Mooc : La standardisation ou l’innovation ?

Si vous n’avez pas encore succombé au buzz des Mooc (massive online open courses, Cours en ligne ouvert et massif), ça ne saurait tarder : le temps de l’enseignement supérieur de masse en ligne est venu et la face du monde en sera changée, nous dit-on. Face à la force de frappe de cette bulle d’opinion, il devient difficile de résister et toutes les universités se sentent obligées de prendre position. Mais pour quelle raison et pour y faire quoi ?

Avant tout pour ne pas paraître décrochées, pour rester dans la compétition mondiale, pour maintenir leur réputation et leur attractivité. Ce qui d’ores et déjà disqualifie non seulement la plupart des universités des pays du Sud, mais aussi une bonne partie des universités des pays du Nord, qui n’ont aucun moyen voire aucune envie d’entrer dans ce jeu d’une supposée concurrence internationale, alors qu’elles sont déjà submergées par les inscriptions en masse qui font leur lot quotidien et, dans des pays comme la France, sans que cela génère des revenus supplémentaires, mais seulement des charges puisque les frais d’inscription sont fixés par la loi.

La masse est un problème pour ces universités, mais semble-t-il une chance pour les marques universitaires élitistes mondiales qui veulent capter ce marché de la formation payante. La sélection n’est plus l’ennemie du recrutement de masse, dès lors qu’il existe un marché d’étudiants avides de payer tout ce qui sera étiqueté Stanford par exemple.

Lire la suite

Les 3 dogmes assassins à l’origine de la désindustrialisation

La France, cimetière d’usines : 900 fermées en trois ans. Le spectre d’une désindustrialisation dramatique quitte les chiffres froids, secs et désincarnés de la macro-économie pour miner le paysage du réel. Vertige d’une grande puissance industrielle au tapis, impuissante à invoquer la crise comme seule responsable de ces maux puisqu’au cours de ces dernières années, elle a fait beaucoup moins bien que ses classiques concurrents européens, l’Allemagne, le Royaume-uni, l’Italie.

Ainsi, dans la zone euro, entre 2000 et 2010, le poids de la valeur ajoutée de l’industrie manufacturière dans le PIB accuse un recul de 3,7 points contre 5,2 points en France (plus de 100 milliards d’euros). La part de l’industrie dans la valeur ajoutée totale de l’économie a régressé brutalement en une décennie de 30 %, passant de 18 % en 2000 à 12,5 % en 2011. Alors que ce ratio est de plus du double en Allemagne, de 18,6 % en Italie.

Du côté des exportations dont la balance commerciale accuse 70 milliards de déficit, les performances son calamiteuses : la France a perdu de 1998 à 2012, 41 % de ses parts de marché, le double de l’OCDE, le triple de l’Allemagne. Du côté des emplois, les chiffres sont encore plus accusateurs puisqu’en 30 ans la France a perdu 2 millions d’emplois industriels. A part l’agroalimentaire, le luxe et l’aéronautique, qui ont réussi à tirer leur épingle du jeu, toutes les filières sont plus ou moins touchées.

Lire la suite

Darknet : La face cachée d’Internet

« Darknet », c’est la sphère d’Internet qui n’est pas référencée et donc inaccessible par les moteurs de recherche. Difficile d’évaluer la taille de cet Internet parallèle, mais, à l’image de l’iceberg, il représente sans doute la face immergée de la Toile et permet aux organisations criminelles de tisser leurs toiles en toute discrétion.

Bruno Kerouanton, responsable de la sécurité au Service informatique du canton du Jura, nous emmène dans ce monde souterrain, où toutes les connexions sont très lente, puisqu’elles passent par plusieurs relais.

« On trouve beaucoup de vente de drogue, dans le Darknet. On trouve également des armes, des services pour adultes et évidemment du blanchiment d’argent. Finalement, on tout le panel que les mafias sont susceptibles de proposer habituellement, sous forme numérique. »

Chez Melani, la centrale d’analyse pour la sûreté de l’information suisse, on fait le même constat. Pour dépister d’éventuelles attaques d’institutions financières suisse, l’équipe de Melani infiltre des forums de discussion, repère des actes frauduleux et tente d’identifier des réseaux criminels.

(Merci à Philoï)

Les émissions de CO2 liées à Internet polluent autant que l’avion

La pollution générée par Internet devient un réel problème. Si les données semblent virtuelles, leur transit entre serveurs est pourtant bien concret et polluerait autant que l’industrie aérienne, selon de récentes études. Des chercheurs élaborent de nouveaux modèles d’échange d’information afin de trouver un moyen de réduire au mieux l’empreinte carbone d’Internet.

L’échange d’information sur Internet depuis votre ordinateur se fait grâce à différents réseaux interconnectés (les nuages) par des routeurs (en bleu). Pour atteindre un serveur (en bas à droite de l’image), les routeurs transmettent l’information de proche en proche. Ils constituent des nœuds du réseau.

Se mettre au vert signifierait-il privilégier le papier à Internet ? Sur le Web, chacun partage et échange de différentes manières (par écrit, de façon sonore, visuelle, etc.). Et la virtualité de ce monde est souvent perçue comme une réponse aux problèmes environnementaux tels que l’utilisation excessive du papier, et donc la déforestation, ou bien l’utilisation des transports routiers ou aériens pour transmettre l’information.

Pourtant, la génération de 50 millions de tweets émettrait une tonne de CO2 dans l’atmosphère. Le simple fait de mettre en copie un destinataire pour un courriel équivaudrait à l’émission de 6 g de CO2. En outre, les chercheurs du Centre for Energy-Efficient Telecommunications (CEET) et des laboratoires Bell ont montré que les technologies de l’information et de la communication (TIC), qui englobent Internet, les vidéos, les fichiers sonores et autres services dans le cloud, produiraient plus de 830 millions de tonnes de CO2 chaque année.

Cela représente 2 % des émissions globales du principal gaz à effet de serre. Une telle quantité de CO2 équivaut aux émissions de l’industrie aérienne.
Lire la suite

Crise et Web ont généré une très large économie de la débrouille

Diouldé Chartier dirige D’Cap Research, un cabinet d’étude sur les comportements des Français. D’Cap a mis en place un « observatoire système D » pour étudier leurs changements d’attitude face à la crise. Comment les Français s’adaptent-ils à celle-ci ? Comment se débrouillent-ils pour moins en souffrir ? [...]

