Trois destins possibles pour l’Europe

Poussée des eurosceptiques confirmée ? Gauche sanctionnée, comme aux municipales ? Président (e) de la Commission européenne vraiment issu (e) du choix des électeurs ? L’élection des députés européens, dimanche 25 mai, apportera son lot de surprises. Notre sort ne sera pas tranché pour autant.

Du sursaut au lent déclin en passant par la résurgence de la crise, La Tribune vous propose trois scénarios sur l’avenir de l’Europe en 2017.

1 – L’effondrement ou le krach italien

LA FICTION – Avril 2017. Sommet de crise à Bruxelles
Lire la suite

La bonne fortune des milliardaires européens

Le patrimoine des milliardaires européens représente 30 % de celui des grandes fortunes dans le monde, contre 24 % il y a un quart de siècle, selon une étude réalisée par Forbes et publiée par Société générale Private Banking le 1er avril.

Carte des grandes fortunes cumulées en Europe en 2013, par pays, en milliards de dollars, et par secteurs d’activités (source : Forbes)

Recensant les fortunes familiales de plus d’un milliard de dollars (726 millions d’euros) à travers le monde, elle vise à analyser la pérennité de la richesse sur le Vieux Continent.

Etonnamment, Forbes a intégré la Russie et la Turquie au sein de l’Europe. Un choix qui a de lourdes conséquences puisque ces deux pays représentent 38 % du nombre de grandes fortunes et 32 % du patrimoine financier détenu dans la région.

Depuis 2008, il y a davantage de milliardaires en Russie qu’en Allemagne et Moscou est devenue depuis 2011 la ville au monde qui en compte le plus grand nombre.

STABILITÉ EUROPÉENNE
Lire la suite

La mobilité géographique diminue avec la crise aux Etats-Unis

Par Bill Bonner

Les Etats-Unis ne sont plus ce qu’ils étaient.

“REVE AMERICAIN”

Ce qu’il y a de stupéfiant au sujet des empêcheurs de tourner en rond, c’est qu’ils ne se donnent jamais la peine de comprendre comment le monde fonctionne vraiment. On dirait que ça ne les intéresse pas. Ils veulent plutôt le contrôler… le forcer à prendre une direction ou une autre… et le façonner comme s’il s’agissait de terre glaise.

Prenez David Brooks dans le New York Times. Il note que les Etats-Unis ne sont plus ce qu’ils étaient :

“[...] Les Américains sont de moins en moins mobiles. En 1950, chaque année, 20% des Américains déménageaient. Aujourd’hui, on est à 12% environ. Dans les années 50 et 60, les gens vivaient dans la même maison pendant cinq ans en moyenne ; à présent, les gens vivent dans la même maison pendant 8,6 ans en moyenne. En termes de mobilité géographique, nous sommes désormais à des plus bas historiques, au même niveau que les habitants du Danemark ou de la Finlande“.

Est-ce une mauvaise chose ?
Lire la suite

Une nouvelle norme comptable augmente le PIB des États européens

L’office statistique de l’Union européenne, Eurostat, va augmenter de 2,4 % le produit intérieur brut (PIB) lors du changement de la norme comptable en septembre.

La Commission européenne a annoncé le 16 janvier que toutes les données relatives au PIB, passées et futures, allaient être modifiées par l’adoption de nouvelles normes comptables.

Le passage de l’ancien système européen des comptes (SEC) de 1995 à la version de 2010 s’inscrit dans le cadre d’une décision internationale appelée « système de comptabilité nationale 2008 ». Les États-Unis l’ont déjà mis en place en août dernier.

« L’impact moyen pondéré des changements méthodologiques sur le PIB engendrera une augmentation de 2,4 % du PIB, dont 1,9 % (environ 80 % de l’impact total) provient de la comptabilisation de la recherche et du développement », indique la Commission européenne dans un communiqué.

Lire la suite

Le G20 doit relancer la coopération monétaire dans le monde

Par Michel Aglietta

La tourmente qui déferle sur les marchés de change des pays émergents, hormis la Chine, rappelle que le système monétaire international (SMI) n’a toujours pas de régulation multilatérale. Les deux fonctions cardinales d’un SMI efficace ne sont toujours pas assumées : des ajustements symétriques dans les balances des paiements capables d’éviter l’accumulation des déséquilibres, tout en respectant l’équilibre interne des pays ; une forme supérieure flexible de liquidité acceptée de tous, à la fois réserve ultime et régulateur contracyclique de l’offre mondiale de crédit.

