Les jeunes n’ont jamais autant été touchés par le chômage

En 2013, trois ans après leur sortie du système scolaire ou supérieur, 22% des jeunes actifs étaient à la recherche d’un emploi. Le plus haut niveau jamais observé selon le Centre d’études et de recherches des jeunes sur les qualifications (Céreq).

Plus qualifiés, mais moins embauchés. Tel est le résultat de l’enquête sur les jeunes et l’emploi, menée par le Céreq et dévoilée mardi. Selon cette publication, la génération des jeunes diplômés en 2010 serait la plus touchée par le chômage depuis 1970.

Près d’un jeune sur cinq au chômage

La hausse par rapport à la génération diplômée en 2004 est de 16 points pour les non-diplômés et de 3 points pour les diplômés du supérieur, indique le Céreq. Ils sont ainsi 22% à n’avoir toujours pas trouvé de travail trois ans après la fin de leurs études, soit une personne sur cinq. L’organisme indique : “L’insertion se dégrade lourdement. La transition de l’école à l’emploi s’avère bien plus difficile“.

Lire la suite

La crise affecte surtout les jeunes dans les pays de l’OCDE

Les perspectives d’emploi des jeunes et travailleurs peu qualifiés se sont fortement dégradées dans les pays de l’OCDE du fait de la crise économique dont les conséquences sociales pourraient se faire sentir pendant de longues années, observe l’OCDE dans un rapport publié mardi.

“Cherche un travail”

Ce rapport sur l’impact social de la crise économique chiffre à 48 millions le nombre de chômeurs dans les 34 pays de l’OCDE, une hausse de 15 millions depuis le début de la crise en 2007.

Les perspectives d’emploi se sont surtout dégradées pour les jeunes et les travailleurs peu qualifiés, les femmes et les seniors ayant été cette fois moins touchés“, a souligné Monika Queisser, chef des affaires sociales de l’OCDE, en présentant le rapport à la presse.

Or “le risque (existe) que les jeunes qui connaissent de longues périodes de chômage, d’inactivité ou de pauvreté ne soient confrontés toute leur vie à des perspectives de gains et d’emploi moindres“, relève le rapport.

Lire la suite

Comment les classes moyennes des pays développés sont devenues les dindons de la mondialisation

Selon l’ONG Oxfam, les 85 individus les plus riches de la planète disposaient d’autant d’argent que 50 % de la population mondiale. Pis, selon le directeur du think tank Resolution Foundation, les revenus des super pauvres et des classes moyennes ou supérieures des pays développés ont vu leurs revenus s’écrouler entre 1988 et 2008.

“J’ai perdu mon travail, j’ai deux enfants à nourrir, s’il vous plaît aidez-moi” (Etats-Unis)

Atlantico : L’ONG Oxfam a révélé, lors du sommet de Davos de janvier, que les 85 individus les plus riches de la planète disposaient d’autant d’argent que 50 % de la population mondiale. Pis, selon James Plunkett, directeur du think tank britannique Resolution Foundation, les revenus des super pauvres et des classes moyennes ou supérieures des pays développés ont vu leurs revenus s’écrouler entre 1988 et 2008. A l’inverse, les populations qui sortent de la pauvreté dans les pays émergents et les super-riches ont vu leurs revenus exploser. Que penser de cette évolution ? Les classes moyennes sont-elles devenues le “dindon de la farce” de la mondialisation ?
Lire la suite

Seine-Saint-Denis : enquête sur des soupçons de fraude aux contrats aidés

Une enquête préliminaire a été diligentée par le parquet de Bobigny après des suspicions de fraude, estimée à plusieurs millions d’euros, d’un opérateur chargé de suivre de jeunes chômeurs en contrat aidé en Seine-Saint-Denis. Selon une source judiciaire, l’enquête a été ouverte « pour détournements de fonds publics, faux et usage de faux ».

Thierry Frère, directeur de C3 Consultants (à droite), avec un demandeur d’emploi

Elle vise C3 Consultants, l’un des principaux opérateurs privés chargés de suivre de jeunes chômeurs dans le cadre du contrat d’autonomie, soupçonné d’avoir fait croire à l’administration que des jeunes qu’il suivait avaient retrouvé un emploi, une prestation facturée à l’Etat.

