Le décrochage de l’économie numérique

Par Myret Zaki

Il est intéressant de mettre en parallèle, d’un côté, les théories de «stagnation séculaire des économies développées», et, de l’autre, les chiffres de l’économie hyperdynamique de la Silicon Valley.

On peine à croire que les deux soient vrais simultanément. L’un ou l’autre doit faire erreur.

Lire la suite

Collectivités locales : la bombe à retardement

Addendum : L’exemple de Sète (34) – Avec ses 42.000 habitants et une dette de 72 millions d’euros, la municipalité héraultaise a fait ses comptes et prévoit de baisser de 10% sa masse salariale.

Selon un rapport confidentiel, l’excédent de dépenses des communes, départements et régions est passé de 3,7 milliards en 2012 à 9,2 en 2013. En cause : explosion des embauches et recours aux emprunts.

C’est une patate chaude dont les ministres des Finances et de l’Intérieur, en charge de la réforme territoriale, se seraient bien passés. Depuis plusieurs semaines, ils ont sur leur bureau un rapport fort embarrassant sur l’état des “finances publiques locales” dont le JDD a eu connaissance et qui devrait être rendu public d’ici à la fin du mois d’octobre.

Le constat est sans appel. “La situation financière des collectivités territoriales et de leurs groupements s’est dégradée en 2013. Leurs recettes ont progressé moins vite que leurs dépenses […] les investissements se sont accrus entraînant une augmentation de leur endettement“, écrivent les rapporteurs.

De fait, les dépenses des administrations publiques locales (Apul) (1) – les communes, les agglomérations, les départements et les régions pour l’essentiel – ont progressé de 3,4% quand les recettes, elles, augmentaient d’à peine plus de 1%.

Du coup, l’excédent de dépenses des collectivités s’est creusé, passant de 3,7 milliards d’euros en 2012 à 9,2 milliards en 2013. Ce trou dans les caisses des finances locales équivaut à plus de 10 % de l’ensemble des déficits publics… contre moins de 3% en 2012. Là encore, les indicateurs virent au rouge.

Lire la suite

Pourquoi les investisseurs se fichent de la guerre, de la terreur et du chaos

Le risque géopolitique actuel est quasiment nul. Quoique.

Au début de l’année, je suis intervenu sur le “risque géopolitique” durant une conférence d’investisseurs. J’ai rondement traité le sujet : la Russie, le Moyen-Orient, la Mer de Chine du Sud, l’Eurozone. Ensuite, j’ai pris un café avec un autre intervenant, un célèbre investisseur de fonds privés, et je lui ai demandé comment il évaluait le risque géopolitique.

Presque nul, répondit-il. Nous étudions les entreprises, le cash flow, les investissements eux-mêmes.

Comme l’homme qui s’exprimait ainsi est un milliardaire, qui a mis fin à la conversation en me proposant une place pour Madrid dans son jet privé, il serait idiot de ne pas prendre en considération son opinion. La plupart du temps, il est raisonnable de traiter l’actualité comme un simple bruit de fond, un peu plus important que la rubrique Sports.

Des événements qui sont des tragédies au niveau individuel sont sans importance pour les investisseurs. La guerre en cours en Syrie, qui a déjà coûté près de 200.000 vies, a lieu sur fond de marchés boursiers en plein boom.

L’absence de liens entre les marchés et la politique est particulièrement sinistre ces temps-ci. La semaine dernière, les colonnes des journaux étaient remplies d’articles sur la guerre en Ukraine, au Moyen-Orient, et sur une possible partition du Royaume-Uni : le FTSE a atteint son cours le plus élevé depuis 14 ans. La semaine précédente, le S&P 500 américain a franchi pour la première fois les 2.000 points.

Lire la suite

En Amérique latine, le pétrole comme appât à compagnies étrangères

Pour exploiter le pétrole d’une région qui accapare 20% des réserves mondiales, certains pays d’Amérique latine cherchent à attirer les entreprises étrangères, s’efforçant toutefois de ne pas perdre le contrôle de l’Etat sur ce secteur stratégique.

Une plateforme de forage au large du Brésil

Au premier rang : le Mexique, le Brésil et l’Argentine, cibles de choix pour leurs réserves inexploitées et les possibilités de développer celles existantes.

Lire la suite

Russie : Sanctions économiques, le numéro 1 du pétrole réclame 31 milliards à Poutine

Igor Setchine, le PDG du groupe pétrolier Rosneft visé par des sanctions économiques des États-Unis, a demandé de l’aide au gouvernement russe, rapporte jeudi le journal Vedomosti.

