La mafia d’Internet

En postulant sur Internet pour un petit boulot, Ursula M., une paisible retraitée de Leipzig, était loin de se douter qu’elle se retrouverait membre d’un réseau de blanchiment d’argent. Elle fait ainsi partie des 70% d’Allemands à avouer avoir été victimes d’arnaques en ligne.

Évoluant très vite, la cybercriminalité comprend aussi bien la simple imposture que des montages complexes jouant sur les différentes réglementations nationales et capables de déstabiliser tout un pays.

Lauri Altman était secrétaire d’État à la Défense en 2007, lorsque son pays, l’Estonie, a subi la plus grande attaque informatique de l’histoire. Il raconte la paralysie des sites gouvernementaux, des banques, des télécommunications, et les émeutes et pillages qui s’en sont suivis.

Repentis : Un pacte avec le diable

En Italie et aux États-Unis, les “repentis” ont permis à la police de lutter plus efficacement ces dernières années contre la mafia, en dénonçant les chefs de certaines organisations criminelles comme Cosa Nostra et la Camorra. En échange, les autorités leur garantissent remises de peines, protection, nouvelle vie, et parfois même un changement d’identité.

Ce système couteux suscite des critiques au sein du système judiciaire et de la part des familles de victimes choquées par l’impunité accordée à ces anciens criminels. Les journalistes ont enquêté sur ce système que la France s’apprête à mettre en place pour lutter contre les réseaux terroristes.

Corse : L’Île de Beauté croule sous les déchets (Màj vidéo)

25/09/2015

En Corse, les centres d’enfouissement des déchets ont été bloqués un à un ces dernières semaines, pour protester contre l’absence de solution dans la gestion des déchets depuis la fermeture d’un des plus gros sites de l’île. À Ajaccio, les habitants et commerçants sont appelés à conserver leurs ordures ménagères. Les collectes sont suspendues jusqu’à nouvel ordre.


_____________________________________________________

14/09/2015

Décharges saturées, poubelles pleines à craquer, détritus sur les plages, au bord des routes et en pleine nature: la Corse ne parvient plus à éliminer ses ordures.

La crise est provoquée par un essor démographique non maîtrisé avec l’installation d’environ 4.000 nouveaux venus par an dans cette île française qui compte 310.000 habitants… pour plus de 300.000 tonnes de déchets à traiter chaque année.

A cet essor démographique s’ajoutent un manque d’infrastructures, la multiplication des constructions et des déchets accompagnant les chantiers, ainsi qu’une consommation à outrance encouragée par la présence dans l’île du plus grand nombre de supermarchés de France par tête d’habitant.
Lire la suite

Italie : Le marché de la contrefaçon est en pleine expansion

Sur la carte de la contrefaçon, Naples (Italie) est à marquer d’un point rouge. La ville est même la capitale du secteur en Europe. L’économie de ce marché est phénoménale. Le bilan des autorités permet de mesurer l’iceberg.

20 millions d’euros de marchandises ont été saisis cette année et 50 ateliers ont été démantelés par la police. Cela correspond à plus d’un par semaine. Les filières ont été identifiées. Les deux tiers des matières premières arrivent de Chine par le port. Et la conception se fait sur place dans des ateliers clandestins.

Pour le reste, les triades chinoises se sont alliées à la Camorra napolitaine qui contrôle la distribution sur les marchés. La vente est effectuée par des clandestins venus d’Afrique. A Naples, l’économie est décomplexée. Mais la contrefaçon fait perdre 6,5 milliards d’euros de recette par an.

La mafia à nos portes

C’est une tendance peu connue du grand public : depuis peu, le territoire européen semble devenu le nouvel eldorado du crime organisé international. Alors que le trafic de drogues à destination du continent est un commerce de plus en plus lucratif, avec des marges plus avantageuses encore que sur le marché américain, le blanchiment d’argent prospère.

En France et en Allemagne, mafieux et trafiquants profitent de vides juridiques dans les législations nationales pour blanchir et réinvestir ces revenus illégaux. Cette enquête suit le parcours de l’argent sale : depuis Gioia Tauro en Calabre, l’un des principaux ports de conteneurs et première plaque tournante du trafic de drogue en Méditerranée, elle fait un détour par les coulisses de l’Exposition universelle de Milan, pour terminer en Allemagne.

