États-Unis : Bilan de la légalisation du cannabis au Colorado

Aux États-Unis, le marché du cannabis rapporte déjà des milliards de dollars. Dans le Colorado, cette planante industrie est en plein essor: des entreprises se créent, les emplois fleurissent par milliers et l’État encaisse des dizaines de millions de dollars.

Le 1er janvier 2014, le Colorado est devenu le premier État américain à légaliser le cannabis à des fins récréatives. Un an après, les comptes sont dans le vert grâce aux taxes, 18.000 emplois ont été créés et la criminalité est en baisse.

États-Unis : Légalisation du cannabis au Colorado, un bilan en demi-teinte

Le 1er janvier 2014, le Colorado est devenu le premier État américain à légaliser le cannabis à des fins récréatives. Un an après, le bilan est mitigé. Les comptes sont dans le vert grâce aux taxes, 18.000 emplois ont été créés et la criminalité est en baisse.

Mais la police et les hôpitaux doivent composer avec un afflux d’empoisonnements, y compris chez des enfants.

États-Unis : Le Colorado obtient 30 millions de dollars de bonus fiscal grâce à la légalisation du cannabis

Dans le Colorado, aux États-Unis, la légalisation du cannabis a des effets secondaires étonnants. Grâce aux recette de sa vente, l’État a empoché 30 millions de dollars de surplus fiscal qu’il va devoir reverser aux administrés.

États-Unis : Le Colorado célèbre les un an de la légalisation du cannabis (Màj)

Addendum du 23/01/2015 : La ruée vers le cannabis

Le Colorado fait partie des États américains où la consommation de cannabis est légale depuis un an. C’est la dernière mode : pour 1501 dollars la journée, on grimpe dans une limousine et accompagné d’une musique locale, on déguste du cannabis. “C’est vraiment super cool de faire ça“, s’enthousiasme un participant.

Reste que si l’on peut fumer du cannabis facilement au Colorado, sa consommation est interdite dans les espaces publics. Le produit est toujours considéré comme une drogue dangereuse par une partie importante du corps médical américain.

Légaliser le cannabis pourrait rapporter 2 milliards d’euros à l’Etat

La lutte contre le cannabis coûte 568 millions d’euros et pourtant, il y a 550.000 fumeurs quotidiens en France. Une répression inefficace? C’est le constat de base d’une étude inédite, qui pour la première fois, mesure en chiffre l’impact de la légalisation du cannabis sur l’économie et la consommation des Français. Selon le think tank Terra Nova, libéral et proche du PS, légaliser rapporterait près de 2 milliards.

Loin de faire la promotion de la marijuana, ces chiffres pourraient relancer le débat, d’autant qu’une proposition de loi allant dans ce sens sera examinée à l’Assemblée début 2015.

Uruguay : L’État va vendre le cannabis

L’objectif est de lutter contre la délinquance et d’améliorer l’information sur les effets nocifs de la drogue. Un projet unique au monde. Le Frente Amplio [coalition au pouvoir] vient de présenter un projet de loi qui doit légaliser la vente de cannabis et permettre aux particuliers de cultiver pour leur usage personnel jusqu’à six plants de cannabis. Ce projet de loi comporte plus de trente articles. L’État, par le biais de l’Institut national du cannabis (INCA), devrait octroyer des autorisations spéciales à des particuliers et à des associations de cultivateurs pour leur permettre de produire eux-mêmes cette drogue.

Par Valeria Gil (El País)

L’organisme se chargera également de la surveillance et de l’évaluation des plantations. Le cannabis sera cultivé sur des terrains privés dotés des conditions de sécurité nécessaires afin d’éviter les vols et assurer la bonne qualité de la drogue qui sera ensuite vendue. La loi n’empêchera cependant pas l’Etat de se lancer dans cette production s’il le souhaite.

Les particuliers devront payer une cotisation à l’Etat afin d’obtenir la licence les autorisant à produire cette plante. Mais seul l’Etat, par le biais de l’INCA, sera habilité à vendre la marijuana.

Les particuliers pourront se procurer jusqu’à 40 g de marijuana par personne et par mois dans les dispensaires locaux de vente de cannabis, conçus sur le modèle californien.

Lire la suite

Les Californiens face au choix de légaliser le cannabis

Addendum du 03/11/2010

La Californie rejette la légalisation du cannabis

La «Prop 19», qui propose de légaliser l’usage récréatif de la marijuana, fait presque de l’ombre aux élections du «midterm» qui ont lieu mardi. En cas d’acceptation, le marché de cet or vert serait taxé et régulé.

