On a retrouvé la mémoire de l’eau !

Mort en 2004, Jacques Benveniste, chercheur à l’Inserm, fut au centre d’une controverse mondiale avec sa thèse sur la mémoire de l’eau. Appliquant cette théorie à ses propres recherches, le prix Nobel de médecine Luc Montagnier a fait un constat surprenant qui provoquera peut-être une révolution en matière médicale…

A l’origine de la vie sur Terre, l’eau est indispensable à la survie des espèces. Mais, pour certains scientifiques, cet élément fondamental aurait des capacités insoupçonnées.

Dans les années 1980, un médecin immunologue de renom, Jacques Benveniste, affirmait avoir découvert que l’eau serait capable de garder en mémoire les propriétés des molécules avec lesquelles elle a été en contact, même lorsqu’elles ne s’y trouvent plus. Une étonnante théorie qui a fait l’objet d’une énorme controverse.

Les miracles de la médecine

Marc est un néo-zélandais amputé des deux jambes suite à un accident survenu en montagne en 1982. Normalement, il aurait pu oublier les joies des escapades en montagne suite à ces amputations, mais c’était sans compter les avancées scientifiques et sa volonté farouche.

Ainsi, dix ans après, Marc est retourné à l’endroit même où il avait perdu ses deux jambes (Aoraki/Mont Cook) en pratiquant l’escalade avec des prothèses uniques. Sans son ami ingénieur Wayne qui a conçu ces dernières, cet exploit n’aurait sans doute pas été possible. Cet ami ne cesse d’ailleurs d’adapter les prothèses de Marc aux défis qu’il doit relever (des défis de plus en plus importants).

Six manières de changer le monde avec les champignons

Paul Stamets propose une série de six solutions mycologiques qui utilisent les champignons, et ces solutions sont fondées sur le mycélium.

Au titre des utilisations possible des champignons, on retiendra la restauration des sols et de l’humus. La fertilisation des plantes potagères. La dépollution (bien plus efficace que les traitements actuels, bactéries ou enzymes). Pesticide naturel, ne dégrade pas l’équilibre de l’écosystème. Médecine: antibiotique naturel.

Et aussi la protection virale contre par exemple: la variole, le H5N1, la grippe… avec des résultats très spectaculaires en comparaison des méthode chimiques “classiques”. L”énergie : le mycète T.reesei transforme la cellulose en sucres permettant la production du carburant “éconol” qui est de l’éthanol produit à partir par exemple de déchets agricoles ou ménager.

Nous sommes ce que l’on mange

Que ta nourriture soit ta médecine, et ta médecine, ta nourriture.” Selon Hippocrate, fondateur de la médecine moderne, le corps humain dispose d’une capacité innée d’auto-guérison. Il mettait également l’accent sur l’importance de la nutrition pour le maintien de la bonne santé.

Comment réparer les dégâts physiques dus à une alimentation trop grasse et pauvre en éléments nutritifs ou encore à des régimes draconiens? Ce documentaire lève le voile sur le marché de la santé et met le doigt sur des pratiques qui n’améliorent en rien la condition physique, voire l’empirent.

Exploration des bienfaits peu coûteux et sans risque d’une alimentation saine et riche en nutriments mais également ceux des compléments alimentaires pouvant contribuer à lutter contre certaines maladies.

Partie 1:

Partie 2:
Lire la suite

Inde : Ayurveda, aux origines du bien-être

Dans l’État indien du Gujarat, des archéologues ont mis au jour des éléments se rapportant à la médecine ayurvédique, une médecine traditionnelle indienne.

Selon la doctrine ayurvédique, l’être humain est un cosmos en miniature constitué des éléments de la nature. Le vent et l’air déterminent la nature d’un être et sa prédisposition à telle ou telle maladie. Le feu transforme la nourriture en énergie et crée les impulsions. L’eau caractérise le changement.

Le védia – médecin ayurvédique – détermine la nature profonde de son patient selon l’équilibre de ces trois éléments, les doshas.

(Merci à Tilak)

Biologie cellulaire : L’aube du transhumanisme ?

Voici un court documentaire de Fanny Mauve tiré des ressources de L’Institut National de l’Audiovisuel et datant de 1958 traitant en bref des découvertes en biologie cellulaire effectuées au cours de la première moitié du XXème siècle.