(juin 2011)

Les fluctuations géantes des taux de change depuis l’instauration des changes flexibles en 1973 et l’accumulation des déséquilibres de balances courantes dans les années 2000 ont amplement démontré que le dilemme de Triffin a survécu à la chute du système de Bretton Woods. Le dollar ne remplit pas correctement les fonctions de la monnaie internationale parce que l’offre de cette monnaie en direction des non-résidents n’est pas sensible à leurs besoins. Elle n’est qu’une conséquence indirecte d’une politique monétaire tournée exclusivement vers les objectifs internes des Etats-Unis.

Lire la suite

Méditerranée : le sud européen ravagé par la crise

Depuis 2010, les pays du sud de la zone euro, jadis modèles de croissance, traversent une crise profonde. Les espoirs de reprise restent minces.

Deux chômeurs grecs dans le parc Syntagma, à Athènes en Grèce

L’Europe méditerranéenne a été l’un des premiers axes d’intégration de l’Union européenne. Après le sud de l’Italie, la Grèce (entrée dans la CEE en 1981) et l’Espagne (entrée en 1986) ont très largement profité des fonds d’aides européens. Les adhésions de la Slovénie, de Malte et de Chypre en 2004 ont encore renforcé la position de l’UE sur les rives nord de la Méditerranée. D’autant que tous ces pays ont progressivement rejoint la zone euro. Jusqu’en 2009, tous faisaient figure d’exemples de croissance et de développement.

Tout s’est brusquement effondré en 2009, lorsqu’a été révélé le vrai état des finances publiques grecques. Aussitôt, la confiance et les investissements ont quitté cette zone, devenue le centre d’un tourment économique qui a finalement gagné le reste de l’Europe, puis le monde. Aujourd’hui, deux États, la Grèce et Chypre, vivent exclusivement de l’assistance de l’UE et du FMI. Trois autres pays, la Slovénie, l’Italie et l’Espagne, sont dans la ligne de mire des marchés financiers.

Que s’est-il passé ?
Lire la suite

Obama est trop geek pour être honnête

Quand le président des Etats-Unis et les grands de la Silicon Valley organisent le futur entre eux, demain est orwellien.

Le 3 juin a débuté le procès, devant une cour martiale, que l’administration de Barack Obama intente à Bradley Manning, l’ancien analyste du renseignement de l’armée américaine qui a téléchargé et transmis des centaines de milliers de documents confidentiels à WikiLeaks.

Certains sont en désaccord avec les procureurs du président Obama qui accusent M. Manning de “collusion avec l’ennemi” et considèrent que son acte est héroïque car il a permis aux Américains d’apprendre entre autres l’usage inquiétant que Washington fait des drones. La plupart sont surpris que, quatre ans après l’avoir mis derrière les barreaux, la Maison Blanche réclame maintenant une peine d’emprisonnement à vie. Selon eux, Obama qui adhère aux valeurs geekDo no evil” (Ne causer aucun mal) de la Silicon Valley, les trahit pourtant régulièrement avec sa manie “nixonienne du secret”.

Ces préoccupations sont en fait délicieusement naïves : M. Obama ne trahit nullement la culture geek. Ses collaborateurs partagent de nombreuses vertus et de nombreux défauts avec les leaders de la Silicon Valley, auxquels ils sont très étroitement liés.

Lire la suite

Libre-échange transatlantique : l’UE à la rame

Si José Manuel Durao Barroso voulait fournir aux eurosceptiques un argument de campagne clef en main, il ne s’y prendrait pas autrement. À un an des élections européennes de mai 2014, le président de la Commission n’a rien trouvé de mieux que de se lancer dans la négociation d’un vaste accord de libre-échange entre les États-Unis et l’Union européenne, les deux principales puissances économiques du monde. Son idée est de créer un grand marché intérieur transatlantique où les biens et les services circuleront librement, ce qui, selon lui, permettra de relancer la croissance.

