La France finance une part croissante du budget européen

Placée dans une position économique « plus favorable » que les autres États membres, la France finance 16,6 % du budget européen (20 milliards) : sa part s’est accrue de 1 point en un an, alors que celle du Royaume-Uni s’est réduite de 2,4 points.

C’est l’une des mauvaises surprises du budget 2010 : la France doit contribuer davantage au budget de l’Europe qu’elle ne le faisait les années précédentes. En mai dernier, l’Union européenne a ainsi décidé d’augmenter, de 1 point, la part financière de la France (à 16,6 %), soit 1,1 milliard d’euros de plus que ce qui était prévu en loi de Finances 2009.

Cette année, ce sont donc 20 milliards d’euros qu’Eric Woerth, ministre du Budget et des Comptes publics, doit céder au budget européen, pour soutenir les marchés agricoles et financer les programmes d’éducation, notamment. L’an prochain, l’effort financier sera à peu près équivalent (19,5 milliards à périmètre constant).

« La part de la richesse française par rapport à l’Union augmente, parce que la situation française, en valeur relative, est meilleure qu’en 2007 », indique Eric Woerth, qui y voit le succès de la stratégie de relance adoptée par le gouvernement.

Comment est calculée la contribution de chaque État membre ? A partir d’un indicateur assez proche du PIB, le revenu national brut, que l’on ramène à l’ensemble de la richesse créée en Europe. La dépréciation de la livre sterling par rapport à l’euro n’arrange pas les choses : en seulement douze mois, elle a conduit à réduire la part de la contribution britannique de 2,4 points. Cette dépense contrainte représente un poids croissant. Depuis le début des années 1980, la part des recettes fiscales consacrées à l’Europe est passée de 4 % à 9 %.
Lire la suite

(14.10.2009)

►GB: Londres va céder pour 16 milliards de livres d’actifs

Pour limiter le déficit, Gordon Brown annonce des privatisations. Face à la détérioration inquiétante des finances publiques, le Premier ministre britannique Gordon Brown a annoncé que le gouvernement vendrait pour 16 milliards de livres d’actifs (soit plus de 17 milliards d’euros) sur deux ans. Il y a urgence : le déficit budgétaire britannique devrait s’élever à 175 milliards de livres l’an prochain… soit 12,4% du produit intérieur brut, la pire performance de l’ensemble des pays du G20. Les Échos

► Europe: l’emploi sur internet a reculé en septembre

L’indice Monster de l’emploi en Europe, qui mesure la vigueur du marché du travail sur internet dans plusieurs pays du vieux continent, a reculé de 3 points en septembre pour s’établir à 97 unités. Un an avant, il était à 155 points (-37% en un an). “On note une baisse de l’embauche dans le secteur public, des secteurs traditionnellement porteurs, comme l’éducation et la santé, affichant désormais des tendances baissières”, expliquent les rédacteurs de l’étude. En Italie, en France, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et en Allemagne, la tendance est partout baissière. Yahoo

► GB: l’effondrement des fonds de pension menace le système de retraite

Aujourd’hui, ce mécanisme craque par toutes ses coutures. Car l’essentiel du fardeau repose sur les entreprises et les salariés, via le fonds de pension de la firme. En garantissant des versements indexés sur le salaire de fin de carrière, la retraite était plutôt généreuse. Ce n’est plus le cas. Car la rente future, qui dépend surtout des marchés boursiers – plus de 50 % des investissements des fonds sont en actions -, est devenue aléatoire. Le déficit total des fonds des 100 plus grosses compagnies cotées à la Bourse de Londres s’élève à 100 milliards de livres – il a doublé en un an. Face aux difficultés qu’affrontent ces fonds de pension, la plupart des sociétés en ont fermé l’accès aux nouveaux entrants, pour les remplacer par des plans d’épargne-retraite individuels. Le Monde

