Suisse : Des semaines de 45 heures sans hausse de salaire

L’envolée du franc suisse en janvier dernier a obligé les entreprises à augmenter le temps de travail. Depuis cette décision de la Banque Nationale, le franc suisse a gagné 12% par rapport à l’euro.

Conséquences ? Cela renchérit le prix des produits suisses vendus en Europe et les entreprises suisses sont moins compétitives.

Santé : ces coupes dans les budgets des hôpitaux qui vont faire mal

Marisol Touraine a présenté, à huis clos, les 3 milliards d’économies prévues. Quelque 860 millions proviennent de la “maîtrise de la masse salariale”, soit l’équivalent de 22.000 postes.

En pleine épidémie de grippe, cela ferait désordre. En visite aux urgences de l’hôpital La Pitié Salpêtrière à Paris vendredi 27 février, Manuel Valls et Marisol Touraine se sont auto-congratulés d’avoir réagi “avec détermination” et “au bon moment” face au pic de la maladie.

En revanche, le Premier ministre et la ministre de la Santé n’ont pas dit mot sur les économies prévues dans les budgets des hôpitaux d’ici à 2017. Depuis quelques semaines, le gouvernement dispose pourtant du plan détaillé des 10 milliards d’économies sur les dépenses de santé annoncé il y a presqu’un an.

Facture détaillée
Lire la suite

Les hôpitaux français en difficulté depuis la flambée du franc suisse

Les taux d’emprunts de certains hôpitaux français ont bondi de près de 30% depuis la flambée du franc suisse. Les CHU tirent aujourd’hui la sonnette d’alarme.

Le CHU de Saint-Étienne est l’un des plus endettés de France. Sa situation est critique. Le responsable de cette situation est le franc suisse. Depuis le 15 janvier dernier, la Banque Nationale suisse laisse sa monnaie s’échanger librement face à l’euro.

Résultat : le franc suisse est subitement devenu plus cher de 20% par rapport à l’euro. Le problème, c’est que la plupart des hôpitaux français ont contracté ces dernières années des prêts en franc suisse. Ils se retrouvent donc à devoir rembourser beaucoup plus d’argent : + 500 millions d’euros d’intérêts à payer en quelques semaines.

Parmi les hôpitaux les plus touchés, Saint-Étienne, Dijon, Toulon, Rambouillet ou encore Rodez. Des hôpitaux victimes du franc suisse et qui avaient déjà été empoisonnés par les emprunts “toxiques” de la banque Dexia il y a quelques années.

Aujourd’hui, ces hôpitaux demandent donc au gouvernement une aide financière en urgence, car leur situation a des conséquences sur les patients comme par exemple moins de matériels et des séjours écourtés.

Roumanie : Les prêts en francs suisses n’ont pas fini de faire souffrir

Les emprunts en francs suisses et donc indexés sur l’évolution de la monnaie helvétique, n’ont pas fini de faire souffrir. En Europe de l’est, les particuliers sont nombreux à avoir été séduits avant la crise de 2008 par ces emprunts aujourd’hui empoisonnés.

Suisse : Le franc flambe, les marchés paniquent

Addendum du 19/01/2015 : Les collectivités locales rattrapées par le franc suisse fort

Le vice-président du conseil général en charge des finances, Christophe Greffet, estime que la suppression du cours plancher du franc suisse aura de lourdes conséquences pour les finances départementales. Elles pourraient être de 1,8 à 2, 8 millions d’euros. En effet, trois emprunts structurés (autrement appelés “emprunts toxiques”) sont indexés sur la parité entre l’euro et franc suisse.

Même chose à Lyon, où les emprunts du même type contractés par le conseil général du Rhône (environ 238 millions d’euros). Avec la hausse du franc suisse à parité avec l’euro, les intérêts remboursables pourraient être doublés voire triplés.