Vladimir Poutine et Igor Setchine

Le géant russe du pétrole Rosneft a appelé à l’aide le gouvernement russe. Il lui a demandé un soutien financier, qui pourrait atteindre 30 milliards d’euros, rapporte jeudi le journal Vedomosti. Le groupe est visé par des sanctions économiques des États-Unis liées à la crise ukrainienne qui réduisent depuis juillet son accès aux financements sur les marchés américains.

Lire la suite

Chères, très chères autoroutes : le scandale

Péages qui flambent, privatisation contestée et investissements publics en rade… La gestion du réseau français fait polémique. Enquête sur un partenariat ambigu entre l’État et les grands groupes de BTP.

Cet été, c’est une certitude, il faudra payer plus cher que l’an dernier : 65 euros de péages pour un trajet Lille-Port-Leucate, 60 euros entre Lyon et Biarritz ou 68 euros pour rejoindre Saint-Raphaël depuis Paris… Ajoutez-y le stress des grands départs, les inévitables bouchons et la queue à la pompe, et vous comprendrez le ras-le-bol qui submerge les automobilistes français enfermés entre les glissières de leurs chères, très chères autoroutes…

Petits, on a tous entendu nos parents dire qu’un jour on n’aurait plus besoin de payer les autoroutes. Combien de temps cette arnaque va-t-elle encore durer ?” s’étrangle Pierre Chasseray, le porte-parole de 40 Millions d’Automobilistes, une association de conducteurs verts de rage.

Péages trop chers ! Les tarifs des sociétés autoroutières ont encore progressé de 1,14% cette année après avoir grimpé de 2,5% en 2013 et de 2,01% en 2012. Une inversion de la courbe ?

La hausse du ticket autoroutier demeure supérieure à l’inflation. Entre 2007 et 2012, les péages ont augmenté de 11%, alors que l’indice Insee des prix à la consommation n’a progressé que de 8,5%.

Lire la suite

Détention record de cash par les entreprises françaises : un symptôme supplémentaire d’une crise de la demande

Malgré la crise, les entreprises françaises disposent d’une trésorerie enviable qu’elles n’investissent pourtant pas. Et préférer s’asseoir sur ses liquidités témoigne d’une crise des carnets de commande.

C’est le grand paradoxe “apparent” de la crise ; les entreprises n’ont jamais détenu autant de liquidités. Ainsi, selon Moody’s, les entreprises américaines détenaient 1,64 trillion de dollars américains à la fin de l’année 2013, en cash. Soit une hausse de 12% par rapport à l’année antérieure.

Lire la suite

La banque centrale russe frappe fort face aux nouvelles sanctions occidentales

La banque centrale russe a frappé fort vendredi pour éviter une nouvelle fuite des investisseurs face au durcissement des sanctions occidentales contre Moscou, avec une hausse drastique de taux qui risque de fragiliser davantage son économie.

Le siège de la Banque de Russie, à Moscou

A la surprise générale, la Banque de Russie a décidé lors de sa réunion mensuelle de politique monétaire de relever son taux directeur à 8%, contre 7,5% depuis avril. Elle s’est dite prête à aller plus loin “si les risques pesant sur l’inflation persistent“.

Il s’agit de la troisième fois qu’elle resserre le robinet du crédit depuis mars, sur fond de crise dans l’est de l’Ukraine, où les forces gouvernementales affrontent des rebelles prorusses, et de sanctions occidentales croissantes.

Lire la suite

La jeunesse n’a pas de travail mais elle a des idées pour l’Europe

Quelle sera l’Europe de demain? Près de 5.400 jeunes européens de 16 à 30 ans se sont réunis à Strasbourg en mai dernier pour en débattre et ont rendu un rapport à ce sujet il y a quelques jours. Tour d’horizon de leurs idées pour une meilleure Europe.

Chômage des jeunes par pays, dans l’Union européenne, en pourcentage des moins de 25 ans, juillet-août 2013

Pendant trois jours la moyenne d’âge du Parlement européen à Strasbourg a fortement baissé. Et pour cause, des milliers de jeunes venus de tout le Vieux Continent ont investi les lieux afin de réfléchir à l’avenir de l’Europe.

Ils ont pu donner leur avis, partager leurs craintes et leurs espoirs autour de cinq grands thèmes: le chômage des jeunes, la révolution numérique, le futur de l’Europe, le développement durable et les valeurs européennes. Ces “rencontres de la jeunesse européenne” (European Youth Event) ont permis de dégager quelques idées pour l’avenir.