Alors que la génétique n’en était qu’à ses balbutiements, nous allons voir que certains scientifiques de l’époque étaient déjà expert dans les domaines de la reproduction artificielle ou de l’embryologie expérimentale.

En effet, entre vie éternelle et monstruosité de la science, ses chercheurs allaient écrire l’avenir avec des révélations sur le vivant n’ayant rien à envier au domaine de la science-fiction.

Jacques Loeb, Eugène Bataillon et Grégory Pincus : La fin du mâle ?

Lire la suite

Chine : Le combat isolé d’un médecin contre la corruption

Vous faire acheter un pacemaker dont vous n’avez nul besoin ou vous hospitaliser pour un simple mal de gorge: une femme médecin dénonce, seule contre ses confrères, les abus du système médical chinois gangrené par une corruption endémique au point de susciter une vague de violences de la part de patients révoltés.

Mme Lan Yuefeng, ancien médecin-chef spécialisée en échographie, a fait scandale lorsqu’elle a publiquement accusé l’hôpital où elle exerçait d’abuser délibérément les malades en leur prescrivant trop de médicaments et des traitements inutiles.

Les abus des hôpitaux suscitent l’indignation du public, mais la plupart des patients se laissent persuader par les médecins d’accepter toutes les prescriptions, raconte Mme Lan. Pour les convaincre, le personnel médical leur pose la question redoutable: “Qu’est-ce qui compte le plus pour vous, l’argent ou la vie‘”

Placée d’office en congé sans solde il y a deux ans, elle a néanmoins continué de se rendre dans cet hôpital de la ville sichuanaise de Mianyang (sud-ouest) -ce qui lui a valu dans les médias locaux le surnom de “médecin de couloir“.

Lire la suite

Afrique : Une banane OGM dopée à la vitamine A testée sur l’homme

Les premiers essais cliniques de ce fruit OGM ont été autorisés aux États-Unis. Le projet, soutenu par Bill Gates, vise à commercialiser l’aliment en Afrique à l’horizon 2020 pour lutter contre la mortalité infantile.

Les chercheurs la surnomment la «super banane».

Pas certain que les militants anti-OGM soient du même avis. Derrière ce nom se cache une banane génétiquement modifiée. Développée depuis neuf ans,

elle se veut un aliment cultivable en Afrique et riche en vitamine A,

dont la carence est à l’origine de graves maladies. Pour la première fois, ce fruit OGM va être testé sur des êtres humains.

Lire la suite

Nicole Delépine : « La médecine en danger »

Nicole Delépine est cancérologue pour enfants à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine) et écrivain. Cela fait près de 30 ans qu’elle soigne ses patients avec des traitements en marge des protocoles habituels, avec un taux de réussite parmi les meilleurs de France. Elle pratique une médecine en désaccord avec la politique de santé appliquée actuellement.

Son service est menacé de fermeture à cause du Plan cancer 2014. Elle revient sur son parcours et les raisons de cette politique décidée en haut lieu, ainsi que sur la façon dont on traite les patients atteints du cancer aujourd’hui.

La réglementation impose d’appliquer l’expérimentation thérapeutique comme indiqué en fonction des besoins de l’industrie pharmaceutique. Pour bien comprendre notre système de santé.

Partie 1:

Partie 2:

Lire la suite

Allemagne : Soigner l’esprit avec la réalité virtuelle

Depuis quelques années, la technologie de la réalité virtuelle est considérée comme un outil prometteur en médecine. En agissant sur les zones du cerveau où se cachent nos peurs, elle peut soulager phobies, douleurs ou traumatismes…

Nous partons en Allemagne à la rencontre de Paul Pauli, chercheur en biopsychologie. Il a développé des innovations thérapeutiques qui utilisent la réalité virtuelle pour guérir les phobies.

Inde : Le Monde singulier des Irular

À la découverte des Irular, un peuple animiste du sud-est de l’Inde, qui vit en marge du système des castes et dépositaires d’un savoir médical ancestral. Ce documentaire nous plonge dans la grande fête de l’adimasan, une frénésie de danses, de fleurs et de transes rarement filmée.

Vivant en marge du système des castes et dépositaires d’un savoir médical ancestral, les Irular ont été longtemps persécutés par les autorités indiennes. Chassés des forêts où ils vivaient à l’origine, ils sont parvenus malgré tout à maintenir vivaces leurs traditions. Leurs guérisseurs continuent de soigner par les herbes et les épices morsures de serpents, maladies et grossesses difficiles. Animiste, ce peuple vénère les esprits de la forêt.

