À la recherche du Hobbit (5/5) : Les créatures du Nord

John Howe, illustrateur et directeur artistique des deux trilogies de Peter Jackson, et le professeur Leo Carruthers nous emmènent en Islande sur la piste des dragons et des créatures nordiques. L’occasion d’évoquer les textes fondateurs que sont les Eddas et Beowulf.

John Howe achève sa quête à Oxford, où Tolkien fut étudiant puis professeur. Auprès des jeunes membres de la Oxford Tolkien Society s’esquisse enfin une réponse : et si le Hobbit n’était qu’un être ordinaire, sans passé mythologique, immergé dans un vaste monde de légendes ?

Réalisé par Olivier Simonnet (Décembre 2014)

À la recherche du Hobbit (4/5) : L’or perdu du Rhin

Dans cet épisode, John Howe, illustrateur et directeur artistique des deux trilogies de Peter Jackson, nous fait découvrir les châteaux de la vallée du Rhin et les nombreuses légendes qui leur sont attachées, comme celle de Siegfried, qui a pu inspirer Tolkien dans l’élaboration de son œuvre.

Réalisé par Olivier Simonnet (Arte 21/12/2014)

À la recherche du Hobbit (3/5) : Sur les traces du roi Arthur

John Howe, l’illustrateur et directeur artistique de la saga de Peter Jackson, retrouve Nicolas Mezzalira au château de Tintagel en Cornouailles. Sur la piste du roi Arthur, des chevaliers de la Table ronde et du Graal, il découvre les liens troublants entre l’histoire et la légende, qui ont aussi inspiré Le seigneur des anneaux.

Réalisé par Olivier Simonnet (Arte 14/12/2014)

Albert Spaggiari : Un personnage singulier

Addendum : Albert Spaggiari – “Le casse du siècle”

La légende d’Albert Spaggiari commence au mois de juillet 1976, à Nice, lorsqu’il dévalise une succursale de la Société générale en passant par les égouts. Pendant trois mois, le cambrioleur creuse avec ses complices un tunnel. Le “casse du siècle” rapportera 30 millions d’Euros à la bande.

Sur place, la police trouve un message de Spaggiari : “ni armes, ni violence, et sans haine”. Les journalistes retracent l’itinéraire du malfaiteur, de la guerre d’Indochine en passant par ses amitiés avec des groupuscules fascistes. En cavale jusqu’à sa mort, en 1989, Albert Spaggiari a donné plusieurs interviews et a écrit plusieurs livres qui ont contribué à en faire un personnage singulier.

Partie 1:

Partie 2:
Lire la suite

Écosse : Le business du monstre du Loch Ness

Cela fait bien longtemps que personne n’a plus affirmé avoir vu le légendaire monstre du Loch Ness. Rappel historique : le premier témoignage remonte à près de 1 500 ans. Saint Columbus, un missionnaire catholique irlandais, avait déjà fait état d’une vision sur les bords du lac en l’an 565 après JC.

Adrian Shine le cherche depuis plus de 40 ans. Ne l’ayant jamais vu, il a décidé d’ouvrir un musée, où il expose toutes ses recherches, et raconte toutes les légendes autour de l’étrange créature.

C’est le monstre qui fait vivre toute la population, toute l’économie et toute l’histoire du plus célèbre lac d’Écosse.

La guerre des chasseurs de monstre

Lire la suite

Un Allemand aurait trouvé le trésor des Nibelungen

Un trésor antique a été découvert dans une forêt de Rhénanie-Palatinat, en Allemagne. Le type d’objets, le lieu et la valeur rappellent la légende du trésor caché des Nibelungen.

Wagner l’a mis en musique mais les prémices remontent au XIIIe siècle et cette légende puise son origine au plus profond de l’Antiquité : le trésor des Nibelungen, ou l’or du Rhin. Ce magot fantastique gardé par les ondines et fruit d’un conflit entre les divinités, les héros et les créatures diverses de la mythologie germanique et scandinave existe-t-il ? Pour l’immense majorité des historiens et des archéologues, il s’agit d’une légende magnifiée par des conteurs et sublimée par le génie de Richard Wagner.

Et si la légende reposait sur un fond de vérité ? Si les nains de la légende, ces fameux Nibelungen, avaient réellement existé et enterré un fabuleux pactole dans les forêts rhénanes ? Un Allemand muni d’un détecteur de métaux a mis au jour une impressionnante collection d’objets anciens en or qu’il a tenté de revendre sur le marché noir. C’est alors que les forces de l’ordre l’ont interpellé, ont saisi le trésor et ont ouvert une enquête.

Lire la suite

La France, paradis des grévistes ?

La légende nationale, et aussi l’image de la France à l’étranger, veulent que nous soyons le pays de la grève, comme nous sommes celui aux 400 fromages.

Ce constat est grandement à nuancer, on le voit dans cette série d’articles :

- La France, pays des grèves, sur Acrimed.

- Des grèves partout, sauf dans les statistiques, sur le blog Ecopublix.

- Les pays qui font le plus la grève en Europe, sur L’internaute.

Globalement, sur une échelle longue, le nombre de journées “perdues” (sur l’ensemble de population active) par les grèves a tendance à baisser : environ 1 million par an dans les années 60, 150 millions en 1968 (!), 2 millions dans les années 70 ; au milieu des années 70 (début de la crise et du chômage de masse) s’amorce une décrue pour atteindre 500.000 en 1980, remonter à 780.000 en 1995 avec les grandes grèves “Juppé” et, désormais, osciller, selon les années et le climat social, entre 300 et 800.000. Des chiffres à relativiser en fonction du nombre d’actifs (environ 25 millions sur la période).

Lire la suite