Biologie de synthèse : Les multinationales veulent industrialiser la vie

Par Agnes Rousseaux

Thérapies plus efficaces, bactéries anti-pollution, carburants synthétiques… La biologie de synthèse nous réserverait un futur plein de promesses. Et attire les investissements des plus grands groupes mondiaux de biotechnologies, de l’énergie ou de l’agroalimentaire. Mais fabriquer artificiellement la vie, à partir d’ADN construit en laboratoire et d’usines à gènes brevetés, suscite de nombreuses interrogations.

Alors que les premiers organismes intégralement conçus par ordinateur commencent à prendre vie, des ingénieurs rêvent déjà de planifier l’évolution et de corriger les « imperfections » de la nature. Enquête.

« Fabriquer la vie ». Ainsi pourrait se résumer l’ambition de la biologie de synthèse. Cette branche des biotechnologies veut créer de toutes pièces des organismes vivants, inconnus à l’état naturel. Et aller plus loin encore que les OGM, qui modifient le code génétique d’un organisme pour lui donner une nouvelle fonctionnalité – croître plus vite ou résister à un pesticide.

Avec la biologie de synthèse, nous entrons dans une autre dimension: on quitte le bricolage des gènes, pour aller vers une fabrication à grande échelle d’organismes artificiels, après modélisation et simulation informatique.

Lire la suite

1.087 : c’est le nombre d’usines qui ont fermé en France depuis 2009

Depuis 2009, plus d’un millier d’usines ont dû mettre la clef sous la porte. C’est le bilan inquiétant dressé par le cabinet de veille économique Trendeo.

En 2012, quelque 266 usines auraient disparu quand seulement 166 auraient été créées, selon la société de veille économique Trendeo. Au total, le rythme de fermeture se serait ainsi accéléré de 42%. Ce n’est pas loin de la triste performance enregistrée au plus fort de la crise en 2009 avec quelque 379 usines fermées. Résultat : ce sont 1.087 usines qui ont mis la clef sous la porte depuis 2009.

Lire la suite

Goodyear : Quand Hollande, candidat, promettait une loi

En visite à l’usine Goodyear d’Amiens, en octobre 2011, François Hollande promettait une loi pour empêcher les licenciements boursiers. Le moment a été immortalisé dans une vidéo amateur.

La scène se déroule le 14 octobre 2011, à l’usine Goodyear d’Amiens Nord. À deux jours du second tour de la primaire socialiste, le candidat Hollande est venu rencontrer les salariés en lutte pour la sauvegarde de leur emploi. Il drague les électeurs d’Arnaud Montebourg, en position d’arbitre grâce aux 17,19% des votes qu’il a obtenus au premier tour avec un discours inscrit à gauche.

« Je ne suis pas comme [un] autre qui vient devant les travailleurs et leur promet ce qu’il n’est pas capable de tenir après », introduit François Hollande (2’30). « L’État peut fixer les règles », promet-il alors (3’30), « dans les cas de licenciements dont le seul but est boursier, la saisine d’un tribunal doit être possible pour suspendre ce plan et obliger le groupe à revenir dans la négociation. »

Cette promesse de légiférer contre les licenciements boursiers, intégrée dans le programme du candidat socialiste, est aujourd’hui menacée.

Alors que les salariés tentaient, mardi, d’organiser une mobilisation interprofessionnelle pour faire pression sur le sujet, le gouvernement se cache derrière les « accords pour la compétitivité et la sécurisation du travail », conclus le 11 janvier entre des syndicats de patrons et de salariés.

Lire la suite

Partage de la valeur ajoutée : le hold-up tranquille

«La guerre des classes existe, c’est un fait. Mais c’est la mienne, celle des riches, qui mène cette guerre et nous sommes en train de la remporter.»

(Warren Buffett, deuxième fortune mondiale, New York Times, 29 novembre 2006)

————————

C’est le point aveugle du débat économique. Une donnée clé, et d’autant mieux cachée par les grands médias : de toutes les richesses produites en France, les salariés récoltent, aujourd’hui, d’après l’Insee, 9,3% de moins qu’en 1983 – autant qui va en plus aux actionnaires. Soit plus de 100 milliards d’euros par an…

«La part des profits est inhabituellement élevée à présent (et la part des salaires inhabituellement basse). En fait, l’amplitude de cette évolution et l’éventail des pays concernés n’a pas de précédent dans les 45 dernières années.»

D’où sont tirées ces lignes ?

On croirait une communication de la CGT ?

