Égypte : Le secret des hiéroglyphes

1798. Savants, linguistes et érudits participent à la campagne d’Égypte de Napoléon. En marge des opérations militaires, ils dessinent, cartographient, fouillent et redécouvrent les splendeurs longtemps oubliés de la civilisation égyptienne antique.

Mais les plus grands secrets des pharaons sont enfermés dans l’indéchiffrable écriture hiéroglyphique. Les Français mettent au jour un objet qui va fournir une des clés du mystère: la pierre de Rosette, sur laquelle est gravée une proclamation du pharaon Ptolémée V rédigée en trois langues: grec, démotique et hiéroglyphique.

Sa traduction devra attendre 1822, date à laquelle le jeune linguiste Jean-François Champollion a un éclair de génie qui lui permet de percer le mystère de ces signes.

Il y a 3.000 ans le mondialisme entraînait déjà la fin d’une civilisation

Vers - 1177, la civilisation de l’âge de bronze moderne autour de la Méditerranée s’est brutalement effondrée. Il faudra attendre plusieurs siècles pour que la Grèce connaisse une renaissance culturelle. Que s’est-il donc passé il y a un peu plus de trois mille ans? C’est à cette question que répond le professeur d’histoire et d’anthropologie américain Eric H. Cline dans “1177 av. J.-C. Le jour où la civilisation s’est effondrée“, un livre fascinant.

Federico Barocci, La fuite d’Enée (1598)

L’auteur propose dans son ouvrage une exploration des différentes cultures du bassin méditerranéen de l’âge du bronze, en s’interrogeant en particulier sur la raison de leur rapide effondrement vers la fin du premier millénaire avant JC. Dès la préface et l’introduction, il pose clairement la question inscrite au cœur de son enquête: pourquoi des civilisations vieilles de plusieurs centaines d’années, organisées dans des empires stables et puissants, se sont-elles rapidement effondrées ? Quels facteurs faut-il incriminer ?

Ce monde formait un système, interconnecté, interdépendant, alimenté par un dense réseau. Les crises traversées par ces formations politiques se sont donc nourries les unes des autres, leurs effets se sont cumulés, et, quand les routes commerciales se sont effondrées, c’est l’ensemble de ce monde global qui a suivi.

La réponse à la question s’articule en quatre chapitres, allant du XIVe siècle au XIIe siècle avant notre ère. D’emblée, l’auteur s’attache à présenter le monde dans lequel on s’inscrit: si certaines civilisations sont relativement bien connues des lecteurs contemporains, comme l’Égypte du Nouvel Empire, d’autres le sont moins, et l’empire hittite, la Crète, la Grèce de Mycènes, sont ici fort bien présentées, au fil des sources.
Lire la suite

Allemagne : Les leçons ambiguës de Hjalmar Schacht, le «banquier du diable»

Une récente biographie romancée souligne l’héritage économique, mais aussi l’ambiguïté politique de celui qui, après avoir vaincu l’hyperinflation, est devenu ministre de l’économie du régime nazi.

Qui se souvient encore de Hjalmar Schacht ? Ce fut pourtant un des hommes les plus importants de l’histoire économique du 20e siècle, celui qui brisa l’hyperinflation allemande de 1923 et sortit l’Allemagne de la grande crise des années 1930.

Mais cet homme au destin unique est aussi un homme maudit, marqué à tout jamais par sa collaboration avec le « diable », Adolf Hitler. C’est à ce personnage sulfureux, controversé, haï et admiré, mais certainement passionnant, que Jean-François Bouchard, conseiller au FMI, vient de consacrer une biographie romancée.

Lire la suite

Traité transatlantique : Mythes et réalités sur les tribunaux d’arbitrage privés (Màj vidéo)

C’est sans conteste le meilleur argument des opposants au traité transatlantique Tafta/TTIP, qui organisent samedi 18 avril une mobilisation mondiale contre la négociation en cours entre les États-Unis et l’Union européenne : l’intégration au futur accord de l’ISDS, un mécanisme d’arbitrage privé qui menacerait de détruire toutes les règlementations environnementales, sociales ou sanitaires dans le seul but de préserver les profits des multinationales.

Au cœur d’une intense bataille diplomatique et politique au sein de l’UE depuis plusieurs mois, l’investor-state dispute settlement (mécanisme de règlement des différends investisseurs-États) s’attire toutes les critiques : on le tient responsable d’avoir permis à Philip Morris d’empêcher la mise en place du paquet neutre de cigarette en Australie, à Veolia d’avoir contesté la mise en place d’un salaire minimal en Égypte, à Lone Pine d’avoir attaqué l’interdiction du gaz de schiste au Québec et même à Vattenfall de s’opposer à la sortie du nucléaire en Allemagne.

C’est à dire de remettre en cause sur le terrain judiciaire des décisions démocratiques prises par les gouvernements selon la volonté des peuples. De purs mensonges, selon les défenseurs de l’ISDS, qui dénoncent une entreprise de désinformation sur un mécanisme indispensable dans un contexte de mondialisation.

Lire la suite

L’Égypte tente de séduire les entreprises étrangères

À Charm el-Cheikh, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi lance une vaste offensive de charme pour attirer les investisseurs étrangers. Une aide indispensable pour relancer une économie égyptienne à la dérive. En effet, depuis 2008, les investissements étrangers en Égypte ont été divisés par six.

Égypte : Les bimbos d’Orient, enquête sur un paradoxe

Le Caire, avec ses vingt millions d’habitants, est l’épicentre d’un nouveau phénomène qui secoue le Moyen-Orient : la “bimbomania”. Une nouvelle génération de stars plantureuses de la pop arabe y a émergé en quelques années.

Clips torrides et attitudes lascives font désormais débat dans un monde où le rigorisme religieux prend de l’ampleur.

Égypte : Disparition des grands mammifères au pays des pharaons

Du haut de ces pyramides, quarante siècles vous contemplent“, aurait dit Napoléon à ses troupes. En fait, il s’agit au moins de 45 siècles, mais l’esprit y est. Ce que le Petit Caporal ne savait pas, c’est que durant toutes ces années, les pyramides en question ont été témoin d’un changement climatique qui a transformé la vallée du Nil, et vu l’extinction de nombreuses espèces, comme vient de le confirmer une étude publiée dans le journal Proceedings of the National Academy of Sciences (PLOS).