Sanjivy entretient ainsi une relation privilégiée avec la déesse-mère Kannyiammal qui s’exprime par sa bouche lorsque la jeune femme entre en transe. À travers son portrait et celui de plusieurs autres Irular, ce documentaire nous fait découvrir ce peuple premier de l’État du Tamiil Nadu.

(Merci à Tilak)

Infarctus : Mieux vaut prévenir que guérir

Tension artérielle, obésité, malbouffe, tabac, stress, manque d’activité… Ces symptômes d’une société “bien portante” auraient-ils raison de notre cœur ? Selon Jochen Jordan, de la clinique de psychocardiologie de Bad-Nauheim, notre organe vital ne serait pas adapté à la vie sédentaire actuelle.

Mais pourquoi certaines familles sont-elles plus prédisposées que d’autres à l’infarctus ? Et pourquoi le taux d’infarctus et la mortalité augmentent-ils désormais si rapidement chez les femmes jusqu’ici épargnées ? Réunis dans le projet européen Cardiogenics, les plus grands spécialistes de l’Union tentent depuis 2007 de mieux comprendre le rôle joué par l’hérédité, afin de développer des thérapies préventives.

Parallèlement, les recherches continuent pour améliorer les traitements existants tandis que l’équipe de l’Institut Max-Planck poursuit ses études concernant la régénérescence du tissu du muscle cardiaque. En Europe les systèmes de santé dépensent chaque année 120 milliards d’euros pour les soins et la recherche concernant les maladies cardiaques.

Séralini : « L’impact des xénobiotiques sur la santé » (Audio)

Le professeur de biologie moléculaire et chercheur au CNRS Gilles-Eric Séralini explique comment les xénobiotiques, des molécules de synthèse pour la plupart dérivées du pétrole, provoquent quantité de dérèglements dans les organismes vivants en perturbant la communication inter-cellulaire. Il démontre en fin d’interview que les pesticides sont en réalité mille fois plus toxiques que ce qu’indiquent les évaluations qui servent de base à leur autorisation.

En se collant sur les récepteurs hormonaux et les terminaisons nerveuses, les molécules xénobiotiques “trouent” le réseau serré des interactions cellulaires qui constituent le tissu fondamental de l’organisation du vivant. Chez l’homme, en fonction des caractéristiques physiologiques de chaque individu, ces atteintes vont se traduire de manière différenciée, sous forme de baisse de la fertilité, de cancers, de maladies dégénératives du système nerveux, d’altérations du comportement, d’allergies ou de maladies auto-immunnes.

Les effets se produisent sur le très long terme et sont très difficiles à imputer à un agent précis. Comme l’explique le professeur, cela rend l’approche épidémiologique classique inopérante pour identifier les effets des xénobiotiques, alors que ceux-ci sont dispersés dans la biosphère en centaines de millions de tonnes depuis la seconde guerre mondiale.

France Culture via le blog Plus Conscient

La moutarde : Plus qu’un simple condiment

La moutarde de Dijon, de Düsseldorf ou de Bautzen, ce n’est pas la même chose. Forte ou douce, la moutarde diffère selon les régions et représente bien plus qu’un simple assaisonnement.

Elle contient en effet des substances qui éveillent particulièrement l’attention des médecins. En Inde, la médecine ayurvédique utilise depuis des siècles les graines de moutarde contre les inflammations.

Mais la moutarde apporte avant tout ce petit plus qui relève de nombreux plats. Les deux présentateurs de X:enius découvrent les secrets de la fabrication de ce condiment dans une moutarderie traditionnelle près de Dijon. Ils créent leurs propres moutardes en apprenant à mélanger graines de moutarde, sel et verjus (jus de raisins verts). Contrairement à ce que l’on pourrait croire, c’est tout un savoir-faire !

Textiles intelligents : Une nouvelle filière d’avenir en France

Le secteur textile est l’un des plus sinistrés en France. Mais certaines de ses filières, celle de la mode et du luxe, continuent de figurer parmi les meilleures au monde. Le textile pourrait aussi vivre une révolution grâce à des matériaux intelligents déjà utilisés dans l’aéronautique, l’automobile ou la médecine.

Des élèves ingénieurs ont en effet développé, depuis dix ans, des inventions qui pourraient être utilisées dans la fabrication de vêtements.

