Terrorisme – De quoi le plan Vigipirate actuel est le nom ?

Elément parmi d’autres d’un dispositif national de réponse, « le plan gouvernemental de vigilance, de prévention et de protection face aux menaces d’actions terroristes » Vigipirate (cf. ici), comme mené en l’état actuel par les 3 armées (à différencier de la notion de “forces armées”), est révélateur de plusieurs points.

1/ Atteindre les limites du modèle, sans être (partout) aux limites du contrat opérationnel

Pour permettre cette multiplication, extrêmement rapide, par 10 des effectifs militaires déployés dans le cadre du plan Vigipirate,

des unités ont dû quitter rapidement les centres d’entraînement où elles étaient entrain de se préparer à des déploiements à venir,

le dispositif d’alerte comme conçu et armé ne suffisant pas à 1ère vue pleinement pour atteindre le format visé.

Lire la suite

La crise va aggraver la délinquance

La politique d’austérité liée à la crise économique entraînera une hausse quasi automatique de la délinquance en France et le gouvernement aurait tort de réduire les moyens et les effectifs des forces de l’ordre: tel est le message de Nicolas Comte, réélu mardi à la tête du premier syndicat de police de France, Unité/SGP/Police.

Les plans de rigueur auront pour conséquence une hausse irrémédiable de la délinquance, il ne faut pas baisser la garde,” a-t-il dit mercredi. “Quand vous avez des taux de chômage extrêmement élevés, notamment dans des classes d’âge, chez les jeunes, cela a des conséquences sur le front de la sécurité,” ajoute-t-il.

Les policiers s’inquiètent à la fois du gel des dépenses annoncé par le Premier ministre François Fillon face à la crise de l’euro et de la poursuite de la révision générale des politiques publiques (RGPP). Celle-ci doit entraîner la suppression d’environ 10.000 postes entre 2007 et 2012 en prenant en compte les recrutements prévus qui n’ont pas été réalisés, selon le syndicat. La police emploie environ 120.000 fonctionnaires.

Pour Nicolas Comte, il est clair que le métier de policier “va traverser une zone de tempête liée à la crise économique. On nous dit: ‘Nous ne pouvons pas toucher à la RGPP’. Mais la crise impose que l’ordre règne en France,” explique-t-il.

Lire la suite