Inde : Pour soigner l’asthme, ils avalent des poissons vivants

A Hyderabad en Inde, des personnes souffrant d’asthme se sont rassemblées pour avaler des poissons vivants, un traitement traditionnel administré chaque année dans le sud de l’Inde.

Ce “médicament” utilisé comme remède aux problèmes respiratoires, consiste à placer un petit poisson vivant ainsi qu’une formule secrète d’herbes médicinales au fond de la bouche. Tous les ans, le rituel se déroule au début de la mousson au mois de juin, et attire des milliers de personnes à travers le pays.

(Merci à Tilak)

Les dopés du quotidien

Le monde du sport est régulièrement secoué par des affaires de dopage. Ces grandes affaires médiatiques révèlent la face sombre de champions prêts à tout pour gagner. Mais ces pratiques ne se limitent pas au monde du sport.

Ainsi, le travail aussi est un environnement propice au dopage. Chaque jour, des millions de Français consomment des produits chimiques pour être plus performants. Certains d’entre eux contiennent des risques d’accoutumance.

Inde : Le secteur pharmaceutique entaché par des scandales

Cet été, 700 marques de médicaments génériques testés par la société indienne GVK Bio ont dû être retirées du marché européen, à la demande de la Commission européenne.

En cause : des “manipulations systématiques de données” lors des essais cliniques. Cette décision intervient suite à la recommandation émise par l’Agence française de sécurité du médicament, en janvier dernier.

Cette nouvelle affaire ébranle la réputation de l’Inde comme leader dans le domaine pharmaceutique.

Dopage du cerveau : L’intelligence sur ordonnance ?

Nous n’utilisons que 10 % de nos capacités intellectuelles. Aussi les spécialistes en neurosciences s’efforcent-ils de trouver les molécules qui permettraient d’activer toutes les zones disponibles de notre cerveau.

Aux États-Unis, la Ritaline et le Modafinil – prescrits au départ pour les enfants hyperactifs – sont devenus des drogues à la mode. Mais ce dopage de notre matière grise suscite un débat animé. À l’avenir, serons-nous tous beaucoup plus intelligents ou simplement pharmacodépendants? Enquête dans les laboratoires de recherche sur les espoirs et les risques engendrés par ces traitements miracles.

Les produits des ruches : De véritables médicaments

Dans les ruches, il y a le miel, bien sûr, tout de monde en consomme l’hiver pour lutter contre une mauvaise toux, mais la abeilles fabriquent aussi du pollen, de la gelée royale et de la propolis, des produits qui ont des vertus méconnues.

On les trouve dans les pharmacies, mais aussi dans les magasins spécialisés. Pur ou en mélange, les produits de la ruche se retrouvent sous de nombreuses formes. Ils attirent de plus en plus les consommateurs.

Le pollen contient ainsi des vitamines, des minéraux et des oligo-éléments. Mais ces produits ont un coût qui peut parfois freiner les consommateurs. Ces compléments alimentaires font fureur auprès des personnes qui se méfient des médicaments.

Les abeilles, un maillon fort de l’écosystème

Grèce : Les habitants se ruent sur l’alimentation, l’essence et les médicaments

Six jours après la fermeture des banques, les Grecs ne dépensent plus que pour le nécessaire: nourriture, essence ou médicaments, sur lesquels ils se ruent de peur de manquer.

Des rayons entiers vidés de leurs produits. Papier toilette, pâtes, légumes secs, lait concentré… Tout a disparu. Dans un supermarché de la banlieue aisée d’Athènes, à Glyfada, certains riverains semblent avoir paniqué, se précipitant sur les produits de première nécessité.

Autant de signes d’une angoisse latente, à la veille du référendum sur la série de mesures d’austérité soumises à la Grèce par l’Union européenne et le FMI en échange de la prolongation de leur aide financière.

Avec les limitations de retraits bancaires à 60 euros par jour et par personne, imposées par le gouvernement pour empêcher l’effondrement des banques, les Grecs concentrent leurs dépenses sur l’essentiel, dans de nombreux petits commerces qui refusent les cartes de crédit.
Lire la suite

La médecine médiévale a t-elle sa place dans la médecine moderne ?

