compréhensibles. C’est d’une importance capitale puisque cette fraude a le potentiel de causer un effondrement économique massif.

Depuis un bon moment déjà, plusieurs observateurs et experts aguerris avaient de sérieux doutes que les prix de l’or et de l’argent étaient vastement manipulés. Cependant, grâce à un témoignage d’un très courageux informateur, la manipulation éclatante des marchés mondiaux des métaux précieux est maintenant exposée publiquement. Elle révèle aux yeux de tous l’incroyable corruption du système financier mondial.

La U.S. Commodity Futures Trading Commission (CFTC) est une agence indépendante du gouvernement américain qui est chargée de la régulation des bourses de commerce, où se traitent les matières premières et qui a pour mission de protéger les usagers des marchés ainsi que le public de la fraude, manipulation et pratique abusive.

Lire la suite

« L’Euro n’est qu’une sous lire italienne »

Ceux qui ont cru que l’euro serait un super deutschemark doivent se rendre à l’évidence que ce n’est qu’une sous lire italienne, évidemment inadaptée à l’ensemble des États-membres de la zone euro…

Au delà de la réunion du G20 que nous interprétons comme un véritable G2 entre les États-Unis et la Chine (tous les autres pays, en particulier européens, n’ayant fait que de la simple figuration) c’est-à-dire comme l’amorce d’une inévitable coopération américano-chinoise monétaire et commerciale pour leur cogestion du dollar US devenu de facto monnaie commune américaine et chinoise, qui ne pourra se conclure qu’après une période plus ou moins longue de bras de fer entre les deux États – sujet sur lequel nous reviendrons dans un prochain message -, la zone euro n’en finit pas de payer son incapacité structurelle à renouveler les mécanismes qui règlent son fonctionnement comme sa mauvaise gestion de la crise financière de 2007-2008-2009 puis de la crise grecque et de leurs suites.

Alors que la plupart des banques zombies ne présentant pas de risque systémique auraient dû être mises en faillites, les États et banques centrales se sont ruinés à les recapitaliser ou à reprendre leurs actifs toxiques, sans que lesdites banques remises plus ou moins à flot recommencent à prêter à l’économie réelle.

Alors que la Grèce aurait dû abandonner l’euro pour sortir de sa stagnation économique, redevenir internationalement compétitive et ne pas s’endetter toujours plus à des taux d’intérêts prohibitifs -sans aucune capacité de rembourser un jour tous ces montants empruntés- en restructurant sa dette souveraine à la suite d’un défaut organisé avec ses créditeurs sur cette dernière, c’est maintenant au tour de l’Irlande et du Portugal (et bientôt de l’Espagne) de se retrouver sous pression.

Le Quantitative Easing de la Banque centrale européenne ne suffira pas à éponger toutes leurs dettes étatiques et bancaires comme à leur apporter de l’argent frais. Et le Fonds européen prévu pour les financer n’est ni opérationnel ni capitalisé. Tous ces États vont nécessairement sortir de l’euro dans les prochaines semaines ou mois, en plein krach obligataire européen d’une taille sans précédent, ce qui entraînera sa chute additionnelle contre le dollar US et la plupart des autres monnaies.

Lire la suite

Forex : 2011, année du déclin du roi dollar…

Par Eberhardt Unger

En cette fin d’année 2010, le TWEX (index du dollar évalué par son poids dans les échanges commerciaux) revient buter sur sa ligne de soutien historique autour des 70 points.

Le dollar américain est toujours la monnaie de référence mondiale ; cependant, ces derniers temps, ce rôle fait de plus en plus débat.

Dans les réserves monétaires mondiales estimées à 8 954 milliards de dollars US, environ 61% sont libellés en dollars américains (source : FMI/COFER).

Cette proportion a diminué au cours des dernières années d’environ 10% en faveur de l’euro, du yen et de la livre sterling.

La Chine, à elle seule, possède des réserves de change de 2 648 milliards de dollars, et pour toute l’Asie ce montant s’élève à environ 5 000 milliards. Au cours des 10 derniers mois, différentes banques centrales ont acheté de l’or comme réserves monétaires ou ont procédé à une augmentation de leur stock.

Derrière une monnaie de référence, on doit trouver une économie construite sur des fondamentaux solides. Or l’économie américaine est dans une phase de stagnation, et c’est le pays le plus endetté au monde où les dettes augmentent plus vite que le PIB.

Pour le total du passif (Total Liabilities) des Etats-Unis, la Fed a reporté le chiffre 114 428 milliards de dollars dans sa publication « Flow of Funds » pour 2009.

En comparaison, la valeur nominale du PIB américain est de 14 575 milliards de dollars : les dettes ne pourront jamais être remboursées.