► USA: les distributeurs espèrent cesser les rabais massifs

Les distributeurs américains, qui ont dû consentir des rabais massifs pour attirer la clientèle en pleine récession en 2008, vont tenter de limiter la chasse aux bonnes affaires lors des achats des fêtes de fin d’année. Le risque est d’avoir à consentir des rabais énormes lors des soldes de janvier pour écouler les invendus. En 2008, dans la foulée de l’effondrement des marchés financiers en septembre, les consommateurs avaient réduit leurs dépenses de façon draconienne mais trop tard pour que les distributeurs puissent ajuster leurs stocks à temps. De ce fait, même les grands magasins haut de gamme comme Saks avaient dû se résoudre à des rabais allant jusqu’à 70%. Depuis, Saks s’est employé à réduire de 20% les niveaux de ses stocks et d’autres distributeurs ont fait de même, préférant risquer de perdre sur leur chiffre d’affaires afin de protéger leurs marges. “Maintenant, la situation est complètement différente“, explique Steve Sadove, directeur général de Saks. “Il va y avoir raréfaction plutôt qu’abondance de l’offre. Cela signifie qu’on va voir des tailles qui vont manquer dans la confection, des produits très demandés qui seront en rupture de stocks et qu’il y aura de ce fait, je pense, beaucoup moins de rabais.Yahoo

(09.10.2009)

►USA : l’institut d’émission ne parvient pas à satisfaire la demande de pièces d’or

la Monnaie américaine a suspendu la production de pièces d’or (American Eagle Gold) et d’argent (Silver Bullion) en raison d’une «demande sans précédent». Le même phénomène s’était déjà produit en août 2008. Financial Times

► La BCE maintient ses taux, trop d’incertitudes planent sur l’économie

La Banque centrale européenne a maintenu ses taux directeurs à leur plus bas niveau historique alors que l’économie de la zone euro reste fragile. Ce taux, baromètre du crédit en zone euro, stationne à ce niveau depuis mai. La montée du chômage, au plus haut depuis plus de dix ans avec un taux de 9,6% en août, est appelée à peser sur la consommation des ménages. Et le redémarrage récent de l’activité industrielle, qui repose avant tout sur une reconstitution des stocks et le soutien des plans gouvernementaux, pourrait ne pas faire long feu. La BCE passe d’ailleurs son temps à redire que le caractère durable de la reprise reste à prouver. AFP

► Suisse: la sourde révolte des petits États

La Suisse en tête, plusieurs petits États se dressent contre la nouvelle gouvernance mondiale exercée par le G20. Berne craint en outre de perdre le siège de la Suisse au FMI. Le Temps

► GB: HSBC craint un second ralentissement de l’économie

Michael Geoghegan, directeur général de HSBC, le plus important établissement bancaire britannique a déclaré ne pas être “d’accord avec ceux qui pensent que nous sommes tirés d’affaire. En réalité, nous assistons à une forte réduction des gains.Il craint une “seconde crise financière d’envergure mondiale“. Financial Times

Le vote européen des Irlandais : un effet de la crise et un paradoxe

Les Irlandais ont été conviés à revoter ce dimanche sur le Traité constitutionnel européen, après le premier référendum de juin 2008. Le oui l’a cette fois emporté, sans que la proposition initiale n’ait été modifiée en quoi que ce soit. Laurent Pinsolle, blogueur dont nous avons déjà parlé, s’étonne de cet entêtement de l’Union Européenne face aux volontés populaires.