Pour Diouldé Chartier, cette étude ambitieuse a permis de mettre à nu une révolution en cours dans la société française : le mariage de la débrouille et d’Internet. Entretien.

Rue89 : Quelles sont les grandes tendances qui se dégagent de votre étude ?

Diouldé Chartier : Nous avons constaté, avec cette étude, l’apparition d’une très large économie « en réseau », largement invisible : des espaces où les gens échangent d’une façon nouvelle, souvent sans intervention d’aucune institution, parfois même sans monnaie.

Le phénomène est beaucoup plus massif que nous ne le pensions. Son développement est reflété par le succès spectaculaire de sites d’échanges comme Le Bon Coin, Super-Marmite ou Airbnb. Les gens revendent leurs objets, proposent leurs services, sous-louent leur appartement, s’échangent des tuyaux, s’entraident.

Un tel phénomène est né du mariage du Web et de la crise. Il se développe dans une immense zone grise. Quand je dis « grise », je ne veux pas dire « illégale » : ces échanges sont pour la plupart conformes à la loi, mais ils échappent aux statistiques et aux observations des économistes.

Cette économie en réseau est générée par la crise, mais aussi, plus généralement, par l’augmentation du nombre de « ruptures » dans les vies des Français. Le recul à la fois du CDI et du modèle du couple stable, avec enfants sous un même toit, laisse place à des vies au cours plus fragmenté. Des décalages temporels de plus en plus importants ont lieu entre les rentrées d’argent et les dépenses : il faut les gérer. Seuls l’entraide, la débrouille, le peer-to-peer, le système D permettent de faire face.
Lire la suite

Europe : Votre opérateur téléphonique vous surveille

La “directive européenne sur la conservation des données” prévoit que chaque opérateur téléphonique en Europe, chaque fournisseur d’accès Internet dans toute l’Europe, doit stocker une large gamme d’informations sur les utilisateurs. Qui appelle qui ? Qui envoie un courriel à qui ? Qui envoie un texto à qui ? Et si vous utilisez votre téléphone portable, où vous vous trouvez. Toutes ces informations sont stockées par votre opérateur de téléphonie ou votre fournisseur d’accès internet pendant au moins six mois et jusqu’à deux ans.

Traduction française complète de l’intervention de Malte Spitz:
Lire la suite

Jeremy Rifkin : “La troisième révolution industrielle est en marche”

Dans son nouveau livre, « La Troisième Révolution industrielle », sorti en France début février, Jeremy Rifkin annonce l’avènement d’une nouvelle économie, fondée sur le mariage entre Internet et les énergies nouvelles.

Quand est née l’idée de la troisième révolution industrielle ?

Dans les années 1970. En 1973, j’avais organisé la première manifestation contre l’industrie pétrolière à Boston, en rassemblant 20.000 personnes. Puis vint, en 1980, mon livre, intitulé « Entropie », qui fut le premier à ouvrir le débat public sur le changement climatique. Depuis, il est devenu une référence pour les mouvements politiques écologiques. Au début des années 1980, à la suite de la flambée des cours du brut lors de la crise pétrolière, j’ai commencé à prendre conscience que nous allions arriver à un pic de production dans les vingt-cinq ou trente ans à venir, et qu’il fallait déjà envisager une nouvelle révolution énergétique. Ce n’est que dans les années 1990 et la révolution Internet que j’ai fait le lien entre les communications et l’énergie. Quand Internet est apparu, il est devenu le catalyseur. Et j’ai compris que les grandes révolutions énergétiques de l’histoire coïncidaient avec de nouveaux modes de communication.

Vous pouvez expliquer ?

Les changements économiques et sociaux proviennent toujours d’une rencontre entre une nouvelle énergie et un nouveau mode de communication. Au XIX e siècle, la machine à vapeur et le charbon ont amélioré la vitesse de l’information. Ils ont permis de produire en masse des journaux à des prix concurrentiels, accroissant du même coup la proportion d’une population éduquée. Si nous n’avions pas eu cette main-d’oeuvre cultivée, que l’école publique a aussi favorisée en France, nous n’aurions pas pu gérer la première révolution industrielle comme l’a fait l’Internet. Au XX e siècle, il y a eu une autre convergence entre l’électricité, le téléphone, puis la radio et la télévision. Nous étions entrés dans la société de consommation.

Et maintenant ?

Cette deuxième révolution a commencé à mourir en 2008. Pour remédier à cette crise de croissance, il faudrait une nouvelle matrice, une nouvelle convergence entre énergie et communication. Ce sera le mariage de nouvelles sources d’énergie et d’Internet. Je m’explique : quand le cours du pétrole a franchi les 147 dollars le baril, en juillet 2008, tous les autres prix des produits dérivés ont flambé et les moteurs économiques ont stoppé. Soixante jours plus tard, c’était le krach sur les marchés financiers. De nouvelles secousses sont à prévoir. D’autant que, selon l’AIE, la production du pétrole a atteint son pic en 2006. Aujourd’hui, elle n’est plus en mesure de faire face aux demandes croissantes de la Chine et de l’Inde. Ce que je vois, ce sont des cycles de croissance qui s’arrêtent brutalement tous les quatre à six ans et ceci pendant vingt-cinq ans. L’inflation a augmenté. Et le pouvoir d’achat a baissé. Au-dessus de 150 dollars le baril, ce n’est pas tenable.

En quoi consiste la troisième révolution industrielle que vous décrivez ?

La première étape, c’est le passage aux énergies renouvelables. Les énergies fossiles sont de plus en plus chères. A contrario, le soleil brille tous les jours. Le vent souffle tous les jours quelque part. Un grand nombre de pays ont des côtes avec des vagues et des marées. Les montagnes peuvent favoriser l’hydroélectricité. Et puis, il y a la gestion des déchets, qui ouvre la voie à la biomasse. N’oublions pas la géothermie. Mais on ne peut gérer une économie mondiale si ces énergies sont distribuées sur le modèle du pétrole et du gaz, c’est-à-dire de façon centralisée. Aujourd’hui, 23 % de la population mondiale n’a pas accès à l’électricité. Et 25 % que partiellement. Cela prouve que le mode actuel de diffusion de l’énergie ne peut pas satisfaire la demande. Dans ma révolution industrielle, chaque immeuble, chaque maison deviendront une source de production d’énergie. Il faudra donc un réseau de communication pour la distribuer. L’Internet, par essence collaboratif, offre cette possibilité.

