Les biotechs : La nouvelle bulle spéculative ?

La bourse et les investisseurs sont-ils en train de surévaluer les perspectives du secteur de la santé ? Les opérations dans ce domaine se multiplient ces derniers mois, et la valorisation de certaines sociétés commence à inquiéter sérieusement certains observateurs.

475 milliards de dollars en 15 mois ! Le montant total des opérations de fusion-acquisitions dans les secteurs de la santé (biotech/medtech) laisse un peu songeur, d’autant que tout s’est fait avec une rapidité foudroyante, témoignant d’une véritable frénésie.

Et la tendance n’est pas au ralentissement, vu que ce sont 70 milliards de dollars d’opération qui ont été d’ores et déjà annoncées depuis le début de l’année.

La dernière d’entre elles est particulièrement parlante, il s’agit du rachat de la biotech américaine Pharmacyclics par le laboratoire Abbvie pour 21 milliards de dollars. Rachat qui est intervenu au prix d’une bataille boursière assez tendue avec Johnson & Johnson, qui proposait 17 milliards, et un acquéreur non-identifié, sans doute pour un montant comparable.
Lire la suite

Radio Courtoisie : « Le danger des vaccins » (Audio)

Le vendredi 13 février 2015, dans l’émission (pré-enregistrée) du “Libre journal des sciences et des techniques” sur Radio Courtoisie, Paul Deheuvels recevait le Professeur Henri Joyeux, le professeur de biologie émérite Michel Georget et l’auteur Claire Séverac, afin de débattre sur la dangerosité des vaccins et notamment sur le cas du Gardasil.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Médicaments sous influence

Ancien du laboratoire Merck, Bernard Dalbergue décide, en 2011, de quitter son poste et avec lui un milieu sclérosé par les pratiques controversées et les mensonges.

Il révèle ici les scandales dont il a été témoin : comment les laboratoires s’emploient à maquiller certaines études médicales, abusent des instances internationales et mettent en péril la santé de millions de personnes à travers le monde.

Cette enquête décrypte, entre autres, les conditions de mise sur le marché international de quelques redoutables médicaments, consommés en masse, et confronte la logique financière des laboratoires au combat de savants et de victimes.

Réalisé par Romain Icard (2014)

(Merci à Olivier)

Comment des OGM cachés arrivent sur le marché

Elles ne sont pas encore dans nos assiettes. Mais, dans les laboratoires des sociétés de biotechnologies, elles poussent à vive allure. Et elles ne tarderont pas à arriver sur le marché. Ce sont de nouvelles variétés de plantes, céréales, fruits et légumes issues des techniques de manipulation génétique les plus avancées. Il s’agit bien, au sens propre, d’organismes génétiquement modifiés (OGM).

Pourtant, elles n’ont pas encore de statut. Tandis qu’aux États-Unis des variétés de colza et de pomme de terre ont été exemptées de procédure d’autorisation par le ministère de l’agriculture, en Europe, ces cultures en germe échappent pour l’instant à toute réglementation. Et ce, alors que l’Union européenne (UE) vient d’adopter une nouvelle législation réformant le processus d’autorisation des OGM, après des années de blocage sur le sujet.

Les OGM classiques sont obtenus par la méthode de la transgénèse: un gène étranger provenant d’un autre organisme – un transgène – est introduit dans le génome d’une espèce végétale pour lui conférer une ou plusieurs propriétés. Par exemple, le pouvoir de sécréter un insecticide qui le protège des ravageurs − c’est le cas du seul OGM cultivé en Europe, le maïs MON 810 de Monsanto, actif contre la pyrale −, ou une tolérance, c’est-à-dire une résistance aux herbicides, qui lui permet de survivre à l’épandage de désherbants tels que le Roundup de la même firme américaine.

