La Californie impose à Monsanto la mention “cancérigène” sur les emballages du Roundup

L’Agence de Protection Environnementale (EPA) de Californie a annoncé officiellement son intention de préciser sur les étiquettes que le glyphosate est cancérigène. Le produit est notamment présent dans le Roundup, un célèbre herbicide utilisé dans le monde entier.

La Californie épingle le glyphosate comme cancérigène

Le glyphosate (N-(phosphonométhyl) glycine, C3H8NO5P) a souvent été vu comme un désherbant « moins mauvais » que d’autres sur un plan toxicologique. Son mode d’action passe par les feuilles, il est transporté de manière systémique dans la plante jusqu’aux racines, avant qu’il ne se fixe au sol et qu’il soit dégradé par les micro-organismes du sol.

Il est généralement décrit comme faiblement toxique pour les êtres humains et les animaux. Que le glyphosate soit plus que largement soupçonné d’être cancérigène n’est pourtant pas nouveau. En début d’année 2015, l’agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) classait trois pesticides dans la catégorie 2A – c’est-à-dire « cancérogènes probables » -, le diazinon, le malathion et le glyphosate.

Si les deux premiers sont des insecticides à l’utilisation restreinte en Europe, le glyphosate est l’herbicide le plus utilisé au monde, synthétisé par Monsanto dans les années 1970 et utilisé depuis dans le désherbant Roundup, les acteurs de Monsanto défendant d’ailleurs leurs produits contre ce qu’ils appellent la « science poubelle ».

Une exposition forte au glyphosate
Lire la suite

Le danger des OGM n’est pas là où vous croyez

La guerre contre les organismes génétiquement modifiés est truffée d’erreurs, de mensonges, de mauvaise foi et autres falsifications jouant sur nos peurs. Les étiqueter ne vous écartera pas du danger et pour cause: il est ailleurs.

Les aliments génétiquement modifiés sont-ils dangereux? Pour beaucoup, visiblement, la réponse est oui. Ces cinq dernières années, pas moins de 27.000 produits ont été soumis au Non-GMO Project, une association certifiant l’absence d’OGM dans les denrées alimentaires. En 2014, les ventes de tels produits ont quasiment triplé.

Les magasins bio Whole Foods obligeront bientôt l’étiquetage des produits contenant des OGM vendus dans ses rayons. Abbott, l’entreprise commercialisant le lait maternisé Similac, vient de créer une gamme sans OGM, afin d’offrir aux parents une «tranquillité d’esprit». Les supermarchés Trader Joe’s ont promis qu’ils n’utiliseraient plus d’OGM. Idem du côté du fast-food mexicain haut de gamme Chipotle.

Des écologistes et des associations veulent même aller plus loin. Des centaines d’associations américaines et internationales, comme Consumers Union, Les Amis de la Terre, Physicians for Social Responsibility, Center for Food Safety et l’Union of Concerned Scientists en appellent à «l’étiquetage obligatoire des aliments génétiquement modifiés». Depuis 2013, une telle législation est en vigueur dans le Vermont, le Maine et le Connecticut. Le Massachusetts est a priori le prochain sur la liste.

Lire la suite

La vraie fausse interdiction du Roundup : le coup de com de Ségolène Royal

Ségolène Royal vient d’annoncer l’interdiction, à partir du 1er janvier 2016, de la vente en libre-service aux particuliers des produits désherbants contenant du glyphosate, dont le fameux Roundup fabriqué par Monsanto. Un amendement à la loi de transition énergétique devrait être déposé au Sénat en juillet, a-t-elle précisé.

Dans les faits, il ne s’agit pas vraiment d’une interdiction. Les particuliers pourront continuer à se fournir en pesticides contenant du glyphosate : les points de vente devront seulement limiter l’accès à ces produits qui devront être vendus non plus en rayon mais au comptoir.

Des aides financières seront mises en place « dans le cadre du plan éco-phyto » pour les points de vente qui se mettront en conformité avec la loi. Cette aide « servira à aider à former les salariés pour le conseil » et à « débarrasser les rayons de ces produits », a expliqué la ministre de l’Écologie. Ce qui pourrait inciter les jardineries et détaillants à proposer des produits et méthodes de jardinage plus écologiques. Mais un accro à l’extermination chimique des mauvaises herbes pourra continuer d’acheter sa dose de pesticides.