Les Échos

Grégory Dorcel: «Le sexe doit avoir un environnement haut de gamme»

A l’occasion du Salon de l’érotisme, Grégory Dorcel, PDG du groupe Marc Dorcel, confie à «20 Minutes» ses inquiétudes sur l’évolution du marché de la pornographie…

Chez les Dorcel, le porno est une affaire de famille. Après Marc, c’est son fils Grégory qui a pris la tête du groupe.

Avec 26 millions d’euros de revenus annuels, Marc Dorcel est le premier producteur mondial dans l’industrie de la pornographie.

Face à l’avènement des pureplayers, AdultFriendFinder et ses 350 millions d’euros de chiffre d’affaires ou Manwin, qui détient 50% des plateformes illégales ainsi que les activités télévisuelles de Playboy, Grégory Dorcel fait le pari de la qualité. A contre-courant du marché français du sexe.

Le porno payant avec la crise, c’est fini?

Marc Dorcel a connu 10% de croissance en 2010-2011 mais le marché de la pornographie est une catastrophe. Nous avons multiplié les investissements et les innovations: les magazines, les chaînes de télévision, la 3D, les services multimédia. Nos concurrents ont arrêté les investissements et donc la qualité. La majorité d’entre eux disparaît.

Lire la suite

Vie et mort des stock-options

A priori, on dirait un assassinat brutal, en bonne et due forme. Au Bourget, François Hollande prévient : « Les stock-options seront supprimées. » Dans « Le Journal du dimanche », un grand patron, Jean-Paul Agon, PDG du groupe de cosmétique L’Oréal, semble jouer l’exécuteur des basses oeuvres du candidat socialiste à l’élection présidentielle, dont il n’est pourtant pas l’un des proches : « En avril, je proposerai au conseil d’administration l’arrêt total du système de stock-options chez L’Oréal, pour tout le monde et dès cette année. » Mais il s’agit d’un faux petit meurtre entre amis. Car si les stock-options sont encore le symbole de rémunérations extravagantes, elles sont en réalité atteintes d’ un mal qui les condamne à disparaître dans la plupart des cas. Ce qui les a fait grandir va les tuer.

Leur épopée commence dans les années 1970. Les actionnaires des entreprises, matraqués au sortir de la Grande Dépression, relèvent enfin la tête. Des économistes comme Milton Friedman expliquent que le seul but de l’entreprise est de servir les plus gros profits possible. Pour y parvenir, il convient d’« aligner » les intérêts des dirigeants sur ceux des actionnaires. Le moyen jugé le plus efficace est de les rémunérer avec des actions. Le moyen le moins cher est de leur donner non pas des titres, mais la possibilité d’en acheter plus tard, à prix d’ami -autrement dit, une option d’achat d’actions, « stock option » en américain.

Dans les années 1980, le système prend son envol. Dans les années 1990, il triomphe, pour quatre raisons. D’abord, c’est une décennie d’euphorie boursière. L’indice CAC 40 est multiplié par trois, le Dow Jones par quatre. Les stock-options rapportent des fortunes à leurs heureux détenteurs, qui en redemandent. En 2000, la valeur des options distribuées aux Etats-Unis approche 120 milliards de dollars, dix fois plus qu’en 1992. Ensuite, c’est une ère d’effervescence entrepreneuriale. Rêvant des promesses fabuleuses du cyberespace, les investisseurs placent des centaines de milliards de dollars dans la foule d’entreprises qui se créent pour tirer profit d’Internet. Et pour attirer, par exemple, le numéro deux de l’opérateur de télécoms ATT, une start-up -une jeune pousse, comme on dit en français -ne peut pas se permettre de faire un pont d’or… mais peut offrir l’espoir de gains mirobolants sur son capital.

Lire la suite

Une crise qui nous vient de si loin…..

On a souvent tendance à penser que l’actuelle grande crise remonte à l’été 2007, avec le début de l’effondrement du marché des crédits hypothécaires américains. Et ce dernier viendrait – est-il souvent assuré- mettre un terme à trente années d’une formidable croissance mondiale qui aurait arraché de la misère plus d’un milliard d’individus. Cette façon de voir les choses n’est sans doute pas inexacte, mais ne permet pas de repérer la dynamique du long terme qui seule nous amène à nous situer clairement  dans le présent.

Nous chercherons ici à expliquer, que la présente situation est le résultat de la déformation progressive d’un régime de croissance, qui a abouti à une dislocation planétaire, laquelle s’évalue en termes de soldes extérieurs nationaux de plus en plus déséquilibrés, et probablement non durables, car socialement beaucoup trop douloureux. Ce régime de croissance s’appelle régime Fordien ou régime d’accumulation intensive, et les toutes premières manifestations de son dérèglement remontent au beau milieu des années 60, et ce dans la plupart des pays développés.

La cohérence Fordienne, version particulière d’un « ordre organisé »

Lire la suite

La menace Acta

“Nous, citoyens du monde, vous appelons à défendre un Internet libre et ouvert et à refuser de ratifier l’Accord Commercial Anti-Contrefaçon (ACTA) qui l’anéantirait. Internet est un outil essentiel aux peuples du monde entier pour échanger des idées et promouvoir la démocratie. Nous vous exhortons à faire preuve d’un véritable leadership mondial et à protéger nos droits.”

Une économie mondialisée au détriment des salariés et des citoyens

Une économie pour qui et pour quoi ? Certainement pas uniquement au bénéfice de quelques-uns situés au sommet, ni des grandes entreprises et de leurs PDG. Les succès de l’économie ne peuvent non plus être mesurés par le rythme de croissance du PIB, ou le niveau atteint par l’indice Dow Jones, ou par l’élévation du revenu moyen.