De nouvelles fibres remplaceront des fibres synthétiques

Des fibres thermoplastiques, par exemple, utilisées dans l’automobile, permettent d’alléger les matériaux et d’apporter de meilleures propriétés acoustiques. L’Ecole nationale supérieure des arts et industries textiles (Nord) travaille sur des nouvelles fibres qui remplaceront des fibres synthétiques à base de pétrole. Elle forme des jeunes qui comptent relancer les beaux jours du textile en France.

La bioéconomie, c’est le stade ultime du capitalisme

Dans son livre “Le Corps-Marché”, la sociologue canadienne Céline Lafontaine, professeure à l’université de Montréal, dénonce la “bioéconomie”, une économie fondée sur la marchandisation du corps.

S’attachant en particulier à l’industrie biomédicale, Céline Lafontaine délivre une  enquête documentée et pragmatique sur les enjeux de la bioéconomie. Elle éclaire les règles d’un marché mondialisé du corps humain, dont les éléments (sang, ovules, cellules, tissus…) sont de plus en plus marchandisés, comme dans l’industrie de la procréation. Par-delà les clivages éthiques que tous ces débats suscitent entre les citoyens – par exemple au sujet de la gestation pour autrui –, elle consigne précisément les enjeux réels de cette bioéconomie souveraine. Un éclairage à partir duquel les positions éthiques de chacun peuvent s’ajuster en fonction de plusieurs conceptions possibles de la liberté et de l’égalité…

Lire la suite

Sucre : Un si doux poison

Autrefois un luxe, le sucre est devenu un produit de consommation courante. Tout le monde, ou presque, en consomme mais il peut être dangereux.

Présent dans le lait maternel, il reste tout au long de la vie un goût qui réconforte. Le sucre contient du glucose, un ‘carburant’ indispensable au fonctionnement du corps et du cerveau, mais à haute dose, c’est un poison.

Les médecins attribuent certains maux à la consommation excessive de sucre, dont l’obésité ou les maladies cardio-vasculaires… L’industrie agro-alimentaire semble en être partiellement responsable. Plus les aliments sont bon marché, plus ils sont riches en sucre.

Des champs de canne à sucre de Guadeloupe aux fourneaux de Christophe Michalak, le pâtissier du Plazza Athénée, en passant par des laboratoires et la faculté de médecine, ce film propose de découvrir le monde du sucre.

Radio Courtoisie : “Les incontournables pour se soigner et rester en bonne santé” (Audio)

Dans le Libre journal de la résistance française, sur Radio Courtoisie, le mercredi 12 mars 2014, Jean-Pierre Willem, médecin, chirurgien, éthologue, fondateur de la Faculté Libre de Médecine Naturelle, fondateur et président de Médecin aux pieds nus présentait son dernier ouvrage “Je veux être un jeune centenaire !: Les incontournables pour se soigner et rester en bonne santé“.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

(L’entretien débute à partir de 36mn 50s)

Laboratoires pharmaceutiques : “Je rémunérais des médecins pour vendre des médicaments”

Rémunération d’experts, mise sous silence des effets secondaires de certains médicaments… Dans son livre “Omerta dans les labos pharmaceutiques“, le médecin Bernard Dalbergue raconte les manipulations dont il a été témoin pour faire passer en force des médicaments. Il dénonce un système aux dérives abjectes, et parfois mortelles.

Je suis médecin avec une carrière de plus de vingt années dans l’industrie pharmaceutique à des postes de management marketing et médical. J’ai été licencié par mon dernier employeur parce que je me suis élevé contre des pratiques mettant en danger la vie des malades et interdites par la loi.

Le médicament, depuis sa naissance, son développement, son autorisation, sa commercialisation et son contrôle, voire sa répression, obéit aux lois de la dictature : tout le processus est aux mains d’un très petit nombre de décideurs, sans aucune transparence, contrôle ou répression efficace. C’est ce que j’ai voulu dénoncer.

Lire la suite

Théâtre : « Knock ou le triomphe de la médecine »

Louis Jouvet appréciait vivement le sens comique de la pièce, comédie certes, mais comédie cruelle, autour d’un gourou assez habile pour créer des besoins, et garantir « le triomphe de la médecine ».

