Alerte aux moustiques !

Véritable fléau pour les humains, le moustique s’avère d’autant plus dangereux que des espèces exotiques s’invitent désormais dans nos contrées. Venu d’Asie et arrivé en Europe via des stocks de pneus usagés, le redoutable moustique tigre transmet les maladies de la dengue et du chikungunya.

Tour d’horizon des méthodes scientifiques utilisées pour éradiquer ce fléau.

Qui sont les personnes naturellement immunisées contre le VIH ?

Article rédigé par le Docteur Pascal Nitiema et publié le mardi 12 juillet 2011.

Quelqu’un à Ouagadougou s’écriait un jour : « Qu’ils ont de la chance ces gens qui ne peuvent pas être infectés par le VIH ! Si j’étais l’un d’entre eux, j’aurais vécu une vie de débauché sexuel. » Tous n’auraient certainement pas fait pareil, heureusement d’ailleurs. Malheureusement ces personnes immunes au VIH constituent généralement une minorité dans la population générale.

Étudier comment l’organisme de ces personnes immunes arrive à bloquer le VIH peut aider à trouver des remèdes et des vaccins contre la maladie. Il s’agira alors de mimer les stratégies utilisées par l’organisme de ces sujets résistants.

Il y a plusieurs mécanismes de résistance, et le plus étudié d’entre eux concerne un élément de cellule appelé CCR5. Il s’agit d’une mutation génétique qui par hasard, ne permet pas au virus du SIDA de pénétrer dans les cellules. En effet, lorsque le virus pénètre dans l’organisme, il a besoin de rentrer dans certaines cellules (lymphocytes, monocytes) pour survivre et se multiplier.

Tout comme le poisson doit être dans l’eau pour assurer sa survie. Le virus passe alors, par une porte située sur la cellule appelée « CCR5 ». Chez certaines personnes, la constitution de cette porte a été modifiée par erreur (mutation génétique) et n’est plus adaptée au passage du VIH. Le virus est alors facilement éliminé par l’organisme.

Lire la suite

La maladie de Lyme, quand les tiques attaquent !

Paralysie faciale, douleurs articulaires ou encore méningite, la maladie de Lyme, infection bactérienne transmise à l’homme par les tiques, a plusieurs visages. A mesure que ces petits acariens prolifèrent, la maladie gagne du terrain. Face au phénomène, le corps médical est dépourvu de moyens réellement efficaces.

Les tests s’avèrent peu fiables, le protocole thérapeutique incertain. La communauté scientifique est divisée face à cette infection, longtemps considérée comme une maladie rare. Aujourd’hui, les spécialistes internationaux craignent d’avoir à faire face à une épidémie. Enquête sur une affection aussi méconnue que redoutable.

Réalisé par Chantal Perrin (France 2014)

(Merci à NOP)


Relire sur ce sujet : La maladie de Lyme, ça vous concerne peut-être