Lire la suite

Le vrai coût des Coupes du monde de football

Avant d’être un événément médiatiquement rentable, le Mondial est d’abord un événement… ruineux pour ses organisateurs. La preuve…

Lors de la première Coupe du monde en Uruguay, en 1930, la Fifa (fédération internationale de football association) n’était pas assez riche pour fournir des ballons aux équipes.

Le 30 juillet 1930, lors de la finale entre l’Uruguay, le pays d’accueil, et l’Argentine, l’arbitre dut recourir au tirage au sort pour trancher entre le ballon uruguayen et le ballon argentin. L’histoire ne dit pas quel ballon fut choisi, toujours est-il qu’il permit à l’Uruguay de l’emporter par 4 buts à 1. A l’époque, les dépenses du pays organisateur se sont limitées à la construction d’un nouveau stade et au remboursement des frais de transport et d’hébergement des équipes.

Vingt ans plus tard, la situation a changé du tout au tout: après le match final entre le Brésil et l’Uruguay, la Fifa comprend que l’argent va couler à flots sur le football. Les pays organisateurs comprennent tout l’intérêt d’accueillir cette compétition.

Du coup, un jeu à sommes non nulles se met en place: dans l’espoir de retombées économiques appréciables, les pays hôtes se mettent à investir des sommes considérables dans leurs infrastructures. Les investissements évoquent une fusée à trois étages: d’abord, l’organisation de l’événement, généralement gérée par un Comité d’organisation. Ce Comité est chargé par la Fifa de la billetterie des stades, du recrutement des personnels, et de l’animation des enceintes sportives.

Les pays émergents plus dépensiers
Lire la suite

La Chine à la conquête de la Grèce

Le Premier ministre chinois [était] à Athènes. Au programme : des contrats de plusieurs milliards d’euros et le rachat d’infrastructures.

Antonís Samarás et Li Keqiang, premiers ministres de Grèce et de Chine, à l’aéroport d’Athènes, le 19 juin 2014

Après une visite éclair à Londres, le Premier ministre chinois, Li Keqiang, a posé ses valises pour trois jours en Grèce. Il n’est pas venu les mains vides… Avec dix-neuf accords de coopération et de contrats commerciaux d’un montant total de 3,4 milliards d’euros, c’est l’empire du Milieu qui compte bien s’implanter en Grèce.

Lire la suite

Tous prolétaires demain ? Peut-être pas

Par Jean-Pierre Béguelin, ancien économiste au sein de la Banque nationale suisse, ancien économiste en chef de la banque Pictet & Cie (Suisse)

Dans un livre fort commenté, le professeur Piketty explique la montée continue des fortunes privées par un rendement du capital supérieur à la croissance économique. Il voit cette situation perdurer, ce qui me semble trop pessimiste.

Comparé au Capital de Marx, Le Capital au XXIe siècle du professeur Piketty a l’avantage d’être, en apparence tout au moins, clair et compréhensible. Parmi les récents « blockbusters » soi-disant économiques, quasi tous superficiels et convenus, ce livre est le plus plaisant et le plus intéressant avec ses allusions littéraires bien choisies, ses perspectives historiques chiffrées et ses référence à des modèles théoriques bien vulgarisés sans oublier la compilation d’une impressionnante somme de données nouvellement disponibles.

Sa thèse, bien connue maintenant, interroge car l’auteur craint que le siècle qui débute ne voie les riches continuer à s’enrichir automatiquement, mettant finalement nos sociétés à mal, d’où la nécessité de modifier leur environnement réglementaire et fiscal.

Pour l’économiste français, la rapide montée des fortunes privées ces 25 dernières années s’explique avant tout par un rendement du capital nettement plus élevé que la croissance économique générale, un phénomène qu’il pense devoir perdurer longtemps vu la stagnation, voire le déclin attendu des populations actives dans le monde. Cette vision me semble toutefois par trop pessimiste.

Lire la suite

Pourquoi les pays du Golfe investissent-ils autant dans les firmes européennes ?

Les investisseurs du Moyen-Orient se précipitent sur toutes sortes d’entreprises européennes et ils achètent à peu près tout ce qu’ils peuvent acquérir, expliquent Simone Boehringer et Thomas Fromm dans le journal suisse Süddeutsche Zeitung (traduction anglaise par WorldCrunch).

Le premier ministre irlandais Enda Kenny avec le premier ministre qatari Abdullah bin Nasser bin Khalifa al-Thani, à Doha, le 7 janvier 2014

Ils raffolent en particulier des sociétés allemandes.

Voici quelques exemples de leur « shopping » :
Lire la suite

L’accord transatlantique s’immisce dans la campagne européenne

La négociation d’un traité de libre-échange avec les Etats-Unis reprend le 19 mai. Au prochain Parlement européen, la bataille sera rude.

