Hausse du prix de l’essence : Total, profiteur ou bouc émissaire ?

Un article publié sur le site du Monde dénonce la caricature qui est faite des profits obtenus par l’entreprise de Christophe de Margerie. Et si la caricature avait du vrai ?

Dans un article publié dans le monde, Stéphane Lauer prend la défense de Total en avançant qu’il est « tentant de hurler avec les loups », et en montrant que « Total ne gagne pas sa vie sur le dos des Français ». L’opération de communication du PDG de Total, Christophe de Margerie, semble déjà fonctionner. Mais, pour que le débat soit plus juste, je me permets d’apporter quelques précisions à l’article de M. Lauer.

M. Lauer, dans votre article, vous dites : « Total ne gagne pas sa vie sur le dos des Français, mais essentiellement grâce à son métier d’exploration-production. » et vous ajoutez la décomposition du prix moyen payé en station et concluez : « A l’arrivée, la marge moyenne pour le distributeur se limite à… 1 centime ». Vous avez raison sur un point, la plus grosse partie des profits de Total provient de l’amont, c’est-à-dire de l’exploration et de la production. En 2011, sur les 12 milliards de bénéfice, 10 milliards proviennent de l’amont contre 2 milliards pour l’aval (raffinage, distribution et trading).

Mais cela ne remet pas en cause le fait que « Total gagne de l’argent sur le dos des Français ». Cette année, trois rapports ont accusé les pétroliers de ne pas répercuter équitablement à la pompe les variations des prix du pétrole, montrant que lorsque le prix du pétrole baissait les pétroliers faisaient des marges supplémentaires. La DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes), qui a fait une étude sur 13 jours en mai 2011, a montré que la baisse du prix du pétrole avait engendré une hausse des marges de 2,6 ct/litre pour le gazole et 3,9 ct/litre pour l’essence, soit une marge supplémentaire pour les pétroliers de 4,1 millions d’euros par jour. Ce qui revient sur la période d’étude qui n’a duré que 13 jours à une marge de 53 millions d’euros !

Lire la suite