Retour sur l’usage thérapeutique des plantes, mais également une idée de la manière dont pourraient coexister deux médecines qu’on oppose habituellement en France.

Conjuguer par exemple les connaissances de la médecine médiévale, dite alternative avec celles de la médecine conventionnelle, dans un seul et même but qui est celui d’améliorer la qualité de vie de chacun.

Médicaments : Ces ordonnances qui tuent

Par définition, les médicaments sont censés soigner. Pourtant, chaque année en France, ils sont responsables d’au moins 18 000 décès. C’est plus que les accidents de la route et les suicides réunis.

Chaque année, environ 150 000 patients sont hospitalisés à cause d’effets indésirables provoqués par leurs traitements. Ces accidents peuvent être la conséquence d’effets secondaires connus ou d’erreurs humaines.

Enquête de santé – France 5 09/06/2015

Europe : Le défi des nouvelles drogues

Leurs effets sont méconnus, imprévisibles, et parfois mortels. Les nouvelles drogues, plus connues sous le nom d’”euphorisants légaux”, ont inondé le marché, et donnent du fil à retordre aux gouvernements de toute l’Europe.

Qu’est-ce qui est fait pour protéger la population?

Des sportifs se dopent volontairement pour un test bio-médical

Ils ont fait cela dans le plus grand secret. Des sportifs de haut niveau ont accepté de se doper pendant un mois pour une enquête de l’émission “Stade 2″. Objectif : mesurer l’impact de cette pratique.

Et les résultats sont édifiants. Non seulement leurs performances s’envolent mais surtout, à aucun moment, ils ne seront contrôlés positifs.

Sérum fœtal bovin dans les vaccins et de médicaments : La France doit-elle se faire du mauvais sang ?

Des entrepreneurs peu scrupuleux, une tromperie sur l’origine de la marchandise, un enjeu de santé publique… Après la viande de cheval, l’affaire du sérum fœtal bovin a tous les ingrédients du scandale sanitaire.

Quatre personnes, dont l’ex-PDG d’une entreprise choletaise, ont été renvoyées, le 24 mars, devant le tribunal correctionnel, a-t-on appris mercredi 1er avril. Ils sont poursuivis pour un vaste trafic international autour de ce produit utilisé, notamment, dans la fabrication de vaccins et de médicaments.

Il aura fallu huit ans d’enquête et cinq juges d’instruction pour venir à bout de ce dossier tentaculaire, instruit par le pôle santé de Paris et révélé par Le Courrier de l’Ouest en décembre 2014. Il s’en est fallu de peu que l’affaire soit prescrite. Le procureur de la République de Paris a rendu son réquisitoire définitif quelques mois avant le délai de prescription, fixé en juin 2015.

L’affaire démarre en 1987, quand Henner B., aujourd’hui âgé de 61 ans, crée la société Biowest à Nuaillé (Maine-et-Loire). Né en Allemagne, ce charpentier de formation s’est reconverti dans le marché porteur du sérum fœtal bovin, apparu dans les années 1980 avec l’essor des biotechnologies. Extraite du sang d’un veau en gestation, cette “fleur de vie“, comme la décrit un spécialiste, est utilisée pour la mise en culture des cellules dans les laboratoires.
Lire la suite

Le chocolat noir : Un médicament trop méconnu

Acheter son chocolat noir à la pharmacie, un retour aux sources. Au XVIIIe siècle, il était en effet vendu par les apothicaires pour ses multiples vertus. “Vous avez beaucoup d’antioxydants [...] et puis vous avez huit molécules formidables : la sérotonine pour bien s’endormir, l’anandamide ‘pour la béatitude’, la caféine, plus que dans le café, pour vous réveiller le matin.

Vous avez également de la théophylline pour respirer. Donc vous avez des produits qui sont absolument fabuleux et qui sont trop méconnus”, affirme PR. Henri Joyeux, cancérologue, coauteur de “Comment soigner avec le chocolat”.