Aujourd’hui, on estime que 50 à 150 milliards d’euros issus du crime organisé arrivent chaque année outre-Rhin.

Réalisé par Max Löschner et Edgar Wolf (Allemagne 2015)

Mozzarella, le business de l’or blanc

Arrivée en France au début des années 1990, la mozzarella est désormais le fromage le plus consommé au monde. Elle inonde les rayons des supermarchés, les épiceries italiennes, les restaurants et les food trucks.

Mais les prix varient du simple au double, et il est difficile d’en connaître la provenance et le mode de fabrication. En Italie, la mafia s’est emparée du marché et de grands producteurs sont soupçonnés d’être liés à la pègre. Roberto Battaglia, producteur, vit sous escorte policière depuis qu’il a brisé l’omerta. Les scandales font la part belle à de nouveaux fromages italiens, comme la burrata.

Réalisé par Rémi Delescluse

Trafic d’animaux : Les filières de la honte

Depuis le 28 janvier 2015, la loi française reconnaît les animaux comme des «êtres vivants doués de sensibilité» et non plus comme des meubles. En dépit de ce tournant historique, les trafics, eux, continuent.

Chaque année, des milliers d’animaux maltraités et/ou malades sont introduits sur le territoire via des méthodes qui s’apparentent à celles de la mafia. Enquête sur ces réseaux, sur ceux qui en sont victimes et sur ceux qui les combattent.

Partie 1:

Partie 2:
Lire la suite

Mozzarella : Le business de l’or blanc

Arrivée en France au début des années 1990, la mozzarella est désormais le fromage le plus consommé au monde. Elle inonde les rayons des supermarchés, les épiceries italiennes, les restaurants et les food trucks. Mais les prix varient du simple au double, et il est difficile d’en connaître la provenance et le mode de fabrication.

En Italie, la mafia s’est emparée du marché et de grands producteurs sont soupçonnés d’être liés à la pègre. Roberto Battaglia, producteur, vit sous escorte policière depuis qu’il a brisé l’omerta. Les scandales font la part belle à de nouveaux fromages italiens, comme la burrata.

Italie : La fabrication de faux billets d’euros, spécialité de la mafia napolitaine

Selon les autorités italiennes, la grande majorité des faux billets d’euros en circulation dans le monde sont produits en Italie.

C’est dans la région de Campanie, dans le sud du pays, que les faussaires ont développé un réel savoir-faire dans la falsification monétaire.

Pour les autorités italiennes le défi est d’identifier les réseaux et leurs ramifications internationales qui pourraient menacer la stabilité de la monnaie unique.

Italie : Enquête sur la mafia calabraise

C’est une organisation secrète, discrète mais très puissante. La ‘Ndrangheta, la mafia calabraise, règne en maître sur le sud de l’Italie. Une centaine de familles se partagent un territoire deux fois plus grand que la Corse où elles appliquent leur loi. Cette organisation a su implanter ses membres dans le monde entier pour gérer de juteux trafics qui lui ont rapporté 53 milliards d’euros en 2013, plus que les chiffres d’affaires de McDonald’s et Ikea réunis.

Son fonds de commerce : le blanchiment d’argent, la prostitution mais aussi le trafic de stupéfiants. Principal fournisseur de cocaïne en Europe, la ‘Ndrangheta fait transiter la drogue dans des conteneurs en provenance d’Amérique du Sud. Nos équipes ont pu suivre une opération exceptionnelle sur le port de Goia Tauro en Calabre. Informés par une taupe, les policiers mettent la main sur 118 kilos de cocaïne : valeur marchande à la revente, 28 millions d’euros !

La justice italienne a déclaré la guerre à la mafia calabraise. Infiltrations, enquêtes et interpellations de clans entiers au petit matin : le procureur Nicolas Gratteri est à la manœuvre. La ‘Ndrangheta s’est promis de le liquider. Il vit sous protection permanente.

Comme tous ceux qui ont osé s’opposer à l’organisation ou refusé de payer le « pizzo », l’impôt mafieux. Prêtres, restaurateurs, petits patrons du BTP… ces simples citoyens ont choisi de dire non, quitte à risquer leur vie chaque jour. Car la ‘Ndrangheta ne pardonne jamais et poursuit inlassablement ceux qui l’ont trahie.