Au-delà de la satire du monde médical, inscrite dans la tradition française et moliéresque, la pièce, représentée pour la première fois en 1923, met en lumière la mise en œuvre d’une volonté de puissance et de domination, l’asservissement des foules et des consciences bernées. « Les gens bien portants sont des malades qui s’ignorent » déclare Knock.

Le metteur en scène, Olivier Mellor de la Compagnie du Berger souligne l’actualité du portrait social, « illustration de nos sociétés à l’échelle cantonale ». Une ambition théâtrale noble, toujours vive à l’heure où la manipulation des masses prend corps de façon de plus en plus sophistiquée. Le rire n’empêche en rien l’éveil des consciences !

Le système libéral exclut les classes populaires du système de soins

Le constat est alarmant. Délais d’attente écrasants, dépassements d’honoraires de plus en plus fréquents, désengagement de l’État. Pour beaucoup de patients, se soigner est devenu un luxe, si bien qu’un Français sur trois admet y avoir renoncé en 2013 pour raisons financières.

http://img11.hostingpics.net/pics/342144Sant.jpg

Source: Baromètre Santé et Société Europ Assistance-CSA 2013

Encore plus inquiétant, ce sont les associations, les centres de santé et les permanences d’accès aux soins qui prennent maintenant le relais pour des soins courants…

Il y a deux mois, ils avaient une maison et une voiture. Aujourd’hui, ils logent dans une résidence de l’Armée du Salut et se soignent dans la Permanence d’accès aux soins de santé (Pass) de l’Hôpital Saint-Louis, à Paris. Arlette, 58 ans, et Bernard, 53 ans, ont tout perdu. Pourtant, ce qui leur arrive est assez banal.

Lire la suite

Germes tueurs : Le fléau de l’élevage intensif

A force de gaver les animaux d’antibiotiques, l’élevage industriel donne naissance à de redoutables bactéries que nous retrouvons dans nos assiettes et qui résistent à ces médicaments. De quoi, à terme, remettre en cause l’existence même des antibiotiques.

Si un nombre croissant d’individus subissent l’assaut de bactéries multirésistantes, la faute en revient en partie à l’utilisation excessive des antibiotiques par les êtres humains. Le phénomène est désormais bien connu et dénoncé en France par la campagne sanitaire: “Les antibiotiques, c’est pas automatique“.

Mais aussi, on le sait moins, par l’administration massive des antibiotiques aux animaux élevés industriellement. Avec le risque d’une transmission de bactéries résistantes des animaux aux hommes. L’enquête de Frank Bowinkelmann et Valentin Thur lève le voile sur un phénomène méconnu et inquiétant, qui fait froid dans le dos.

Lire la suite

Faut-il avoir peur des vaccins ?

La controverse autour des vaccins est de retour dans l’actualité.

Invités au micro de Jean-Marc Morandini: Damien Mascret (médecin généraliste et journaliste santé au Figaro) et Fabien Courtois (délégué de l’association Liberté, information, santé).

En novembre dernier, une jeune femme de 18 ans a déposé plainte après de graves effets secondaires liés, selon elle, au vaccin Gardasil contre le cancer du col de l’utérus. Par ailleurs, la pandémie de grippe H1N1 de 2009 a laissé des traces puisque les Français rechignent à se faire vacciner cet hiver contre la grippe saisonnière…

La « masculinisation » des naissances touche-t-elle la France ?

L’avortement sélectif des filles n’est pas le propre de l’Asie ou de l’Europe orientale. Cette pratique existe dans certaines diasporas en Angleterre, en Norvège, en Grèce ou en Italie. En France, on ne peut pas le savoir.

C’est un document dérangeant que vient de publier l’Institut national d’études démographiques (Ined). Il actualise les données disponibles concernant la pratique de l’avortement sélectif des fœtus de sexe féminin.

Fait nouveau: plusieurs publications scientifiques établissent aussi que les avortements sélectifs des fœtus féminins sont également pratiqués dans des pays d’Europe occidentale – et ce au sein des communautés issues des pays touchés par cette discrimination sexuelle.

Le phénomène est connu et dénoncé depuis une vingtaine d’années en Chine et dans une partie du sous-continent indien. Il a commencé à être décrit il y a plus d’une dizaine d’années dans deux régions d’Europe orientale: le Sud du Caucase et l’Ouest des Balkans autour de l’Albanie.
Lire la suite

Médecine moderne

Extrait du film français “Knock” réalisé par Guy Lefranc sorti en 1951, et tiré de la pièce de théâtre “Knock ou le Triomphe de la médecine” de Jules Romains.