Un chocolat aux Oméga 3 recommandé par l’Académie de médecine existe. Pour son innovation, le chocolatier, Jean-Claude Berton, inventeur de l’omégachoco, a reçu une médaille d’or à Genève, les compliments d’un dirigeant de l’OMS et surtout des comptes rendus de consommateurs enthousiastes.

Drogue, argent sale : La grande traque des services spéciaux

Les membres de la Division opérationnelle des douanes, le service d’élite chargé des investigations les plus délicates, ont été suivis lors de leurs enquêtes par une équipe de journalistes. Ils surveillent les frontières, les transferts d’argent à l’étranger et traquent les trafiquants de drogue comme de médicaments : collecte de renseignements, infiltrations, utilisation d’« aviseurs », les indics des douaniers…

La DOD dispose également d’une force d’intervention musclée pour arrêter les « go fast », ces bolides utilisés par les malfaiteurs pour transporter la drogue. Elle compte aussi dans ses rangs des hommes pour arraisonner les cargos chargés de haschisch ou de cocaïne. En 2013, les douanes ont saisi plusieurs tonnes de cocaïne, de cannabis, de nombreuses boîtes de médicaments contrefaits et des millions d’euros en espèces…

Partie 1:

Partie 2:
Lire la suite

Les biotechs : La nouvelle bulle spéculative ?

La bourse et les investisseurs sont-ils en train de surévaluer les perspectives du secteur de la santé ? Les opérations dans ce domaine se multiplient ces derniers mois, et la valorisation de certaines sociétés commence à inquiéter sérieusement certains observateurs.

475 milliards de dollars en 15 mois ! Le montant total des opérations de fusion-acquisitions dans les secteurs de la santé (biotech/medtech) laisse un peu songeur, d’autant que tout s’est fait avec une rapidité foudroyante, témoignant d’une véritable frénésie.

Et la tendance n’est pas au ralentissement, vu que ce sont 70 milliards de dollars d’opération qui ont été d’ores et déjà annoncées depuis le début de l’année.

La dernière d’entre elles est particulièrement parlante, il s’agit du rachat de la biotech américaine Pharmacyclics par le laboratoire Abbvie pour 21 milliards de dollars. Rachat qui est intervenu au prix d’une bataille boursière assez tendue avec Johnson & Johnson, qui proposait 17 milliards, et un acquéreur non-identifié, sans doute pour un montant comparable.
Lire la suite

Le jeûne : une nouvelle thérapie

Dans les pays occidentaux, les cas de diabète, d’hypertension, d’obésité, de cancers se multiplient et la consommation de médicaments explose. Et s’il existait une autre voie thérapeutique ?

Depuis un demi-siècle, en Russie, en Allemagne et aux États-Unis, des médecins et des biologistes explorent une autre piste : le jeûne. Réputé pour sa source d’eau chaude, le sanatorium de Goriachinsk, dans la plaine sibérienne, est aussi connu pour son centre de jeûne, créé en 1995. Atteints d’asthme, de diabète, de rhumatisme, d’allergie… les patients, très encadrés, n’ingurgitent rien à part de l’eau durant douze jours en moyenne mais la cure se prolonge parfois trois semaines.

Après la douloureuse crise d’acidose des débuts, ils se sentent plus en forme et les deux tiers voient leurs symptômes disparaître après une ou plusieurs cures. Remboursé, ce traitement s’appuie sur quarante ans d’études scientifiques, malheureusement non traduites, qui ont démarré sous l’ère soviétique.

Bien qu’elles soient inconnues hors de Russie, des médecins et chercheurs occidentaux creusent aussi ce sillon, même si, aux pays du médicament-roi, ils bénéficient de peu de subventions.

Réalisé par Thierry de Lestrade et Sylvie Gilman (2015)

Phytothérapie : Des racines et des herbes

Depuis toujours, l’Homme utilise des plantes pour se soigner. Les plantes médicales sont à la base de notre pharmacopée actuelle (de nombreux médicaments sont la synthèse de molécules extraites des plantes). Aujourd’hui, la phytothérapie est une médecine naturelle plébiscitée par les Français

Tisanes, huiles essentielles, compléments alimentaires, elles ont envahi les rayons des officines et des supermarchés. Pour se soigner, des millions de Français s’orientent aujourd’hui vers les remèdes naturels, et la phytothérapie a le vent en poupe.