Partie 1:

Partie 2:

Chine : Des milliardaires exécutés pour lutter contre la corruption

La Chine a exécuté 5 hommes cette semaine. Parmi eux, le milliardaire de l’industrie minière Liu Han ainsi que son frère et trois complices, reconnus coupables d’avoir organisé un gang mafieux et commandité plusieurs meurtres. Au total, 68 hauts responsables du Parti communiste chinois, dont le maire de Nankin, 72 000 cadres de plus bas niveau et quinze généraux ont été arrêtés ces derniers mois en Chine.

Le nouveau maître de la Chine, le président Xi Jinping, s’est attaqué aux “tigres” et aux “mouches” : les “tigres” sont les hauts responsables qui se sont tant enrichis au mépris du peuple. Quant aux “mouches”, il s’agit des petits chefs qui prennent de l’argent pour attribuer un emploi, une place à l’hôpital ou à l’école.

Le président estime que le peuple prend ainsi sa revanche. La campagne anti-corruption se développe depuis quelques semaines. La corruption s’est généralisée en Chine, et concerne des “sommes de plus en plus colossales et des méthodes de plus en plus crapuleuses”, selon Du Daizheng, un ancien ministre, membre du parti communiste depuis 1937.

Méridien Zéro : « Approches d’une géopolitique des mafias » (Audio)

Le vendredi 19 décembre 2014, Méridien Zéro vous propose une très longue émission en deux parties. La première portera sur les mafias et organisation criminelles à l’ombre de la mondialisation, avec Maurice Gendre, monsieur K. et monsieur PGL.

Sans prétention exhaustive ou même “savante”, l’émission permettra d’envisager certains aspects d’un phénomène qui, mieux que d’autres, manifeste bien le caractère néfaste du libéralisme et de la globalisation.

En deuxième partie, vous pourrez écouter deux entretiens enregistrés le 7 décembre dernier, avec Gabriele Adinolfi et Georges Feltin-Tracol. Nos deux invités évoqueront leur actualité éditoriale ainsi qu’un projet de structure trans-européenne, les Lansquenets d’Europe.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

L’Albanie attend sur le pas de la porte de l’Union européenne

L’UE a décidé en juin 2014 d’accorder à l’Albanie le statut de candidat à l’adhésion à l’Union. Mais le chemin risque d’être encore long pour ce petit pays balkanique de 2,8 millions d’habitants, l’un des plus pauvres du continent européen. Un pays qui souffre aussi de corruption et de nombreux trafics.

Le Dessous des Cartes, 05/04/2007

L’Albanie frappe à la porte de l’UE… depuis cinq ans. Et s’il va à son terme, son processus d’adhésion risque d’être très long. Surtout que la Bosnie, le Kosovo, la Macédoine, le Monténégro et la Turquie sont eux aussi candidats. Laquelle Turquie négocie son entrée… depuis 2004.

Dans le même temps, plusieurs pays membres de l’UE ont d’ores et déjà exprimé leurs réticences sur les perspectives d’une adhésion de l’Albanie. En décembre 2013, le parlement néerlandais a voté une résolution hostile alors que l’unanimité est nécessaire au sein des 28 sur les questions liées à l’élargissement.

En acceptant sa candidature, Bruxelles entend encourager Tirana dans sa lutte pour l’établissement d’un État de droit. «Ce processus doit se poursuivre et un mécanisme de suivi est prévu», explique-t-on dans les instances européennes. Dans un rapport en date du 4 juin, la Commission de l’UE estime que les autorités ont mené des «actions concrètes» et fait preuve de «volonté politique renouvelée» en matière de réformes. Notamment pour combattre la corruption dans de nombreux services publics.
Lire la suite

« Au cœur des trafics alimentaires »

Charles Haquet, grand reporter à l’Express, nous plonge dans le monde de l’industrie agro-alimentaire à travers son roman: « Les fauves d’Odessa ».

Camille Dupreux, fondateur du cabinet de conseil TracFood, spécialisé dans la traçabilité des aliments, disparaît alors qu’il enquête sur une société louche, qui importe d’Asie des conteneurs de nourriture. En remontant la piste, son associé Marco découvre l’horreur de la contrefaçon alimentaire et le cynisme des industriels occidentaux. De la Chine à Odessa, il cherche la geôle où Camille est retenu par les fauves impitoyables de la mafia ukrainienne, prêts à tout pour faire fructifier leur business.