Dans l’Égypte des pharaons, il y avait des lions, des gazelles, des girafes, et même des éléphants. L’équipe menée par Justin Yeakel (Université de Californie / Santa Fe Institute) a réexaminé en détails la liste de ces grands mammifères qui ont vécu dans la vallée du Nil durant les 6000 dernières années, liste basée sur les descriptions d’animaux sur les monuments et documents de l’Égypte ancienne.

Sur 37 espèces qui prospéraient avant même l’avènement du premier pharaon, il n’en reste plus que huit aujourd’hui.

Les chercheurs ont utilisé une liste compilée par le zoologiste Dale Osborne, qui à base de données archéologiques et paléontologiques ainsi que des archives historiques a réalisé une base de données des espèces et de leur évolution (ou disparition) au fil du temps.
Lire la suite

Libye : Est-il encore possible d’empêcher la création d’un “État islamique d’Afrique du Nord” ?

Par Bernard Lugan (Ce communiqué peut-être repris à condition d’en mentionner la source)

Au point de vue militaire la situation libyenne a considérablement évolué depuis mon précédent communiqué en date du 17 août dernier :

- A l’Est, en Cyrénaïque, l’offensive du général Haftar a été bloquée par les milices islamistes; le 22 juillet, à Benghazi, le quartier général de ses forces spéciales a même été pris d’assaut.
- A l’Ouest, en Tripolitaine, les milices de Misrata (Frères musulmans) et les salafistes de Tripoli surarmés par le Qatar et par la Turquie, paraissent prendre peu à peu le dessus sur les milices berbères de Zenten dans la région de l’aéroport principal de Tripoli. Le second aéroport de la capitale, celui de Maïtigua, est déjà contrôlé par les islamistes d’Abdelhakim Belhaj.

La stratégie des salafistes, des Frères musulmans et du Qatar est désormais claire : faire de la Libye une base de déstabilisation régionale. De fait, l’Égypte et l’Algérie sont directement menacées cependant que la Tunisie n’arrive pas à liquider les maquis des monts Chaambi. Quant au Maroc, il va être dans les prochains mois la cible d’un nouveau mouvement fondamentaliste baptisé Unicité et jihad au Maghreb al-Aqsa. Au Sud, le Mali, le Niger et le Tchad vont automatiquement subir la contagion de la situation libyenne.
Lire la suite

Égypte : Seuls au monde

Ils ont le Nil pour eux seuls. Pierre et Valérie se sont offert une semaine de croisière à Louxor. Une bonne affaire pour ces Français, dans un site déserté par les touristes depuis que l’Égypte est régulièrement secouée par des violences.

Des pyramides du Caire aux temples de la vallée du Nil, les hôtels sont vides, les magasins fermés, et ce pays dont le quart de la population vivait grâce au tourisme, souffre.

Mahmoud, guide touristique, a dû revendre la moitié de ses 25 dromadaires. Ehmad, serveur dans un grand hôtel de Louxor, est retourné travailler la terre dans son village d’origine pour nourrir sa famille.

Roumanie : Ruée sur les terres agricoles avec la bénédiction de l’Union européenne

Paradis agricole, la Roumanie est de plus en plus convoitée par les investisseurs étrangers, au risque de voir ses terres arables lui échapper. Attirés par des terres grassement subventionnées par les aides européennes et une main d’œuvre bon marché, de nombreux Européens, mais aussi des Libanais ou des Qataris, s’y sont installés ces dernières années.

Bruxelles nie tout accaparement des terres: la venue des investisseurs étrangers ne serait que la suite logique de l’intégration européenne. C’est bien pourtant une nouvelle forme de spoliation qui s’est mise en place, avec la complicité, au moins tacite, du gouvernement roumain.

Avec 10 millions d’hectares de terres arables à bas prix – l’équivalent de la superficie du Portugal ou de la Hongrie – la Roumanie, cinquième surface agricole de l’Union européenne, attire forcément. Notamment les entreprises agro-alimentaires, comme les groupes français Limagrain, Guyomarc’h, Bonduelle, Roquette, Bongrain et Invivo. Ou les fonds d’investissement Agro-Chirnogi (Liban) ou Velcourt SRL (Grande-Bretagne).

En Roumanie, l’agriculture est faite de paradoxes. La terre roumaine est à la fois la plus riche et la moins chère d’Europe. Elle est noire, grasse, fertile, riche en humus. En 2012, elle s’achetait encore autour de 2.500 euros l’hectare, contre 5.400 en moyenne en France, ou dix fois plus au Danemark. A l’Ouest du continent, les terres disponibles manquent pour s’installer comme agriculteur ou agrandir les exploitations.
Lire la suite

Egypte-Ethiopie : La guerre de l’eau aura-t-elle lieu ?

Le Nil est le plus long fleuve du monde avec ses 6 671 kilo­mètres et un bassin réparti entre onze pays : le Burundi, le Congo, l’Égypte, l’Érythrée, l’Éthiopie, le Kenya, l’Ouganda, le Rwanda, le Soudan, le Soudan du Sud et la Tanzanie.

Le projet de grand barrage éthiopien « Renaissance » qui devrait être le plus grand barrage d’Afrique, sur le Nil en aval de la frontière avec le Sou­dan, suscite les plus vives inquiétudes en Égypte où l’on considère que l’Éthiopie a profité des désordres de la révolution de 2011 pour lancer la construction de ce barrage en mai 2013.

Situé sur le Nil bleu, le barrage devrait avoir de graves consé­quences pour l’environnement au Soudan et en Égypte, où la productivité agricole et l’approvisionnement en eau douce seraient gravement affectés. Pour l’Égypte, qui court le risque de voir réduite sa seule ressource en eau puisque 95 % de l’eau égyptienne provient de l’extérieur de ses frontières, l’attitude de l’Éthiopie constitue une violation du droit international et des traités, notamment de 1929 et 1959, garantissant à l’Égypte ses « droits historiques » sur le Nil, fixant des quotas en eau et accor­dant un droit de veto sur tout projet en amont que Le Caire juge­rait contraire à ses intérêts vitaux.