Les spécialistes affirment que l’on peut soigner plus de 80 maux grâce aux plantes. Malheureusement, à l’heure du tout chimique, la pharmacopée traditionnelle a été délaissée, et les formations sont insuffisantes pour garantir la sécurité des consommateurs.

A qui faire confiance ? Et comment être certain de ne pas risquer sa santé en se soignant avec des plantes ? Enquête.

Les nombreux effets indésirables du paracétamol

Le paracétamol n’est pas dépourvu d’effets indésirables. C’est ce que vient de révéler une étude britannique. Selon elle, outre des problèmes de foie, l’antalgique provoquerait des problèmes cardiaques, gastro-intestinaux ou encore rénaux.

Les dessous de l’industrie pharmaceutique

Les scandales rythment l’information sur l’industrie pharmaceutique et focalisent l’attention sur ses excès. Suivre le parcours d’un médicament sans histoire, de sa conception à sa prescription, montre pourtant que la frontière est mince entre les dysfonctionnements et les pratiques routinières.

« J’ai compris que j’étais fliquée, qu’on savait exactement ce que je prescrivais, s’indigne une médecin installée à Paris. J’étais naïve, moi, je ne savais pas. [Un jour], une visiteuse médicale m’a dit : “Vous ne prescrivez pas beaucoup !” Je me suis demandé : “Comment peut-elle savoir cela ?” »

Cette pratique de surveillance, qui choque de nombreux praticiens, est orchestrée par les services commerciaux des laboratoires. Pour augmenter ou maintenir leurs parts de marché, les grands groupes pharmaceutiques déploient des trésors d’ingéniosité. Ils n’hésitent pas, par exemple, à modifier les indications de leurs médicaments pour gagner de nouveaux clients.

Considérée par certains médecins comme « la Rolls Royce de l’antibio dans le cutané », la Pyostacine, fabriquée par Sanofi — l’un des tout premiers groupes pharmaceutiques mondiaux en chiffre d’affaires (33 milliards d’euros en 2013) —. a connu un tel destin. Longtemps dévolu à un usage dermatologique, l’antibiotique a opéré un « tournant respiratoire » : il est désormais massivement utilisé dans les cas d’infections broncho-pulmonaires et oto-rhino-laryngologiques.
Lire la suite

Allemagne : L’ARN, une molécule d’avenir

Tout le monde ou presque connaît l’ADN. Mais, saviez-vous que sa petite sœur, l’ARN, peut aider notre organisme à produire ses propres médicaments ? Comment et pourquoi ?

Dans ce laboratoire de recherche basé à Tübingen, en Allemagne, des scientifiques tentent de percer le mystère d’une molécule insaisissable: l’ARN, pour acide ribonucléique: son nom scientifique est l’ARN messager, ou ARNm.

Pour faire simple, cette molécule a la faculté d’aider l’organisme à se soigner lui-même.

Dopage du cerveau : l’intelligence sur ordonnance ?

Nous n’utilisons que 10 % de nos capacités intellectuelles. Aussi les spécialistes en neurosciences s’efforcent-ils de trouver les molécules qui permettraient d’activer toutes les zones disponibles de notre cerveau.

Aux États-Unis, la Ritaline et le Modafinil – prescrits au départ pour les enfants hyperactifs – sont devenus des drogues à la mode. Mais ce dopage de notre matière grise suscite un débat animé. À l’avenir, serons-nous tous beaucoup plus intelligents ou simplement pharmacodépendants ? Enquête dans les laboratoires de recherche sur les espoirs et les risques engendrés par ces traitements miracles.

Réalisé par Hannah Leonie Prinzler et Christian Schidlowski (Allemagne 2011)

Dr Natasha Campbell-McBride : « L’aliment est le meilleur médicament »

Le Dr Natasha Campbell-McBride explique l’importance cruciale de l’alimentation sur notre santé, son efficacité sur les maladies dégénératives et les pathologies modernes.