"Je veux que vous achetiez de la m...", dit l'Oncle Sam

La crise du capitalisme américain signe le triomphe des consommateurs et des investisseurs sur les travailleurs et les citoyens. Et puisque la plupart d’entre nous occupent ces quatre rôles – même si les plus riches prennent la part du lion dans la consommation et l’investissement – le cœur de cette crise réside dans la possibilité croissante pour chacun d’entre nous, en tant que consommateur ou investisseur, de faire de bonnes affaires, et dans notre capacité déclinante à être entendu en tant que travailleur et citoyen.

Lire la suite

Les ménages confrontés à la hausse des prix

Les tarifs des assurances vont augmenter dès le 1er janvier prochain. Ce n’est pas le seul secteur où les prix s’envolent. Le carburant, l’abonnement à internet et le tabac augmentent également. Au final, la note devient de plus en plus salée pour les Français.

(Merci à CJ)

La technologie peut-elle éliminer la pauvreté ?

Le dernier numéro de la Boston Review est consacré entièrement à cette question et force est de constater que la réponse n’est pas aussi évidente qu’on veut bien souvent nous la présenter.

Tout le numéro est organisé autour de la remarquable contribution (lucide sur les espoirs déçus des tentatives de réduction de la fracture numérique par la technologie) de Kentaro Toyama (blog), professeur à l’école d’information de Berkeley, qui a fait récemment une intervention remarquée à TedX Tokyo et qui prépare un livre sur le développement.

La pénétration de la technologie n’est pas le progrès : la technologie n’est qu’une loupe

Dans les années 2004, comme beaucoup, Kentaro Toyama s’est enthousiasmé pour les télécentres indiens, où depuis un ordinateur connecté, des enfants apprenaient – souvent avec un précepteur dédié pour un prix plus élevé que la scolarité dans une école privée à temps plein -, à utiliser un ordinateur quelques heures par mois dans une langue qu’il ne parlaient pas, comme il l’avait constaté à Retawadi, en Inde.

Lire la suite

La Commission de Bruxelles face à une pétition anti-OGM

C’est une pétition d’un nouveau genre qui promet d’alimenter le débat européen sur les organismes génétiquement modifiés. Plus d’un million de personnes ont signé un appel pour inviter la Commission européenne à geler l’introduction des OGM.

L’opération, dévoilée mercredi 6 octobre par l’association Greenpeace et le mouvement Avaaz, cherche à tirer parti d’une des innovations du traité de Lisbonne : l’initiative citoyenne [article 11 du traité sur l'Union européenne].

Ce dispositif prévoit qu’un million au moins de citoyens européens, résidant dans un nombre significatif d’Etats membres, peut, par voie de pétition, inviter la Commission à faire une proposition législative dans un de ses domaines de compétence.

Avec l’aide d’Internet, les deux ONG se sont empressées de recourir à cette forme inédite de démocratie participative, consacrant le rôle de la société civile. Première du genre, leur pétition appelle donc José Manuel Barroso, le président de la Commission, à “décréter un moratoire sur l’introduction des plantes génétiquement modifiées en Europe”.

Elle vise aussi “à mettre en place un organisme éthique et scientifique indépendant chargé de mener à bien la recherche sur l’impact des OGM et déterminer leur régulation”. Deux sujets à l’origine de multiples polémiques.

Consultative, la pétition ne peut déboucher sur un référendum contraignant. La Commission aura quatre mois pour donner, ou pas, suite à la démarche. S’il n’entend pas modifier sa position sur le fond, M. Barroso peut pour l’instant jouer la montre, en faisant valoir que le règlement qui encadre l’initiative citoyenne est toujours en négociation entre le Parlement européen et les Etats. La première initiative citoyenne ne sera donc pas recevable avant la fin de l’année.

Le Monde

Stuxnet n’est pas clair – Cyberguerre contre l’Iran ?

Étrange histoire que celle de Stuxnet, un logiciel informatique malveillant (un «cheval de Troie» ) qui agite beaucoup le monde de la cybersécurité. Repéré depuis juillet, ce virus pourrait bien présenter la particularité d’être le premier vrai outil de cybersabotage (une arme de cyberguerre ou de cyberterrorisme, si l’on préfère) capable de s’en prendre sérieusement à des infrastructures vitales.

La centrale nucléaire de Bushehr, en Iran

Résumons : le virus se propage par des clefs USB et profite d’une faille de Windows, il est nocif et sophistiqué, il aurait été repéré en Inde et en Indonésie, il s’en prend à des systèmes dits Scada (Supervisory Control and Data Acquisition)… Jusque-là, rien de très passionnant pour le non-spécialiste.

Jusqu’à ce qu’il tique en lisant deux informations : Stuxnet s’en prend à des systèmes qui programment des automates de chez Siemens et 60 % des vers repérés l’ont été sur le territoire iranien selon Symantec.

De là, certain ont commencé à déduire que Stuxnet, qui pourrait, par exemple, mettre en panne une centrifugeuse, serait une arme secrète destinée non pas à prélever des informations secrètes, mais à paralyser la centrale iranienne d’enrichissement de l’uranium à Bushehr. Même si Siemens (qui avait installé certains des systèmes iraniens) le dément, l’hypothèse d’une attaque informatique (gouvernementale ?) contre la nucléarisation de l’Iran commence à avoir beaucoup d’adeptes.

Lire la suite

La fuite en avant de la modernité

L’époque n’est pas si lointaine où certains espéraient que l’évolution technique permette d’alléger le travail et de libérer du temps libre. Puissante en Occident durant les années de croissance de l’après-guerre, cette promesse n’a pas été réalisée. C’est même l’inverse qui s’est produit.

"Pluie, vapeur, vitesse", par William Turner (1844)

Nous avons le sentiment de manquer de temps, tout en étant équipés de toujours plus d’appareils qui effectuent des tâches à notre place. Dans une grande ville, la possession d’une voiture entraîne automatiquement une augmentation du temps de transport. De façon surprenante, les nouvelles technologies exigent en réalité du temps supplémentaire. De cette manière, elles accroissent aussi le rythme de la vie.