La question est d’autant plus sensible que plus de 86 % du débit du Nil en Égypte dépend des ressources hydrauliques venant d’Éthiopie par l’intermédiaire du Nil bleu, de la Sobat et de l’Atbara. Le barrage éthiopien devrait priver l’Égypte de plusieurs milliards de m2 d’eau, ce qui affectera gravement une surface agricole utile très réduite et déjà insuffi­sante pour nourrir une démographie en augmentation constante (certaines projections évaluent la population à plus de 140 mil­lions en 2050), et réduira d’environ 10 % la production d’électri­cité du Haut-Barrage d’Assouan.
Lire la suite

Le Nouveau Grand Jeu (docu)

Après des siècles de domination navale des eaux du golfe persique, les grandes puissances occidentales font désormais face à la compétition de la Chine et de l’Inde qui arrivent dans la région affamées de ressources et dotées de portefeuilles bien garnis.

Réalisé par Alexandre Trudeau (2012)

Revoir également : La Corne d’Afrique et la malédiction du pétrole

Syrie : Les conséquences économiques mondiales d’une intervention

Les cinq membres du conseil de sécurité de l’Onu (États-Unis, France, Russie, Royaume-Uni et Chine), qui s’affrontent en ce moment sur l’opportunité de punir le régime de Bachar al-Assad, se retrouvent à Saint-Petersbourg avec les 15 autres grandes économies de la planète pour parler croissance, fiscalité et finance.

En plein débat sur les preuves d’utilisation d’armes chimiques, pas sûr que le rééquilibrage de l’économie mondiale reste l’unique sujet de discussion des grandes puissances. Les prises de position des chefs d’État sur une potentielle intervention pourraient même faire de l’ombre aux nombreuses avancées que visaient initialement les participants au sommet.

Le sujet est pourtant de taille. Alors que l’Europe, l’Amérique du Nord et le Japon tentent de garder le cap de la sortie de crise, les pays émergents doivent gérer un atterrissage brutal. Les États-Unis attirent de nouveau les capitaux qui délaissent les pays émergents, en proie à l’inflation, au ralentissement économique et à la révolte sociale. Les grandes puissances doivent donc discuter monnaie et régulation financière.

Lire la suite

Égypte : Obama n’a plus aucune influence sur le pouvoir égyptien

Les États-Unis semblent aujourd’hui totalement impuissants face à la descente aux enfers de l’Égypte. Un pays qui était pourtant le plus proche allié de Washington dans le monde arabe et qui reçoit depuis des décennies une aide financière et militaire conséquente.

Mais comme l’explique Josh Rogin du site The Daily Beast, «les initiatives de la Maison Blanche depuis le printemps arabe ont toutes affaibli les quelques moyens de pression qu’elle avait encore…». Par ses incohérences, je lâche Hosni Moubarak, un allié historique des États-Unis, et je soutiens la transition démocratique, mais je ne m’oppose pas vraiment au coup d’État de l’armée qui deux ans plus tard recrée la situation antérieure, l’administration Obama a réussi le tour de force de se mettre à dos les deux camps en présence. Elle est considérée par les Frères Musulmans comme le principal soutien étranger de la répression militaire et du côté de l’armée égyptienne comme un allié objectif des islamistes.

En 2011 pourtant, l’influence américaine sur l’armée égyptienne avait eu un impact considérable sur la tournure des événements comme en Tunisie d’ailleurs. L’armée égyptienne avait obtempéré aux pressions de Washington de ne pas ouvrir le feu sur les manifestations anti-Moubarak. Mieux «les militaires avaient protégé les manifestants et Obama avait été capable de soutenir réellement les révolutions arabes en contraignant l’homme fort de l’Égypte à quitter le pouvoir».

L’armée égyptienne est devenue sourde

En 2013, les militaires égyptiens ont superbement ignoré toutes les remarques et recommandations de l’administration américaine. Depuis la prise de pouvoir par l’armée égyptienne le 3 juillet, Washington a demandé successivement aux militaires de ne pas arrêter les dirigeants des Frères Musulmans, de ne pas instaurer la loi martiale, d’autoriser les manifestations pacifiques et de tenter de trouver un compromis avec les islamistes. En vain.

«Les États-Unis condamnent avec fermeté les mesures qui ont été prises par le gouvernement intérimaire égyptien et les forces de l’ordre», a déclaré jeudi 15 août Barack Obama. «Nous déplorons les violences exercées contre les civils. Nous soutenons les droits universels essentiels à la dignité de l’homme, y compris le droit de manifester pacifiquement» a-t-il ajouté.

Le Président américain a aussi annoncé que les États-Unis avaient informé l’Égypte de l’annulation des manœuvres militaires «Bright Star», qui ont lieu tous les deux ans depuis 1981 et sont considérées comme un élément central des relations militaires entre Washington et Le Caire. Mais il n’a rien dit sur l’aide militaire de 1,3 milliard de dollars donnée à l’armée égyptienne tous les ans.

En fait, la pression financière n’a plus beaucoup d’impact. Les États-Unis ont été supplantés par d’autres bailleurs de fonds régionaux. L’Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis et le Koweït ont déjà donné au gouvernement de transition égyptien 13 milliards de dollars, dix fois l’aide américaine.

Lire la suite

Le jour où la classe moyenne se révoltera (Màj vidéo)

Addendum du 21/07/2013 : Le déclin des classes moyennes menace la démocratie

Elle est instruite, elle a soif de consommation et de libertés. Comme l’ont montré les “printemps arabes” de 2011 et les récents mouvements protestataires en Turquie et au Brésil, la classe moyenne bouscule le pouvoir et les élites dans les pays émergents. Elle pourrait bien bouleverser l’ordre du monde, écrit le philosophe américain Francis Fukuyama.

Depuis une dizaine d’années, nombreux sont ceux qui considèrent la Turquie et le Brésil comme des modèles de réussite économique – des marchés émergents exerçant de plus en plus d’influence sur la scène internationale.