(NB : si les sous-titres ne se lancent pas automatiquement, cliquer sur le bouton “Sous-titres” en bas à droite)

(Merci à Martine)

Nanotechnologies : Ces redoutables particules toxiques qui envahissent notre quotidien

Propos recueillis par Sophie_Chapelle

Invisibles à l’œil nu, les nanoparticules envahissent le quotidien, depuis nos vêtements jusqu’à nos assiettes, sans aucun étiquetage ni traçabilité. Malgré les nombreuses études attestant de la toxicité de certaines de ces particules, les gouvernements refusent d’appliquer le principe de précaution et investissent des milliards d’euros en recherche et développement dans les nanotechnologies.

Comment repérer et se protéger de ces nouvelles molécules high-tech ? Entretien avec le journaliste Roger Lenglet, qui décrypte dans son ouvrage “Nanotoxiques” les dessous de cette menace pour la santé publique.

Basta ! : Les nanomatériaux sont entrés en catimini dans nos vies, dans les objets du quotidien ou de consommation courante. Pourquoi dites-vous qu’il s’agit d’une « bombe sanitaire » ?

Roger Lenglet [1] : Ces particules de dimension nanométrique posent des problèmes toxicologiques. Leur taille minuscule permet à une grande partie d’entre elles de traverser l’organisme, de se loger dans les cellules et de pénétrer dans les noyaux cellulaires contenant l’ADN.

Elles peuvent avoir des effets mutagènes, cytotoxiques, cancérigènes… Certaines sont même neurotoxiques : elles traversent la barrière encéphalique qui protège le cerveau et s’attaquent aux neurones, contribuant au développement de pathologies neurologiques comme la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson. Notre organisme n’est pas fait pour résister à ces nouvelles particules aux propriétés stupéfiantes.

Lire la suite

Les superpouvoirs de l’urine

Matière première, engrais industriel, outil de diagnostic pour les scientifiques, médicament, ressource énergétique, l’urine, fluide universel injustement méprisé, se prête aux usages les plus nobles.

En témoignent les expériences surprenantes menées par les scientifiques aux États-Unis, en Chine, aux Pays-Bas, au Danemark, en Angleterre ou en France. Ce voyage au pays de l’or liquide nous rappelle aussi que nous avons passé les premiers mois de notre vie dans l’urine.

Mirko Beljanski : Une nouvelle approche thérapeutique du cancer

Par Henri Boiteux, Agrégé de l’Université, Ancien Administrateur de l’Institut de Recherches Scientifiques sur le Cancer (C.N.R.S).

Talentueux chercheur biochimiste français, Beljanski a mis au point des médicaments enfin efficaces et non toxiques permettant de soigner le cancer au début des années 1980. Infirmant les positions établies du dogme biologique et médical sur cette maladie, sa recherche fut frappée d’un ostracisme implacable.

Ses découvertes, pourtant parfaitement fondées scientifiquement, permirent la guérison de milliers de patients avant que les pressions de l’estabishment médical et de la justice aient raison de l’espoir de les voir mises à disposition du public.

Émission consacrée à Mirko Beljanski, diffusée sur Radio Courtoisie dans le Libre Journal de Serge de Becketch le 25/12/1996

Introduction
Lire la suite

Que faire contre l’hypertension artérielle ?

Des millions de Français et d’Allemands souffrent d’hypertension artérielle – souvent synonyme de risque pour leur santé si elle n’est pas maîtrisée par un traitement. C’est l’un des principaux facteurs de risque d’accident vasculaire cérébral (AVC) et de crise cardiaque.


Mais à partir de quand doit-on parler d’hypertension ? Le sujet fait polémique entre les experts. Certains médecins traitent la moindre augmentation de la tension artérielle à coups de pilules, d’autres considèrent que les traitements médicamenteux font plus de mal que de bien.

Xenius – Arte (17/11/2014)

Peter Gotzsche : « Médicaments meurtriers et crime organisé »

Le Professeur Peter Gøtzsche, Directeur du Nordic Cochrane Centre est spécialiste de médecine interne. Il a travaillé pour l’industrie pharmaceutique entre 1975 et 1983 dans les domaines des études cliniques et de la réglementation publique. De 1984 à 1995 il a travaillé dans des hôpitaux de Copenhague. Il a été cofondateur de la Cochrane Collaboration en 1983. En 2010 il a été nommé Professeur de projets de recherche et d’analyse à l’Université de Copenhague.