« Pour l’apéro, quelques amuse-bouches: des toasts de caviar parfumé à l’urotropine. En entrée : une bonne terrine de porc nourri au clenbuterol, anabolisant bien connu des culturistes. En plat de résistance : méli-mélo de poissons – Tilapia aux antibios et saumon aux œstrogènes. Plus besoin de prendre la pilule, mesdames. »

Nicole Delépine : « La médecine en danger »

Nicole Delépine est cancérologue pour enfants à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine) et écrivain. Cela fait près de 30 ans qu’elle soigne ses patients avec des traitements en marge des protocoles habituels, avec un taux de réussite parmi les meilleurs de France. Elle pratique une médecine en désaccord avec la politique de santé appliquée actuellement.

Son service est menacé de fermeture à cause du Plan cancer 2014. Elle revient sur son parcours et les raisons de cette politique décidée en haut lieu, ainsi que sur la façon dont on traite les patients atteints du cancer aujourd’hui.

La réglementation impose d’appliquer l’expérimentation thérapeutique comme indiqué en fonction des besoins de l’industrie pharmaceutique. Pour bien comprendre notre système de santé.

Partie 1:

Partie 2:

Lire la suite

Mondial de football : Le livre qui enfonce la FIFA

Un livre au vitriol dénonce «le niveau de corruption écoeurant» de la fédération internationale de football.

La révélation du Sunday Times de Londres selon laquelle le Qatar aurait obtenu l’organisation du Mondial 2022 en versant cinq millions de dollars de pots de vin est une énième affaire éclaboussant la toute puissante Fédération Internationale de Football (FIFA), basée à Zurich. Ce serait même une véritable mafia, à en croire le livre décapant du journaliste britannique Andrew Jennings, qui a choisi de s’autoéditer en ligne pour «conserver toute sa liberté de ton» et dont la version française est disponible depuis une semaine sur Amazon : «Omerta. La FIFA de Sepp Blatter. Histoire d’une mafia»

«C’est une organisation dont le niveau de corruption est littéralement écœurant », résume Jennings qui a déjà publié plusieurs ouvrages sur les sales dessous de la FIFA et du Comité Olympique International. Le journaliste révèle ainsi que le Qatari Mohammed Bin Hammam, ancien président de la Confédération Asiatique de Football, accusé aujourd’hui par le Sunday Times d’avoir distribué des enveloppes pour l’obtention du Mondial 2022, avait financé les campagnes électorales 2002 et 2006 de Sepp Blatter, actuel président de la FIFA.
Lire la suite

Italie : Drogue, prostitution et contrebande vont doper la croissance

Les revenus estimés provenant du trafic de drogue et de la prostitution seront intégrés l’an prochain, en vertu de nouvelles règles européennes, dans le calcul du PIB en Italie, ce qui pourrait singulièrement doper celui-ci, selon l’institut statistique italien Istat.

Seront intégrés également dans ce calcul, selon ces mêmes règles européennes, la contrebande de tabac et d’alcool, a indiqué jeudi 22 mai l’Istat, qui relève toutefois que la procédure sera “très difficile pour la raison évidente que ces activités illégales ne sont pas déclarées”.

Le concept d’activité illégale est également sujet à différentes interprétations“, relève l’Istat dans un communiqué. En 2012, la Banque d’Italie a évalué la valeur de l’économie criminelle à 10,9% du PIB. Théoriquement, cela signifie que le PIB italien pourrait être largement supérieur au taux de croissance de 1,3% prévu par le gouvernement.

Lire la suite

Russie : La Mafia Rouge

Dans l’Union soviétique du début des années 80, la vieille garde, dirigée par Léonid Brejnev mène le pays. L’économie est dans un piteux état, et les denrées essentielles se font rares. Les esprits criminels s’organisent pour fournir illégalement à des gens privilégiés des biens de consommation de base. Leurs activités sont protégées par de hauts fonctionnaires.

