Au Koweït, les financiers du djihad en Syrie perdent la foi

La pancarte est plantée à l’entrée de la villa de Jamaan Herbash, un ancien député islamiste, qui habite un quartier résidentiel de Koweït City. Sur fond de photo d’Alep, elle appelle à soutenir la Liwa Al-Tawhid, l’une des principales brigades rebelles de la métropole du nord syrien. La collecte de fonds est parrainée par une dizaine de dignitaires religieux et d’hommes politiques dont le visage, invariablement barbu, apparaît en médaillons. En bas de la pancarte, des adresses et des numéros WhatsApp – une application de messagerie par Internet – sont mentionnés à l’intention des donateurs. Montant réclamé : 7 millions de dinars (18 millions d’euros).

Des civils manifestent avec des membres de l’Armée Syrienne Libre, contre EIIL (l’Etat islamique en Irak et au Levant – Da’ech, en arabe), à Alep, le 7 janvier 2014

« On a lancé cette campagne au début de l’année, quand l’armée resserrait son emprise sur Alep et que les combats ont éclaté entre les rebelles et Da’ech, raconte Jamaan Herbash, en référence au plus violent des groupes djihadistes opérant en Syrie. Mais pour l’heure, nous n’avons même pas reçu 500.000 dinars. Les gens sont fatigués par cette guerre qui n’en finit pas. Ils ne veulent pas financer des tueries fratricides. »
Lire la suite

États-Unis : Création d’une armée de 4.000 cybersoldats

La DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) indique souhaiter mettre un place un contingent de 4.000 soldats formés aux techniques de la cyberguerre.

Dans le cadre d’un programme expérimental du nom de Service Academy Cyber Stakes, 50 militaires sont aujourd’hui en cours de formation, rapporte ScienceBlog. Le mouvement devrait toutefois s’accélérer par la suite, puisque le cap des 4.000 ‘cyberfantassins’ sera franchi en 2017.

Attaquer et protéger

Des experts de la sécurité et du hacking sont chargés d’apprendre aux soldats des techniques de rétro-ingénierie sur des applications ou documents, mais aussi des méthodes permettant de trouver des failles dans des logiciels et de les exploiter.

Les cybermilitaires devront également être en mesure de connaître le modus operandi des ennemis en termes de piratage informatique, afin de mieux contrer leurs attaques. Enfin, la cryptographie sera au programme de ces soldats d’un nouveau genre.

Lire la suite

1940, l’or de la france a disparu

Pendant toute la durée de la guerre, mises à l’abri hors de l’Hexagone, les réserves d’or détenues par la Banque de France échappent à l’Allemagne et aux Alliés. Les 2500 tonnes de lingots et de pièces entreposées au siège, le deuxième plus gros stock mondial, constituent alors un patrimoine très convoité.

Dès leur entrée dans Paris, les officiers du Reich tentent de s’en emparer. Une course contre la montre s’engage alors pour faire sortir le trésor de la métropole. En l’espace d’un mois, 300 camions prennent la route. La marine prend le relais. A la fin de la guerre, seulement 395 kilos d’or manqueront à l’appel. Retour sur cette incroyable épopée.

Etats-Unis : rapport accablant sur l’argent de la reconstruction destiné à l’Afghanistan

La campagne électorale pour la présidentielle du 5 avril s’ouvre ce dimanche en Afghanistan. Douze ans après le début de la guerre et la chute du régime taliban, le pays reste fragile.

Les Américains ont dépensé des [milliards] de dollars pour reconstruire le pays. Mais d’après un rapport qui vient d’être publié aux États-Unis, les ministères afghans se révèlent incapables de gérer correctement les [milliards] de l’aide américaine.

Lire la suite

Garry Leech : « Que la révolution commence »

Traduction d’un texte de Garry Leech, journaliste indépendant et auteur du livre « Le Capitalisme, un génocide structurel » ; né en Grande-Bretagne, il donne des cours de science politique internationale dans une université canadienne. 

Qu’est-ce que nous attendons ? Combien de temps allons-nous rester assis à ne rien faire et à regarder les bellicistes politiques déployer leurs drones, leurs navires de guerre, leurs bombardiers furtifs, leurs missiles, nos fils et filles et, finalement, leurs armes nucléaires, contre les peuples les plus pauvres du monde ?

NDLR : Discours de Garry Leech reprenant (en anglais) le texte reproduit dans nos colonnes.

Combien de temps allons-nous rester indifférents aux entreprises bellicistes maniant leurs baguettes magiques bénéficiaires, qui remplissent à craquer leurs portefeuilles et leurs bedaines, pendant que des millions d’enfants meurent de faim et de maladies évitables ?