Ou un discours d’Olivier Besancenot ?

Au contraire : ce passage est extrait d’un article de la Bank for International Settlements. La Banque des Règlements Internationaux. Une institution qui réunit chaque mois, à Bâle, en Suisse, les banquiers centraux pour « coordonner les politiques monétaires » et « édicter des règles prudentielles ».

Dans leurs Working Papers n° 231, daté de juillet 2007 et titré Global upward trend in the profit share («Hausse tendancielle mondiale de la part des profits»), eux insistent pourtant sur les «hauts niveaux de la part du profit inhabituellement répandus aujourd’hui», sur cette «marge d’une importance sans précédent», sur cette «preuve à la fois graphique et économétrique d’un fait particulier concernant le partage des revenus dans les pays industrialisés : une poussée à la hausse de la part des profits au milieu des années 80, ou son pendant : une poussée à la baisse de la part des salaires» et ainsi de suite sur vingt-trois pages.

Lire la suite

La prime à j’me casse

Derrière la « crise » et la « reprise », un mouvement historique se poursuit : la délocalisation vers les « pays à bas coût de main d’oeuvre ».

Exemple, dans l’industrie automobile.

« Le marché automobile français finit l’année 2009 en fanfare. »

C’est la bonne nouvelle économique de cet hiver – claironnée de télés en radios : « + 10 % par rapport à 2008 » !

Une « année record grâce à la prime à la casse », se félicite Christian Estrosi, le ministre de l’industrie.

D’autant que « les constructeurs français ont été les premiers bénéficiaires ».

Super

Super puisque, évidemment, ces « constructeurs français » ont embauché + 10 % de travailleurs…

Eh bien non : les licenciements – pardon : les « plans de sauvegarde de l’emploi » – se poursuivent tranquillement, à la fois chez Renault, Peugeot, et chez les équipementiers.

Car dans ce secteur, comme dans toute l’industrie, la « crise » ou la « reprise » ne changent pas grand-chose à un mouvement historique : la délocalisation continue. Depuis vingt ans, les ventes de voitures en France sont demeurée stables – tandis que la production sur notre territoire, elle, a diminué de moitié…

Lire la suite

(29.09.2009)

► Le président américain de la Banque mondiale critique les USA

L’Américain Robert Zoellick, a critiqué les États-Unis, estimant qu’ils ne devraient pas tenir la position dominante du dollar pour acquise, ni accroître les pouvoirs de leur banque centrale. “Les États-Unis feraient une erreur s’ils considéraient comme acquise la position du dollar comme devise de réserve dominante. Si l’on se projette dans l’avenir, il y aura de plus en plus d’alternatives au dollar“, a-t-il expliqué à l’université John Hopkins de Washington. Il a cité l’euro, le yuan et les Droits de tirage spéciaux (DTS, l’unité de compte du Fonds monétaire international) comme concurrents.

Le Congrès des États-Unis s’est étonné de découvrir la latitude de la Réserve fédérale à créer des fonds, acheter des actifs, mettre en place des lignes d’échanges de monnaie mondiale, et faire des transactions en dehors du processus habituel d’extension du budget de l’État. Donc il ne faut pas s’étonner que la démocratie américaine hésite à autoriser la Fed à surveiller les risques bancaires systémiques à côté de son rôle dans la politique monétaire, accroissant son pouvoir“, a-t-il ajouté.Boursorama

► GB: la prime à la casse étendue à 100.000 nouveaux véhicules

Le gouvernement britannique dégagera les fonds nécessaires pour étendre le dispositif de prime à la casse à 100.000 véhicules supplémentaires, a annoncé lundi le ministre du Commerce Peter Mandelson. “Notre dispositif de prime à la casse a si bien marché que l’argent manque.” AGEFI

► Hongrie: la banque centrale abaisse son taux directeur de 0,5 point à 7,5%

La banque centrale de Hongrie a annoncé lundi abaisser son taux directeur de 0,5 point à 7,5%, soit le niveau le plus faible depuis deux ans, après une baisse semblable le 25 août. Daily-Bourse

► USA: 10 grosses entreprises pourraient faire faillite

AMD (Microprocesseurs), CBS (Média), GoodYear (Pneus), Hertz (Location de voitures), IPG (Marketing), Las Vegas Sands (Hotel –Casino), Macy’s (Chaîne de magasins), Sprint Nextel (Télécommunications), Mylan (Groupe pharmaceutique), Textron (Aéronautique). The Business Insider