Professeur Gøtzsche, depuis plus de trente ans, notre réseau se préoccupe tout spécialement de Bayer. Quelle est l’importance de l’industrie pharmaceutique allemande, par exemple comme lobbyiste ?

Toutes les grosses firmes pharmaceutiques pratiquent un lobbying intensif, également à l’échelon européen.

La firme Bayer doit répondre de nombreux scandales liés à l’industrie pharmaceutique, depuis l’héroïne jusqu’au Lipobay. Quelles expériences avez-vous faites avec cette entreprise ?

Comme toutes les autres grandes entreprises pharmaceutiques, Bayer a participé à la criminalité organisée : par exemple corruption de médecins, ou escroquerie vis-à-vis du programme d’assurance-maladie US Medicaid.

Durant la Deuxième guerre mondiale, Bayer a utilisé comme cobayes des détenus de camps de concentration. Une lettre datant de l’époque prouve que Bayer a acheté 150 femmes à Auschwitz pour 170 marks chacune. Bayer avait écrit au commandant du camp : « Les expériences ont été effectuées. Toutes les femmes sont mortes. Nous vous recontacterons rapidement par un prochain message. »

Les entreprises allemandes ont par exemple injecté des bactéries typhiques à des détenus des camps puis expérimenté sur eux divers médicaments.

Pourquoi comparez-vous l’industrie pharmaceutique au crime organisé ?

Parce que j’ai découvert que le système commercial des dix premières firmes pharmaceutiques inclut la criminalité organisée.

Dans les années 80 les médicaments de Bayer ont infecté des milliers d’hémophiles. Des documents internes prouvent que la direction de la firme était au courant des risques, mais a néanmoins continué à vendre ses produits. Est-ce un exemple de pratique criminelle ?
Lire la suite

Faux sucres, zéro calorie, mais à quel prix?

Les édulcorants dits «intenses» ont pris le pouvoir dans notre alimentation. Depuis que le poids et la consommation de sucre sont devenus des préoccupations, ces substituts affichant zéro calorie constituent des incontournables de l’industrie agroalimentaire.

Aujourd’hui, plus de 6000 produits alimentaires et médicaments contiennent de l’aspartame, l’édulcorant chimique le plus utilisé au monde. Depuis quelques années, cette molécule fait polémique, et plusieurs études pointent des risques potentiels sur la santé. Industriels et consommateurs se tournent désormais vers une plante originaire du Paraguay: la stévia.

Les Français consomment toujours plus d’antibiotiques (Màj vidéo)

Depuis 2010, la consommation d’antibiotiques a augmenté de près de 6%. Plus on en consomme, plus on augmente le risque que les bactéries deviennent résistantes. D’où l’alarme sonnée par l’Agence nationale de sécurité du médicament.


Toujours plus d’antibiotiques, et toujours plus en France : nous consommons 30% d’antibiotiques de plus que la moyenne des pays européens. Les femmes sont les plus concernées puisqu’elles représentent 60 % des utilisateurs.

 

Les antibiotiques sont prescrits en tout premier lieu pour soigner les affections respiratoires du type sinusites, bronchites ou angines, puis les affections urinaires, en particulier les cystites, et enfin les otites.

Les campagnes d’information ne produisent plus leurs effets
Lire la suite

Cure de jus pour vaincre l’obésité et le diabète

C’est l’histoire d’un homme qui a décidé de prendre sa santé en main devant le fatalisme médical et d’en faire un film sur la thérapie qu’il a décidé de mettre en place : ne consommer pendant 60 jours que des jus de légumes. Et il décide de vivre cette expérience dans la Mecque de la malbouffe : les États-Unis.

30 jours à New-York, 30 jours sur la route, à rencontrer des personnes et partager son expérience… jusqu’à rencontrer son double et de l’inviter à s’aider comme il s’est aider lui-même…

Documentaire sur le fonctionnement propre au système physiologique humain, à l’espoir de guérison, à l’aide, à la régénération physique, émotionnel, sociale… vitale.