Or, depuis trois mois, ces deux pays sont paralysés par d’immenses manifestations par lesquelles les peuples expriment leur mécontentement à l’égard de l’action de leur gouvernement. Deux questions se posent : qu’est-il donc en train de se passer ? Et ces soulèvements risquent-ils de se propager à d’autres pays ?

Le fil directeur qui relie les récents événements de Turquie et du Brésil, ainsi que le Printemps arabe de 2011 et les mouvements persistants de protestation en Chine, est la montée en puissance d’une nouvelle classe moyenne à l’échelle mondiale. Partout où elle est apparue, cette classe moyenne moderne a soulevé une vague d’agitation politique, mais elle a rarement pu à elle seule induire des changements politiques durables. Rien de ce que nous avons vu ces derniers temps dans les rues d’Istanbul ou de Río de Janeiro n’indique que ces cas feront exception.

Aucun lien avec l’élite au pouvoir
Lire la suite

L’Egypte fait face à la plus grande manif de son histoire

L’armée égyptienne estime à «plusieurs millions» le nombre de manifestants qui défilent ce dimanche pour réclamer le départ du président Mohamed Morsi. Les tensions ont fait au moins quatre morts.

Il s’agirait «de la plus grande manifestation dans l’histoire de l’Egypte», a commenté une source militaire sous couvert de l’anonymat.

Comme au plus fort du soulèvement contre Hosni Moubarak en 2011, la place Tahrir s’est transformée dimanche en mer de drapeaux rouge-blanc-noir, et les slogans n’ont pas changé : «Le peuple veut la chute du régime», ont scandé les manifestants, un an jour pour jour après la prise de fonction de Mohamed Morsi.

Lire la suite

Égypte : Où est passé le milliard d’euros envoyé par l’UE ?

Sur les 7 dernières années, l’UE a donné 1 milliard d’euros à l’Egypte pour soutenir la démocratie et les droits de l’homme, mais les auditeurs de la Cour des Comptes européenne ne savent pas comment cet argent a été utilisé. «Ils n’ont pas du tout rempli les conditions, et néanmoins, l’argent leur a été tout de même remis », note Karel Pinxten, l’eurocrate de la cour qui s’est occupé de ce dossier.

Les auditeurs ont conclu que le gouvernement de Mohammed Morsi affichait encore moins d’intérêt que celui de son prédécesseur, Hosni Moubarak, pour les programmes de l’UE censés développer les droits de la société civile, ceux des femmes et des minorités. « Il est assez clair que sous le régime de Moubarak, mais aussi maintenant sous celui de Morsi, du côté égyptien, il n’y avait pas une très grande volonté de collaborer avec la Commission. Et c’est encore en dessous de la vérité », affirme Pinxten. Le rapport note même « une aversion croissante envers la société civile et plus largement les droits de l’homme » depuis les soulèvements en Egypte en 2011. Les droits des femmes ont reculé, et ceux des minorités sont de plus en plus menacés, notamment pour les Chrétiens.

Pire, la cour des comptes européenne est incapable de retracer ce qu’il est advenu de 60% des fonds versés à l’Egypte, et l’on s’inquiète qu’ils se soient vaporisés au travers de fraudes et de gaspillages.

Pinxten réclame que l’on en réforme la politique d’attribution. « Cette inaction de l’UE tourne sa politique des Droits de l’Homme en plaisanterie », a estimé Guy Verhofstadt, qui préside le groupe parlementaire Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ALDE) au Parlement européen. Il demande que l’UE envisage de suspendre le versement de ces fonds.

Express.be

Égypte : Louxor, ville fantôme

L’activité touristique aurait chuté de 70% à Louxor et dans les sites historiques de haute Égypte. L’instabilité politique fait fuir les visiteurs, et les islamistes au pouvoir n’ont jamais encouragé le tourisme, jugé porteur de valeurs immorales.

Les rues de Louxor sont presque désertes. Ce sont les vacances de Pâques, la ville devrait grouiller de touristes venus visiter les temples et les tombeaux, ou en croisière sur le Nil. Au lieu de cela, on dirait une ville fantôme. Le long des rues, les cafés sont vides, les grands bateaux fluviaux restent à quai, comme abandonnés ; sur la Corniche, les conducteurs de calèches attendent des passagers qui ne viennent jamais.

Louxor dépend totalement du tourisme, et elle a été durement touchée par la baisse catastrophique du nombre de visiteurs en Égypte depuis le début de la révolution en 2011.

C’est la période la plus difficile qu’a connu le tourisme en Égypte depuis que l’on a commencé à établir des statistiques, il y a vingt-cinq ans, explique Amr Abdel Ghaffar, directeur régional pour le Moyen-Orient à l’Organisation mondiale du tourisme des Nations unies. C’est la conséquence du changement politique, et bien sûr, cela engendre une grande incertitude en termes économiques, en particulier dans le tourisme.
Lire la suite

Comprendre le marketing grâce aux anciens Égyptiens

Extrait de l’ouvrage “Le Management Expliqué par l’Art” (parution le 21 mars 2013) d’Olivier Babeau, professeur de stratégie d’entreprise à l’université Paris 8.

En Égypte, un produit en particulier a connu un immense succès pendant plus de deux mille ans : l’assistance à la vie après la mort.

Le produit ­est la raison d’être de l’entreprise. C’est pour le fournir que tout le travail de séparation des tâches et de coordination est accompli. C’est aussi sa vente qui apporte la contrepartie financière nécessaire à la couverture des coûts. La politique de produit consiste en la définition de ses caractéristiques afin qu’il puisse avoir le plus de succès possible. En pratique, comme les gens ont des goûts, des désirs et des moyens différents, l’entreprise s’aperçoit vite qu’elle a intérêt à proposer plusieurs déclinaisons de ce produit, en fonction du public auquel on s’adresse.