Lancé en 2008 par Nicolas Sarkozy dans le cadre du plan « Espoir banlieues », ce contrat vise l’accompagnement pendant six mois de jeunes issus de quartiers prioritaires vers l’emploi durable, la formation ou la création d’entreprises. C3 Consultants, sélectionné sur un appel d’offres, n’a pas souhaité répondre aux sollicitations de l’AFP.
Lire la suite

Le «bazooka» de la BCE qui secoue l’Allemagne

Il y a trois ans, c’étaient la Grèce en quasi-faillite et la solidarité dont il fallait, ou non, faire preuve à son égard qui divisaient l’Allemagne. Aujourd’hui, c’est la Banque centrale européenne (BCE), qui est devenue « le » sujet de discorde outre-Rhin. Et, encore une fois, c’est de solidarité qu’il s’agit. D’une certaine façon.

Des militants de l’AfD (libéraux, anti-euro)

C’est en effet sur la politique, dite « non orthodoxe », de soutien aux pays de la zone euro en crise, affichée par l’institution de Francfort – et tout particulièrement son plan de rachat de dettes publiques, dit « OMT », annoncé à l’été 2012 et détaillé à l’automne de la même année – que se cristallisent désormais les tensions.

Lire la suite

Hollande pas d’accord avec l’Insee : la courbe du chômage va bien s’inverser

Le président a confirmé jeudi soir son objectif d’inversion de la courbe du chômage en cette fin d’année malgré les prévisions de l’Institut national de la statistique (Insee), qui table sur une stabilisation du taux à 11% de la population active au premier semestre 2014.


Lire la suite

États-Unis : Les salariés, grands exclus de la reprise américaine

On célèbre aujourd’hui [le 2 septembre 2013] la Fête du travail aux États-Unis. Des picnics et des défilés syndicaux sont organisés à travers tout le pays. Pourtant tous les américains ne sont pas à la fête, les exclus de la reprise cherchent toujours un emploi et/ou un revenu décent.

“Je veux travailler”

Le chômage baisse certes régulièrement depuis plus d’un an. A 7,4 %, c’est le plus bas niveau depuis 2008. Mais le marché américain de l’emploi n’a toujours pas retrouvé son niveau d’avant la crise. Le retour à la normale n’aura pas lieu avant… 2015 selon une enquête effectuée par la Réserve fédérale du Kansas.
Lire la suite

Le jeune pauvre et le vieux riche

De ces deux affaires qui agitent ces jours-ci la City, on pourrait tirer cette fable : “Le jeune pauvre et le vieux riche”. Alors qu’arrivent de nouvelles générations sur un marché du travail mou sur fond de croissance atone et d’inégalités montantes, les “baby-boomers” ne veulent pas entendre parler de retraite et refusent d’assurer la relève.

Premier épisode, le drame Moritz Erhardt, ce stagiaire de 21 ans affecté au département fusions-acquisitions de Bank of America Merrill Lynch, qui serait mort d’épuisement après soixante-douze heures de travail sans interruption. Travailleur compulsif, le jeune Allemand espérait impressionner ses supérieurs et être embauché à l’issue de ses études, l’an prochain.

CONFLIT INTERGÉNÉRATIONNEL
Lire la suite

Pays-Bas : chômage des jeunes, quel destin pour la génération perdue?

En ces années de crise économique et d’effritement politique, le fossé se creuse entre les générations. Mais comment se révoltera celle qui a connu le déclin ?, se demande l’un des doyens de la presse néerlandaise.

Par NRC Handelsblad Amsterdam.

Actuellement, aux Pays-Bas, les sans-emploi représentent 8,9 % de la population active, soit quelque 675 000 personnes dans la force de l’âge. Nous ne sommes pas une exception. Dans toute l’Europe de l’Ouest, environ huit millions de jeunes n’ont ni travail ni formation. Il y a quelques mois, The Economist a calculé que, depuis le début de la crise, vers 2007, le chômage des jeunes dans le monde occidental avait augmenté de 30 %, touchant désormais 26 millions de personnes.

Il suffit d’un peu de bon sens pour se dire que cela aura forcément des conséquences. Les dirigeants européens en ont conscience.

Lire la suite

Innovation : quand la Chine rattrape les Etats-Unis

Parmi les pays émergents, l’Inde apparaît comme l’autre challenger des économies matures.