Au coeur de cette logique paradoxale, il y a le processus d’accélération. C’est la thèse du sociologue et philosophe allemand Hartmut Rosa. Il en a défini les dimensions, les causes et les conséquences dans Accélération, un grand livre de théorie sociale qui contient une foule de données intrigantes sur les évolutions de notre rapport au temps.

Lire la suite

L’ère des robots-journalistes

Des chercheurs américains créent, dans le secret de leurs laboratoires, des techniques journalistiques révolutionnaires. Articles ou journaux télévisés sont conçus par des ordinateurs.

A première vue, rien de surprenant. Un compte rendu de sport d’une confondante banalité: «Les efforts remarquables de Joe MauerMinnesota Twins contre les Texas Rangers lundi dernier au stade d’Arlington. Les Rangers l’ont emporté sur un score de 8 à 5 […] Quand il maniait la batte, Mauer a été excellent de bout en bout. Il a marqué une fois dans la première manche et deux fois dans la sixième. Du côté des Texans, l’artisan de la victoire est sans conteste Tommy Hunter, qui a remporté avec brio son cinquième match d’affilée… »

Un article comme il en existe donc des milliers, publiés dans les pages sports de la presse américaine. Seule différence, mais de taille: il est signé «The Machine», préparé et rédigé par un programme d’intelligence artificielle, baptisé Stats Monkey.

Depuis des décennies, dans le monde, des ouvriers découvrent un beau matin qu’ils vont être remplacés par un robot. Si les journalistes se croyaient à l’abri de ce genre de mésaventure, ils avaient tort. Depuis quelques mois, ils peuvent aller à Evanston (Illinois), près de Chicago, pour voir et tester le système qui va peut-être bientôt les suppléer. Il est tapi dans un réseau d’ordinateurs appartenant au laboratoire d’information intelligente (Infolab), installé sur le campus de l’Université du Northwestern.

Pour déclencher Stats Monkey, il suffit qu’un humain lui indique à quel match il doit s’intéresser.
Lire la suite

La presse écrite française sous perfusion

Voici la diffusion (payée) en France des principaux quotidiens nationaux 2007/2009, avec [un] estimatif 2010.

Cliquez sur le tableau pour l'agrandir

Il faut cependant noter que la presse quotidienne régionale dépasse largement la presse nationale au niveau des ventes. Selon l’OJD (1er mars 2009), le quotidien le plus vendu était le quotidien Ouest-France avec 768 226 exemplaires vendus(moyenne par jour).

L’association OJD est une association professionnelle française dont le rôle est de certifier la diffusion, la distribution et le dénombrement des journaux, périodiques et de tout autre support de publicité.

Nous avons donc 1 934 261 journaux (payés) diffusés en 2008 et 1 860 732 en 2009 ; donc, 73 529 de moins en un an, soit –3,8% et cela n’est pas près de s’arrêter.

Lire la suite

Qui a peur des mots ? Sortir de la crise économique… et de la crise du langage

Il n’est question ni de rigueur ni d’austérité, mais de plan de relance. Le licenciement a fait place à la restructuration, la fermeture d’usine à la délocalisation, la récession à la maîtrise de l’inflation…

Dans l’éditorial du dernier numéro de CB News, Christian Blachas analyse ce qu’il nomme la « nouvelle sémantique ». : « Le XXIème siècle a inventé un nouveau langage issu de deux courants profonds : le politiquement correct (personnes à mobilité réduite, non-voyants, mal-entendants…) et le discours hypocrite qu’on pourrait aussi intituler mensonge ou gros pipeau. Pour masquer la dure réalité des faits, on invente des mots et des expressions destinés à faire passer la pilule. »

Une novlangue aux effets contre-productifs

Lire la suite

La crise ? Quand c’est fini, ça recommence !

Par Frédéric Lordon

Il y aurait matière à faire un sort à tous les ahuris qui, depuis l’été 2007, ne loupent pas une occasion de se féliciter que « le pire est derrière nous le plus dur est passé la crise est terminée ». On rappellera qu’ils n’en sont jamais qu’à leur troisième tour de piste (automne 2007, printemps 2008, fin 2009) et que, vaillants comme on les connaît, on peut être tout à fait certain, le point chaud grec viendrait-il à relaxer, qu’ils ne nous décevraient pas pour une petite quatrième. Stupéfiante comme elle devient, la situation ne laisse cependant pas trop le loisir de s’appesantir sur ce genre de chose – et puis le compte-rendu de la cécité réjouie est devenu une entreprise sans espoir.

Caspar David Friedrich, Naufrage, 1822 (cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Stupéfiante, la situation l’est, sans l’être tout à fait. Car la mutation de la crise de finances privées en crises de finances publiques, et leurs métamorphoses subséquentes en crises monétaires et en crises politiques, étaient prévisibles dès la fin 2007.

Lire la suite

“Le stratagème de Facebook pour s’emparer d’Internet”

Mark Zuckerberg, fondateur et PDG du réseau social a annoncé de nouvelles technologies qui renforceraient le contrôle des données personnelles.

Mark Zuckerberg doit lire Newsweek. Depuis des mois, ce blog réclame qu’il rende public le graphe social — les données collectées par Facebook décrivant notre réseau d’amis, nos goûts et autres — et le partage avec le reste du monde. En février déjà, nous écrivions : “si la concurrence stimule effectivement l’innovation, les systèmes fermés la tuent… Personne aujourd’hui n’est en position de disputer à Facebook son efficacité à exploiter le graphe social, car il est le seul à en détenir la clé, et pour l’heure, nous sommes tous enfermés à l’intérieur.

Facebook a toujours la clé, mais hier, il a soudain ouvert les portes en grand. Lors de la conférence annuelle des développeurs indépendants, Zuckerberg, CEO de la firme, a pris la parole pour annoncer des nouvelles technologies à même de changer la donne. La première est un bouton “j’aime” à l’échelle du web. À présent, quel que soit le site que l’on aura visité, de CNN à IMDb, on pourra indiquer que l’on a “aimé” tel ou tel petit bout de contenu qu’on y a trouvé. La connexion est automatiquement et intelligemment intégrée dans son profil Facebook — si vous avez aimé Eternal Sunshine of the Spotless Mind, Facebook comprend qu’il s’agit d’un film, et l’ajoute automatiquement à votre liste de films favoris.