Sous le régime de Brejnev, l’Union soviétique connaît des années de stagnation politique. Pendant ce temps, en coulisse, un bras de fer s’opère entre Nikolaï Chtchiolokov, le ministre de l’Intérieur (MVD) et Iouri Andropov, le chef du KGB. Ce combat inévitable, opposant la police criminelle à la police politique, marque l’étape finale d’une longue lutte de pouvoir en URSS.

Partie 1: “Commerce de détail

Partie 2: “Mafia poilitique
Lire la suite

Italie : Les déchets de la mafia

Il y a une semaine la France découvrait une décharge illégale de déchets toxiques en banlieue parisienne. A l’origine, le clan Hornec. Contre quelques milliers d’euros, un agriculteur avait accepté d’enterrer ces ordures dans son champ. Un système bien connu en Italie.

Depuis 20 ans la mafia a enterré des millions de tonnes de déchets toxiques dans une région proche de Naples baptisée ”la terre des feux”… aujourd’hui les champs sont pollués, l’agriculture est exsangue et un nombre anormalement élevé de cancers sont diagnostiqués chez les enfants de la région.

Comment la mafia a-t-elle pu empoisonner ces terres durant 20 ans? Tout le monde savait mais rien a été fait… L’État italien, déliquescent, dépassé, a laissé faire.

French Connections : Au coeur des nouvelles mafias

Cambrioleurs géorgiens, arnaqueurs à la carte bancaire originaires de Roumanie, mafieux italiens, proxénètes nigérians, les réseaux se sont spécialisés – et professionnalisés. Chaque filière a atteint un degré d’efficacité qui complique beaucoup la tâche des policiers français.

D’autant que l’internationalisation de la criminalité rend difficile les enquêtes. Les donneurs d’ordre se trouvent souvent à plusieurs milliers de kilomètres de l’hexagone et les grands parrains mafieux sont quasiment intouchables.

Jérôme Pierrat (auteur du déjà culte « Caïds des cités » -diffusé en janvier 2011, et de « Marseille gangsters » -diffusé le 5 février 2014) avec Barbara Conforti (grand reporter connaissant parfaitement les mécanismes de la mafia) explorent une nouvelle facette de la criminalité organisée.

Un an de travail en duo, pour parvenir à approcher ces réseaux délinquants puissants – et très secrets.

Partie 1:

Partie 2:
Lire la suite

Aymeric Chauprade : « On ne va pas aller mourir pour du pétrole »

Aymeric Chauprade, docteur en sciences politiques, de renommée internationale, l’un des spécialistes de pointe de la géopolitique en France, assigne à la Russie un rôle de première importance dans la mise en place du monde moderne.

La foi et l’argent

L’Esprit européen : qu’est-ce qui attire particulièrement votre attention dans la Russie d’aujourd’hui ?

Aymeric Chauprade : Je comprends pourquoi, pour les Français de ma génération ou même plus jeunes, la Russie est si attirante aujourd’hui, et pourquoi les gens apprennent le russe et déménagent ici pour y fonder leur propre affaire. Ce n’est pas une sorte de phénomène marginal, le flot de ces gens est de plus en plus significatif. Ils ne sont pas, bien sûr, des dizaines de milliers, mais ils sont nombreux.

Et ce phénomène est nouveau. Avant, les jeunes gens partaient aux U.S.A., brûlaient du « rêve américain ». Et maintenant, vient le remplacer le « rêve russe ». Et il est lié, à la différence du rêve américain, non aux aspects matériels et financiers, mais ce qui est plus important, à la recherche de soi, en tant qu’homme, à un retour aux sources chrétiennes. Pour la plupart des Européens, qui se réfèrent à leur culture chrétienne, la Russie incarne de plus en plus une sorte de contre modèle de l’Europe, en ce qui concerne les valeurs familiales et spirituelles.

Lire la suite

France : La drogue génère 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires par an

Deux milliards d’euros! C’est, selon Manuel Valls, ce que rapporte la drogue au crime organisé chaque année en France. C’est aussi l’équivalent de l’ensemble des salaires versés chaque année aux agents en tenue de la police nationale. L’État et l’Assurance-maladie ont budgété, pour leur part, en 2012, un montant total de 1,5 milliard d’euros pour lutter contre ce fléau… La résine de cannabis occupe la moitié du marché.