Lire la suite

Un humain presque parfait

Dans les laboratoires, un nouvel individu, partiellement reconfiguré, est en train d’être imaginé, testé… fabriqué. « Bientôt, promettent certains scientifiques, nous considérerons l’Homo sapiens (c’est-à-dire nous) comme une version charmante, certes, mais totalement démodée! L’Homo technologicus sera tellement mieux! »

C’est précisément ce que propose le marché de l’amélioration de l’être. « Le temps est venu, disent ses promoteurs, de passer à la vitesse supérieure » : un corps parfait et sans âge, un cerveau infaillible, une reproduction maîtrisée, et à terme… l’immortalité. Quitte à acheter quelques pièces détachées pour faire du « tuning » avec notre propre corps comme certains le font avec leur automobile.

Voyage à la recherche de cet homme du futur… hybride mi-homme mi-machine, humain génétiquement modifié. Un homme presque parfait.

Médecine : Devenez cobaye humain pour un laboratoire

Winard Corporation est une société très innovante qui a décidé de passer à la vitesse supérieure en termes de recherche médicale. Pour accélérer la mise au point de traitements révolutionnaires, elle utilise des cobayes humains prêts à tout pour faire avancer la science. La bonne nouvelle ? Winard lance une grande campagne de recrutement. Il ne reste plus que vous pour changer le monde !

Le laboratoire médical Winard Corporation est aujourd’hui le leader dans le secteur des expériences faites sur des humains. Un procédé qui peut paraître un peu dangereux mais qui n’a pas son égal en termes de résultats. Comme le dit Claire Beaumont, chercheuse au service de transplantation : « C’est incroyable de voir tout ce que cette entreprise nous laisse faire. Nous pouvons amputer des organes, inoculer des virus mortels à des nourrissons ou encore observer les conséquences d’une brûlure à l’acide sur la peau. »

Qui dit cobayes humains, dit forte demande! La société est actuellement en train de lancer une audacieuse campagne de recrutement pour accueillir de nouveaux volontaires. « C’est une expérience unique pour tous ces gens de rentrer dans l’histoire », déclare Claire. « Le problème, c’est que nous avons besoin de nouvelles têtes en permanence. Les cobayes sont très peu souvent réutilisables. Quand on expérimente sur une amputation et que nous avons déjà coupé le bras du sujet précédent, c’est compliqué de lui proposer de participer à nouveau. »

Lire la suite

Suisse : CERN, l’explorateur de l’infiniment petit depuis 60 ans

Il y a 60 ans, le 29 septembre 1954 précisément, une convention signée par 12 États européens officialisait l’existence de l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire, plus connue aujourd’hui sous le nom de CERN. 

Le CERN, laboratoire européen pour la physique des particules, est l’un des plus grands et des plus prestigieux laboratoires scientifiques du monde. Il a pour vocation la physique fondamentale, la découverte des constituants et des lois de l’Univers.

Il utilise des instruments scientifiques très complexes pour sonder les constituants ultimes de la matière: les particules fondamentales. En étudiant ce qui se passe lorsque ces particules entrent en collision, les physiciens appréhendent les lois de la Nature.

C’est l’occasion d’un peu mieux comprendre son histoire et d’en apprendre plus sur cette fameuse physique des particules.

« Je ne suis pas vaccinée et je vais bien, merci »

Certains parents refusent de faire vacciner leurs enfants, tombant de ce fait sous le coup de la loi. Le mouvement a trouvé une caisse de résonance sur internet. Rencontre avec l’une de ces familles.

Je ne suis pas vaccinée, mais je suis en parfaite santé, et très rarement malade“, sourit Ophélie, 14 ans, surprise de l’intérêt qu’elle suscite. Cette jeune sportive, championne départementale de tennis, ne se sent pas différente des autres élèves de troisième.

En France, entre 2008 et 2012, les ventes d’unités de vaccin ont chuté de 12% toutes catégories confondues, selon une étude d’IMS Health, un cabinet spécialisé dans les enquêtes et le conseil pour les industries du médicament et les acteurs de la santé.

Mes copines ne me parlent pas de vaccination. On n’aborde jamais le sujet“, explique timidement l’adolescente. Pourtant, au collège Marcel-Gambier de Lisieux (Calvados), la plupart des élèves sont au courant de son histoire, car il y a dix ans, “l’affaire Bessin” a fait grand bruit

Le refus de vaccination assimilé à de la maltraitance
Lire la suite

Allemagne de l’Est : Des patients-cobayes pour des firmes pharmaceutiques de L’Ouest

Entre 1983 à 1989, des patients Est-Allemands ont servi de cobayes à des firmes pharmaceutiques occidentales. Le ministère de la santé Est-Allemand a permis ces tests dans les hôpitaux du pays en l’échange de Deustches Mark.