Voici donc Facebook le coucou et son petit nid bien rempli, qui va ramasser la moindre bribe d’information concernant ses utilisateurs, quelle que soit sa provenance sur le web.

La deuxième technologie, la plus importante, c’est le “graphe ouvert.” Pour la première fois, les développeurs indépendants pourront disposer d’un aperçu du graphe social de Facebook, et l’utiliser sur leurs propres sites. En pratique, cela signifie que, si vous vous rendez sur le site de CNN, CNN peut vous afficher une liste d’articles que vos amis ont indiqué avoir “aimé” — même si vous n’avez jamais mis les pieds auparavant sur le site, et encore moins créé un compte et vous y être enregistré.

Lire la suite

L’évasion fiscale des géants du Net, symptôme d’un échec franco-allemand

La Tribune publiait, la semaine dernière, un article sur l’évasion fiscale des géants de l’e-commerce, dont on peut retrouver un extrait ici. Les chiffres sont sans appel. Amazon déclare 4 milliards d’euros de chiffre d’affaires au Luxembourg et… 25 petits millions en France. Google ne déclare que 40 millions pour 800 millions. Ebay aurait payé 33 euros d’impôts sur les sociétés en 2008, Amazon rien.

Cela montre une distorsion de concurrence très nette, entre ces géants américains basés au Luxembourg, en Irlande ou autres pays «low-taxes» de l’UE, et les opérateurs français, la FNAC en tête (concurrent direct d’Amazon). Plus, cela représente un manque à gagner de 400 millions d’euros pour l’Etat français et devrait représenter 1 milliard d’euros en 2014.

Lire la suite

LEAP : les finances des USA et du Royaume-Uni en grand danger dès 2010

Communiqué public du Laboratoire Européen d’Anticipation Politique (LEAP), 15 avril 2010

Comme l’avait anticipé le LEAP – Europe 2020, il y a déjà plusieurs mois, et contrairement à ce qu’ont raconté la plupart des médias et des « experts » au cours des dernières semaines, la Grèce a bien l’Eurozone pour lui apporter soutien et crédibilité (notamment en matière de future bonne gestion, seule garante d’une sortie du cycle infernal des déficits publics croissants) (1). Il n’y aura donc pas de cessation de paiement grecque, même si l’agitation autour de la situation grecque est bien l’indicateur d’une prise de conscience croissante que l’argent est de plus en plus difficile à trouver pour financer l’immense endettement public occidental : un processus désormais « insoutenable », comme le souligne un récent rapport de la Banque des Règlements Internationaux.

Le bruit fait autour de la Grèce par les médias, anglais et américains en particulier, aura tenté de cacher à la plupart des acteurs économiques, financiers et politiques, le fait que le problème grec n’était pas le signe d’une prochaine crise de la zone Euro (2) mais, en fait, un indice avancé du prochain grand choc de la crise systémique globale, à savoir la collision entre, d’une part, la virtualité des économies britannique et américaine fondées sur un endettement public et privé insoutenable et, d’autre part, le double mur de la maturité des emprunts venant à échéance à partir de 2011, cumulée à la pénurie globale de fonds disponibles pour se refinancer à bon marché.

Comme nous l’avons expliqué dès Février 2006, lors de notre anticipation sur son imminence, il ne faut pas oublier que la crise actuelle trouve son origine dans l’effondrement de l’ordre mondial créé après 1945, dont les Etats-Unis ont été le pilier, secondé par le Royaume-Uni.

Aussi, pour comprendre la portée réelle des évènements générés par la crise (comme le cas grec par exemple), il convient de rapporter leur signification aux faiblesses structurelles qui caractérisent le cœur du système mondial en pleine déliquescence : ainsi, pour notre équipe, le « doigt grec » ne montre pas tant l’Eurozone que les dangers explosifs des besoins exponentiels de financement du Royaume-Uni et des Etats-Unis (3).

Lire la suite

Le modèle de la grande distribution entre en crise

La grande distribution révise sa stratégie commerciale pour redorer un blason terni par des chiffres en baisse.

Comment sortir de la crise par le haut ? Les grands distributeurs tentent de se relancer avec des stratégies contradictoires, axées sur trois piliers forts de leur métier.

Un résultat net en baisse de 69,8 % sur un an, un chiffre d’affaires en recul de 1,2 % : pour Carrefour, rien ne va plus. Les derniers résultats du second distributeur mondial (derrière Walmart) montrent les limites de la défaillance du marché historique du groupe, la France. Dans l’Hexagone, les hypermarchés patinent, masquant le dynamisme de certaines enseignes de proximité, dont la physionomie est en profonde mutation. Auchan est également à la peine au niveau du groupe, mais table plus que jamais sur le gigantisme de ses magasins pour séduire… et fait preuve d’audace. Quant à Géant, l’enseigne du groupe Casino, elle poursuit sa chute.

Lire la suite

Les réseaux d’échanges de migrants qualifiés se multiplient sur Internet

Tirer profit de la fuite des cerveaux plutôt que la subir, tous les pays qui connaissent un exode massif de leurs diplômés en rêvent… A l’heure du virtuel, l’idée n’a rien d’extravagant. “On assiste, aujourd’hui, à une prolifération de réseaux de diasporas hautement qualifiés visant au développement de leurs pays d’origine. Ceux d’Asie représentent la moitié du total, contre près d’un tiers pour l’Afrique et un peu moins d’un quart pour l’Amérique latine”, explique Jean-Baptiste Meyer, chercheur à l’Institut de recherche pour le développement (IRD).

L’Inde et ses “IndUs entrepreneurs”, du nom de l’association qui a permis le boom informatique du pays grâce à l’apport des Indiens expatriés dans la Silicon Valley, et la Chine, avec son million de professionnels à l’étranger selon l’Overseas Chinese Professionals, ont ouvert la voie.

Le phénomène est jugé suffisamment porteur pour qu’un programme européen soit lancé, doté de 230.000 euros par an, coordonné par l’IRD avec le ministère colombien des affaires étrangères, ainsi qu’une grande université publique uruguayenne. Outre “un dénombrement général et détaillé des populations qualifiées” de Colombie, d’Uruguay et d’Argentine, il vise à valider des méthodes aptes à démultiplier ces réseaux en créant des “incubateurs de diasporas des savoirs”.

