Un monde sans eau

Trois exemples emblématiques de la relation qui unit l’homme et l’eau, au Bangladesh, au Kazakstan et au Kenya.

Le réalisateur autrichien Udo Maurer nous fait prendre conscience, à travers les trois parties qui composent ce film, des divers problèmes liés à l’eau.

Des inondations, au problème de l’assèchement de la mer d’Aral ou encore à la bataille journalière pour la recherche d’eau potable, le film montre les problèmes que doit surmonter l’homme pour s’adapter à son environnement.

Guerre de l’eau en Asie centrale

Les pays d’Asie centrale – Kazakhstan, Kirghizstan, Tadjikistan, Turkménistan et Ouzbékistan –, républiques indépendantes depuis 1991, sont en proie à des tensions croissantes dont l’enjeu est le contrôle de l’eau. Pollution et tarissement des ressources menacent d’exacerber les conflits de manière dramatique.

Dans cette région qui fut autrefois l’un des carrefours commerciaux et culturels de la route de la soie, les politiques menées du temps de l’URSS ont provoqué un désastre écologique sans précédent : pour irriguer les terres peu fertiles destinées à la production intensive de coton, les Soviétiques ont détourné les fleuves, bâti canaux et barrages et asséché la zone. La mer d’Aral est ainsi sur le point de disparaître totalement. Privée de sa côte, l’ancienne cité portuaire d’Aralsk est aujourd’hui sinistrée, du point de vue tant écologique qu’économique.

Réalisé par Arno Trümper (Arte 14/04/2015)