A mesure que la reprise mondiale se précise [Nous laissons bien sûr l'entière responsabilité de cette allégation aux Echos - Note de Fortune], les Etats-Unis sont encore assurés de rester la référence absolue dans la course à l’innovation pour au moins deux ans. Mais au-delà ? Sans être pour l’instant réellement menacée, cette première place est, au fil du temps, grignotée par la Chine, qui arrive déjà numéro deux.

Lire la suite

France : l’emploi migre de l’industrie aux maisons de retraite, aux services et au tourisme

Depuis début 2008, l’industrie française a supprimé 330.000 postes, soit 10 % de ses effectifs. L’emploi a reculé dans l’automobile, le plastique, le textile. Il a grimpé dans les restaurants et les maisons de retraite.

Fermetures d’usines, licenciements, départs non remplacés… les effets dévastateurs de la crise sur l’emploi sont visibles tous les jours. Le bilan, publié ce matin [18 juillet 2013] par l’Acoss, l’organisme qui chapeaute l’Urssaf, en mesure l’ampleur exacte, secteur par secteur, depuis cinq ans. Les effectifs salariés dans le secteur privé ont reculé de 0,7 % entre 2007, la dernière année avant le retournement de la conjoncture, et la fin 2012. En cinq ans, malgré le court répit de 2011, l’économie française n’est pas parvenue à fournir plus d’emplois à une population active qui a progressé de plus de 2 % dans le même temps. D’où l’envolée du chômage. Sur la seule année 2012, l’emploi est resté parfaitement stable, à 17,9 millions de salariés.
Lire la suite

Le faible chômage des jeunes en Allemagne, largement dû à la démographie

L’Allemagne s’enorgueillit du faible taux de chômage de ses jeunes… qui s’explique en grande partie par l’effondrement des moins de 25 ans dans la population.

Jeunes Allemands lors d’une manifestation, dénonçant la prison du chômage

C’est vrai, les chiffres sont impressionnants. En recevant mercredi une vingtaine de chefs d’État et de gouvernement européens, dont François Hollande, pour tenter de trouver des solutions visant à lutter contre le chômage des jeunes, Angela Merkel peut s’enorgueillir du “remarquable travail” que son gouvernement a accompli pour permettre aux moins de 25 ans de rentrer dans la vie active. L’an dernier, à peine 8,1 % des Allemands âgés de 15 à 24 ans étaient à la recherche d’un emploi, selon Eurostat.

Ce taux, sans équivalent en Europe, est ridiculement bas en comparaison de la moyenne européenne en mai, à 23,9 %, avec des pics au Portugal (42,1 %), en Espagne (56,6 %) ou en Grèce (59,2 %). La chancelière allemande a donc beau jeu de déclarer que “le chômage des jeunes (leur) cause beaucoup de soucis” et que son pays souhaiterait faire part de ses “bonnes expériences accumulées sur des années et des décennies“. Seulement voilà, ces “bonnes expériences” doivent être relativisées…

Selon une récente étude de l’institut allemand pour la recherche économique (DIW), la principale raison expliquant le faible taux de chômage chez les jeunes est… démographique. Depuis 2005, le nombre d’Allemands âgés de 15 à 24 ans a chuté de plus de 600.000 personnes. En 2006, le pays comptait encore 21,05 millions d’habitants de moins de 25 ans, contre à peine 19,87 millions à la fin de l’année 2011, selon l’office fédéral des statistiques (Destatis). Les moins de 20 ans représentaient, quant à eux, tout juste 18,4 % de la population outre-Rhin à la fin de l’année 2010, contre… 30,4 % en 1953.

Ce vieillissement de la population, qui représente une véritable bombe à retardement pour la première économie de la zone euro, l’a aidée sur le court terme à réduire le taux de chômage des moins de 25 ans. En France, à titre de comparaison, 700.000 jeunes entrent chaque année sur le marché du travail.

Lire la suite

«Chère Italie, je t’ai quittée, mais je reviens si…»

Avec son blog «Je reviens si», un journaliste italien se fait le porte-voix des milliers de jeunes diplômés italiens partis à l’étranger pour fuir la crise et un taux de chômage des 15-24 ans qui atteint 40,5%.