En Égypte, un produit en particulier a connu un immense succès pendant plus de deux mille ans, connaissant de nombreuses déclinaisons. La vie après la mort était une des préoccupations principales des anciens Égyptiens. Si à l’origine il semble que seuls le pharaon et quelques proches aient accès à la vie éternelle, cette croyance s’est peu à peu étendue à tous les individus : il était possible, si tout ce qu’il fallait avait été accompli (notamment la préservation du corps), de « devenir un Osiris », c’est-à-dire d’accéder à une renaissance, à une vie éternelle bienheureuse.

Mais la vie éternelle n’était pas nécessairement obtenue et réussie. L’angoisse de tout Égyptien était de ne pas bénéficier de tous les rites et tous les moyens nécessaires au succès de la vie après la mort. Si la vie en effet devait être difficile à l’époque, la mort n’était pas moins périlleuse, l’Égyptien vivant grosso modo dans la terreur de sa vie après la mort comme un chrétien du Moyen Âge vivait dans la terreur de la damnation.
Lire la suite

Mondialisation et régionalisation des flux migratoires

En ce début du vingt et unième siècle, les migrations internationales ont pris un essor sans précédent. Mais, à la différence du passé, ce ne sont plus les Européens qui ont émigré de par le monde, l’Europe étant au contraire devenue l’une des premières destinations migratoires, en proie à un déclin démographique, mais la planète entière qui est en mouvement, notamment les zones du sud.

De nouvelles destinations se sont fait jour, comme les pays du Golfe, le continent africain, certains pays asiatiques, tandis que des pays de départ sont devenus des pays d’accueil et de transit, comme l’Europe du sud, puis le Mexique, la Turquie et les pays du Maghreb.

Ces migrations se sont mondialisées depuis trente ans, et ont triplé depuis le milieu des années 1970 : 77 millions en 1975, 120 millions en 1999, 150 millions au début des années 2000, près de 240 millions aujourd’hui.

Ce processus va se poursuivre car les facteurs de la mobilité ne sont pas près d’avoir disparu : écarts entre les niveaux de développement humain (qui combinent l’espérance de vie, le niveau d’éducation et le niveau de vie) le long des grandes lignes de fracture du monde, crises politiques et environnementales, productrices de réfugiés et de déplacés.
Lire la suite

Afrique du Sud : Les “BRICS” lancent leur banque de développement

Les dirigeants des pays émergents des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), réunis à Durban en Afrique du Sud, se sont mis d’accord mardi pour créer une banque de développement commune destinée à financer des infrastructures, qui devrait leur permettre de se passer de la Banque mondiale.

[...] Derrière le discours politique unificateur, qui consiste à dire que les Brics doivent constituer une force économique et politique pour s’affranchir des puissances occidentales, se dissimulent cependant des appréhensions africaines.

C’est de fait l’implantation massive en Afrique de la Chine, le géant des Brics, qui pose question, certains estimant que la Chine n’est plus un pays émergent, et que ses relations économiques avec le continent s’apparentent désormais à une nouvelle forme de colonialisme.

La nouvelle banque devrait être dotée d’un capital de départ de 50 milliards de dollars, soit 10 milliards par pays. Quand bien même elle devrait avoir du mal à réunir une telle somme qui correspond à 2,5% de son produit intérieur brut (PIB), l’Afrique du Sud en a fait une priorité. Elle espère trouver ainsi un moyen de financer son ambitieux programme d’infrastructures et aussi les projets des pays voisins.
Lire la suite

Chronique de la Vieille Europe : “Comprendre les révolutions arabes”

Radio courtoisie, Chroniques de la Vieille Europe, émission du 26 juin 2012 – Présentation : Patrick Péhèle et Grégoire Gambier.

De la Syrie à l’Iran en passant par l’Égypte, le Proche-Orient et l’Afrique du Nord sont en ébullition depuis les révolutions arabes. Comprendre et appréhender cette région au coeur de l’actualité, mais dont l’intelligence est trop souvent obstruée par le flot de préjugés, d’idées reçues et de contre-vérités qu’elle charrie.

Avec Tancrède Josseran, historien, chercheur en Géopolitique spécialiste de la Turquie à l’Institut de stratégie comparée (ISC). Co-auteur du livre Géopolitique du moyen-Orient et de l’Afrique du nord au PUF et auteur aussi de La nouvelle puissance turque – L’adieu à Mustapha Kemal“  éditions Ellipses. Daoud Boughezala, journaliste, rédacteur en chef adjoint du journal Causeur. Pascal Eysseric, journaliste, rédacteur en chef du journal Éléments.

A contrario d’une vision simpliste qui la réduirait à un univers soudé autour du dénominateur commun islamique, c’est la diversité, voire la fragmentation, qui en constituent les caractéristiques fondamentales. Une pluralité qui constitue une inestimable richesse civilisationnelle, mais a pour revers une très forte instabilité, que les ingérences des puissances étrangères ne font qu’accroître.

Malheureusement, l’Europe et la France n’ont plus aucune vision géopolitique ni objectif concernant la région contrairement aux États-Unis.

Partie 1:

Partie 2:


(Merci à Patrick)

La troisième guerre mondiale a-t-elle déjà commencé?

par Myret Zaki

Les provocations se multiplient de part et d’autre. Faire tomber le régime syrien permettrait à Israël d’attaquer l’Iran. Mais cette fois, Chine et Russie se posent en défenseurs de Damas et Téhéran. Israël tente à tout prix d’entraîner dans le conflit Washington, qui résiste.

Bruits de bottes américaines aux portes de la Syrie et de l’Iran; sanctions occidentales contre l’Iran; menaces iraniennes de blocus du détroit d’Ormuz; flambée du pétrole à 125 dollars le brent; embargo occidental contre la Syrie; soutien ouvert des Russes et Chinois à Damas et à Téhéran. Pas de doute, les conditions sont réunies pour une troisième guerre mondiale, dans une région abritant 54% des réserves de pétrole. Et le conflit a, peut-être, déjà commencé. Le survol de la Syrie et de l’Iran par des drones américains (lire l’encadré p.38), le refus iranien d’une inspection de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) le 22 février, l’attentat manqué prêté à l’Iran contre l’Ambassade israélienne à Bangkok, la détermination de Tel-Aviv à bombarder les installations iraniennes (dès juillet, selon des médias israéliens) pour maintenir son exception nucléaire dans la région, les menaces iraniennes, le 21 février, d’une attaque préventive contre Israël, sont autant d’actes potentiels de guerre.