Les chefs de réseaux doivent bien sûr financer l’approvisionnement et l’armée des petites mains qui font vivre ce commerce illicite. Les quelque 250 tonnes de résine de cannabis consommées annuellement dans l’Hexagone rapportent un milliard d’euros environ aux voyous. Et l’ensemble des autres drogues (cocaïne, héroïne, produits de synthèse) vient abonder ce pactole d’un milliard d’euros supplémentaire.

«À Marseille, il nous arrive maintenant d’arrêter en flagrant délit des dealers porteurs d’un bracelet électronique! C’est dire la valeur dissuasive de certaines sanctions…» Cette confidence teintée d’ironie émane d’un haut responsable policier de la cité phocéenne. À l’entendre, «les profits réalisés dans les quartiers sont tels aujourd’hui que les voyous se croient intouchables. Le trafic de stups a ruiné la valeur du travail».

Les banlieues sont mises en coupe réglée par des mafias structurées
Lire la suite

Les mafias internationales du trafic d’animaux

Entre conditions sanitaires déplorables et importations illégales, le commerce d’animaux domestiques et exotiques engendre aujourd’hui de nombreuses dérives. Le trafic de chiots, aussi sinistre que lucratif, est notamment évalué à plusieurs centaines de millions d’euros.

Élevages, petites annonces,salons animaliers : avec la multiplicité des circuits des distributions, l’étendue des transactions est difficile à contrôler. En Hollande, République Démocratique du Congo, Turquie ou Belgique, les mafias internationales tiennent les rênes de ce marché juteux. Les contrôles à la frontière, tout comme les différents traités censés protéger les animaux en voie de disparition, n’ont pas encore résolu le problème.

Italie : Pour Roberto Saviano, « L’argent de la drogue a sauvé les banques européennes » (Màj vidéo)

Addendum du 07/05/2013

Sept ans après le grand succès de “Gomorra”, le journaliste et écrivain Roberto Saviano raconte la naissance du narco-capitalisme dans son nouveau roman “Zéro zéro zéro”, qui sort dans les librairies italiennes vendredi.
Lire la suite

France : L’exil forcé des jeunes italiens

Ils portent un regard acerbe, attristé mais fier sur la situation de leur pays, un jugement dur mais compatissant sur leurs compatriotes. Venus en France pour étudier ou pour trouver du travail, ils restent ici à défaut de pouvoir construire une vie dans un pays qu’ils chérissent presque autant qu’ils en détestent le système politique.

Sally, Paolo, Tania, Matteo et Luca ont tous moins de 30 ans et vivent à Paris. Ils sont nés dans des régions, des familles différentes, mais partagent un destin : celui de l’expatriation. Ils nous racontent leur vision de l’Italie et de sa politique, l’amour aigre-doux qu’ils vouent à leur pays.

Paolo en costume cravate se roule une cigarette en attendant d’aller jouer au foot avec ses amis. Né et grandi à Parme dans le nord de l’Italie il vient d’une famille industrielle qui aime se dire qu’elle a mérité son destin.

Être ici depuis cinq ans, d’abord pour les études, puis maintenant pour son premier travail, ne l’empêche pas de s’intéresser de près à la politique italienne. Il rend grâce à Beppe Grillo, l’ex comique et leader du M5S (Mouvement Cinq étoiles) qui a raflé 25% des sièges lors des récentes élections législatives italiennes, d’avoir enfin osé critiquer la corruption de la gauche.

« On dit toujours que Berlusconi a volé. Mais tout le monde a volé. Le Parti Démocratique (parti socialiste italien) aussi. Et le M5S dénonce ça. Ce qui ne plaît pas aux dirigeants actuels ».

« L’Italie est en train de se planter mais ça me concerne pas. J’ai bien fait de partir avant », assène-t-il.
Lire la suite

Chypre : Un défaut de « l’île des mafieux Russes » entraînerait un risque systémique pour la zone euro

Mario Draghi, le patron de la Banque Centrale Européenne, s’inquiète des effets désastreux d’un défaut de Chypre pour la zone euro. Chypre a réclamé un plan de sauvetage à l’UE au cours de l’été dernier, et elle pourrait nécessiter 17 milliards d’euros, soit près de 100% de son PIB, mais l’UE traîne des pieds pour accorder cette aide.