Jour J moins cinq. Des élections européennes qui se tiendront jusqu’au 25 mai, dépendra la prospérité à venir du continent. Les 751 députés appelés à siéger devront conduire – notamment – la politique commerciale internationale des 28 Etats membres de l’Union (UE). Parmi les dossiers phares figurent, entre autres, l’accord de libre-échange avec le Japon (un rapport est attendu prochainement pour évaluer la première année de pourparlers), la Chine (investissements uniquement), l’Inde, le Mercosur (regroupement de cinq Etats d’Amérique latine), l’Asie du Sud-Est (Singapour, Indonésie, Vietnam) et la Russie (discussions suspendues).

«Toutes ces négociations ne sont pas vraiment un enjeu dans le cadre des élections», estime néanmoins Stephan Libiszewski. Selon le porte-parole de la délégation de l’UE pour la Suisse et le Liechtenstein, les forces politiques en présence devraient maintenir l’orientation commerciale adoptée jusqu’ici. Excepté quelques nuances dans le consensus des grandes coalitions – en raison de l’élection attendue d’un plus grand nombre de députés eurosceptiques, voire europhobes –, aucun bouleversement radical ne serait à signaler.

Un dossier commercial s’est néanmoins bruyamment invité dans la campagne électorale. Il s’agit du traité transatlantique négocié entre Bruxelles et Washington, autrement appelé Transatlantic Trade and Investment Partnership (TTIP) ou Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (PTCI). On observe ces dernières semaines, dans le camp des souverainistes, tout comme celui des Verts et d’autres partis plus à gauche, une accélération des critiques à son encontre. Certaines factions en France, comme le Front de gauche, Europe Ecologie-Les Verts ou le Front national en ont fait le cœur de leur campagne, rêvant de reproduire le non au traité constitutionnel européen de 2005.

Lire la suite

TAFTA expliqué pour les nuls… et les Citoyens !

Article d’origine rédigé par Lurinas du blog La télé libre

Cela fait plus de 20 ans que des accords de libre-échange entre les États-Unis et l’Europe sont tissés plus ou moins largement et plus ou moins en marge du cadre multilatéral de l’OMC. Depuis le dernier cycle de Doha suspendu en 2006, la stratégie alternative des accords bilatéraux s’avère plus que jamais prometteuse. Aussi, cette fois encore, mais plus durement, l’accord commercial transatlantique TAFTA est dans les tuyaux. Plongée dans ce tas de dossiers à petits caractères.

Plus de 20 ans. Oui, oui. Si les médias audiovisuels français sont très discrets sur le sujet, il convient de vous éclairer pour susciter et provoquer le débat dans l’opinion publique.

TAFTA ? Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur ce texte sans jamais oser le demander.

Les grandes lignes

Le Trans-Atlantic Free Trade Agreement (TAFTA) est un projet d’accord commercial entre l’Union européenne (UE) et les Etats-Unis (EU).

D’autres acronymes existent pour s’y perdre : TTIP (Transatlantic Trade and Investment Partnership), PTCI (Partenariat Transatlantique de Commerce et d’Investissement), GMT (Grand Marché Transatlantique), APT (Accord de Partenariat Transatlantique).

Union européenne et États-Unis sont deux espaces qui totalisaient 45% du PIB mondial en 2012. 820 millions de consommateurs. Pas peanuts.

Le projet actuel a pour but principal d’abaisser les barrières douanières qui existent encore, d’harmoniser les normes entre les deux parties, etc. afin que les marchandises, les services et les capitaux circulent mieux, plus vite, plus loin.

« L’accord doit prévoir la libéralisation réciproque du commerce et de l’investissement des biens et des services, ainsi que les règles sur des matières ayant un rapport avec le commerce, avec un accent particulier sur l’élimination des obstacles réglementaires inutiles. L’accord sera très ambitieux allant au-delà des engagements actuels de l’OMC. L’accord s’imposera à tous les niveaux de gouvernement »

Lire la suite

L’économie russe paie “cash” la crise en Ukraine

La croissance du PIB russe devrait retomber à zéro en 2014, admet le ministre russe des Finances.

Anton Silouanov, Igor Sechin et Vladimir Poutine, le 4 avril 2012 (photo RIA Novosti)

Le spectre d’une récession se fait de plus en plus craindre en Russie, le ministre des Finances ayant lui même estimé mardi que la croissance de l’économie risquait d’être nulle en 2014 en raison des troubles “géopolitiques” liés à la crise en Ukraine. “Les conditions, dans lesquelles nous devons travailler en 2014, sont les plus difficiles depuis la crise de 2008-2009″, a lancé Anton Silouanov.