Mais il y a un énorme hic : cette négociation ne pourra aboutir que si les Européens renoncent au passage à une partie de leurs normes, qu’elles soient juridiques, financières, sanitaires, environnementales, culturelles, etc. « On se demande vraiment pourquoi Barroso nous a embarqués dans cette galère politiquement explosive », se demande un haut fonctionnaire bruxellois pour qui « l’Europe a tout à perdre et quasiment rien à gagner dans cette négociation ». Autant dire qu’il s’agit de pain béni pour les opposants à la construction communautaire qui trouveront là du grain à moudre sur « l’Europe pro-américaine et ultralibérale ».

Lire la suite

L’UE mesure enfin l’urgence sociale de la crise

Réunis en sommet à Bruxelles les dirigeants européens ont évoqué la guerre civile en Syrie, qui entre dans sa 3e année. Sur le plan interne, ils veulent se donner des moyens pour accélérer la croissance et la création d’emplois, face à la colère qui monte et à l’euroscepticisme qui gagne du terrain.

Rome, 14 novembre 2012 : heurts entre police anti-émeute et manifestants contre l’austérité

L’emploi, plus particulièrement celui des jeunes, est redevenu une préoccupation de premier ordre au sein de l’Union européenne. Alors que la colère gronde dans la rue face à un taux de chômage battant record après record et face à des millions de jeunes en manque de perspective, alors que l’euroscepticisme gagne du terrain, les dirigeants européens ont consacré leur sommet de ces 14 et 15 [mars 2013] au volet social de la crise. Ils ont décidé de mettre les bouchées doubles pour favoriser la croissance et l’emploi.

Jusqu’ici, pour les dirigeants européens, issus pour la plupart des partis politiques conservateurs, la priorité était de redresser les finances publiques, corriger les déséquilibres macroéconomiques et restaurer la confiance des investisseurs. Il ne fallait en tout cas pas dépenser ce qu’on n’avait pas. La croissance et l’emploi allaient suivre. L’Allemagne d’Angela Merkel, était le modèle tout indiqué à suivre.
Lire la suite

Mules européennes pour blanche péruvienne

Frappés de plein fouet par la crise, Roberta, la grand-mère espagnole, ou Jérémy, le boulanger français, ont répondu aux sirènes de l’argent facile. Leur mission ? Jouer les passeurs de cocaïne au Pérou. Ils croupissent aujourd’hui dans une prison de Lima.

Par

Aéroport de Lima, 19 heures. Dans le hall des départs, les vols de nuit en partance pour l’Europe sont déjà annoncés…

Soudain, dans un mouvement imperceptible, un homme et sa valise sont extraits de la foule. Le suspect est dirigé vers le bureau de la Dirandro (Direction antidrogue de la police nationale du Pérou), où il est menotté à la cheville et au poignet. La valise ouverte laisse échapper un tapis de jeu  pour enfants… Il ne faut pas plus de dix minutes aux enquêteurs pour extraire des doublures molletonnées près de 3 kilos de cocaïne pure, soigneusement emballée dans des sachets de plastique noir.

“Cette fois, c’est un Roumain”,

constate le commandant Anderson Reyes, chef du département antidrogue de l’aéroport, où sont saisis en moyenne 8 kg de cocaïne par jour.

“On a aussi des Grecs, des Bulgares, des Français, et bien sûr des Espagnols, les plus nombreux… Cette année, leur nombre a même dépassé celui des passeurs péruviens. Ils nous disent tous la même chose : c’est la crise économique qui les a poussés à faire ça.”

Lire la suite

En Europe, l’entrepreneuriat n’a plus la cote

Alors que le coup d’envoi des Assises de l’entrepreneuriat a été donné par la ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Innovation et de l’Economie numérique Fleur Pellerin ce lundi, une étude européenne met en lumière la frilosité des Européens à l’égard de la création d’entreprise.