Les Sociaux Démocrates allemands refusent d’accorder un bailout à Chypre, affirmant qu’ils ne veulent pas soutenir « le crime organisé », ce qui place la Chancelière Angela Merkel dans une position délicate.

Un rapport confidentiel du BND, l’agence allemande du renseignement extérieur, affirmait que des magnats russes établis à Chypre seraient les premiers bénéficiaires éventuels de l’argent du plan de sauvetage, s’il était accordé.

Environ 80 oligarques russes ont obtenu la nationalité chypriote et se seraient ainsi établis sur le territoire de l’UE. Leur fortune est souvent issue d’activités mafieuses et ils trouveraient à Chypre les conditions idéales pour blanchir leur argent sale : la possibilité de faire appel à des sociétés écrans anonymes, des banques complaisantes, et une fiscalité qui fait que, pour beaucoup, Chypre est un paradis fiscal.
Lire la suite

Darknet : La face cachée d’Internet

« Darknet », c’est la sphère d’Internet qui n’est pas référencée et donc inaccessible par les moteurs de recherche. Difficile d’évaluer la taille de cet Internet parallèle, mais, à l’image de l’iceberg, il représente sans doute la face immergée de la Toile et permet aux organisations criminelles de tisser leurs toiles en toute discrétion.

Bruno Kerouanton, responsable de la sécurité au Service informatique du canton du Jura, nous emmène dans ce monde souterrain, où toutes les connexions sont très lente, puisqu’elles passent par plusieurs relais.

« On trouve beaucoup de vente de drogue, dans le Darknet. On trouve également des armes, des services pour adultes et évidemment du blanchiment d’argent. Finalement, on tout le panel que les mafias sont susceptibles de proposer habituellement, sous forme numérique. »

Chez Melani, la centrale d’analyse pour la sûreté de l’information suisse, on fait le même constat. Pour dépister d’éventuelles attaques d’institutions financières suisse, l’équipe de Melani infiltre des forums de discussion, repère des actes frauduleux et tente d’identifier des réseaux criminels.

(Merci à Philoï)

La mafia ne connaît pas la crise

Dans le cadre des enseignements pour le cycle formation professionnelle module “Géopolitique de la criminalité” de l’IRIS et de la présentation du Petit Dictionnaire énervé de la mafia :

http://www.dailymotion.com/video/xtg1j2

Par Fabrice Rizzoli, expert de la mafia. Auteur du Petit Dictionnaire énervé de la mafia (Les Editions de l’Opportun).

Sport, mafia et corruption

C’est une guerre sans merci qui vient de commencer entre le monde du sport et le crime organisé. Une guerre dont l’issue est d’autant plus incertaine que l’adversaire est incroyablement puissant.
 
L’essor gigantesque des paris sportifs sur Internet (plus de 500 milliards de dollars de chiffres d’affaires annuel) à travers plus de 15 000 sites (plus de 85 % d’entre eux sont des sites illégaux) a ouvert la voie à une matrice infernale qui est en train de tout broyer autour d’elle, y compris, peut être, les dernières illusions que le sport peut donner à des milliards de passionnés sur la planète.
 
Partie 1/2
 

Lire la suite

Argent sale : Le poison de la finance

Ce film est un voyage au royaume de l’argent sale. De la Calabre à Londres, de la Suisse à l’Allemagne, le réalisateur part sur les traces de cet argent que l’on ne voit pas et dont on ne parle pas.

Depuis plus de dix ans, toutes les énergies semblent tournées vers la lutte contre le terrorisme. Alors qu’une autre géopolitique se dessine, celle du crime organisé transnational, peut-être le grand défi du XXIe siècle.

Une question se pose : n’est-il pas déjà trop tard ? L’argent sale n’est-il pas devenu indispensable à la marche du monde ?

Italie : Les nouveaux enfants esclaves de Naples

Toto n’a que 10 ans. Pourtant, tous les soirs, ce petit bout d’homme d’un mètre vingt-cinq pousse son chariot de pop corn et barbe à papa à travers les rues de Naples. Son salaire ? Entre 5 et 10 euros pour huit heures de travail, ça dépend des jours.