France TV Info

En décidant de laisser le franc flotter, la Banque centrale suisse a affolé les Bourses et les marchés monétaires. Les exportateurs helvétiques s’inquiètent, notamment dans le secteur de l’horlogerie.

Le cours de 1,20 franc suisse par euro, c’est fini. “La décision, jeudi 15 janvier, de la Banque nationale suisse (BNS) d’abandonner son taux plancher a pris tout le monde de court“, constate Le Temps, à Genève. Cette annonce a provoqué une onde de choc sur les marchés. Jeudi, la Bourse de Zurich a connu un krach historique, s’effondrant de 13,75 % avant de clôturer en baisse de 8,67 %.

La panique s’est aussi emparée des Bourses d’Europe de l’Est, notamment en Croatie et en Pologne. Dans ces pays, “de nombreux ménages ont souscrit des emprunts immobiliers en francs suisses et se trouvent pris au piège par la décision de la BNS de laisser le franc s’apprécier“, ajoute le quotidien de Lausanne 24 heures.

En Pologne, cela concerne 700 000 familles qui ont fait face au décrochage de 20 % du zloty face au franc.Dans ce pays, près de 40 % des crédits immobiliers sont libellés en francs.” L’euro est tombé à 0,8517 franc suisse jeudi dans la matinée – son niveau le plus faible depuis l’introduction de la monnaie unique, en 1999, avant de se redresser un peu. Vendredi midi, 1 euro valait 1 franc suisse.
Lire la suite

L’euro sombre face au franc suisse

Le cours du franc suisse a fortement grimpé jeudi face à l’euro, atteignant un sommet historique, après des annonces monétaires surprise de la Banque nationale suisse (BNS).

BNS a aboli jeudi le cours plancher du franc suisse face à l’euro, l’axe principal de sa politique monétaire depuis plus de trois ans, et a abaissé son taux d’intérêt à -0,75%.

Vers 9h50 GMT (10h50 à Paris), la monnaie suisse a atteint 0,8517 franc suisse pour un euro, un sommet historique face à la monnaie unique européenne et

franchissant pour la première fois le seuil de parité avec l’euro

(depuis l’introduction de la monnaie unique en 1999), avant d’effacer une partie de ses gains pour retrouver le seuil de 1 franc pour un euro. La devise suisse valait 1,2010 franc pour un euro mercredi à 22h GMT.

Lire la suite

Les banques centrales doivent mesurer l’inflation financière (Vidéo)

L’objectif principal de la banque centrale américaine, c’est de garantir la stabilité financière. Une question fondamentale: une banque centrale doit-elle inclure le prix des actifs financiers dans sa mesure de l’inflation ?

Bilan.ch

Cela va très mal finir ! Et la “fin de la partie” est pour bientôt !

« Par essence, la création monétaire ex nihilo que pratiquent les banques est semblable, je n’hésite pas à le dire pour que les gens comprennent bien ce qui est en jeu ici, à la fabrication de monnaie par des faux-monnayeurs, si justement réprimée par la loi. Concrètement, elle aboutit aux mêmes résultats. La seule différence est que ceux qui en profitent sont différents ».

Maurice Allais, prix Nobel de sciences économiques en 1988.

Nous pensons que les banques centrales sont en train de perdre le contrôle des Systèmes bancaire et monétaire dans la mesure où leurs politiques ultra laxistes ont abouti (comme tout économiste “autrichien” pouvait d’ailleurs le prévoir) au contraire de ce qu’elles voulaient obtenir puisque les taux d’intérêt à long terme ont commencé une forte hausse de nature à provoquer l’effondrement des prix des obligations et que les actions très surévaluées ont commencé leur retournement à la baisse dont tout indique qu’il va se transformer en krach (mini ou maxi impossible à savoir), sans que les économies se soient durablement redressées ni que le chômage ait suffisamment baissé.