Seuls les riches seront immortels

Vivre plus longtemps, en bonne santé… Et même, pourquoi pas, vivre pour toujours, dans un corps synthétique qui ne connaîtra ni la maladie, ni la décrépitude, ni la mort. Financés par des multinationales et des oligarques milliardaires, de nouveaux alchimistes poursuivent ce vieux rêve de l’humanité.

Mais cet âge d’or sera réservé aux riches et dessinera une nouvelle lutte des classes, prophétise le magazine Aeon. L’avenir se partagera entre ceux qui auront accès aux coûteux traitements médicamenteux, aux thérapies géniques, et les autres, pour lesquels la vieillesse sera de courte durée.

Cette lutte a d’ailleurs déjà commencé. Des scientifiques américains sont en train de mettre au point des pilules antiâge qui pourront ralentir le vieillissement, ainsi que des prothèses et des implants électromécaniques qui permettront d’augmenter les capacités humaines. Des innovations qui ne seront accessibles qu’à ceux qui en auront les moyens.

De nouveaux médicaments pourraient permettre aux riches de vivre cent vingt ans ou plus, et en bonne santé. Les pauvres, eux, pourront toujours en rêver. Dans de nombreux pays, la disparité est sidérante entre les revenus des plus fortunés et ceux du reste de la population. Ainsi, depuis 1975, 80 % de la hausse des revenus aux États-Unis s’est faite au profit de seulement 10 % de la population. La vie que peuvent s’offrir les heureux élus n’a rien à voir avec le sort réservé à tous les autres.
Lire la suite

Combien votre pharmacien gagne-t-il vraiment ?

Opération porte close chez neuf pharmaciens sur dix, mardi 30 septembre. Comme d’autres professions réglementées, ils protestent contre le projet de loi “pour la croissance” du ministère de l’Économie, qui remet notamment en question leur monopole sur les médicaments sans ordonnance. Leur vente pourrait être autorisée aux grandes surfaces.

Plus de la moitié des Français guettés par la pauvreté

5,60 euros, c’est ce qui reste chaque jour pour vivre, après avoir payé loyer et autres charges, à des milliers de personnes aidées par le Secours populaire, qui juge dans une étude rendue publique jeudi que “la pauvreté s’étend et s’enracine“.

Malheureusement, la pauvreté et l’exclusion continuent de gagner du terrain, mais on peut lutter et développer une nouvelle résistance“, a insisté le président du Secours populaire Julien Lauprêtre, lors d’une conférence de presse.

À partir de données recueillies auprès de 161 572 ménages (sur les 619 700 familles aidées par l’association en 2013), le Secours populaire souligne qu’”une part croissante de la population en est réduite à survivre”.

Parmi ces personnes, une petite moitié (46,7 %) a donné des informations sur ses ressources (salaire, RSA, prestations familiales, aides au logement, etc.) : 30 % d’entre elles disposent de ressources inférieures à 750 euros, pour 43 % elles sont comprises entre 750 et 1.250 euros et pour 20 %, elles s’échelonnent entre 1.250 et 1.750 euros.
Lire la suite

Les médicaments présents dans l’eau sont-ils dangereux ?

On retrouve dans les milieux aquatiques des concentrations très faibles de résidus pharmaceutiques provenant de médicaments destinés à la consommation humaine ou animale. L’origine de ces produits est multiple: rejet lié à la consommation, essentiellement dans les urines et les fèces, rejet accidentel ou volontaire de médicaments non utilisés, et localement et potentiellement des rejets industriels.

Même si les concentrations dans l’eau sont très faibles, il est démontré que certains de ces résidus pharmaceutiques ont des effets mesurables sur différentes espèces aquatiques (en particulier poissons et batraciens). Quelles peuvent être les conséquences pour l’homme et comment peut-on limiter ces risques ?

D’où proviennent les résidus de médicaments ?

On retrouve dans les milieux aquatiques des concentrations très faibles de résidus pharmaceutiques provenant de médicaments destinés à la consommation humaine ou animale.
Lire la suite