La création d’entreprise n’a pas le vent en poupe. C’est en tout cas ce que met en lumière une étude européenne, alors que les Assises de l’entrepreneuriat viennent d’être lancées lundi par Fleur Pellerin. Selon l’Eurobaromètre “Entrepreneuriat en Europe et au-delà”, publié par Bruxelles le 9 janvier dernier, la proportion des actifs qui souhaitent devenir leur propre patron irait decrescendo. En 2012, la part des Européens désireux d’entreprendre a ainsi perdu 8 points en 3 ans. Cette proportion est passée de 45% en 2009 (contre 49% préférant la situation d’employé) à 37% en 2012 (contre 58%).

Lire la suite

Incroyable, mais vrai : 45.000 eurocrates gagneront 5,5% de plus en 2013

L’incapacité des Etats membres à s’entendre sur une proposition de modification du règlement concernant la gestion du personnel va permettre aux 45.000 fonctionnaires de l’UE de ne plus payer l’année prochaine une taxation sur leurs salaires de 5,5%, rapporte Euractiv.

Cette taxe de solidarité, instituée en 2004, est devenue caduque, faute d’avoir été reconduite.

Lire la suite

L’Allemagne revigorée par un afflux d’immigrés

Quelque 2,2 millions d’immigrés sont attendus en Allemagne d’ici 2017, d’après le Kiel Institute. Les plus intéressés sont les Grecs, les Espagnols et les Portugais. Une aubaine pour l’Allemagne.

Les tenaces clichés la dépeignent comme une terre austère et peu attractive. Mais les jeunes Européens frappés par la crise ont trouvé en Allemagne leur eldorado, pour échapper au marasme. Une vague d’immigration sans précédent depuis plusieurs décennies revigore une population allemande en déclin. Selon une nouvelle étude, quelque 2,2 millions d’immigrés issus des pays du sud de l’Europe devraient s’installer outre-Rhin d’ici à 2017.

Lire la suite

Des millions d’Européens plongent dans la pauvreté

La classe moyenne a été durement touchée en 2012 par le chômage et l’austérité. La pauvreté concerne désormais des groupes sociaux préservés jusqu’ici.

Devant une banque, à Madrid : “Aidez-moi, j’ai faim”

Etranglés par le chômage et la rigueur, des millions d’Européens ont basculé cette année dans la pauvreté qui frappe les classes moyennes, ébranle la cohésion sociale et atteint des groupes jusque-là préservés comme les femmes et les enfants.

Lire la suite

L’Europe démocratique, cette utopie

Il est des slogans indémodables. En 1765, pour protester contre les nouvelles taxes imposées par Londres, les treize colonies américaines lançaient un « No taxation without representation » devenu célèbre, prélude à ce qui allait devenir leur guerre d’indépendance. Près de 250 ans plus tard, ce message retrouve un écho auprès des dirigeants européens.

Non pas que l’Union européenne puisse être comparée à l’Empire britannique du XVIIIe siècle – une telle comparaison relèverait du blasphème pour les eurosceptiques du Royaume-Uni, quand bien même ils décrivent volontiers Bruxelles comme un tyran bureaucratique.

Mais la crise a poussé les Vingt-Sept à aller loin dans l’intégration économique et budgétaire. Si loin qu’il leur faut à présent trouver un système qui associe plus étroitement les peuples au processus de décision, comme en témoigne le regain d’intérêt autour de la question de l’Union politique.

Car c’était bien là le message des insurgés américains : la question budgétaire est au coeur du contrôle démocratique. Il n’est d’ailleurs pas anodin que le fameux traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance provoque une telle poussée de fièvre en France. Ce n’est pourtant pas un projet de la dimension d’une Constitution, comme en 2005. Mais, en touchant aux marges de manoeuvre des Etats en matière budgétaire, on chatouille là un point très sensible.
Lire la suite

Régime chinois cherche cap désespérément

La récente visite d’Angela Merkel est venue le rappeler : la dynamique chinoise apparaît plus que jamais comme une planche de salut aux pays européens englués dans le marasme. A défaut de pouvoir se développer dans leur environnement immédiat, les groupes allemands mettent le cap à l’est et multiplient les contrats commerciaux avec la deuxième économie mondiale. De la même manière, lors de ses échanges avec son homologue chinois Wen Jiabao, Angela Merkel ne s’est pas cachée de courtiser les investissements chinois.