Dans le camp occidental, il s’agit d’abord d’intervenir contre Damas, puis dans un second temps contre Téhéran. Cette fois cependant, Washington peine à mobiliser l’opinion publique mondiale: les conditions ne sont pas réunies pour un «Irak II». D’une part, les mensonges américains concernant l’existence d’armes de destruction massive en Irak sont encore présents dans les mémoires. Les médias sont-ils aussi manipulés sur la question du nucléaire iranien? Il convient d’entendre au moins les différents sons de cloche. Comme celui de Clinton Bastin, ancien responsable des programmes de production nucléaire américains, qui a tenté en vain d’alerter les autorités et les médias: «Les allégations américaines sont fausses, déclare-t-il au magazine 21st Century Science & Technology fin 2011. L’Iran a une centrale nucléaire, mais n’a pas l’arme nucléaire. Il lui faudrait dix à quinze ans pour l’acquérir. Et même alors, Israël dispose de 400 armes nucléaires, testées et prêtes à l’emploi. Téhéran serait idiot de poursuivre cette voie.» Selon cet expert, le réacteur iranien utilise 20% d’uranium enrichi. Pour devenir une arme, il faudrait qu’il en utilise 90%, ce qui sera très difficile à réaliser; ensuite, il faudrait encore convertir le gaz en métal, technologie complexe et à très haut risque, dont l’Iran ne dispose pas aujourd’hui, et dont l’activité serait immédiatement détectée par l’AIEA. «Les inspecteurs de cette agence, estime Clinton Bastin, sont incompétents en matière de production d’armes nucléaires. Les plans qu’ils ont vus en Iran ne sont pas authentiques, ils ont été entièrement fabriqués par des dissidents iraniens», estime-t-il.

Intimidations russes

Lire la suite

Chine : le Parti communiste n’est plus seul maître à bord

Régions prospères, armée ou entreprises publiques apparaissent désormais comme des contrepoids de taille au gouvernement de Pékin.

Cette année, la Chine aura de nouveaux dirigeants. Cependant, chercheurs, experts et responsables chinois ne cessent de le rappeler: il ne faut guère s’attendre à un changement brutal ou significatif dans la politique gouvernementale. La structure rigide du gouvernement de Pékin est telle que les décisions sont gravées dans le marbre sans que les dirigeants puissent les façonner. Xi Jinping (né en 1953 et actuel vice-président de la République populaire de Chine) devrait devenir le nouveau visage du Parti communiste chinois.

Derrière cette façade bien tranquille, l’apparition de nouveaux «groupes d’intérêt» suscite des discussions houleuses au sein du parti. Cette expression trahit le fractionnement croissant du monde politique chinois, qui résulte d’un éparpillement des centres de pouvoir dans tout le pays. En apparence, la Chine reste un État à parti unique dirigé par les neuf hommes qui composent le comité permanent du bureau politique; en réalité, de plus en plus d’acteurs viennent peser sur le processus de décision.

Les provinces s’affirment

Lire la suite

Vers un crash alimentaire

Les conséquences de la flambée des cours des matières premières agricoles sont catastrophiques pour les populations les plus défavorisées, et notamment pour les paysans pauvres qui n’ont plus les moyens d’acheter des semences et pour les citadins pauvres qui n’ont plus les moyens de se nourrir. De nombreux pays parmi lesquels la Côte d’Ivoire, l’Égypte, Haïti, Madagascar, le Mexique, le Pakistan ou encore le Sénégal ont été le théâtre de violentes manifestations, véritables « émeutes de la faim » qui risquent de se multiplier.

Selon le Fonds international de développement agricole (Fida), une agence des Nations unies, pour chaque augmentation de 1 % du prix des denrées de base, ce sont 16 millions de personnes supplémentaires qui sont plongées dans l’insécurité alimentaire. Cela signifie « que 1,2 milliards d’êtres humains pourraient souffrir de faim chronique d’ici 2025 ; 600 millions de plus que prévu. » souligne le rapport. Catastrophe humanitaire, la crise alimentaire est également lourde de menaces pour la paix.

Pour Ban Ki-moon, le secrétaire général de l’Onu, la priorité immédiate est de nourrir les populations. Pressant la communauté internationale de fournir au PAM l’aide d’urgence de 755 millions de dollars dont il a besoin pour faire face à la situation, il a déclaré : « Si elle n’est pas gérée correctement, cette crise pourrait en provoquer une cascade d’autres et (…) affecter la croissance économique, le progrès social et même la stabilité politique à travers la planète. »

Partie 1 :


Lire la suite

Les entreprises privées à nouveau plus sûres que les États

Au XIXe siècle déjà, en réponse aux guerres napoléoniennes, les taux d’intérêt payés par les États avaient coutume d’être très supérieurs à ceux des banques d’investissement. Mais une telle constellation ne s’était plus produite depuis 1948 dans les pays industrialisés.

“Napoléon traversant la Bérézina” – Huile sur toile de Janvier Suchodolski

La France doit payer un taux d’intérêt de 2,8% sur sa dette, l’Italie de 3,9%, l’Irlande de 6,8% la Grèce de 11,5%. A l’inverse de ces pays lourdement déficitaires, la Suisse offre un taux de 1,5%. Les écarts sont pires qu’au coeur de la tempête qui a soufflé sur l’eurozone ce printemps. Un événement nouveau s’est toutefois produit sur le marché du crédit. Les États les plus endettés ne sont plus considérés comme plus sûrs que les grandes entreprises privées de ces pays. Leur risque de défaut est supérieur à celui des sociétés. Ce signal envoyé aux autorités politiques mérite une analyse.

