Burkina Faso : Une transition en or

Avec la crise économique mondiale, l’envolée du cours de l’or a créé des vocations au Burkina Faso. Des petits orpailleurs aux grosses mines étrangères, chacun veut tirer parti du précieux métal jaune. En pleine transition, le pays tente de réformer le secteur aurifère, sa première source de devises.

Part des exportations burkinabées en 1998 et de 2011 à 2014

«Le boom de l’exploitation artisanale de l’or en Afrique de l’Ouest, qui a permis la diversification des activités rurales, a un lien très étroit avec la grosse sécheresse de 1984, explique le géographe Matthieu Thune, qui a notamment étudié la mine de Kalsaka, dans le nord du pays.

D’abord, elle a rendu l’agriculture très difficile et poussé les paysans à trouver des sources alternatives de revenus. Ensuite, en faisant baisser le niveau des nappes phréatiques, la sécheresse a permis d’accéder à des filons de plus en plus profonds.»

Mais l’envolée du cours mondial de l’or à la fin des années 2000, avec un pic atteint en juillet 2011, a créé des vocations et un véritable goldrush chez les Burkinabés. Rien que dans la province du Tuy, où se situe Kari, il y a plus d’une dizaine de sites d’orpaillage.

Lire la suite

Pérou : A la Pampa, les chercheurs d’or ont remplacé la forêt

Forêts rasées, terres contaminées… Dans ce numéro d’Élément terre, nous partons au Pérou, à la Pampa. Cette zone, qui abritait autrefois des milliers d’hectares de forêts, est désormais occupée par les chercheurs d’or illégaux.

Au Pérou depuis deux ans, la police et l’armée multiplient les raids dans la jungle amazonienne. Dans leur collimateur : les mineurs. Depuis 2012, l’extraction d’or sans permis est un crime. Pour extraire le métal précieux du fond du fleuve, les chercheurs utilisent du mercure, une technique ancienne et interdite, car dangereuse pour l’environnement.

A Madre de Dios, la plupart des habitants vivent de l’extraction illégale d’or. Les mines représentent encore aujourd’hui 70% du PIB de la région. Pour inverser la tendance, la communauté de Tres Islas tente de diversifier ses activités. Parmi elles, le commerce des noix d’Amazonie et l’éco-tourisme. Les touristes sont prêts à payer cher pour découvrir la forêt amazonienne.

Aux États-Unis, les scientifiques planchent aussi sur la question. A l’université de Standford, leurs cobayes se transforment en coupeurs d’arbres au travers d’un jeu vidéo. Objectif : créer de l’empathie et analyser l’évolution des comportements.

Alerte au mercure

Le mercure se trouve partout, dans les produits d’hygiène, les jouets en plastique, les ampoules à économie d’énergie, les poissons, les amalgames dentaires. En effet, ce métal à l’état liquide est encore utilisé par les industriels en raison de ses nombreuses propriétés chimiques.

Pourtant en 2007, l’OMS l’a classé parmi les dix substances les plus toxiques. Des études font désormais le lien avec des maladies neurologiques comme Alzheimer ou la sclérose en plaques. La plupart des pays européens ont adopté des mesures pour limiter son utilisation.

Mais les autorités françaises tardent à réagir. Durant de longs mois, une équipe a enquêté dans les cabinets dentaires, les usines de recyclage d’ampoules et les poissonneries. Les résultats sont inquiétants !

Diffusé sur France 5 le dimanche 1 février 2015

L’ère du prêt-à-jeter : Le legs toxique de la consommation effrénée

La consommation effrénée d’appareils électroniques à faible durabilité génère de plus en plus de déchets. Or, ces produits contenant des ressources précieuses et des substances toxiques sont toujours très peu recyclés. Et quand ils le sont, c’est le plus souvent dans des pays du tiers-monde, dans des conditions déplorables.

En 2015, l’humanité devrait consommer plus de 75 millions de tonnes de produits électroniques, si on se base sur la moyenne des données compilées par Le Devoir. Cette consommation représente une hausse de plus de 125 % par rapport à l’an 2000.

Lire la suite

14/18 : Le scandale enterré

Les experts militaires estiment qu’un milliard d’obus ont ravagé le sol français pendant la Première Guerre mondiale. Cent millions d’entre eux n’ont pas explosés et parsèment encore les campagnes du nord de la France.

