The Brussels Business : Qui dirige vraiment l’Union Européenne

2500 structures de lobbying, 15.000 lobbyistes, Bruxelles est le deuxième pôle de lobbying mondial après Washington DC.

Ce film montre la version non officielle de l’intégration européenne. Il remonte dans le temps et fait l’historique des groupes de pression qui ont gravité autour de l’Union Européenne (comme l’ERT). Il montre comment ils sont intervenus dans des négociations cruciales comme Seattle ou lors de la récente crise grecque.

« C’est un petit monde. Quand vous avez le bon carnet d’adresse, vous ne devez plus contacter qu’une petite centaine de personnes vraiment importantes. Les autres ne sont que des électrons » – Pascal Kerneis, lobbyiste

(Documentaire réalisé par Mathieu Liétaert et Friedrich Moser – La Une – 12/11/2012)

Le scandale du gaspillage de l’eau

Une enquête révèle l’état calamiteux des réseaux d’eau potable en France. En moyenne, 25% de l’eau mise en distribution n’arrive jamais à destination. Les municipalités gaspillent jusqu’à 40% de l’eau. Coût de ce gaspillage pour la collectivité: 2 milliards d’euros.

Un scandale aussi invisible que silencieux. Les habitants de Rouen savent-ils que les jolies ruelles pavées de la vieille ville cachent un grave problème pour l’environnement et… leur pouvoir d’achat? Ceux d’Avignon, de Nîmes, d’Amiens ignorent sans doute qu’ils sont, eux aussi, concernés, comme la plupart des Français.

L’état des canalisations du pays est calamiteux, à quelques exceptions près. Fuites jamais traitées, ruptures intempestives… Chaque jour, des milliers de mètres mis en distribution n’arrivent jamais aux consommateurs.

L’enquête dévoile la gravité de la situation dans les plus grandes villes. Des pertes colossales sont enregistrées partout, sans distinction de couleur politique du maire ou du mode de gestion, en régie ou déléguée au privé. Ce palmarès édifiant est réalisé pour la première fois à la lumière des rapports réalisés par les collectivités locales. Nîmes occupe la malheureuse première place du classement. Seuls 6 litres sur 10 parviennent aux consommateurs de la ville. A Rouen, on reconnaît aussi les dégâts. Plus de 3 litres sur 10 se perdent en cours de route. Les efforts d’investissement de la régie ont été portés de 6 millions d’euros par an à 10 millions. “Ce n’est pas un problème d’exploitation mais de l’état du sous-sol“, plaide Alain Renaud, directeur du pôle Eau et Assainissement.
Lire la suite