Combien de temps allons-nous accepter l’inégalité injuste des 1 % empochant une part largement disproportionnée de la richesse créée par le labeur des 99 % ? Combien de temps allons-nous accepter passivement la folie suicidaire consistant à violer et piller les ressources limitées de notre planète, au point qu’aucun de nous ne sera en mesure de survivre ? Que la révolution commence !

Et qu’en est-il de notre peur irrationnelle des armes de destruction massive dans les mains de terroristes, qui nous maintient paralysés et distraits des injustices quotidiennement perpétrées en notre nom ? Les plus mortelles des armes de destruction massive utilisées aujourd’hui dans le monde ne sont pas chimiques ou biologiques ; ce sont les règles établies par l’Organisation mondiale du commerce, le Fonds monétaire international, la Banque mondiale et tous les soi-disants accords de libre-échange qui ne font qu’intensifier les inégalités au plan mondial, la souffrance humaine et la mort.

Lire la suite

Une région française voit le jour dans l’Extrême-Orient russe (dystopie)

NB: Ce texte correspond à une série d’anticipation et/ou de politique-fiction…

Russie, 8 avril 2032- AFP – La guerre civile qui ravage l’Europe depuis plusieurs années a encouragé un groupe d’expatriés français de longue date en Russie à s’entendre avec les autorités pour créer, au fin fond de l’immense pays, un “Oblast autonome des Français“, où ils comptent faire venir un certain nombre de compatriotes.

Une région russe contrôlée par le centre fédéral, mais bâtie autour de la culture et du mode de vie français. Son modèle lointain? Les territoires russes à prédominance ethnique, comme l’Oblast autonome des juifs, ou Birobidjan, région créée par Staline à la frontière chinoise.

Un accord ad hoc a été signé le 16 mars 2030 par le vice-ministre russe du Développement régional Alexander Strannikov et Hervé Dervial, qui devrait, selon toute vraisemblance, prendre les rênes de la région.

Outre une longue série de conditions à caractère budgétaire et technologique, l’Oblast autonome des Français devrait accueillir une importante base navale, tous les “résidents” étant mobilisables au sein de l’armée russe.

Lire la suite

Histoire : Formation et ruine de l’économie nazie

Par Michel Lhomme

Les éditions Les Belles Lettres ont publié en fin d’année 2012 une étude monumentale et brillante de l’historien britannique Adam Tooze intitulée « Le salaire de la destruction – Formation et ruine de l’économie nazie ». Passionnant et donnant des analyses inattendues, ce livre bénéficie d’une excellente traduction et mérite d’être lu par tous ceux qui sont intéressés par la période.

Un ouvrage de référence sur la raison économique du nazisme

Certes, le titre,”Le Salaire de la destruction” est condescendant à l’air du temps et il a, sans doute, été choisi commercialement par l’éditeur car il rend compte maladroitement de la portée de la publication. Or, il s’agit là d’un ouvrage monumental et inédit sur le système économique du IIIe Reich, devenu ouvrage de référence, une somme époustouflante sur les fondements et les ressorts du nazisme.

Le livre d’Adam Tooze est de ces livres qui déclassent tous les ouvrages antérieurs écrits sur la question. Très sérieux, le style y est à la fois précis et haletant, jamais technique en fait comme dans les meilleurs livres d’historiens (Braudel, Duby).

Unanimement reconnu à l’étranger mais toujours dérangeant pour les Français, l’ouvrage propose l’histoire la plus aboutie de l’économie nationale-socialiste et en même temps, il amorce une nouvelle lecture de la Seconde guerre mondiale, changeant par exemple radicalement la place occupée par les États-Unis dans cette histoire du point de vue de l’Allemagne.

Lire la suite

Mikhaïl Kalachnikov : “A la guerre, on n’a pas besoin de choses compliquées”

L’inventeur du fusil d’assaut soviétique AK-47, Mikhaïl Kalachnikov, est mort à l’âge de 94 ans. Rares sont les hommes dont le nom est devenu une marque mondialement connue, vendue à des centaines de millions d’exemplaires.

L’histoire débute pendant la seconde guerre mondiale, alors que les soldats soviétiques se plaignent du manque de fiabilité de leurs armes. Mikhaïl Kalachnikov, trop chétif pour intégrer les troupes d’élite, est ingénieur au service du matériel. En 1944, il met au point un fusil rustique mais solide.

La kalachnikov fait la richesse des marchands d’armes, mais pas celle de son créateur, qui se revendiquera toujours de l’idéal communiste. “Si tu avais été étranger, tu serais milliardaire, me dit-on souvent ! (…) Moi je défends d’autres valeurs.”