Le Roundup, fabriqué par la multinationale Monsanto, est le premier désherbant utilisé par les jardiniers amateurs qui sont quelque 17 millions en France, rappelle Le Monde. Au total, 2 000 tonnes de cette substance sont utilisées chaque année par les particuliers, et 8 500 tonnes par les agriculteurs et autres professionnels ! En mars dernier, le principe actif du Roundup, le glyphosate, a été classé comme cancérogène « probable chez l’homme » par le Centre international de recherche sur le cancer. Une étude aussitôt dénoncée par Monsanto qui, dans un communiqué du 23 mars, fustige la « science poubelle » (junk science) de l’agence intergouvernementale (lire l’article).

Le 14 juin, à la veille de l’annonce de Ségolène Royal, la firme Monsanto a expliqué à l’AFP ne pas avoir à ce stade « d’information réglementaire concernant une évolution de l’autorisation de mise sur le marché du désherbant Roundup ».

« Absolument aucune nouvelle donnée scientifique récente ne permet de remettre en cause l’autorisation [de vente du Roundup] », écrit Monsanto qui estime que « dans les conditions recommandées d’utilisation figurant sur l’étiquette, le produit ne présente pas de risque particulier pour l’utilisateur ».

Lire la suite

Argentine : OGM et pesticides, un tandem toxique ?

L’Argentine figure parmi les grands pays exportateurs de soja dans le monde. Une manne financière, mais aussi un enjeu de santé publique important: la majorité des cultures est traitée au glyphosate, un pesticide que l’OMS vient de classer dans la catégorie des “cancérogènes probables“.

Pesticide et santé : l’équation sans solution

Au milieu des années 1990, des milliers de bovins meurent dans les étables. Malformations des veaux, fausses couches des vaches et problèmes de stérilité déciment les troupeaux. Les agriculteurs eux-mêmes ne sont pas épargnés et rencontrent divers graves problèmes de santé.

Un éleveur de porcs danois a comparé sur plusieurs années les taux de pesticide dans l’alimentation de ses animaux et ceux de malformation des porcelets. Des chercheurs français, eux, ont mené une étude méthodique sur le problème.

Les très longues et laborieuses analyses entreprises finissent par aboutir : les bêtes malades présentent dans leur organisme un taux très élevé de glyphosate – le désherbant le plus vendu au monde.

Or, l’immense majorité des rations servies aux bêtes dans le nord de l’Europe proviennent de céréales OGM importées d’Amérique, dont les graines contiennent de grandes quantités de cet herbicide, pour l’instant défendu bec et ongles par le puissant lobby agro-alimentaire européen.

Réalisé par Andreas Rummel (Allemagne – 2015)

Monsanto : Un lobbyiste assure que le Roundup est potable, mais refuse d’en boire

Les résultats de l’enquête du Centre international de recherche sur le cancer de l’OMS révèlent que cinq pesticides, dont l’un des plus utilisés au monde, le Roundup, sont cancérigènes.

Une évaluation réfutée par le docteur Patrick Albert Moore, expert en écologie et environnementaliste canadien, qui avance que le glyphosate, un composant du désherbant Roundup de Monsanto, “n’aurait pas augmenté le taux de malades du cancer en Argentine. (…) Vous pouvez en boire un grand verre et ça ne vous fera aucun mal.

Lorsque le journaliste propose à Patrick Albert Moore d’absorber du glyphosate, le scientifique a quelques hésitations. “Avec plaisir”, dit-il avant de se rétracter : “Bon, en fait, pas vraiment. Mais je sais que ça ne me ferait pas de mal.” Il finit par refuser définitivement de boire le breuvage : “Je ne suis pas stupide.”

“Ce n’est pas dangereux alors ?” demande le journaliste. ”Non, des gens tentent de se suicider régulièrement et se ratent.” “Alors vous êtes prêt à en boire un verre ?” insiste Paul Moreira. ”Non, je ne suis pas un idiot”, rétorque le docteur Moore. L’homme finit par interrompre la discussion.