Cette fois-ci, la chute des obligations ne permettra pas aux actions de monter plus haut, les deux actifs chutant ensemble comme cela a commencé au Japon. Ce qui entrainera de nouvelles faillites de banques et autres institutions financières dont l’exposition aux deux actifs précités est à un niveau record. Sans parler des épargnants qui se feront à nouveau rincer…

La seule action que les banques centrales ont réussi c’est de créer des bulles dont l’éclatement est inévitable, étant donné que leur création monétaire artificielle massive n’est pas entrée dans l’économie réelle mais s’est investie dans les actifs financiers dont la hausse ne favorise que les mécanismes de spéculation sans liens avec la réalité de l’offre et de la demande effectives au seul bénéfice de quelques “oligarques” de la finance (grands spéculateurs et/ou dirigeants des banques supposées “too big to fail”).

Lire la suite

Hôpitaux : L’Inspection générale des finances s’alarme du niveau d’endettement (Màj audio)

La Fédération hospitalière de France est vent debout contre ce rapport.

Et Frédéric Vallétoux [président de la Fédération hospitalière de France (FHF) - NDLR] de dénoncer

“un rapport totalement techno, assez déconnecté de la réalité [...] Les mêmes qui ont demandé il y a quelques années aux hôpitaux d’investir, regardent cela d’un œil critique, en essayant de faire croire que les hôpitaux sont mal gérés”…

Sur un budget total annuel de quelque 70 milliards d’euros, le déficit des hôpitaux ne dépasserait pas les 200 millions, selon les chiffres de la FHF. Aussi, limiter l’accès aux prêts bancaires reviendrait

“à faire revenir la gestion hospitalière à la Roumanie des années 1970 [...]

La conséquence de tout cela serait de fragiliser l’offre de soin aux Français”, prévient Frédéric Vallétoux.

Il y a urgence pour l’hôpital ! C’est en effet le constat alarmant que vient de dresser l’Inspection générale des Finances, laquelle exhorte les établissements de santé à limiter leurs emprunts bancaires de court terme.

L’Hôtel-Dieu de Paris

Il est vrai que la situation est pour le moins préoccupante : la dette des hôpitaux a en effet a triplé en moins de dix ans,  leurs investissements  plombant un peu plus leurs comptes chaque jour.

Le journal « Les Echos » révèle ainsi que l’Inspection générale des finances vient d’indiquer  dans un rapport que l’encours des prêts de moyen et long terme est passé de 9 milliards d’euros en 2003 à plus de 24 milliards en 2011.

Selon l’IGF,  le secteur hospitalier a  été d’autant plus frappé par la crise financière de 2008, compte-tenu de son fort niveau d’endettement. Citant pour exemple le CHU de Caen, lequel a été contraint de retarder des paiements courants, en l’absence  de trésorerie.

Lire la suite

Suisse : Ruée sur les billets de 1000 francs

Il n’y a jamais eu autant de billets violets en circulation. Une des explications serait liée à la crise. Manque de confiance, taux d’intérêt très bas, les Suisses gardent leur argent chez eux.

Fin décembre 2012, il y avait 37,4 millions de coupures de 1000 francs en circulation. Soit 37,4 milliards de francs en grosses coupures, ce qui représentait l’équivalent de 60% de tout l’argent liquide à ce moment-là. Jamais dans les statistiques de la Banque nationale suisse (BNS), ce chiffre n’avait été aussi haut. A la même période en 2011, il y avait 33,27 millions de billets violets à l’effigie de Jacob Burckhardt en circulation. En décembre 2010, 30,4 millions.

Une explication à ce phénomène serait à chercher du côté de la morosité économique. «Le nombre de billets de 1000 francs en circulation était plutôt stable avant la crise financière de 2008, explique Walter Meier, de la BNS. Tout à coup, nous avons vécu une grosse augmentation, soit près d’un million de coupures en plus en l’espace d’un mois.» Le porte-parole estime qu’une des raisons du succès de ce billet serait la réserve de valeur, à savoir conserver ses économies chez soi. «En effet, il est possible de stocker plus d’argent en un espace plus petit.»