A 90 ans, en plein hiver, l’ingénieur était fier de ses décorations et de sa santé robuste, il enseignait encore le tir aux jeunes recrues.

Attali : « La crise économique est une guerre comme les autres »

Partout dans le monde développé, et en France en particulier, les crises économiques et les guerres sont gérées très différemment. Les guerres sont gérées simplement et efficacement : un but de guerre, un chef de guerre, un consensus national, une analyse des forces ennemies, une stratégie, des tactiques, des moyens. Et on voit alors les chefs d’état les plus indécis se transformer, au contact de leurs généraux, en stratège décidé.

Jacques Attali à Cannes en octobre 2009.

Les crises économiques, au contraire, sont gérées, la plupart du temps en démocratie.

Sans but clair, sans consensus national, sans analyse des forces hostiles, sans stratégie, et avec des chefs indécis, multiples et contradictoires. En conséquence, l’histoire récente à montré que même ceux qui savent gagner les guerres de mouvement les plus difficiles s’enlisent dans des conflits économiques et sociaux sans fin.

De fait, les dirigeants en arrivent même à préférer entrer dans des conflits militaires plutôt que de faire des choix économiques.
Lire la suite

Olivier Delamarche : « Quantitative Easing, la picouse aura bien lieu »

Olivier Delamarche, du groupe Platinium Gestion, et Cyrille Collet, directeur de la gestion actions de CPR AM, se sont penchés sur les chiffres américains le 09 septembre 2013, dans l’émission “Intégrale Placements“, face à Cédric Decoeur.

Syrie : Jacques Sapir & Jean-François Robin à propos de la solution russe

Le 10 septembre, Jacques Sapir, économiste, directeur d’études à l’EHESS et Jean-François Robin, Responsable de la Stratégie Recherche économique ont évoqué la solution russe sur le cas syrien, le futur retrait de la FED, le Japon et les mesures d’Abe et les mouvements financiers dans Intégrale Placements, présenté par Cédric Decoeur, sur BFM Business.

Le Belge libéré en Syrie: “Ce n’est pas le gouvernement Al-Assad qui a utilisé le gaz” (MAJ)

L’enseignant belge Pierre Piccinin da Prata, kidnappé en Syrie au mois d’avril et libéré ce dimanche (en même temps que son confrère Domenico Quirico, journaliste italien), a accordé une interview à RTL-TVI ce lundi matin. Il a indiqué que le gaz sarin n’avait pas été utilisé par le régime de Bachar Al-Assad.

“C’est un devoir moral de le dire. Ce n’est pas le gouvernement de Bachar Al-Assad qui a utilisé le gaz sarin ou autre gaz de combat dans la banlieue de Damas. Nous en sommes certains suite à une conversation que nous avons surprise. Même s’il m’en coûte de le dire parce que depuis mai 2012 je soutiens férocement l’armée syrienne libre dans sa juste lutte pour la démocratie”,

a-t-il déclaré à Luc Gilson dans une interview enregistrée à Gembloux pour RTL-TVi.

RTL

L’enseignant belge Pierre Piccinin da Prata, kidnappé en Syrie au mois d’avril et libéré dimanche en même temps que le journaliste de La Stampa Domenico Quirico, a accordé une interview à RTL-TVI ce lundi matin. Il a indiqué que le gaz sarin n’avait pas été utilisé par le régime de Bachar Al-Assad. Confronté au démenti de M. Quirico dans le journal de 19h, il a maintenu sa position, ajoutant qu’il serait aujourd’hui suicidaire pour l’occident de soutenir les islamistes qui dirigent désormais la rébellion syrienne.

Lire la suite

Intervention en Syrie : La recherche d’un prétexte à tout prix [1]

La coalition réunissant les Etats-Unis, le Royaume Uni, la France, la Turquie, l’Arabie saoudite et le Qatar vient de franchir un nouveau pas dans sa volonté d’intervenir en Syrie afin de renverser le régime de Bachar El-Assad. Utilisant ses énormes moyens de communication, elle vient de lancer une vaste campagne d’intoxication de l’opinion internationale afin de la convaincre que Damas a utilisé l’arme chimique contre son peuple, commettant ainsi un véritable crime contre l’humanité et méritant  « d’être puni ».

Par Eric Denécé

Aucune preuve sérieuse n’a été présentée à l’appui de ces affirmations. Au contraire, de nombreux éléments conduisent à penser que ce sont les rebelles qui ont utilisé ces armes. Ces mensonges médiatiques et politiques ne sont que des prétextes. Ils rappellent les tristes souvenirs du Kosovo (1999), d’Irak (2003) et de Libye (2010) et ont pour but de justifier une  intervention militaire afin de renverser un régime laïque, jugé hostile par les Etats-Unis  - car allié de l’Iran et ennemi d’Israël – et impie par les monarchies wahhabites d’Arabie saoudite et du Qatar. Il est particulièrement affligeant de voir la France participer à une telle mascarade.

