Dans la ville du futur

Alors que des millions de personnes affluent vers les villes asiatiques, un nouvel urbanisme, inévitable et vital, se profile. Au Japon et en Chine, certaines mégapoles s’imposent comme des chefs-d’œuvre d’empilement d’espaces de vie, de travail et de circulation, alors que leur population a explosé en vingt ou trente ans, pour atteindre parfois plusieurs dizaines de millions d’habitants.

Un phénomène sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Comment loger ces nouveaux arrivants et articuler paysages et urbanisme ? Les mégapoles chinoises n’ont pas le temps de grandir naturellement comme les villes européennes. Pour conserver un certain équilibre, elles doivent inventer un modèle urbain inédit, ouvrir une troisième voie entre Manhattan et les architectures européennes. En Asie, une nouvelle ville émerge.

Espagne : Le plus haut gratte-ciel d’Europe… 200 mètres sans ascenseurs !

Les deux tours de Benidorm devaient être le symbole de la sortie de crise de la ville, située près de Valence. Ces deux « Twin Towers » du projet immobilier « InTempo » représentent une « incompétence d’envergure ». Cet immeuble résidentiel qui possède 47 étages sur une hauteur de 200 mètres est la plus haute construction de l’Union européenne. Toutefois, les architectes du projet ont oublié un détail significatif pour un building aussi haut: les ascenseurs!

Le projet devait être clôturé en décembre 2013 mais en janvier 2012, on s’est rendu compte que l’immeuble n’avait pas été équipé d’ascenseurs, comme on peut l’observer sur les différents clichés promotionnels d’InTempo. « L’espace avait été calculé pour constituer un bloc d’une vingtaine d’étages », expliquent différentes sources au journal El País.

Mais les architectes ont décidé d’ajouter 20 étages supplémentaires au projet pour en atteindre 47 et ils se sont rendu compte de l’oubli. InTempo possédait 94% de sa structure achevée et 35% des 269 appartements étaient déjà vendus. Depuis lors, l’équipe initiale d’architectes a démissionné et la dette du projet immobilier atteint les 2,5 millions d’euros.

Benidorm est l’exemple parfait de la folie des grandeurs, souligne El País. La ville n’a pas de limites en ce qui concerne la hauteur de ses constructions. Ce modèle urbanistique a ses détracteurs mais aussi ses défenseurs comme le sociologue de l’urbanisme, Henri Lefebvre, qui l’a définie comme la ville la plus habitable jamais construite depuis la Seconde Guerre mondiale. La ville, surnommée « Beniyork » ou la « petite Manhattan » compte d’autres édifices d’une envergure égale à celle du projet InTempo, comme l’Hôtel Bali ou la Tour Lugano, qui se sont également retrouvés au cœur de polémiques similaires.

Inauguration de la tour des records à Dubaï, pour conjurer la crise

Le plus haut gratte-ciel du monde, plus de 800 mètres, sera inauguré lundi dans l’émirat en pleins déboires financiers et immobiliers.

Les promoteurs entretiennent avec coquetterie le mystère sur sa taille exacte mais, avec plus de 800 mètres de haut, la tour Burj Dubai n’aura aucun mal à se hisser au sommet, puisqu’elle dépassera d’au moins 300 mètres l’actuel plus haut édifice du monde, Taipei 101 à Taïwan (508 mètres). La question est plutôt de savoir si cela ne sera pas le dernier grand chantier pharaonique, avant longtemps, de l’émirat du Moyen-Orient en pleine crise.
Lire la suite