Lire la suite

Que crève le système

Par Boreas
socialism_vs_capitalism.jpg

Dans le contexte actuel de dé-mondialisation, on a pu lire récemment sur le blog de Paul Jorion, parlant de la divergence désormais avérée des grandes puissances économiques dans leur quête désespérée d’une illusoire reprise : « l’affirmation renforcée d’une politique du chacun pour soi (…) ne fera qu’accentuer la crise ».

C’est exactement ce que dit le LEAP (Laboratoire Européen d’Anticipation Politique) depuis l’an dernier, même si, au plan chronologique, ses prévisions se sont avérées à trop court terme : « d’ici la fin de l’été 2009. Sur fond de cessation de paiement des Etats-Unis s’ouvrira alors la période à partir de laquelle le « chacun pour soi » deviendra la règle du jeu international ».

Or, en effet, même dans le « chacun pour soi », ne gît aucune solution de continuité pour le système.

Parce qu’aucun des prétendus remèdes n’est viable (la planche à billets aux Etats-Unis et au Japon, les politiques d’austérité de droite – réduction des dépenses publiques – comme de gauche – augmentation des recettes publiques – en Europe).

Lire la suite

Marc Faber : effondrement à venir entraînant la guerre

Marc Faber, gestionnaire de fonds suisse et rédacteur du site Gloom Boom & Doom, a annoncé une forte inflation due à la création monétaire, précédant l’atonie puis la faillite de l’économie, marquant quant à elle la fin de l’expansion du crédit.

Parlant lors d’une conférence à Singapour, Faber a dit : « La crise n’a rien résolu. Au contraire, il y a moins de transparence aujourd’hui qu’il n’y en avait avant. La facture du gouvernement augmente, et les abus qui ont mené à l’unique cause de la crise continuent. »

« Je pense que, par la suite, il y aura une grande débâcle économique et alors l’expansion du crédit dans son ensemble touchera à sa fin, » a ajouté Faber. « Avant que cela n’arrive, les gouvernements continueront d’imprimer de l’argent qui, le moment venu, conduira à un taux d’inflation très élevée, et l’économie ne répondra plus à aucun stimulus. »

Dans une de ses prévisions les plus sombres, Faber, surnommé Dr. Doom [Dr Funeste], a dit que « la famille moyenne sera frappée par cela, et par conséquent afin de détourner l’attention des gens, les gouvernements iront à la guerre. Les gens me demandent contre qui ? Hé bien, ils inventeront un ennemi, » a indiqué Faber.

« À un certain moment, quelque part dans l’avenir, nous aurons une guerre – à laquelle vous devez vous préparez. Et en temps de guerre, le prix des produits courants monte fortement. Si vous voulez vous protéger contre la guerre, ce n’est pas en possédant des dérivés chez UBS ou AIG, mais vous devez posséder des biens physiques, comme des terres cultivables et des produits agricoles. Voila quelque chose que vous pouvez considérer comme une sécurité et un rempart pour vous. Vous devez posséder des produits, » a-t-il ajouté.
Lire la suite

Japon: une mine d’or dans les déchets

Le gouvernement japonais a annoncé vouloir accélérer le recyclage des téléphones mobiles. Car ces téléphones, tout comme les ordinateurs ou les appareils photo numériques, contiennent de l’or, de l’argent et des dizaines d’autres métaux.

http://www.dailymotion.com/video/xb8w2b

Bientôt une taxe sur l’or et les bijoux ?

La vente de métaux précieux et de bijoux pourrait être lourdement imposée, à hauteur de + 8,2%, en 2010. Le Sénat veut soumettre ce placement chouchou des Français à la CSG pour financer le trou de la Sécu.

Évoquée rapidement par les députés il y a quelques semaines lors de l’étude au Parlement de la loi de financement de la Sécurité sociale, la mesure revient sur le devant de la scène au Sénat. Portée par la très influente commission des Affaires sociales, contre l’avis du gouvernement qui y voit une mesure « difficile à appliquer techniquement ». Alors que les métaux précieux comme l’or rencontrent un succès croissant en France depuis plusieurs mois, les sénateurs espèrent récupérer « quelques millions d’euros » grâce à cette nouvelle taxe.

En clair, pour les détenteurs de lingots, bijoux et autres pièces d’or, les transactions ne seront plus taxées à 8% mais 16,2%. Le but de cette manœuvre est simple : ramener “quelques millions d’euros” dans les caisses de l’État, les Français détenant environ 3000 tonnes d’or sous leur matelas. Une contribution qui s’ajoutera aux taxes déjà existantes (CRDS…).

Lire la suite