Depuis 1996, les Californiens souffrant notamment de dépression ou de glaucome peuvent soulager leurs maux grâce au cannabis. Avec la «Prop 19» (proposition 19 soumise à référendum ce mardi), les malades ne seraient plus les seuls à bénéficier légalement de cette plante. L’initiative lancée par le millionnaire Richard Lee a récolté 700 000 signatures, un tiers de plus que le minimum requis. Lui-même fume du cannabis depuis qu’il est immobilisé en chaise roulante. Il a monté de nombreuses affaires autour de la plante, dont la Oaksterdam University, ouverte en 2007.

«A l’origine, c’était juste un coup marketing, raconte Dale Jones, ­vice-rectrice et chargée de communication pour la Prop 19. Nous proposions des cours d’horticulture et les inscriptions ont afflué.» Depuis, l’école a accueilli 12 000 étudiants. «Avant d’apprendre à cultiver, poursuit Dale Jones, ils doivent suivre des cours d’histoire, d’éducation civique, de droit. Ils apprennent à éviter les pièges de la loi.»

Les étudiants sont des patients ou de futurs investisseurs. «Je compte sur cette loi pour me lancer dans le marketing. Beaucoup de gens auront besoin de promotion», raconte Dave, quinquagénaire enthousiaste. Marty, analyste financier au chômage, veut se reconvertir dans la culture. Quant à Elisabeth, éducatrice spécialisée, elle souhaite sensibiliser le public aux vertus du chanvre.

Comme l’alcool, l’usage du cannabis serait taxé et régulé. De quoi générer des revenus énormes pour un Etat au bord de la faillite. Chaque année, le marché noir génère 14 milliards de dollars en Californie, estiment les partisans de la Prop 19. Parmi eux, un lobby de policiers qui préfère que la plante sorte de la clandestinité: «La guerre contre le cannabis a échoué», déclare dans un spot TV Joseph McNamara, chef de police retraité.

Lire la suite

USA : la relance par le hasch

Un référendum devrait être organisé en novembre pour légaliser le cannabis outre-Atlantique. Déjà autorisé dans plusieurs États à des fins thérapeutiques, ce business compenserait la chute des recettes fiscales. Le cannabis est devenu «politiquement correct,» car économiquement attractif.

Et si, aux États-Unis, 2010 était l’année du cannabis ? De la Californie à la côte Est, plusieurs décisions viennent de réactiver l’idée d’une légalisation dans ce pays où le «canna-business» fleurit malgré la sécheresse financière actuelle.

Le New Jersey a ainsi légalisé, lundi, l’usage médical de l’herbe, qui devient, du même coup, une source de revenu fiscal. C’est le 14e État où l’on peut se procurer la substance sur prescription médicale.

En tête de gondole, l’État d’Arnold Schwartzenegger, la Californie, où la culture de la marijuana est, semble-t-il, devenue la première filière agricole. Bien qu’illégale, sa production rapporterait 14 milliards de dollars (près de 10 milliards d’euros) par an.

Partout, la récession a dévasté les deniers publics californiens. La chute de la consommation et des bénéfices a amputé les programmes sociaux. Impuissants, certains élus se sont donc tournés vers cette nouvelle manne. Oakland, confronté à un déficit de 83 millions, a créé, cet été, une taxe de 1,8% sur les ventes de cannabis, qui flirtent avec les 20 millions par an pour l’ensemble des quatre dispensaires de la ville. Los Angeles, San Francisco et Berkeley sont en train de préparer leur propre loi. Si le but est aussi de contrecarrer l’économie souterraine, qui prospère dans la brèche ouverte par le cannabis médical, la crise a légitimé ces pratiques fiscales.

Afin d’éviter de devenir un eldorado pour dealers, le New Jersey s’est attaché à rester strict et à ne pas copier la Californie, où «la situation est hors de contrôle,» selon le gouverneur du New Jersey, Chris Christie. Malgré tout, le phénomène s’amplifie et prouve qu’en pleine récession l’idée de la légalisation – soutenue par les économistes les plus libéraux et, paradoxalement, plutôt populaires dans des bastions démocrates – avance plus vite. Avec le Golden State pour locomotive, État le plus peuplé et le plus riche, mais à la recherche de la moindre rentrée d’argent pour remédier à la fonte de ses recettes fiscales. Cette année, il pourrait être le premier à légaliser à 100% ce nouvel or vert. Lire la suite