Lire la suite

Faut-il s’inquiéter de l’explosion des bilans des banques centrales ?

Les plans d’assouplissement quantitatif se multiplient en Europe et aux Etats-Unis. De fait, les bilans des banques centrales ont explosé depuis 2007. Richard Barley, du Wall Street Journal, expose les raisons de s’alarmer.

Face à ces cinq années de crise financière mondiale, les banques centrales ont tenté de relancer l’économie de leur pays. Et ce, en recourant à des politiques monétaires exceptionnelles, se traduisant par des baisses historiques du niveau des taux directeurs, ainsi que des plans d’assouplissement quantitatif. Mais, malgré ces efforts, Richard Barley explique dans son éditorial du Wall Street Journal que la sortie de la crise ne se profile toujours pas à l’horizon.

(…)

Les bilans des banques centrales atteignent des records

De fait, les bilans des banques centrales ont explosé les compteurs en cinq ans. En tête, le bilan de la Banque d’Angleterre a presque quintuplé entre mai 2007 et aujourd’hui, pour un montant de 385 milliards de livres sterling (485 milliards d’euros).
La Banque Nationale Suisse n’arrive pas très loin derrière : avec 435 milliards de francs suisses (362 milliards d’euros) au compte d’actifs, son bilan s’est multiplié par 4,1. De l’autre côté de l’Atlantique, les actifs de la réserve fédérale s’évaluent à présent à 2,8 trillions de dollars (2,2 trillions d’euros), près du triple par rapport au printemps 2007. La BCE prend la dernière place de ce palmarès… Elle compte dans son bilan 3,1 trillions d’euros en actifs, soit 2,6 fois plus qu’en 2007. Le rachat des dettes espagnole et italienne, du moins en partie, pourrait certainement changer la donne.

La multiplication des plans d’assouplissement quantitatif

Lire la suite

Achetez du yuan, vendez le dollar

Par Myret Zaki

«Fin 2013, le dollar aura perdu son statut de devise dominante des transactions commerciales»

Depuis la sortie de “La fin du dollar” en avril 2011, les événements se sont précipités. L’utilisation du dollar dans le commerce mondial baisse brutalement. La part du dollar dans les échanges mondiaux, indicateur plus fiable et plus dynamique que celui de la part du billet vert dans les réserves des banques centrales, se réduit à toute vitesse au profit des monnaies des BRIC (Chine, Brésil, Inde, Russie, Afrique du Sud). «Dès la fin 2013, le dollar aura perdu son statut de devise dominante des transactions commerciales internationales et, au plus tard en 2016, le commerce mondial s’organisera de manière équilibrée autour des trois devises que sont le dollar (qui ne représentera plus que 35-40% des transactions mondiales), l’euro (30-35%) et le yuan (10%)», prédit une analyse récente du Laboratoire européen d’anticipation politique (LEAP). A l’heure actuelle, environ 50% des exportations mondiales sont libellées en dollars, 30% en euros et le reste principalement en yens.

LES BRIC SE PASSENT DU DOLLAR

Lire la suite

Crise financière et renouvellement de l’offre politique

Par Jean-Claude Werrebrouck

La présente réflexion s’inscrit dans l’idée selon laquelle une conjonction entre temps propre de la crise et temps propre à la sphère politique, risque d’aboutir, avant le printemps 2012, à un changement radical de paradigme dans le fonctionnement de l’Europe et, en particulier, de sa zone euro. Et un changement possiblement impulsé par la France.

Inutile d’insister ici sur l’aggravation de l’actuelle grande crise. Les lecteurs avertis en connaissent maintenant le mécanisme et savent que, si l’empilement de la dette globale mondiale n’est pas l’essence de la crise, il en est le facteur de déclenchement.

Même sans revenir sur la globalisation, le retour à la croissance suppose, au moins, l’arrêt de l’accroissement de l’économie de dettes. Circonstance non empiriquement constatée, puisque les États continuent d’accroître leurs stocks de dettes… pour aider les banques… qui aident les États.