Un tel essor, même relatif, n’aurait pas eu lieu sans Internet. Pour nombre de Roumains qualifiés qui ont quitté massivement leur pays au début des années 2000, la Toile a représenté un refuge communautaire.

Lire la suite

Enquête sur les vrais-faux auto-entrepreneurs

Depuis l’an dernier, le statut d’auto-entrepreneur créé par le gouvernement connaît un franc succès : plus de 300.000 personnes se sont laissées séduire, et ont créé leur société en quelques clics sur internet. Mais il y a aussi le revers de la médaille…

Certains employeurs profitent du système. Au lieu de recruter des salariés, ils préfèrent embaucher des auto-entrepreneurs : cela leur coûte moins cher… Conséquence : une nouvelle forme de précarité.
Lire la suite

Comment Internet crée des esclaves

Avec le Net une nouvelle délocalisation s’est créée sans droit du travail. Un univers dans lequel se bâtissent d’énormes fortunes mais aussi de nouvelles misères. En France, des mères de famille en sont réduites à faire des traductions pour quelques centimes de dollars.

En Chine, de jeunes adolescents travaillent nuit et jour pour élaborer les jeux vidéo de grandes firmes américaines. Internet a son enfer : devant les caméras, un salarié chinois armé d’un revolver, en viendra à prendre en otage une autre employée pour tenter d’obtenir son salaire.

Hollywood et la crise économique

Contrairement à ce qui se passait lors des crises précédentes, la récession économique semble cette fois atteindre Hollywood. Licenciements en masse, réduction des budgets et des productions, spectre d’une grève des acteurs… Rien ne va plus sur la colline dorée du 7ème art.

Longtemps, Hollywood s’est cru à l’abri des aléas économiques qui secouent régulièrement le pays : même pauvre, l’Américain moyen a besoin de rêver, et Hollywood n’est pas «l’usine à rêves» pour rien.

Après le krach boursier de 1929, le box-office a augmenté de 58,2 %. À la suite des attentats de 2001, il a fait un bond de 8,6 %.

Mais aujourd’hui, Hollywood fait face à un vrai malaise qui, derrière la surface glamour, commence à faire mal. Certes, des hôtels luxueux continuent de voir le jour à Beverly Hills (une suite dans le récent Montage coûte 7 500 dollars la nuit) et les stars ont toujours des salaires mirobolants. Jim Gianopoulos, patron de la Fox, le disait mieux que quiconque : «Le système n’est pas tellement bénéficiaire pour les compagnies, mais il l’est pour les individus.»

D’ailleurs, le box-office américain de 2008 n’est-il pas, avec plus de 9,6 milliards de dollars de revenus, une preuve de bonne santé ? Ah, mais c’est là que le bât blesse : ce chiffre est dû à l’augmentation du prix du billet et non au nombre de billets vendus, qui, lui, est fortement décroissant.

Selon un sondage, 32 % des Américains veulent réduire leurs dépenses cinéma en ces temps difficiles. La vente des DVD (énorme source de revenus) a enregistré une baisse de 9 %, et cela avant même que la crise n’atteigne des proportions effrayantes. Rien ne va plus à La-La-Land.
Lire la suite

La CIA investit dans l’espionnage des médias sociaux

L’agence d’espionnage américaine a investi, via le fonds d’investissement In-Q-Tel, dans Visible Technologies, une société qui surveille les médias sociaux (Twitter, MySpace, etc.) pour les grands groupes.

Lorsque vous posterez un commentaire sur un blog, sur Twitter ou sur un forum, ne vous étonnez pas qu’il parvienne jusqu’aux grandes oreilles de la CIA. L’agence d’espionnage américaine a récemment investi, via le fonds d’investissement spécialisé In-Q-Tel, dans Visible Technologies, une start-up spécialisée dans la veille des médias sociaux publics tels que les blogs, Twitter, Flickr, Amazon ou MySpace, rapporte le site du magazine Wired.

Visible Technologies “délivrera aux services secrets américains une analyse des médias sociaux en profondeur et en temps réel,” se réjouit Visible Technologies dans un communiqué.

Personne ne veut dévoiler l’importance de l’investissement de In-Q-Tel dans Visible, une société qui emploie 90 personnes et qui devrait dégager 20 millions de dollars de chiffres d’affaires en 2010“, rapporte Wired. “Mais, selon une source proche du dossier, l’apport en cash de In-Q-Tel devrait permettre à Visible d’étendre ses capacités d’analyses aux langues étrangères comme l’Arabe, le Français, l’Espagnol et neuf autres langues.”

Visible Technologies a développé un logiciel passant au crible les discussions animant 500.000 sites Internet participatifs. Les clients de la start-up reçoivent ensuite un résumé adapté à leurs demandes de ce qui se dit sur le web. Ils peuvent ensuite participer à la discussion globale via un logiciel maison. Ce produit a déjà séduit Microsoft, notamment, qui s’en sert pour surveiller le buzz autour du lancement de Windows 7. E24

(Merci à Pakc)

Libéralisation des jeux : qui va gagner des milliards ?

Machines à sous, courses de chevaux, poker, Loto, Banco… Internet a démultiplié l’offre de jeux en même temps qu’il a ouvert un marché sauvage. Entre problèmes de santé publique et enjeux financiers démesurés, le débat qui s’ouvre pèse plusieurs milliards.

Les Français ont dépensé 2,3 millions d’euros par heure au jeu en 2007.

En cinq ans, les sommes dépensées quotidiennement au jeu par les Français, sont passées de 47,3 millions d’euros à 57,3 millions d’euros, soit une hausse de 21 %. Un record.. “Dans un contexte économique de crise, les gens vont continuer à jouer”, prévoit Jean-François Cot, délégué général du syndicat national des Casinos de France, “parce qu’ils espéreront toujours remporter le jackpot.”