Ca y est : les Irlandais ont fini par dire « oui » au traité de Lisbonne. Le Monde, tout en nuance, proclame qu’il s’agit d’un « grand jour pour l’Europe ». C’est bien un grand jour, mais pour cette Europe, qui, depuis 25 ans, a construit un modèle technocratique et ultralibéral qui ne fonctionne pas. Lire la suite

(05.10.2009)

► Les Eurocrates souhaitent espionner votre épargne et vos salaires

Bruxelles veut que les pays de l’Union Européenne donnent le droit à ses fonctionnaires de fouiner dans les affaires financières de millions de personnes. Bill Cash membre du Parlement anglais, président du groupe de réflexion European Foundation, a déclaré : “ Ce nouveau changement dans la législation européenne constitue une réelle menace pour chaque contribuable. C’est un signe qui indique que les citoyens vivent dans un état de surveillance non démocratique où des informations personnelles sont communiquées, sans leur consentement, aux autres États membres.” Sunday Express

► Crise alimentaire: la faim regagne du terrain

A la flambée des prix alimentaires du printemps 2008 a succédé la crise économique, dont les effets se sont rapidement propagés dans les pays du Sud. Résultat: les (minces) progrès des années passées sont effacés. Le monde compte à présent un milliard d’affamés, cent millions de plus que l’an dernier. Nourrir le monde, aujourd’hui comme demain, est pourtant possible. A condition de réorienter profondément les politiques publiques vers le secteur agricole. Là-bas et ici. A défaut, la fracture alimentaire mondiale pourrait bien redevenir rapidement explosive. Alternatives Économiques

► Londres et Paris vont accorder 4 milliards de dollars aux pays pauvres

La Grande-Bretagne et la France ont annoncé samedi à Istanbul avoir décidé d’accorder quatre milliards de dollars en faveur des pays pauvres. “C’est un montant réduit en comparaison des besoins qui sont plus proches de 17 milliards de dollars”, a déclaré devant la presse la ministre française de l’Économie Christine Lagarde. AGEFI

► Japon: réorientation de la croissance vers la demande intérieure

Le gouvernement japonais va réorienter la croissance du pays vers la demande intérieure plutôt que vers l’exportation. “L’économie va être tirée par la demande intérieure”, a affirmé M. Fujii lors d’une conférence de presse à l’issue d’une réunion du G7. “Comparée à d’autres pays la position budgétaire japonaise est très mauvaise, on ne peut pas le nier. Il faut que nous éliminions les risques. Nous sommes à un point critique. J’espère qu’à l’avenir nous allons travailler pour le bien de la reprise économique d’un point de vue mondial”, a-t-il poursuivi. AFP

(11.09.2009)

USA: augmentation du déficit commercial en juillet

Le déficit du commerce extérieur des Etats-Unis s’est creusé en juillet à 32 milliards de dollars en raison d’une forte hausse des importations. En juin, le déficit s’était élevé à 27,49 milliards de dollars selon les chiffres révisés. Yahoo

La Lettonie s’apprête à refinancer sa dette sur les marchés

Le gouvernement a indiqué qu’il pourrait emprunter 400 millions d’euros supplémentaires. AGEFI

Climat: l’Europe demande 100 milliards d’euros/an pour les pays pauvres

La Commission européenne a chiffré à 100 milliards d’euros les besoins des pays en développement pour lutter contre le changement climatique d’ici 2020, comprenant jusqu’à 15 milliards de fonds publics européens. Romandie

(11.09.2009)

Le comité d’entreprise d’Air France au bord de la faillite

Le comité central d’entreprise (CCE) d’Air France, connu pour ses résidences luxueuses aux quatre coins de la planète, serait en situation de cessation de paiement avec une dette de 12 millions d’euros, qu’il aurait dissimulée grâce aux avances de trésorerie demandées à la direction de l’entreprise. Le Figaro (Merci à Pakc)

113.700 destructions nettes d’emplois au 2e trimestre 2009

La baisse de l’emploi salarié est pour la première fois depuis le deuxième trimestre 2008, entièrement imputable aux secteurs hors intérim. La Tribune

Les éleveurs lancent une grève européenne du lait

Les grévistes jetteront leur lait à la fosse ou le distribueront à des associations dans l’espoir d’obtenir une hausse des tarifs. Le Figaro