Il faut sauver les Trésors irlandais ou grecs, pour sauver les banques françaises ou allemandes – largement exposées sur les dettes publiques correspondantes – et qui financent les Trésors français ou allemand. Le cercle est bouclé.

Sur un plan purement comptable, aucun pays de la « zone euro à risques » – Allemagne, Pays Bas et Autriche exclus – n’obéit à l’équation de stabilisation de la dette publique. Les soldes primaires sont très au-delà de ce qui permettrait la simple stabilisation : dette cumulée déjà trop élevée, taux de croissance beaucoup trop faible, et taux de l’intérêt sans doute encore faible pour certains pays (France) mais instable, et devenant usuraire pour les plus faibles (Irlande, Portugal, Grèce).

Cela signifie que, malgré les plans de contraction des dépenses publiques et d’augmentation parallèle des prélèvements, l’endettement continue d’augmenter avec, notamment, les risques qui s’y rattachent, en termes de classement par les agences de notation.

Pour les plus menacés – Irlande, Portugal, Grèce et sans doute Espagne – et aussi les plus menaçants pour l’ensemble de la zone euro, la situation est désespérée, puisqu’en 2010 les taux de croissance seront négatifs ou, au mieux, inférieurs à 1%, alors que le taux moyen de la dette sera proche de 3%, le taux marginal pouvant dépasser les 10% (très exactement 10,898% au 27 septembre 2010 pour les bons grecs à 10 ans, selon Bloomberg).

Lire la suite

Les Etats-Unis laissent-il couler le dollar ?

Fini le temps où Washington assurait au monde qu’il voulait un dollar fort. Alors que le billet vert a plongé à un plus bas de cinq mois contre l’euro mercredi, le gouvernement américain semble très bien s’accomoder de la tendance.

Caricature américaine, août 2010. Sans commentaire...

Les Américains laissent-ils délibérément plonger le dollar ?

«Un dollar fort est dans l’intérêt des Etats-Unis» : cette phrase rituelle des secrétaires au Trésor américain, Timothy Geithner ne l’a pas prononcée en public depuis maintenant un an. Si les Etats-Unis ne le reconnaissent pas officiellement, personne n’est dupe : ils ont tout intérêt à laisser le dollar tomber, s’ils veulent booster la compétitivité de leurs produits et atteindre l’objectif lancé en janvier par Obama, de doubler les exportations américaines en cinq ans.

La Fed est d’autant plus incitée à maintenir un dollar faible, que quasiment toutes les grandes banques centrales mondiales font la même chose avec leur monnaie.

A la mi-septembre, la Banque du Japon est intervenue directement sur le marché des changes, pour la première fois en six ans, afin de freiner l’ascension du yen, emboîtant ainsi le pas à la Suisse, qui bataille depuis plus d’un an pour empêcher une envolée du franc suisse. Quant à la Bank of England, elle s’apprête, comme la Fed, à lancer une nouvelle vague d’assouplissement quantitatif.

Sauf que «si tout le monde cherche à déprécier sa monnaie, cela devient un jeu à somme nulle», met en garde Nordine Naam, économiste à Natixis.

Comment font les Etats-Unis pour affaiblir le dollar ?

Lire la suite

Guerre des monnaies – Dollar contre Yuan – deuxième round

Par André Serra

Il y a incontestablement une “guerre des monnaies” dans le monde depuis le début de la crise, je qualifierais ce qui s’est passé jusqu’ici de premier round, pendant lequel des initiatives ont été lancées par différents pays pour démontrer, sous plusieurs motifs, la nécessité de remplacer le dollar dans son rôle actuel de monnaie internationale de paiement et de réserve, par une monnaie planétaire nouvelle qui serait, celle-ci, indépendante de tout État national particulier.

Après un rappel de ces initiatives en cours, je décrirai le second round, qui vient à peine de commencer.