Mais statistiquement, les parieurs perdent. C’est même le fondement du modèle économique des jeux. En France, le véritable gagnant reste l’État qui, sous prétexte de protection des joueurs, contrôle, réglemente et ponctionne les trois opérateurs autorisés : la Française des Jeux (FDJ), le PMU, dont il est actionnaire principal, et les casinos. Le jackpot s’est élevé, en 2008, à 5,3 milliards d’euros, dont une part non négligeable de 750 millions d’euros de recettes réalisées sur les jeux en ligne.

Un monopole extrêmement rentable qui va pourtant prendre fin.
Lire la suite

(14.10.2009)

►GB: Londres va céder pour 16 milliards de livres d’actifs

Pour limiter le déficit, Gordon Brown annonce des privatisations. Face à la détérioration inquiétante des finances publiques, le Premier ministre britannique Gordon Brown a annoncé que le gouvernement vendrait pour 16 milliards de livres d’actifs (soit plus de 17 milliards d’euros) sur deux ans. Il y a urgence : le déficit budgétaire britannique devrait s’élever à 175 milliards de livres l’an prochain… soit 12,4% du produit intérieur brut, la pire performance de l’ensemble des pays du G20. Les Échos

► Europe: l’emploi sur internet a reculé en septembre

L’indice Monster de l’emploi en Europe, qui mesure la vigueur du marché du travail sur internet dans plusieurs pays du vieux continent, a reculé de 3 points en septembre pour s’établir à 97 unités. Un an avant, il était à 155 points (-37% en un an). “On note une baisse de l’embauche dans le secteur public, des secteurs traditionnellement porteurs, comme l’éducation et la santé, affichant désormais des tendances baissières”, expliquent les rédacteurs de l’étude. En Italie, en France, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et en Allemagne, la tendance est partout baissière. Yahoo

► GB: l’effondrement des fonds de pension menace le système de retraite

Aujourd’hui, ce mécanisme craque par toutes ses coutures. Car l’essentiel du fardeau repose sur les entreprises et les salariés, via le fonds de pension de la firme. En garantissant des versements indexés sur le salaire de fin de carrière, la retraite était plutôt généreuse. Ce n’est plus le cas. Car la rente future, qui dépend surtout des marchés boursiers – plus de 50 % des investissements des fonds sont en actions -, est devenue aléatoire. Le déficit total des fonds des 100 plus grosses compagnies cotées à la Bourse de Londres s’élève à 100 milliards de livres – il a doublé en un an. Face aux difficultés qu’affrontent ces fonds de pension, la plupart des sociétés en ont fermé l’accès aux nouveaux entrants, pour les remplacer par des plans d’épargne-retraite individuels. Le Monde

► USA: les distributeurs espèrent cesser les rabais massifs

Les distributeurs américains, qui ont dû consentir des rabais massifs pour attirer la clientèle en pleine récession en 2008, vont tenter de limiter la chasse aux bonnes affaires lors des achats des fêtes de fin d’année. Le risque est d’avoir à consentir des rabais énormes lors des soldes de janvier pour écouler les invendus. En 2008, dans la foulée de l’effondrement des marchés financiers en septembre, les consommateurs avaient réduit leurs dépenses de façon draconienne mais trop tard pour que les distributeurs puissent ajuster leurs stocks à temps. De ce fait, même les grands magasins haut de gamme comme Saks avaient dû se résoudre à des rabais allant jusqu’à 70%. Depuis, Saks s’est employé à réduire de 20% les niveaux de ses stocks et d’autres distributeurs ont fait de même, préférant risquer de perdre sur leur chiffre d’affaires afin de protéger leurs marges. “Maintenant, la situation est complètement différente“, explique Steve Sadove, directeur général de Saks. “Il va y avoir raréfaction plutôt qu’abondance de l’offre. Cela signifie qu’on va voir des tailles qui vont manquer dans la confection, des produits très demandés qui seront en rupture de stocks et qu’il y aura de ce fait, je pense, beaucoup moins de rabais.Yahoo

France Télécom, laboratoire de catastrophe générale

Une tribune libre de Michel Drac

L’auteur a publié plusieurs ouvrages de réflexion sur la situation contemporaine – principalement, Céfran et De la souveraineté – et une oeuvre d’anticipation romancée, Eurocalypse.

Il vient de faire paraître Crise ou coup d’Etat ?, une étude des mécanismes de la crise économique et de ses aspects délibérés.

Il nous montre ici comment, loin d’être anecdotique, l’affaire des suicides au sein du personnel de France Télécom est le produit d’un mode d’ingénierie sociale, vecteur d’un changement radical d’existence des classes moyennes au travail, ainsi que le symptôme d’une perte de sens susceptible de déboucher sur la violence, dans un contexte général de déclassement et même de destruction, servant peut-être des fins autoritaires.

La crise qui commence (ou plutôt : qui vient d’entrer en phase aigue) va certainement impacter très lourdement les «classes moyennes». Logiquement, on peut même dire que du point de vue des classes dirigeantes mondialistes, cette crise ne marque que l’étape ultime dans le processus de démantèlement des classes moyennes occidentales.

Depuis 30 ans, au fur et à mesure que l’offre mondiale de main d’œuvre était multipliée par 3 (essentiellement du fait de l’entrée de la Chine et de l’ex-bloc soviétique dans l’économie capitaliste), la mise en concurrence du travail ouest-européen et américain (cher) avec le travail asiatique ou est-européen (bon marché) a rendu possible un ajustement progressif de la structure de classe en Occident.

Cet ajustement a porté essentiellement, jusqu’ici, sur la transformation forcée (délocalisations) d’une partie du prolétariat entre précariat (explosion du travail temporaire et à temps partiel) et sur l’érosion des revenus des couches moyennes (évolution des revenus des neuf dixièmes de la population les moins riches, sur la dernière décennie : – 1,5 % par an aux USA sur la base de l’inflation réelle, – 0,5 % par an en Europe, même base).

Cependant, jusqu’ici, les couches moyennes n’ont pas été impactées au point de prendre conscience du fait qu’elles basculaient dans l’appauvrissement (l’ajustement hédoniste des biens et les nouvelles technologies ont en partie masqué la réduction du revenu disponible réel, étant donné la structure de consommation ludique qui caractérise ces couches). Lire la suite