Voulant assurer le triomphe de la médecine qu’il fait passer avant l’intérêt des malades, et souhaitant devenir le maître des habitants du village et ses environ, le docteur Knock arrive à Saint-Maurice pour succéder au docteur Parpalaid, brave honnête homme mais dont la clientèle est rare.

L’état de santé du pays est excellent. Se rendant compte qu’il a été dupé par son prédécesseur, mais loin de se décourager, Knock fait comprendre à chaque patient qui se presse à ses consultations que tout bien portant est un malade qui s’ignore. Le résultat ne se fait pas attendre.

Tout le village se retrouve au lit ; l’hôtel est transformé en clinique et même Parpalaid revenu temporairement, doit s’aliter, inquiet à son tour pour sa santé, suite au « diagnostic » du docteur Knock, ce dernier ayant réussi à le persuader qu’il était en mauvaise santé.

Chroniques de la Vieille Europe : “La France est-elle malade de ses médicaments ?”

Le 20 août, Patrick Péhèle, Pascal Eysseric, Philippe Christèle et Grégoire Gambier recevaient sur Radio Courtoisie, les journalistes Olivier François et Jean-François Gautier sur le thème: “La France malade de sa médecine“, sujet également à la Une du dernier numéro de la revue Éléments.

Pourquoi vivons-nous sous médicaments du berceau au cimetière ?

Dans l’Antiquité, la maladie était considérée comme le résultat d’un déséquilibre de l’harmonie présidant aux combinaisons formelles de la nature. Aujourd’hui, l’être humain devient un assemblage de pièces détachées et d’organes à réparer qu’on surveille et qu’on change en attendant de pouvoir les modifier. La médecine pratique en quelque sorte l’autopsie des corps vivants, des vivants transformés en matériau biologique recyclable dans une structure d’échanges commerciaux infinis.

La marchandisation de la santé va de pair avec la médicalisation de l’existence, qui fait de la santé une sorte de nouvelle religion laïque, où le corps s’est définitivement substitué à l’âme dans le droit fil de la « biopolitique » dont parlait Michel Foucault. Cette idéologie médicale, d’origine américaine, relève d’un hygiénisme dogmatique qui, exploitant l’hypocondrie des individus, se traduit par une surveillance toujours plus grande des styles de vie, en conciliant puritanisme moral et homogénéisation conformiste des conduites avec l’acceptation de dispositifs politico-économiques nocifs.

Elle prescrit socialement des conduites normalisées, cherchant ainsi à domestiquer tous les modes de vie, toutes les façons d’être, qui se dérobent aux impératifs de surveillance, de transparence et de rationalité. Les grandes croisades contre l’alcool, le sexe ou le tabac, ou encore la vitesse au volant, qui s’appuient sur les textes sacrés de l’expertise sanitaire, font partie de cette biopolitique qui répond au « droit au bonheur » en cherchant à normer les conduites, tout en continuant de les inscrire dans une logique de consommation et de publicité pour le seul profit du marché.

Plus d’émissions téléchargeables (Radio Courtoisie) ici
Lire la suite

Travailler plus longtemps préserverait de la maladie d’Alzheimer

Voilà une étude qui va pas manquer d’alimenter la polémique sur l’allongement éventuel du temps de travail lié à l’augmentation de l’espérance de vie.

En effet, selon une étude britannique réalisée par des chercheurs de l’institut de santé publique de Cambridge, sous la direction du professeur Carol Brayne, la proportion des personnes de plus de 65 ans atteintes d’Alzheimer au Royaume-Uni aurait baissé de près de 25% en l’espace de 20 ans, passant de 8,3% à 6,5%.

Pour la professeure Forette, présidente du centre international sur la longévité “à côté de l’hygiène de vie, nous devons reconsidérer le rôle bénéfique de l’activité professionnelle, sous réserve qu’elle soit exécutée de manière gratifiante, en matière de lutte contre le déclin cognitif et de prévention des différents types de démence sénile ».

Ces scientifiques ont comparé deux groupes comportant chacun 7.000 personnes tirées au sort. Les patients du premier groupe ont été tirés au sort entre 1990 et 1993 et ceux du second groupe, entre 2008 et 2011.
Lire la suite

Insolite : Selon une étude, “la mortalité liée au cancer ne cesse de diminuer depuis 30 ans”

L’Institut National du Cancer vient de publier un rapport très intéressant qui constitue une véritable « somme » épidémiologique concernant l’évolution de l’incidence et de la mortalité par cancer en France depuis une trentaine d’années.