Au XIXe siècle déjà, en réponse aux guerres napoléoniennes, les États n’étaient pas de bons débiteurs. Leurs taux d’intérêt avaient coutume d’être très supérieurs à ceux des banques d’investissement. Mais une telle constellation ne s’était plus produite depuis 1948 dans les pays industrialisés. Aujourd’hui, le risque des banques Intesa San Paolo, Monte dei Paschi et Banca Nazionale del Lavoro, mesuré par le risque de défaut (CDS), est inférieur à celui de l’État italien. En Grèce, le risque de défaut de Hellenic Telecom est cinq fois plus bas que celui de l’État. En France, celui de France Telecom est inférieur à celui de l’État français. Ce prix n’est pas une estimation lancée au hasard d’une réunion politique, mais celui que paient effectivement les investisseurs et entreprises. S’ils se trompent, ils en subissent les conséquences sur leur propre porte-monnaie. Au contraire du marché des CDS, réservé aux professionnels, on n’observe pas encore un pareil phénomène sur le marché obligataire.

Depuis 1948, la plus grande sécurité à l’égard des titres de l’État était intimement liée à l’introduction sur une grande échelle de l’impôt sur le revenu. Les États gagnaient une source de financement supplémentaire, stable et considérable. Le risque de faillite chutait fortement et les taux d’intérêt s’inscrivaient logiquement en dessous de celui des entreprises. Mais les excès étatiques ont tué la poule aux oeufs d’or.

Un libéral peut se réjouir du sort subi par les États ultra-keynésiens. Mais les victimes de ces errements risquent d’être nombreuses. Le capitalisme a besoin d’un État réduit à ses fonctions régaliennes et délesté de ses excès de redistribution, mais pas d’un État en faillite.

Lire la suite

L’empire américain est ruiné par ses guerres

Les USA se ruinent à vouloir maintenir leur statut de super puissance par de coûteuses guerres et un budget militaire gigantesque financés à crédit. Pour Eric Margolis, le complexe militaro-industriel, contre lequel le président Eisenhower avait mis en garde lors de son discours d’adieu, entraîne le pays vers sa chute et Obama, comme son prédécesseur, abuse ses concitoyens en recourant à l’emprunt pour continuer à maintenir l’illusion d’un empire aujourd’hui vacillant.

Le président américain Barack Obama a qualifié d’étape importante, dans le rétablissement de la santé économique de l’Amérique, le budget de 3.800 milliards de dollars US qu’il vient de soumettre au Congrès.

En fait, il s’agit d’une nouvelle forte dose donnée à un malade souffrant d’une grande dépendance à une drogue dangereuse : la dette.

Plus d’empires sont tombés à cause d’une politique budgétaire inconsidérée, qu’en raison d’une invasion. Le dernier exemple en a été donné par l’Union soviétique, qui s’est ruinée en achetant des chars.
Lire la suite

Les maîtres de l’eau

Une grande partie de la population mondiale manque désespérément d’un accès à l’eau. Enjeu majeur, l’eau est au coeur de nombreux conflits d’intérêts. Parfois, sa mauvaise répartition engendre un combat entre les habitants d’un même pays, comme cela a été le cas en Espagne autour d’un projet aujourd’hui abandonné.

Les conflits peuvent concerner un même fleuve, comme le Nil, qui opposent aussi bien l’Égypte, le Soudan que l’Éthiopie, ou encore l’Indus, revendiqué par le Cachemire et le Pakistan. Les projets gouvernementaux de contrôle de l’eau menacent parfois les pays voisins, comme celui de l’Inde qui se répercute sur le Bangladesh.

Partie 1:

http://www.dailymotion.com/video/xatqo8

Lire la suite

La Chine surestime-t-elle dangereusement sa puissance ?

Par Ambrose Evans-Pritchard

La Chine a succombé à l’hybris. Elle a confondu la diplomatie soft de Barack Obama avec de la faiblesse, la crise du crédit américaine avec un déclin, et sa bulle mercantiliste avec une montée en puissance. Il y a là comme un écho des querelles anglo-allemandes avant la Première Guerre mondiale, lorsque Berlin avait terriblement mal évalué l’équilibre stratégique des puissances et surjoué ses atouts.

Dans moins d’un mois, le Trésor américain doit statuer sur le fait que la Chine « manipule » sa devise, ce qui, en vertu de la loi américaine, entrainerait des sanctions. Précédemment, Washington avait fait l’impasse, mais nous sommes désormais dans un monde différent, lorsque le taux de chômage U6 atteint 16,8%. [L’indicateur U6 prend en compte le chômage, le sous-emploi et les travailleurs découragés de rechercher un emploi - NDT]

« Il leur sera vraiment difficile d’éluder à nouveau le fait évident que la Chine manipule [sa devise]. Sans une menace crédible, nous n’arriverons à rien », juge l’économiste Paul Krugman, lauréat du prix Nobel.

Le Premier ministre chinois Wen Jiabao reste intraitable.

« Je ne pense pas que le yuan soit sous-évalué. Nous nous opposons à ce que les nations se pointent du doigt les unes les autres, ou même forcent un pays à apprécier sa monnaie », a-t-il déclaré hier [le 13 mars 2010]. Une fois encore, il a exigé que les Etats-Unis prennent des « mesures concrètes pour rassurer les investisseurs » sur la stabilité des actifs américains.

« Certains disent que la Chine est devenue plus arrogante et dure. Certains mettent en avant la théorie d’un soi-disant triomphalisme chinois. Ma conscience reste sereine, malgré les calomnies de l’extérieur », a-t-il affirmé.

Quelques jours auparavant, le Conseil d’Etat avait accusé l’Amérique de turpitudes en série : « aux Etats-Unis, les droits civiques et politiques des citoyens sont sévèrement restreints et violés par le gouvernement. Les droits des travailleurs sont gravement enfreints, ».

« Les Etats-Unis, par leur forte puissance militaire, ont exercé une hégémonie sur le monde, foulant aux pieds la souveraineté des autres pays et violant leurs droits de l’homme. »

« À une époque où dans le monde les droits de l’homme souffrent d’une grave catastrophe provoquée par la crise financière mondiale induite par la crise américaine des subprimes, le gouvernement américain se réjouit d’accuser d’autres pays. » Et ainsi de suite.