En se décomposant, ils libèrent leur contenu, extrêmement nocif. Ainsi, ypérite (gaz moutarde), perchlorate, arsenic, mercure et plomb imprègnent les nappes phréatiques et menacent la santé publique.

Durant six mois, les journalistes ont sillonné l’Hexagone, à la recherche des secrets sur la pollution de la guerre. En Picardie, au Chemin des Dames, haut lieu des affrontements de la Grande Guerre, les agriculteurs prélèvent une quarantaine de bombes chaque année.

(Merci à Courir vite)

Auxerre : des parents jugés pour ne pas avoir fait vacciner leurs enfants (Màj vidéo)

Addendum :

Samia et Marc sont poursuivis pour « maltraitance ». Ces parents risquent jusqu’à deux ans de prison car ils ont tout simplement refusé de faire vacciner leurs enfants contre le tétanos, la poliomyélite et la diphtérie, des vaccins obligatoires en France.

Ce couple de l’Yonne, adepte de médecine douce, a fait le choix de ne pas vacciner ses enfants car il estime que le risque d’effets secondaires est trop important. Mais les vaccins contre le tétanos, la poliomyélite et la diphtérie sont obligatoires en France.

Samia et Marc sont donc hors-la-loi et encourent une lourde peine, jusqu’à deux ans de prison et 30 000 euros d’amende. Ils doivent comparaître ce jeudi devant le tribunal de grande instance d’Auxerre.

« Il y a des études sérieuses qui sont menées aujourd’hui et qui prouvent que les vaccins peuvent rendre malades nos enfants plus que les protéger » explique Samia, maman de deux enfants âgés de 15 mois et 3 ans. « Il y a des adjuvants (dans ces vaccins) comme le mercure et l’aluminium qui sont dangereux » poursuit-elle.

Le couple se dit méfiant à l’égard de la « puissance » des laboratoires pharmaceutiques en France. Dans son combat, il est soutenu par la Ligue nationale pour la liberté des vaccinations. Les anti-vaccins sont de plus en plus nombreux en France et la question de l’obligation de vacciner agite de plus en plus le corps médical.

La Dépêche

(Merci à Martine)

Guyane : Sale paradis

Dirty paradise est une histoire vraie : celle du peuple Wayana, des Indiens français d’Amazonie dont la malédiction est de vivre dans une région recelant de l’or. Sur ce territoire d’outre-mer, la forêt primaire est mise à sac, les rivières sont polluées par des tonnes de mercure et de boue.

Les autorités, l’armée et la gendarmerie sont impuissantes face à l’immigration massive des chercheurs d’or clandestins. La fièvre de l’or gagne toute la région ; la contamination au mercure entraîne des problèmes de santé. Et le pire est encore à venir. Dirty paradise raconte l’histoire d’une tribu amérindienne qui refuse de disparaître dans le silence et l’indifférence.

En Guyane française, les Indiens Wayana tentent de survivre face à plus de 10.000 chercheurs d’or clandestins qui polluent les rivières au mercure. Enquête sur une incroyable catastrophe sanitaire et écologique.

Lire la suite

Plastique : Même la banquise arctique est gangrenée

Une étude du CNRS révélait récemment que la faune des pôles est menacée par des polluants venus des pays industriels. Une nouvelle vient de révéler que les glaces contiennent d’énormes quantités de particules de plastique !

Après le mercure, le plastique envahit les pôles

Ce sont les chercheurs du CNRS et de l’université de La Rochelle (Charente-Maritime), qui ont mesuré la pollution antarctique aux polluants, et notamment la contamination au mercure. Leur conclusion ?

Dans les terres australes, le mercure a des effets visibles sur certaines populations d’oiseaux. « Une partie du mercure issu des activités industrielles et domestiques est balayée par les vents vers l’Arctique et l’Antarctique ».
Lire la suite

Comment lutter contre l’or illégal

L’or est très présent dans notre vie quotidienne, qu’il soit utilisé pour la confection de nos bijoux (80% du volume d’or annuel) ou bien utilisé dans les microprocesseurs de nos équipements électroniques. Mais connaissiez-vous l’impact de l’or sur notre environnement ? Savez-vous de quel poids l’industrie aurifère pèse sur la nature ?