Il faut le répéter inlassablement, bien que le nombre de nouveaux cas de cancers ait sensiblement augmenté depuis 1980 (110 %), la mortalité réelle par cancer, une fois pris en compte l’augmentation de la population et son vieillissement important, n’a cessé de diminuer depuis 30 ans. De plus les patients touchés par un cancer ont 35 % moins de risque de développer la maladie d’Alzheimer.

Cette vaste étude, qui porte sur l’ensemble des cancers, nous apprend qu’en 2012, 355.000 nouveaux cas de cancers ont été observés (200.L000 chez l’homme et 155.000 chez la femme).
Lire la suite

Documentaire : Les origines du SIDA

Les origines du Sida : Plus de vingt ans après le début de l’épidémie du sida, le mystère plane toujours sur son origine. Il semble certain que le sida est né du contact entre l’espèce humaine et les chimpanzés, porteur d’un virus parent du VIH, le VIS (virus de l’immunodéficience simien). Mais où, quand et comment ce contact ravageur a-t-il eu lieu?

17

Jacques Testart : « A qui profitent les OGM ? »

Biologiste mondialement connu, directeur de recherche à l’Inserm, Jacques Testart est le père du premier bébé éprouvette français. Il est également président de l’association Sciences citoyennes et défenseur acharné « d’une science contenue dans les limites de la dignité humaine ».

Les plantes transgéniques permettent – elles de disposer de produits moins coûteux ? De meilleure qualité ? De meilleur goût ? Se conservant mieux ? Bénéfiques pour la santé ou pour l’environnement ? Voilà les questions que la stratégie des entreprises de biotechnologies a permis que l’on ne se pose pas.

Quelques extraits : « Si, plutôt que s’épuiser à chercher la malignité des plantes transgéniques, on exigeait de ceux qui veulent nous les imposer de démontrer leurs avantages ? Messieurs les bienfaiteurs de l’humanité, s’il vous plaît, dites-nous ce que vous savez faire aujourd’hui ! Ne vous contentez pas de prédire des lendemains qui chantent grâce au gène miraculeux qui ferait pousser des plantes sur les sables du désert. Les PGM (plantes génétiquement modifiées) permettent-elles de disposer de produits moins coûteux ? de meilleure qualité ? de meilleur goût ? se conservant mieux ? bénéfiques pour la santé ou pour l’environnement ?

Voilà les questions que la stratégie des biotechnologies a permis qu’on ne se pose pas ! L’interrogation la plus audacieuse des autorités a porté sur la manière d’organiser la coexistence des PGM avec les autres plantes, même si cet arrangement est définitivement impossible sans préjudices irréversibles.

Lire la suite

Radio Courtoisie : “Les risques des vaccins”

Libre Journal des sciences et des techniques diffusé le 15 février 2013. Paul Deheuvels, assisté d’Étienne Chaudron, recevait Michel Georget, professeur de biologie émérite et Sylvie Simon, journaliste, écrivain, pour une émission consacrée aux risques des vaccins.

Paul Deheuvels, de l’Institut, est professeur à l’université Pierre et Marie Curie, directeur du laboratoire de statistique théorique et appliquée (LSTA). Il est membre de l’Académie des sciences depuis l’an 2000.

(Merci à Le Chiffre Le Fer)

“On ne comprend pas comment marchent les vaccins”

Le Docteur Jean-François Saluzzo connaît bien la question vaccinale, il est directeur de production des vaccins et chef de projet en recherche et développement du groupe pharmaceutique Sanofi-Pasteur. En outre il est consultant pour l’Organisation Mondiale de la Santé.

Lors d’un colloque consacré à la vaccinologie, qui s’est tenu au l’hôpital du Val de Grâce à Paris en avril 2011, Jean-François Saluzzo, a déclaré devant un parterre de professionnels du milieu médical :

« Une des raisons essentielles de l’histoire des vaccins, c’est qu’on ne comprend pas comment marchent les vaccins. Tout simplement parce que quand un vaccin a été mis au point, plus personne ne s’intéresse au vaccin, si bien que de nos jours quand un nouveau virus apparaît, on ne sait pas comment les autres vaccins ont marché et est-ce qu’on peut s’inspirer d’autres vaccins ? Je pense que si on veut faire des progrès dans l’avenir dans le domaine de la vaccinologie et des vaccins nouveaux, c’est d’étudier d’abord la réponse immunitaire. » (A 50 minutes 15 secondes).