Cela montre que la République Démocratique d’Allemagne était bien plus intéressée par les devises étrangères que par ses patients explique Roland Jahn commissaire aux archives de la Stasi. Le tout était orchestré par le ministère de la sécurité intérieure qui veillait à ce qu’il n’y ait aucune ombre à ce trafic très lucratif

Au total prés de 50 firmes dont certaines ont été absorbées par des groupes comme Sanofi ou Pfizer ont contribué à ces tests en reversant de l’Argent. 600 tests de médicaments auraient été pratiqués sur près de 50.000 personnes sans que ces derniers n’en soient informés.

Agriculture : Des variétés anciennes de blé pour éviter la chimie

En 1997, Jean-Jacques Mathieu et sa femme se sont installés comme céréaliers sur une vingtaine d’hectares à Tréziers dans l’Aude. Contrairement aux gros céréaliers, ils ne misent pas sur les pesticides et les engrais pour faire pousser du blé, mais sur le riche potentiel génétique de leurs deux cents variétés.

Au début, les rendements étaient très faibles. « Je n’y connaissais rien, j’utilisais du blé dur commercial en bio mais ça ne poussait pas, car ils étaient sélectionnés par et pour la chimie ». Les blés inscrits au catalogue « sont testés avec deux cents unités d’azote », ajoute-t-il. Ils ne sont donc pas du tout adaptés à l’agriculture biologique.

Comme tous les blés commercialisés, ils sont issus de lignées pures, obtenues par autofécondations successives. Ce moyen de sélection rend tous les épis homogènes sur le plan génétique. Si on les compare à l’espèce humaine, on pourrait parler de consanguinité. Cette caractéristique ne leur donne pas beaucoup de chance de résister aux mauvaises conditions climatiques et aux maladies. Quand un épi est menacé, c’est tout le champ qui l’est.

Aidées par la chimie, ces variétés sont en revanche capables de s’affranchir des contraintes spécifiques liées aux milieux naturels où elles sont plantées. Pour obtenir un rendement optimisé, il suffit à l’agriculteur de mettre la bonne dose d’engrais et de passer les bons traitements. Mais ces variétés conçues dans les laboratoires ne s’adapteront jamais aux différents terroirs.
Lire la suite

Mediator : l’ex-ministre Henri Nallet mis en cause

Accusé de trafic d’influence, l’ancien garde des Sceaux de François Mitterrand a été entendu comme témoin assisté.

C’est la deuxième personnalité politique à avoir des soucis avec la justice dans l’affaire Mediator. En avril dernier, Marie-Thérèse Hermange, l’ex-sénatrice UMP avait été mise en examen pour trafic d’influence. C’est elle qui avait fait relire le rapport du Sénat à un « ami » du laboratoire. À présent, c’est au tour d’Henri Nallet, 74 ans, ministre de la Justice de François Mitterrand de 1990 à 1992 d’être inquiété.

Lire la suite

Argentine : Éco-hameau, plus que des maisons vertes, un mode de vie

Au-delà du confort et des bénéfices environnementaux offerts par les constructions écologiques, les quartiers durables séduisent aussi grâce à leur caractère communautaire. De Buenos Aires aux confins de la Patagonie, les écovillages fleurissent à travers tout le pays, attirant un nombre croissant de citadins tentés par une vie plus proche de la nature.

Véritables laboratoires de modes de vie alternatifs, les éco-hameaux naissent un peu partout dans le pays, depuis les régions tropicales de la province septentrionale de Misiones, jusqu’aux contreforts des Andes en Patagonie.

Certains projets démarrent parfois autour d’une expérience familiale qui sert de noyau au développement d’un hameau, tandis que d’autres communautés prennent forme grâce à un groupe d’amis partageant la même vision du monde.