1er round :

Le lundi 19 novembre 2007, à Singapour, le premier ministre chinois, Wen Jiabao, a montré qu’il était de plus en plus difficile de gérer les 1430 milliards de dollars (970 milliards d’euros) de réserves de change de la Chine, à cause de la devise américaine (réserves se montant à 2600 milliards de dollars en avril 2010). “Nous n’avons jamais connu une pression aussi forte”, a-t-il déclaré, selon l’agence Reuters. “Nous sommes inquiets sur la manière de préserver la valeur de nos réserves”, a-t-il ajouté. La devise étasunienne avait perdu 5% contre le yuan depuis janvier 2007, et malgré toutes les promesses de Washington, il continuait, jour après jour, de perdre des plumes. C’était alors le tout début de la crise des subprimes, qui devait exploser quelques mois plus tard.

Dès cette époque, la Chine se mit à plaider dans chaque forum qu’il était grand temps de remplacer le dollar comme monnaie de paiement et de réserve. Rapidement, cette information fit le tour du monde et tous les ministres des Finances de la planète commencèrent à plancher sur le sujet.

Lire la suite

L’interventionnisme des Etats dans l’économie : éclairage sur les aides d’Etat et impact sur les monnaies

Interview audio (avril 2010) de Pascal Roussel, analyste au sein du Département des Risques Financiers de la Banque Européenne d’Investissement, qui s’exprime ici en son nom propre.

  • Certaines grandes personnalités des milieux économiques se montrent à nouveau optimistes quant à l’évolution de l’économie mondiale. Comment peut-on lire cette indication ?
  • De même, l’évolution des économies nationales a de facto un impact sur les équilibres monétaires. Comment ceux-ci évolueront-ils durant la crise ?

Cliquez sur le lien pour accéder à l’interview audio :

Les Editions Romaines

La revanche de l’or physique

Par Pascal Roussel, analyste au sein du Département des Risques Financiers de la Banque Européenne d’Investissement (BEI).

Le comportement de l’or est un indicateur de la fragilité actuelle du système financier construit intégralement sur des dettes. Cette fragilité peut être porteuse de grands profits à condition d’identifier et d’interpréter correctement les signaux d’alarmes émis par l’or et de se positionner en conséquence. L’or lance une mise en garde et incite à la plus grande vigilance: plus que jamais les apparences boursières sont trompeuses.

Les lecteurs se rappellent que dans mes articles précédents, j’ai longuement évoqué les éléments qui déclencheront la deuxième vague de la crise en 2010: le rôle central de la Chine, les produits dérivés, le crash de l’immobilier commercial américain, la mise en place d’une nouvelle monnaie mondiale centrée sur les Droits de Titrage Spéciaux du FMI, etc. Que s’est-il passé de vraiment nouveau ce dernier trimestre ?

L’homme de la rue, le petit chef d’entreprise, l’ouvrier, l’employé voient une dégradation de la situation économique et du chômage

Aux États-Unis, une personne sur huit survit grâce aux cartes d’alimentation et chaque jour quelques 20 000 personnes supplémentaires en dépendent. Les entreprises n’investissent pas par peur des taxes à venir ou du chômage qui grandit et par manque d’accès au crédit. Néanmoins, la plupart des économistes qui se concentrent essentiellement sur le PIB voient une reprise alors qu’il n’y a que des interventions gouvernementales massives pour éponger les pertes des banques ou pour acheter indirectement à crédit ce que les consommateurs réels n’achètent plus (par exemple en distribuant du cash pour acheter des voitures ou des maisons). Les analystes financiers voient eux aussi une reprise économique en observant la bourse atteindre de nouveaux sommets. Alors qu’il n’y a qu’un afflux de liquidités qui trouve sa source dans la Fed et qui s’écoule vers quelques banques américaines qui utilisent leurs High Frequency Trading Programs (HFTP) pour gagner de l’argent en bourse et justifier des bonus ahurissants.
Lire la suite