Bien que toutes les filières utilisant l’or, industrielles ou artisanales, soient légales, il existe un marché noir où l’or extrait par orpaillage illégale est introduit sur le marché légal. On estime à 5 tonnes la quantité d’or illégal exporté de Guyane chaque année, et environ 20% de la production aurifère Péruvienne sont illégaux, soit plus de 20 tonnes.

L’orpaillage illégal pratiqué essentiellement en Amérique Latine utilise du mercure et entraîne la déforestation de la jungle avec de graves conséquences sur la faune, la flore et les êtres humains qui y vivent. A cause de l’acidité de l’eau, le mercure utilisé se transforme en méthylmercure. Celui-ci s’accumule tout au long de la chaîne alimentaire et provoque, à des doses concentrées, des troubles neurologiques irréversibles.

Lire la suite

Dans les sous-sols de StocaMine, la bombe à retardement alsacienne

En une minute et demie, la cage d’ascenseur du puits Joseph avale les 550 mètres de profondeur dans un grincement de ferraille et de bois. Lampe frontale sur le casque, autosauveteur à oxygène en bandoulière, les mineurs parcourent les 100 km de galeries de l’ancienne mine de potasse Joseph-Else, creusée dans le sous-sol de Wittelsheim (Haut-Rhin).

Direction non pas la taille de sel mais les cavités où dorment du mercure, de l’arsenic, du cyanure et de l’amiante. Là, 44.000 tonnes de déchets industriels ultimes, non recyclables et hautement toxiques, gisent dans un centre de stockage unique en France, StocaMine.

Lire la suite

Bangladesh : Cuir Toxic

Situé à la périphérie de Dhaka, la capitale du Bangladesh, Hazaribag est un bidonville géant où vivent et travaillent plus d’un million de personnes, forçats des tanneries bangladaises.

Recensé parmi les trente sites les plus pollués de la planète, l’air, la terre et l’eau y sont gangrenés et regorgent de substances toxiques comme le chrome hexavalent, le mercure ou encore le cyanure.

La survie de ces hommes, femmes et enfants est menacée mais aussi dépendante de la consommation compulsive de l’Occident et de l’Asie.

Canada : H2Oil

Le pétrole contenu dans les sables bitumineux de l’Alberta est au cœur du développement économique canadien et de ses relations avec les États-Unis. Mais à quel prix?

Ce documentaire, nous fait comprendre les impacts de l’exploitation des sables bitumineux dans la communauté amérindienne de Fort Chipewan, située tout près des bassins de décantation qui polluent à l’arsenic et au mercure la rivière Athabaska, d’où ils retirent leur eau et leurs poissons. Dans cette communauté, le gouvernement albertain reconnaît que le taux de cancer est plus élevé que la moyenne nationale. Mais il n’admet pas que les polluants émanant de l’industrie pétrolière puissent en être la cause.

Partie 1:


Lire la suite

L’or au premier rang de la pollution toxique mondiale

Les prix records de l’or ont propulsé cette industrie au premier rang de la pollution toxique mondiale. Dans son étude qui a duré trois ans, Blacksmith a dénombré 75 lieux d’extraction d’or où la pollution au mercure affecte la santé de populations en Afrique, 37 en Asie et 20 en Amérique latine.

Blacksmith est un organisme new-yorkais fondé en 1999 qui se spécialise dans les projets de décontamination dans les pays en voie de développement. Son dernier rapport, rendu en octobre 2011, affirme que les mines d’or artisanales polluent 135 lieux dans le monde et affectent la santé de 3,5 millions de personnes.

Les mineurs artisanaux utilisent du mercure pour extraire l’or de la terre ou de sédiments. Le mercure se lie à l’or dans un amalgame qui est récupéré pour être ensuite chauffé à l’air libre. Le mercure se vaporise et se répand dans l’atmosphère.

Le mercure est un poison pour les reins, le système nerveux et l’appareil cardiorespiratoire. La population et les travailleurs sont exposés soit directement, en respirant les vapeurs de mercure, ou à travers leur alimentation.

Lire la suite

Mercure : Attention, danger!

Le professeur Boyd E. Haley, directeur du Département Chimie et Collège de Pharmacie, Université de Kentucky, présente une communication ayant trait à «La toxicité du mercure et sa relation avec les pathologies neurologiques” au congrès organisé par l’association Stelior à Genève.