Réunion de clôture de la 5e session de la 11e Assemblée populaire nationale (APN, parlement chinois) au Grand palais du Peuple à Beijing, le 14 mars 2012

De fait, en dépit des remous qu’ils peuvent occasionner dans l’opinion publique, les capitaux chinois sont les bienvenus en Europe. Vignobles français, yachts italiens, machines-outils allemandes, infrastructures anglaises, portugaises ou grecques : le rapport de force économique apparaît inversé entre une Europe déboussolée et une Chine sûre d’elle et de son modèle.

En ce début d’automne, la fébrilité n’est pourtant pas uniquement du côté européen. A la chancelière allemande, Wen Jiabao n’a, d’ailleurs, pas caché son « inquiétude » la semaine dernière. La Chine l’avoue : elle a besoin d’une Europe solide pour continuer à faire fonctionner sa machine exportatrice. En juillet, ses ventes à destination de l’Europe étaient en baisse de 16 % sur un an. Or le Vieux Continent constitue son premier marché à l’export. Le coup est donc rude pour l’ensemble de la filière, déjà touchée par une nette érosion de sa compétitivité. Elle affiche, en valeur, une croissance à seulement un chiffre. Compte tenu de la hausse des coûts de production, cela signifie que le fameux moteur exportateur chinois a calé. Le risque social est réel, dans un pays où ce secteur constitue l’un des premiers pourvoyeurs d’emplois faiblement qualifiés.

Lire la suite

Le continent africain ? Christine Lagarde répond aux questions de RFI

Pour la première fois depuis son élection il y a six mois, la directrice générale du Fonds monétaire internationale, Christine Lagarde visite le continent africain. Après le Nigeria, elle était ce jeudi 22 décembre 2011 au Niger. Quel peut être l’impact de la crise des pays de la zone euro sur le continent africain ? Christine Lagarde répond aux questions de RFI.

RFI : Si le FMI doit aider les Européens dans les mois qui viennent, que va-t-il rester pour les Africains ?

C. L. : L’aide n’est pas destinée exclusivement à la zone euro. Le Fonds monétaire international est au service de tous ses membres et lorsque les pays d’Afrique, qui bénéficient aujourd’hui de 23 programmes, ont besoin du soutien du FMI, il faut que la ressource soit disponible.

Il n’est pas question de privilégier une seule zone au détriment des autres. Donc les programmes à destination des pays à faibles revenus, ou les instruments financiers qui sont particulièrement destinés à ces pays-là, devront continuer à être alimentés et financés.

Lire la suite

Les Chinois, premiers investisseurs étrangers en Allemagne en 2011

Les Chinois ont été en 2011 les premiers investisseurs étrangers en Allemagne, devant les Américains, les Suisses et les Français, a annoncé jeudi l’agence gouvernementale “Germany Trade and Invest” (GTAI), chargée de promouvoir le pays auprès des investisseurs étrangers.

Après "Merkozy", "Merktao" ?

Les Chinois ont investi dans 158 projets recensés par le GTAI en Allemagne, les Américains dans 110 projets et les Suisses dans 91 projets.

Les investissements en provenance de France arrivent en quatrième position, avec 53 projets recensés.

Lire la suite

Comment la perte du AAA paie les retraites des fonctionnaires californiens

Le fonds de pension Calpers a largement investi dans Avenue Capital, un “hedge fund” qui, en spéculant sur les dettes souveraines des Etats de la zone euro, parvient à générer un rendement de 18,5% par an.

Vous allez adorer le détester. Depuis 2008, le fonds américain Avenue Capital affiche un rendement pour moins spectaculaire : 18,5% par an ! Mais comment fait-il donc ? En investissant sur le pétrole ? l’immobilier ? l’or ? Non, vous n’y êtes pas. Ce “hedge fund” spécule tout simplement sur la perte de nos triples A, à nous, les Européens.

Lire la suite

L’immigration bondit en Allemagne

L’Allemagne a enregistré un fort rebond de l’immigration au premier semestre 2011, notamment en provenance des pays européens touchés par la crise, a annoncé jeudi l’Office fédéral des statistiques Destatis. Quelque 435.000 personnes en provenance d’un pays étranger se sont installées en Allemagne au premier semestre 2011, un chiffre en hausse de 19% par rapport à la même période de 2010.

Lire la suite…