Comme Toto, ils sont des centaines de petits Napolitains à devoir travailler pour ramener quelques euros de plus à la maison. Ici, la crise a plongé les familles les plus pauvres dans une misère noire. Garçons de café, apprentis pâtissiers ou cordonniers, livreurs à la petite semaine. Sous-payés, exploités, exténués…

En octobre 2011, la Mairie de Naples a tiré la sonnette d’alarme : selon un rapport officiel, 54 000 enfants auraient disparus du système scolaire en Campanie (la région de Naples). Et, plus alarmant, 38% auraient moins de 13 ans.

Une situation dramatique – « du jamais vu depuis la fin de la seconde guerre mondiale ». Un pur produit de la crise italienne.

Les restrictions budgétaires imposées par le gouvernement italien depuis 2008 ont pesé lourdement sur le budget des familles : notamment la suppression du « reddito di cittadinanza » (RSA) réservé aux familles gagnant moins de 5 000 euros par an, auquel plus de 130 000 familles napolitaines étaient éligibles. Résultat : le revenu moyen à Naples est passé en quelques années de 680 à 550 euros par habitant.

Conjointement à ces coupes budgétaires drastiques, l’État italien a rehaussé l’âge de scolarisation obligatoire, qui passe de 14 à 16 ans. Une mesure aux conséquences dramatiques pour les enfants de Naples : de plus en plus de mineurs sont condamnés à l’esclavage découlant du travail au noir… et d’autres sont jetés dans les bras de la « Camorra », la mafia napolitaine.

En parallèle, les fonds alloués aux programmes d’aides sociaux ont été considérablement réduits : moins 87% en trois ans. Les associations qui gèrent les programmes d’aide et d’accompagnement aux enfants les plus démunis n’ont pas vu un sou depuis un an et demi. Si la situation se prolonge, la grande majorité de ces programmes seront réduites à fermer leurs portes.

Mondialisation et acteurs criminels

Fabrice Rizzoli est docteur en science politique, auteur du “Petit dictionnaire énervé de la mafia”, 1er Secrétaire général de l’Observatoire géopolitique des criminalités, représentant de l’ONG FLARE Network France.

Parmi les sujets abordés:

- Mondialisation et acteurs criminels,
- Les mafias italiennes (Cosa Nostra, ‘Ndrangheta, Camorra, Sacra Corona Unita),
- Qui est Matteo Messina Denaro ?
- ‘Ndrangheta investit la Côte d’Azur.

Le grand banditisme français :

- Le milieu classique et le milieu parasitaire,
- Le milieu corse,
- Des franco-israéliens de Paris ont réalisé le casse du siècle (en milliards d’€, affaire de la taxe carbone)
- Les caïds des cités.

“La grande fraude, crime, subprimes et crises financières”

Et si la crise financière dont nous subissons encore les effets était bel et bien une vaste fraude ? Voici un « autre récit » du krach. En tout cas, pas celui proposé en général par les économistes ou les financiers.

Décryptant les mécanismes ayant permis une succession d’actes criminels, reprenant les événements pièce par pièce et les replaçant dans une histoire plus longue, Jean-François Gayraud va ainsi au-delà de la stigmatisation de quelques boucs émissaires ou de la dénonciation de certains excès.

Des politiques aveugles et dogmatiques de dérégulation des marchés ont ouvert la voie à des comportements criminels de grande ampleur au point de déclencher la crise des subprimes. Dès lors, pour lui, il est impossible d’envisager un vrai assainissement, une reconstruction durable de la finance si ce diagnostic criminel n’est pas fait.

Après la globalisation des phénomènes mafieux et la pénétration du monde du spectacle, Jean-François Gayraud poursuit son exploration des criminalités organisées qui gangrènent les sociétés contemporaines. Un document sans appel ! Auteur notamment du “Monde des mafias”, commissaire divisionnaire de la Police nationale, Jean-François Gayraud est docteur en droit, diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et de l’Institut de criminologie de Paris.

Nicolas Dupont-Aignan contre “la mafia au pouvoir”

Jadis proche de Philippe Séguin, de Charles Pasqua, de Philippe de Villiers, le président de DLR entend défendre une “droite nationale et socialiste“, tout en luttant contre “le pétainisme ambiant“. “On culpabilise les Français en leur demandant des sacrifices, on leur dit qu’on ne peut pas faire autrement, ce qui est scandaleux“, affirme-t-il.

Volontiers populiste, il dénonce la “mafia au pouvoir“.

Lire l’article en entier…