«L’idée est de servir de mégaphone à cette génération»: à l’heure où l’Italie s’émeut de voir ses jeunes diplômés émigrer en masse ,un journaliste, Antonio Siragusa, prête sa plume à des compatriotes partis aux quatre coins du monde mais prêts à rentrer «si…». Caustiques, parfois désenchantés, souvent nostalgiques, ils sont cinéaste à New York ou médecin à Paris. L’initiative de rassembler et publier leurs témoignages sur le blog «Iotornose.it » («Je reviens si») s’est imposée à Antonio à force de voir partir son frère, ses cousins, ses amis…

«Ils ont un point de vue intéressant sur l’Italie, qui n’est pas assez écouté. Ils peuvent proposer des changements inspirés de pays où l’on vit mieux»,

et se faire ainsi entendre de manière constructive, explique ce journaliste de 28 ans, originaire de Caserte, près de Naples. Et leurs expériences seront forcément utiles à d’autres, relève Antonio Siragusa, qui n’exclut pas lui-même de faire ses valises «si rien ne change».

«La situation est dramatique. En tant que (travailleur) précaire, je la ressens dans ma propre chair», dit-il.

Lire la suite

Brésil : Les vrais responsables de la révolte des classes moyennes sont Washington et la Fed

Depuis le début de la semaine [dernière], les Brésiliens manifestent en masse pour protester contre la hausse du coût de la vie. Pour les classes moyennes à la tête du mouvement, la corruption du gouvernement ainsi que la Coupe du monde de football de 2014 constituent les principaux bouc-émissaires. Il semblerait pourtant qu’un responsable de taille ait été oublié…

300.000 manifestants à Rio de Janeiro, le 20 juin 2013. Un million dans tout le Brésil.

Le président de la Fed, Ben Bernanke, et toutes les personnes de sa trempe, refusent de faire le lien. Ils sont trop occupés à lorgner sur l’inflation aux États-Unis qui est suspicieusement basse. Mais la Chine, elle, a les yeux rivés sur la révolte qui secoue actuellement le Brésil. Comme toutes les révoltes, celle-ci concerne des problématiques récurrentes à l’origine des inégalités, mais l’étincelle qui a mis le feu aux poudres – alors que l’inflation a engendré une hausse du coût de la vie pour les classes moyennes – n’est autre que la hausse du prix des titres de transport.

La sonnette d’alarme a déjà été tirée en septembre 2010 par le ministre des Finances brésilien, Guido Mantega. Dans l’une de ses allocutions, il a dénoncé la “guerre des devises à l’échelle internationale” à laquelle se livraient les adeptes de la planche à billets à Washington et ailleurs contre plusieurs pays, dont le sien, tout en incriminant les investissements à caractère spéculatif qu’ils entreprennent partout dans le monde, particulièrement dans les pays émergents. “Ceci est une menace dirigée contre nous, parce que notre compétitivité en est affectée” a-t-il mis en garde.

Lire la suite

La France, pays d’émigration

Selon un sondage du cabinet Deloitte, 27 % de jeunes diplômés en recherche d’emploi estiment que leur avenir professionnel se situe hors de France contre 13 % il y a un an. Et selon un autre sondage ViaVoice, 50 % des 18-24 ans aimeraient quitter la France pour vivre dans un autre pays ! La France serait-elle ainsi en passe de devenir soudainement un pays d’émigration ?

Qu’ils l’abordent de façon fantasmé ou réaliste, bon nombre de jeunes Français ont désormais l’étranger comme nouvelle ligne d’horizon.

Ces départs potentiels sont-ils une chance pour le pays qui pourrait ainsi gagner potentiellement en influence dans le monde, ou au contraire cette hémorragie humaine constitue-t-elle une menace irrémédiable de perte de substance pour la France ? C’est ici la question cruciale du retour ou de l’installation définitive qui est posée. Et derrière, celle de l’attractivité du pays car la partie se joue aussi sur la capacité de la France à attirer à son tour des jeunes étrangers pour compenser ces départs.

Lire la suite

Un jeune sur deux pense qu’il ne pourra pas prendre sa retraite avant ses 70 ans

Dans un sondage Ifop pour Dimanche Ouest France, les Français de moins de 25 ans font part de leur pessimisme quant à leur avenir professionnel.