  • [1] Ce texte reprend, pour partie, des analyses produites par Alain Chouet, Alain Corvez et Alain Rodier, tous trois anciens officiers du renseignement français.

Lire la suite

Cinéma – bande annonce – War zone

Ksenia envoie son fils en vacances chez son père à l’autre bout du pays. Mais quelques jours après, la guerre éclate : elle décide alors, au péril de sa vie, d’aller le chercher derrière les lignes de front et va devoir traverser la zone la plus dangereuse du pays.

Sujet relatif à la guerre ayant opposé en 2008 la Géorgie, soutenue par les USA et l’OTAN à la Russie .

Le début peut surprendre par son aspect “Final Fantasy”. Ne vous en laissez toutefois pas compter,  n’hésitez pas à visionner plus avant (Fortune).

La face cachée du pétrole (Rediff.)

Dès ses débuts, l’industrie pétrolière est marquée par la rivalité entre l’Américain Rockefeller et les frères Nobel, installés à Bakou, en mer Caspienne. La Première Guerre mondiale est gagnée en grande partie grâce au pétrole acheminé auprès des forces alliées par la Standard Oil of New Jersey, appartenant à John D. Rockefeller.

Des livraisons suspendues en 1916, lorsque le magnat américain apprend le partage du Moyen-Orient (dont il convoite le sous-sol) entre Britanniques et Français. Dès 1928, dix-sept ans avant Yalta, les dirigeants des compagnies pétrolières se partagent le monde au terme d’un accord dont les termes resteront cachés jusqu’en 1952… La seconde partie du documentaire dissèque les tractations secrètes qui ont eu lieu au Proche-Orient entre les États-Unis, la CIA et les grandes monarchies du Golfe.

Des témoins directs expliquent notamment comment le choc pétrolier de 1973 ne fut qu’une gigantesque manipulation orchestrée par les compagnies pétrolières américaines qui souhaitaient, en favorisant la hausse des prix du baril, dégager d’importants bénéfices pour favoriser leurs investissements en mer du Nord et en Alaska.

Ce documentaire adapté du livre du même nom d’Éric Laurent, montre en deux fois une heure que “l’or noir” aura été le moteur de l’histoire du XXè siècle et de ce début de XXIè siècle. Il explique également comment l’administration Reagan a utilisé l’arme du pétrole saoudien pour faire chuter les cours mondiaux et provoquer l’effondrement de l’Union soviétique…

Partie 1:


Lire la suite

L’histoire du monde : L’âge de la démesure

Le XXe siècle est marqué par la confrontation des idéologies, mais aussi par les avancées technologiques. Le fascisme et le communisme s’affrontent violemment. En Inde, Gandhi mène une lutte non-violente contre l’Empire britannique qui aboutit à l’indépendance.

Les avancées technologiques facilitent considérablement la vie des hommes. Mais ce siècle s’achève sur de nouveaux défis à relever notamment, le partage des richesses, la protection de la biodiversité et la lutte contre le changement climatique.

Le débat sur la dette redémarre aux Etats-Unis

Le plafond sera renégocié d’ici à mi-octobre. Retour historique sur une «bizarrerie».

Les Etats-Unis s’apprêtent-ils à revivre le psychodrame de l’été 2011 ? Lundi 26 août, le secrétaire américain au Trésor, Jacob Lew, s’est voulu alarmiste. Dans une lettre adressée au Congrès il y a deux jours, il prévient : «Le plafond légal de la dette des Etats-Unis sera atteint mi-octobre.»

Si, d’ici-là, républicains et démocrates ne s’entendent pas pour relever ce plafond, aujourd’hui à 16.700 milliards de dollars [12.688 milliards d'euros], le pays pourrait se retrouver en défaut de paiement.

Lire la suite

Radio Courtoisie : Rendez-vous politique de la réinformation

Sur Radio Courtoisie, le 02 septembre, Henry de Lesquen recevait Jean-Yves Le Gallou responsable de la Fondation Polémia, ainsi que Léopold Gauthier, dans son libre journal de la réinformation, sur les thèmes de la crise syrienne et de la réforme pénale de Christiane Taubira.

“Dans les guerres modernes le bobardement précède le bombardement…”

Plus d’émissions téléchargeables (Radio Courtoisie) ici
Lire la suite