Tous les candidats au retour à la nature ne cherchent pas forcément à s’isoler, et quelques initiatives voient le jour aux portes mêmes de la capitale, tel l’écovillage i-tekoa installé sur une île de la ville de Tigre, au nord de Buenos Aires.
Lire la suite

Les vendeurs de maladies

Ces laboratoires qui inventent de toutes pièces une pathologie pouvant correspondre à la nouvelle molécule qu’ils viennent de mettre au point, parfois malgré des effets secondaires avérés, pour lesquels ils ont déjà prévu de nouveaux médicaments.

Pendant plus de six mois, les équipes de Cash Investigation ont enquêté sur certaines pratiques de l’industrie pharmaceutique et ont découvert l’invraisemblable : depuis une quinzaine d’années, de grands laboratoires inventent des maladies pour vendre toujours plus de médicaments!

Fausses pathologies, syndromes fictifs…, cette pratique à but commercial peut nuire gravement à la santé à cause des effets secondaires de ces médicaments. Une enquête inédite au cours de laquelle les journalistes ont réussi à rassembler les preuves de tels agissements à l’étranger comme en France.

Partie 1 :


Lire la suite

Industrie pharmaceutique : Quand les Européens servent de cobayes

C’est la prochaine étape de la mondialisation, et il y a de bonnes raisons de ne pas vouloir que ça soit le cas,” constate Vanity Fair. Les laboratoires pharmaceutiques américains testent de plus en plus leurs médicaments à l’étranger, sur des personnes qui ne bénéficient pas de toutes les garanties de sécurité.

Cette tendance concerne les pays du Tiers-Monde mais aussi l’Europe, précise le mensuel new-yorkais. De 2004 à 2007, la part des essais cliniques effectués aux États-Unis a baissé de 5,2%, tandis qu’elle augmentait de 16% en Europe de l’Est, de 12% en Asie et de 10% en Amérique latine.

L’avantage pour les laboratoires, explique Vanity Fair, est de conduire les tests dans des conditions moins strictes et moins coûteuses, obtenir des résultats positifs et “ainsi convaincre la Food and Drug Administration américaine que les médicaments sont sûrs et efficaces pour les Américains.

En 2008, 80% des produits soumis à la FDA ont été testés hors des États-Unis, soit 58 788 tests. Quelque 876 d’entre eux ont eu lieu en Roumanie et 589 en Ukraine . L’Estonie, la Pologne, la Russie, la Lituanie, la Slovaquie ou la Croatie sont des pays également appréciés des laboratoires.

Hors de tout contrôle sérieux, ces tests sont souvent mortels. Le magazine cite l’exemple d’un test de vaccin contre la grippe effectué dans un refuge pour sans-abris de Grudziadz, en Pologne. Rémunérés 2 dollars, “les cobayes pensaient recevoir une vaccination normale. Ce n’en était pas une. Au moins vingt d’entre eux sont morts.

Press Europ

La Chine va-t-elle nous bouffer ?

Philippe Cohen et Luc Richard livrent dans ” Le Vampire du Milieu “, une enquête saisissante sur l’envers du décor du modèle chinois. Non seulement l’économie de marché n’a pas converti la deuxième puissance mondiale à la démocratie, mais elle n’a pas amélioré la vie des Chinois…

La naïveté vis-à-vis de la Chine est-elle une tradition des élites françaises ?

Il y a quelques décennies, la fine fleur de l’intelligence revenait émerveillée de voyages très organisés dans quelques villages Potemkine du paradis maoïste. Depuis quelques années, le gratin des patrons français croyait avoir trouvé le paradis du capitalisme dans quelques mégalopoles côtières chinoises.

Alors que brille l’Exposition universelle de Shanghai et que la plupart des médias continuent de s’émerveiller de la réussite chinoise, l’enthousiasme retombe dans les milieux économiques français. Mais, comme chez nos ex-maos, le pressentiment de s’être fait piéger ne pousse pas nos entrepreneurs déçus à l’analyse publique.

Le passionnant et terrifiant livre écrit par (…) Philippe Cohen et Luc Richard, longtemps correspondant de Marianne en Chine, permet de comprendre ce qui s’est passé.