Lire la suite

La Russie veut assurer son autosuffisance alimentaire et devenir une grande puissance agricole

Assurer enfin l’indépendance alimentaire du pays et devenir une grande puissance agricole. Telles sont les ambitions de la Russie, invitée d’honneur du Salon international de l’agriculture, jusqu’au dimanche 7 mars. A la suite de l’explosion de l’URSS, Moscou avait pourtant abandonné ce secteur. La production agricole russe s’était effondrée de moitié entre 1991 et le tournant des années 2000. Au point que l’Union européenne avait dû faire parvenir, fin 1998, une aide alimentaire d’urgence d’un montant de 400 millions d’euros.

Le revirement date de 2005, quand Vladimir Poutine, alors président, a fait de l’agriculture un des piliers de l’essor économique du pays. Deux ans plus tard, Moscou a même lancé un plan quinquennal pour le secteur de 551 milliards de roubles (13,7 milliards d’euros). Une somme censée être doublée par les régions.

Mais, malgré les progrès affichés ces dernières années, Moscou reste très dépendant des importations : en 2009, le pays a acheté à l’étranger 30 % de sa consommation de viande et 20 % de ses produits laitiers, selon le ministère russe de l’agriculture. Un chiffre qui atteindrait même, selon un spécialiste local, 70 % pour les fruits.

“L’indépendance alimentaire est une composante de la sécurité d’Etat”, explique Elena Borisovna Skrynnik, la ministre de l’agriculture russe. “Notre objectif est d’arriver à produire nous-mêmes, en 2012, 85 % de notre consommation de viande, de produits laitiers ou de sucre. En 2009, nous avons réduit les importations de viande d’un quart.”

Lire la suite

La France revend ses surplus de vaccins anti-grippe A

Ceci est un canular (cliquez pour agrandir)

La France a commencé à vendre à des pays étrangers une partie des 94 millions de doses de vaccins contre la grippe A, a déclaré dimanche la ministre de la santé, Roselyne Bachelot, confirmant une information du Parisien/Aujourd’hui en France. Le quotidien, qui cite des sources au ministère de la santé, précise que les doses sont revendues, par principe, au prix où elles ont été achetées auprès des laboratoires pharmaceutiques, soit de 6,25 à 10 euros selon les produits.

Cette opération, menée conjointement par les ministères de la santé et des affaires étrangères, vise à réduire la facture de la campagne de vaccination de masse décidée par le gouvernement (pour un coût de 869 millions d’euros, selon le ministère).

Elle est la conséquence de l’avis rendu le 1er novembre par l’Agence européenne de la santé qui indique qu’une seule injection au lieu de deux suffit pour être protégé du virus. “Ce jour-là, on a compris qu’avec les 94 millions de doses achetées en juillet, nous détenions trop de vaccins”, explique un responsable du ministère de la santé cité par Le Parisien.

Sanofi Pasteur, la division vaccins du groupe Sanofi-Aventis, s’est déclarée dimanche “disposée à examiner” une éventuelle demande de renégociation du contrat d’achat de doses de vaccins avec le gouvernement français. “Pour l’instant, il n’y a pas eu de renégociation du contrat mais s’il devait y avoir des demandes du gouvernement, Sanofi Pasteur serait disposé à les examiner”, a affirmé un porte-parole du laboratoire. Lire la suite

Le grand Monopoly mondial des terres agricoles

Incapables de nourrir leurs larges populations avec leur seule production domestique, certains pays se lancent dans de vastes opérations d’achat de terres cultivables à l’étranger.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir


Depuis 2007 et la forte hausse des matières premières agricoles, qui a provoqué les émeutes de la faim, l’acquisition des terres cultivables est devenue la priorité numéro un de nombreux pays du globe, pour assurer leur autosuffisance alimentaire.

Au premier rang d’entre eux, la Chine. «Avec 10 % de surfaces agricoles exploitables, la Chine doit nourrir 22 % de la population mondiale», explique un consultant agricole, Axel de Martene. Lire la suite

Qui sont les accapareurs de terres agricoles à l’étranger ?


Avec tout ce qu’on entend sur la “sécurité alimentaire” et les déclarations déformées des médias (cf. « La Corée du Sud achète la moitié des terres de Madagascar » – en fait, il ne s’agissait pas de la Corée du Sud, mais de Daewoo Logistics), il n’est sans doute pas évident pour tout le monde que les principaux responsables de l’actuel accaparement des terres ne sont pas les pays ou les gouvernements, mais les grandes entreprises.

L’attention s’est vraiment focalisée sur le rôle d’États comme l’Arabie Saoudite, la Chine ou la Corée du Sud, alors qu’en réalité, même si les gouvernements facilitent les accords, ce sont des entreprises privées qui prennent le contrôle de la terre.

Et leurs intérêts ne sont tout simplement pas les mêmes que ceux des gouvernements.

« Ce sera une initiative privée. »

Amin Abaza, ministre de l’Agriculture d’Égypte, dans son exposé aux autres nations africaines sur les acquisitions de terres agricoles en Égypte, lors de la Journée mondiale de l’alimentation de 2009

Prenons un exemple. En août 2009, le gouvernement de l’île Maurice a, par l’intermédiaire du ministère des Affaires étrangères, obtenu un bail à long terme pour 20 000 hectares de terre agricole fertile au Mozambique pour y produire du riz pour le marché mauricien. Il s’agit bien d’une externalisation de la production alimentaire, cela ne fait aucun doute.

Mais ce n’est pas le gouvernement mauricien qui va, au nom du peuple mauricien, cultiver cette terre et rapatrier le riz dans l’île. Le ministère mauricien de l’Agro-industrie a en effet immédiatement sous-loué la terre à deux grandes entreprises : l’une, singapourienne, tient beaucoup à développer des marchés pour ses semences propriétaires de riz hybride en Afrique ; l’autre, du Swaziland, est spécialisée dans la production de bétail, mais aussi engagée dans la production d’agrocarburants dans le sud de l’Afrique (voir GRAIN, “L’île Maurice en tête des acquisitions de terres rizicoles en Mozambique”, Oryza hibrida, 1er septembre 2009). Bref, une situation tout à fait courante. Lire la suite