« Jamais on n’a pu faire un vaccin avec une protection mucosale…tout simplement parce qu’on met toujours la charrue avant les bœufs… On ne connaît pas comment marchent les vaccins. » (A 23 minutes, seconde partie de la vidéo).

Ces déclarations en comité restreint ne sont pas sans nous rappeler les propos de Jean-Michel Dubernard, chirurgien des hôpitaux de Lyon et Professeur de faculté qui récusa l’existence de preuves scientifiques sur l’utilité des vaccins. Des propos tenus le 6 juin 2007 au cours d’une table ronde parlementaire et retranscris dans un rapport dédié à l’évaluation des politiques de santé.

Partie 1:

Lire la suite

Europe : Des médicaments dangereux dans les plats cuisinés

L’affaire touche désormais l’Allemagne, avec un premier cas avéré dans des lasagnes surgelées. Plusieurs carcasses de chevaux provenant d’abattoirs du Royaume-Uni et contenant des traces de phenylbutazone, un anti-douleur proscrit dans l’alimentation, ont été envoyées en France et sont “peut-être entrées dans la chaîne alimentaire”, ont annoncé jeudi 14 février les autorités britanniques.

Après le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne, des traces de viande chevaline ont également été retrouvées en Norvège et en Suisse. A Chypre, les autorités ont annoncé qu’un supermarché local avait détruit par mesure de précaution 16 tonnes de steaks hachés, de crainte qu’ils ne contiennent de la viande chevaline.

Outre 2.500 tests ADN à travers toute l’Europe sur les plats au bœuf, on demande aux États de procéder à quelque 4.000 contrôles pour détecter la présence éventuelle de phénylbutazone, un anti-inflammatoire pour les chevaux, qui rendrait la viande impropre à la consommation.

Les chevaux sont couramment traités au phénylbutazone – un antidouleur qui sert notamment à soulager leurs souffrances squeletto-musculaires, par exemple en cas de boitement.
Lire la suite

Les médecins étrangers coûteux et mal encadrés

Face aux déserts médicaux, collectivités et hôpitaux font venir des praticiens d’Algérie, de Roumanie et de Belgique. Des recrutements nécessaires mais qui se font avec un « contrôle des compétences flou», alerte le Centre d’analyse stratégique.

La France a besoin de médecins étrangers mais elle les sélectionne mal et ne sait pas vraiment les accueillir. C’est le constat sans appel dressé dans un rapport publié mardi par le Centre d’analyse stratégique (CAS), l’ex-commissariat au Plan. Le phénomène des professionnels de santé étrangers exerçant en France, s’il reste marginal - ils représentent 7,4 % des praticiens -, prend toutefois de l’ampleur.

Entre 2007 et 2010, leur nombre a bondi de 20%, pour avoisiner désormais les 19.000 praticiens. Des médecins surtout algériens, roumains et belges.

Souvent, le niveau de revenu explique l’attractivité de la France. Un interne en Hongrie gagne ainsi seulement un quart du salaire de son homologue français. Malgré ce boom, la France n’a toutefois pas mis sur pied de politique cohérente de recrutement.

Lire la suite

À Paris, l’hôpital convoite les patients riches et étrangers

Un accord a été signé entre l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) et une société du Moyen-Orient pour développer les «voyages pour traitement». L’objectif : combler les déficits en appliquant des tarifs supérieurs à ceux présentés aux patients français.

Manifestation d’Algériens devant l’Hôpital du Val-de-Grâce à Paris, le 1er juin 2012, protestant contre le fait que certains de leurs dirigeants se fassent soigner en France

Renflouer les caisses des hôpitaux en faisant payer plus cher les riches étrangers qui s’y rendent. L’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a signé un accord en ce sens avec une société active au Moyen-Orient et partenaire d’Axa, Globemed, révèle Le Journal du Dimanche (JDD).

En clair, Globemed servira d’intermédiaire entre les patients de la région et les hôpitaux parisiens. Pour ces derniers, il s’agit de développer les «voyages pour traitement» en direction de la capitale française.
Lire la suite