Près de la moitié des jeunes de moins de 25 ans estiment qu’ils ne pourront partir à la retraite qu’à plus de 70 ans, selon un sondage Ifop pour Dimanche Ouest France.

Quelque 48% des jeunes de moins de 25 ans interrogés par l’institut de sondage considèrent que le seuil de départ en retraite sera, pour eux, supérieur à l’âge de 70 ans.

Par ailleurs, seulement 26% des personnes sondées se disent “confiantes” dans la garantie de toucher une retraite “satisfaisante” par rapport à leurs revenus, selon le sondage.

Le gouvernement entamera dans les prochaines semaines la difficile réforme des retraites, en étudiant les pistes contenues dans le rapport Moreau. Parmi elles, l’allongement de la durée de cotisations.

Sondage réalisé en ligne les 31 mai et 1er juin auprès d’un échantillon de 1017 personnes sélectionnées selon la méthode des quotas.

L’Expansion

De quoi la référence au populisme est-elle le nom ?

Par Christophe Guilluy

Se poser la question du « populisme », obsédante aujourd’hui dans le débat public, c’est déjà tomber dans le piège de la mise à distance des classes populaires. Cet a priori récurrent permet de délégitimer leur discours.

Le peuple français vu par l’intelligentsia parisienne (la famille Morel, épicentre de la série télévisée Les Deschiens, de 1993 à 2002)

En effet, l’approche de la crise par le « populisme » vise à décrédibiliser les réactions des classes populaires et, in fine, à occulter les causes du rejet des classes dirigeantes. Cette rhétorique vise à écarter la responsabilité des partis de droite et de gauche depuis une trentaine d’années. Il s’agit, en fait, de rendre illégitime la contestation des choix économiques et sociétaux effectués par les organisations ayant exercé le pouvoir, quelles que soient leurs étiquettes.

Lire la suite

L’Allemagne a accueilli un million d’immigrants en 2012

L’année dernière, près d’un million d’étrangers sont venus s’installer outre-Rhin. De plus en plus viennent des pays européens en crise pour travailler.

Trouver un électricien, un boulanger ou un maçon. En Bavière, cela relève presque du défi pour certains artisans qui peinent à trouver de la main-d’oeuvre locale. « En même temps, il y a beaucoup de chômeurs espagnols qui disposent d’une qualification et d’une expérience », constate Katrin Budick, de la chambre des artisans de Munich (HKM). Elle est aujourd’hui responsable d’un projet de recrutement en Espagne lancé en janvier. Le succès est détonnant. La chambre a prévu de recruter 21 personnes et a reçu 300 candidatures. « Après des entretiens via Skype, puis en Bavière, 11 ont déjà été placées », se félicite Katrin Budick.

Cette initiative est l’une des nombreuses en Allemagne, où le chômage plafonne à 5,4 % selon les données d’Eurostat, contre 27 % en Espagne ou en Grèce. Alors que l’économie allemande reste robuste, elle attire de plus en plus de travailleurs.

L’an dernier, 966.000 étrangers sont venus s’installer outre-Rhin pour quelques mois, années ou définitivement, ce qui représente une hausse de 15 % et un record en vingt ans, selon l’office des statistiques.

Un débat politique
Lire la suite

73 millions de jeunes chômeurs dans le monde en 2013

Aucune amélioration du marché du travail des jeunes n’est à attendre à moyen terme, avec un taux de chômage mondial des 15-24 ans attendu à 12,8% en 2018 contre 12,3% en 2013, selon une étude de l’Organisation internationale du travail (OIT) publiée mercredi.

Tunis, janvier 2011. Manifestation contre Ben Ali.

En 2013, à l’échelle mondiale, il y aura près de 73,4 millions de jeunes chômeurs, une augmentation de près de 3,5 millions depuis 2007 et de 0,8 million depuis 2011, selon le rapport “Tendances mondiales de l’emploi des jeunes”.

Globalement, entre 2012 et 2018, le nombre de jeunes chômeurs va augmenter de plus de deux millions, ce qui équivaut à une progression de près de 25%. “En 2018, le taux de chômage des jeunes devrait s’élever à 12,8% (contre 12,6% en 2013), avec des disparités régionales croissantes“, prédisent les experts de l’OIT.

Le Figaro