L’économie française : Éternelle convalescente

Ceux qui attendaient un verdict tranché, à même, soit de valider la politique économique du gouvernement, soit d’en souligner les limites, en seront pour leurs frais. Au lendemain de la présentation en conseil des ministres du projet de loi de finances 2016, les prévisions de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) dressent un tableau en demi-teinte de l’économie hexagonale pour la fin de l’année.

« Le produit intérieur brut (PIB) français a déçu au deuxième trimestre [avec une croissance nulle, après + 0,7 % au premier trimestre], après un début d’année dynamique. Mais les vents favorables qui existaient il y a trois mois [recul du pétrole, de l’euro et mesures de soutien du gouvernement] sont encore bien présents », a résumé, jeudi 1er octobre, Vladimir Passeron, chef du département de la conjoncture à l’Insee.

Parmi les bonnes nouvelles, la demande des ménages reste bien orientée, souligne l’Institut. Ces derniers « bénéficient de salaires qui augmentent encore, alors que l’inflation reste basse » en raison du repli des cours du pétrole, détaille M. Passeron. Le pouvoir d’achat devrait ainsi augmenter de 1,7 % en 2015. Un record depuis 2007.

Lire la suite

Chômage : Nouvelle dégradation en novembre

La situation s’est dégradée en novembre sur le front du chômage, avec désormais plus de 4 millions de Français en quête d’un emploi, dont plus d’un tiers de seniors, à qui le gouvernement a promis vendredi une amélioration en 2011, tandis que les économistes restent prudents.

Selon les données du ministère du Travail, le nombre de demandeurs d’emploi n’ayant pas du tout travaillé durant le mois de novembre a progressé de 21.300, à 2,698 millions, soit une hausse mensuelle de 0,8% et de 2% sur un an.

En incluant les personnes en activité réduite -courte ou longue- le nombre des inscrits sur les listes de Pôle emploi a progressé de 33.600, à 4,019 millions (+0,8% sur un mois et 5% sur un an). A fin novembre, avec les DOM, 4,272 millions de Français figuraient sur les listes de Pôle emploi.

Mais, en novembre la situation s’est encore dégradée pour les catégories les plus fragiles: “jeunes, salariés peu qualifiés, salariés ayant fait l’objet d’un licenciement économique et chômeurs de longue durée.” La situation est plus sombre pour les seniors (plus de 50 ans): 748.000 sont à la recherche d’un emploi, soit une hausse de 1,7% sur le mois et un bond de 16% par rapport à novembre 2009.

Lire la suite

L’OFCE très pessimiste pour 2010

Le très officiel Observatoire français des conjonctures économiques n’y va pas par quatre chemins.

  • I – “Le plus dur est devant nous”, concernant l’emploi

La phrase est de Jean-Paul Fitoussi, président de l’OFCE, qui présentait ses prévisions de conjoncture ce lundi.

“On commet une indignité (vis-à-vis des chômeurs, ndlr) en affirmant qu’on est sorti de la crise”, a affirmé l’économiste. Le taux de chômage devrait en effet atteindre 10,6% de la population active fin 2010 contre 7,8% fin 2008, soit “la plus forte progression observée au cours des 25 dernières années”, selon l’institut. 700.000 emplois marchands devraient ainsi être détruits l’an prochain.

Après une année 2009 marquée par la plus grave récession depuis les années 30, l’OFCE table cependant sur un retour précaire de la croissance en 2010 avec une progression du produit intérieur brut (PIB) de 0,8%, très proche des prévisions gouvernementales (+0,75%).

Mais malgré quelques signaux positifs, ce rebond pourrait ne constituer qu’une “parenthèse”. Les conditions d’une “reprise solide” ne semblent pas en effet réunies en l’absence de “relais” dans la demande interne, a commenté Eric Heyer, expert de l’OFCE, lors d’une conférence de presse. Lire la suite