La société multinationale Monsanto a déclaré que le rapport de l’OMS avait été biaisé.

La révolte argentine contre Monsanto

L’Argentine a longtemps été appelée le « grenier du monde ». Aujourd’hui, le pays compte presque 24 millions d’hectares de cultures transgéniques, soit plus que la superficie totale de la Grande-Bretagne. Du maïs, du coton, mais surtout du soja. L’Argentine est le premier exportateur mondial d’huile et de farine de soja, le troisième producteur de graines. Ce soja transgénique nourrit le bétail européen et chinois, et remplit les caisses de l’Etat. C’est même l’une des principales richesses du pays.

Pourtant, des Argentins s’élèvent contre la fièvre de l’or vert. De simples citoyens, des mères de famille, des étudiants qui dénoncent plus généralement les OGM et les pesticides qui rendent malades, qui tuent parfois.

En cause notamment, le glyphosate, la substance active du Roundup, l’herbicide vedette de Monsanto, le géant américain. Chaque année, 200 millions de litres de glyphosate sont utilisés en Argentine, et plus de 10 millions d’Argentins y sont exposés.

Dans la province de Córdoba, l’une des principales régions agricoles d’Argentine, au centre du pays, dans les villes de  Barrio Ituzaingo Anexo et de Malvinas Argentinas, des habitants se mobilisent.

« La révolte argentine contre Monsanto », c’est un Magazine de la rédaction signé Marine de La Moissonnière et Annie Brault.

France Culture

L’état de l’environnement en France reste préoccupant

L’état de l’environnement s’améliore en France sur certains points, mais le bilan global reste préoccupant. L’édition 2010 du rapport élaboré tous les quatre ans par les statisticiens du ministère de l’écologie, mise en ligne vendredi 4 juin, ne fait que 130 pages (contre 500). Elle fourmille de données, et dresse le panorama le plus complet et le plus à jour de l’état des milieux naturels et des sources de pollution.

Certaines évolutions sont positives. La qualité de l’air dans les villes s’améliore globalement, principalement grâce aux progrès technologiques des véhicules. Les émissions de gaz à effet de serre sont également en baisse, même si le secteur des transports, principal émetteur, reste en croissance (+19 % depuis 1990). L’effet du bonus-malus sur la baisse des émissions des véhicules neufs est sensible, mais il faudra plusieurs années pour que le parc entier soit renouvelé. Et le transport routier continue de croître. En outre, les importations françaises généreraient l’émission de 465 millions de tonnes équivalent CO2 par an, contre 265 millions pour les exportations. Le solde d’environ 200 millions augmente de près de 38 % les émissions intérieures.

Autre tendance assez favorable, la stabilisation des taux de nitrates dans les eaux superficielles. “Les engrais sont toujours apportés en excès, mais cet excès diminue“, observe Robin Degron, co-rédacteur du rapport. En revanche la contamination par les pesticides se poursuit, certaines nouvelles molécules (glyphosate) remplaçant des substances interdites (atrazine).

Lire la suite

Le Roundup donne naissance à de « super mauvaises herbes » !

De même que la lourde utilisation d’antibiotiques a contribué à l’apparition de « supermicrobes » résistant aux médicaments, [un article du New York Times du 3 mai 2010 nous apprend que] l’utilisation intensive, par les fermiers américains, du désherbant « Roundup » [marque de l'herbicide dénommé glyphosate, initialement breveté par Monsanto et commercialisé, depuis 2000, par d'autres firmes, sous d'autres noms], a mené à la croissance rapide de nouvelles « super mauvaises herbes », extrêmement tenaces, que le poison industriel n’arrive plus à éradiquer.

De plus en plus de fermiers américains sont confrontés à cette situation, partout, dans l’Est, le Midwest et le Sud du pays, et sont donc conduits à vaporiser leurs champs avec des herbicides encore plus toxiques !

C’est la course folle en avant dans l’empoisonnement des denrées, mais aussi des sols et de l’eau !

Lire la suite