Lire la suite

La fuite des capitaux s’accélère en Russie

La fuite des capitaux de Russie a atteint 63,7 milliards de dollars (46,19 milliards d’euros) au premier trimestre, montrent des chiffres publiés mercredi par la banque centrale qui illustrent les difficultés économiques que rencontre le pays.

En 2013, la fuite des capitaux avait atteint 63 milliards de dollars sur l’ensemble de l’exercice fiscal.

La banque centrale avait dans un premier temps annoncé mardi un montant de 50,6 milliards de dollars avant d’y ajouter près de 13 milliards de dollars correspondant à des transactions réalisées entre des banques et elle-même, une mesure considérée comme plus juste par les économistes.

Cette accélération coïncide avec la chute des investissements, la très nette détérioration du climat des affaires et la franche révision à la baisse des prévisions de croissance dans la foulée de l’annexion de la Crimée par la Russie.

Lire la suite

A Evry, les habitants paient encore la gestion bien peu rigoureuse de Manuel Valls (Rediff)

Folles dépenses, dette record, pratiques clientélistes… Mais qu’a donc fait Valls dans sa ville ?

3 juin 2012, hôtel de Ville d’Evry : Manuel Valls, nommé ministre de l’Intérieur, passe le pouvoir municipal au nouveau maire Francis Chouat

Dès qu’il s’agit de faire le beau sur ses terres d’Evry, Manuel Valls ne ménage pas les balais-brosses. En mai 2012, il a fait repeindre à la va-vite des murs du quartier de Bois sauvage. « La veille au soir, des équipes étaient encore en train d’effacer des tags », se souvient une habitante. Il ne s’agissait pas de laisser les caméras donner une mauvaise image de la commune d’un futur président de la République…

Sacré Manuel Valls ! Depuis qu’il a été parachuté dans cette ville nouvelle de l’Essonne il y a douze ans, celui qui était alors simple chargé de presse au cabinet de Lionel Jospin à Matignon est devenu un vrai professionnel de la politique. Non seulement il a appris à policer son langage et à choisir ses cravates pendant ses dix années de mandat, mais il a réussi à faire d’Evry une ville tremplin pour servir ses desseins. « Quand il est arrivé ici, il ne cachait pas son ambition de s’asseoir un jour dans le fauteuil de l’Elysée », confie un ancien de la mairie. Et il voulait faire de sa cité un laboratoire vivant, témoignant de sa gestion dynamique, moderne et rigoureuse.

Une décennie plus tard, un simple coup d’œil aux finances municipales donne une idée de son bilan : les caisses d’Evry sont vides. « J’ai rarement vu ça, ils n’ont même pas de quoi payer leur dette », s’étonne Claude Jaillet, expert en finances locales. « Du coup, ils sont obligés d’emprunter pour rembourser les échéances ».

Lire la suite

Europe : Punir Moscou pourrait coûter très cher

De l’industrie automobile allemande au secteur du luxe italien, les entreprises européennes redoutent le contrecoup de sanctions économiques contre la Russie.

Par Margaret Coker, Jan, The Wall Street Journal

Les diplomates européens qui envisagent de durcir les sanctions contre les élites politiques et financières russes font face à un gros problème : ces mesures pourraient bien se retourner contre l’économie de leurs pays.
De l’industrie automobile allemande au secteur italien de la mode, en passant par les services financiers de la City à Londres et le tourisme grec, l’économie de la région est bien plus dépendante des Russes que ne l’est celle des Etats-Unis.
Après plusieurs années de récession, le commerce, l’industrie et les services européens sont encore très vulnérables. En outre, les milliards de dollars d’investissements étrangers en Russie pourraient être compromis si ce pays ripostait aux sanctions.
Lire la suite

L’investissement direct étranger (IDE) en Ukraine

En augmentation durant ces dernières années, les IDE à destination de l’Ukraine ont connu un net ralentissement du fait de la récession mondiale et de la crise économique sévère qui a touché le pays. Après avoir rebondi en 2010 (+23,7% par rapport à 2009), les flux se sont taris. En 2012, ils ont baissé de 9,4% par rapport à 2011, s’élevant à 4,13 milliards USD.

L’échec du rapprochement avec Bruxelles et la perte du soutien du FMI sont autant de facteurs qui jouent négativement sur la confiance des investisseurs.

 

En dehors de cette conjoncture défavorable, un système judiciaire inefficace et corrompu, la complexité des lois et règlements, le faible respect des contrats et la mauvaise gouvernance sont de sérieux freins à l’investissement.

Lire la suite