Ils nous avaient prévenus, il y a cinq ans, avec un premier ouvrage, ” La Chine sera-t-elle notre cauchemar ? ” (Mille et Une Nuits), et ont, depuis, poursuivi leur enquête sur l’envers du décor de ce ” modèle chinois “, un système sans précédent : une dictature qui a misé sur la mondialisation sauvage, avec, comme atout décisif, un immense prolétariat esclave dressé par un demi-siècle de communisme.

Car là résidait le principal intérêt de la Chine aux yeux des financiers d’Europe et d’ailleurs : une main-d’oeuvre de 20 à 30 fois moins chère, leur permettant de s’affranchir d’un salariat occidental protégé.

Lire la suite

(11.10.2009)

  • Immobilier : les prix continuent de reculer en Ile-de-France

Les prix de vente des logements anciens en Ile-de-France ont baissé de 9,7% en juillet contre -9,3% en juin. Dans Paris intra-muros, la baisse en variation annuelle (ancien et neuf confondus) est de 8,1% en juillet (contre -7,6% en juin), de 8,8% en Petite couronne (-9,1% en juin), de 11,6% en Grande couronne (-10,8% en juin). Les ventes de logements anciens et neufs dans la région ont enregistré, avec 38.500 unités, une baisse de 18% au cours des mois de mai, juin et juillet par rapport aux mois correspondants de 2008. Sur les sept premiers mois de l’année, la baisse des volumes de transaction est de 29% pour toute l’Ile-de-France par rapport à la même période de 2008 et de 36% par rapport à celle de 2007.
E24

  • L’Acoss vote contre le budget 2010 de la Sécu

Les administrateurs de l’Agence centrale des organismes de Sécurité sociale (Acoss), “banque de la Sécu”, ont voté majoritairement contre le projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2010 et se sont inquiétés des “modalités des financement” en 2010 et au-delà. La Sécurité sociale accuse dès 2009 un déficit record. Le vote des administrateurs de l’Acoss, qui fédère les Urssaf, a une valeur purement consultative. “Au-delà des votes différenciés des administrateurs et de leurs justifications, le conseil d’administration s’est inquiété des modalités de financement de la Sécurité sociale en 2010 et au titre des années à venir”, souligne le communiqué. Le conseil d’administration “prendra prochainement position officiellement sur cette préoccupation”, selon l’Acoss. E24

  • L’accès au crédit est plus difficile pour les PME

D’après la troisième édition du baromètre du cabinet d’audit et de conseil KPMG et de la Confédération générale des PME (CGPME) sur le financement et l’accès au crédit des PME, les demandes de crédits d’investissements sont à la hausse. Une bonne nouvelle sauf que les banques semblent de plus en plus réticentes à les accorder. 44% des PME déclarent en effet avoir au moins un besoin de financement d’investissement contre seulement 36% en février 2009. 72% des entreprises se disent encore inquiètes de la situation économique, contre 87% en février dernier. 77% des PME estiment que leurs banques ont pris au moins une mesure pour durcir leurs accords de financements , contre 59% en février. E24

  • L’industrie du médicament est confrontée à une montée des tensions sociales sans précédent

Le 24 septembre, le laboratoire américain Bristol-Myers Squibb (BMS) a annoncé la fermeture à la fin de l’année de son usine d’Epernon (Eure-et-Loir), qui compte 223 salariés. En février, un autre site du groupe situé à Meymac (Corrèze), qui emploie 162 collaborateurs, s’est mis en grève pendant 33 jours. Il ne restera en juin 2010, à Agen, qu’une seule des trois usines que BMS possède en France. Ces fermetures d’usine pourraient en annoncer d’autres. A Evreux, le site du laboratoire britannique GlaxoSmithKline (GSK) a connu 12 jours de grève en mars après l’annonce de 800 suppressions de postes. En mars également, le directeur de l’usine du groupe américain 3M à Pithiviers (Loiret) a été retenu pendant plus de 24 heures dans son bureau. Les salariés protestaient contre un projet de plan social qui doit entraîner la destruction de 110 emplois sur 235. Le Monde