Irlande, les « modèles » se démodent vite

L’implosion de l’économie irlandaise propage une onde de choc qui menace d’emporter l’euro. Les démineurs européens sont à l’oeuvre pour tenter de circonscrire le cataclysme et éviter qu’il n’ébranle le Portugal et l’Espagne, puis tout le système. Et, surprise, le voile se déchire, les brumes se dissipent, et l’on découvre brusquement les fragilités du “miracle” irlandais. Le Tigre celtique tangue, après des années de boom. La fin d’un exemple a sonné.

Ceux qui, naguère encore, déversaient des tombereaux d’éloges et tressaient des dithyrambes enflammés à propos du “petit dragon celtique” s’aperçoivent, bien tardivement, que tout était fondé sur une tourbe instable.

Lire la suite

Dans les quartiers fantômes de l’Irlande ruinée

Addendum vidéo

C’est l’une des faces les plus stupéfiantes de la crise irlandaise : l’île est jonchée de lotissements vides et de bureaux laissés déserts, symboles de la bulle immobilière qui vient d’éclater.

Sur les cartes les plus récentes de Dublin, Clongriffin n’existe pas encore. Construit dans une banlieue cossue du nord de la capitale irlandaise, ce «centre-ville» flambant neuf est pourtant déjà mort. A l’entrée, une palissade noire court le long de main street, la «rue principale», et dissimule un grand terrain vague. Des panneaux promettent depuis 2007 l’ouverture d’un centre commercial, qui ne verra jamais le jour.

Un rapport publié en octobre a recensé plus de 2800 de ces cadavres sur l’île. En tout, ce sont 23.000 maisons ou appartements qui sont terminés, et vides pour la plupart. Quelque 20.000 autres sont jugés «presque achevés» ou «restés au stade de chantier». Autant de cicatrices d’une redoutable crise partie, comme aux États-Unis ou en Espagne, des folies l’immobilier. Si Dublin n’est pas épargné, l’intérieur de l’île (les comtés de Longford et Leitrim, en particulier, dans le nord-ouest) est encore plus touché par ce phénomène.

Au bout de la rue, la place centrale est entourée de bâtiments modernes, de béton et de verre, tous déserts: aucun de ces bureaux n’a trouvé preneur.

Lire la suite

L’Irlande capitule pour sauver ses banques… et les banques de l’Union

Qui, des États ou des créanciers, doit payer la note de la dette ? A cette question centrale dans le feuilleton sans fin de la banqueroute européenne, on a donc la réponse : ce sont les contribuables qu’on saignera, et les banques qu’on sauvera. Comme aux États-Unis. En l’occurrence, il s’agit des banques irlandaises, que Dublin avait déjà gratifié d’une aide de 50 milliards d’euros, mais aussi – et surtout – des plus grandes banques de l’Union européenne… très exposées en Irlande, de même qu’en Grèce et dans tous les pays dits « périphériques » (voir ce tableau).

Recherchés pour cause de trahison économique

Après s’être fait prier pour sauver les apparences, le gouvernement irlandais a donc capitulé sans conditions. Provoquant l’ire de tout un pays. De toute façon il n’avait pas le choix, c’était ça ou provoquer la faillite de l’euro et de l’Union, nous a expliqué le président du Conseil de l’Europe Hermann van Rompuy.

Et puis que pèse la souveraineté d’un petit pays comme l’Irlande face au monstre idéologique et politique qu’est l’Europe de Bruxelles, qui plus est appuyée par le FMI ? Pas grand chose : il n’y a qu’à voir comment on l’a fait voter une deuxième fois sur un traité constitutionnel européen qu’elle avait pourtant rejeté par référendum…

Je laisse le mot de la fin à Jean Quatremer, fédéraliste convaincu bien connu des cercles européens : « Cette aide européenne sera donc bien une aide aux banques irlandaises. Ce qui pose un vrai problème moral : est-ce aux citoyens européens de voler au secours d’un gouvernement totalement responsable de la faillite de son secteur bancaire et qui a fait le choix de le sauver quoi qu’il en coûte ? Certes, il s’agit d’un prêt, mais tant qu’il ne sera pas remboursé, il y aura un risque pour l’ensemble des contribuables de la zone euro.

Ne pas faire payer les banques et leurs actionnaires, en restructurant la dette bancaire irlandaise, est pour le moins choquant, quel que soit le risque systémique. Offrir aux marchés (et donc notamment aux banques de l’Union) les bretelles ET la ceinture qu’ils exigent, c’est leur offrir une victoire en rase campagne. Et c’est signer la capitulation du politique ».

Olivier Demeulenaere

(Merci à Boum)

Irlande : Le cauchemar économique n’est pas terminé

La situation ne s’arrange pas dans le pays et de nombreux journaux prédisent “des décennies d’enfer financier“. Un constat que partage le quotidien britannique The Guardian, après la publication du coût du renflouement des banques irlandaises par le gouvernement.

Le Cauchemar - Johann Heinrich Füssli - 1790-1791

De la Grèce au Japon, en passant par les États-Unis, la crise bancaire a fait des ravages dans les pays du monde entier. Mais aucune économie n’a été victime d’une mise à sac aussi brutale que celle de l’Irlande. L’ancien tigre celtique a vu son revenu national dégringoler de 17 % au cours des trois dernières années – la contraction la plus sévère et la plus rapide en Occident depuis la Grande Dépression.

Au plus fort de la longue période de prospérité de 1990 à 2007, l’immobilier avait plus de valeur à Dublin qu’à Londres. Depuis, les prix ont chuté de près de 40 % – et ils continuent à couler à pic. A ce rythme, le pays aura bientôt l’honneur douteux d’avoir été le théâtre de l’éclatement de la plus monstrueuse bulle immobilière de l’histoire moderne. En 2008, quand les financiers, pour plaisanter, disaient que la seule différence entre l’Islande en faillite et une Irlande fauchée, c’étaient une lettre et quelques jours, ils avaient tort : la catastrophe qui a englouti l’île d’Émeraude est infiniment pire que celle qui secoue l’Islande.

Et, jusqu’au bout, les ministres de Dublin ont promis à leurs électeurs que les choses étaient sur le point de s’améliorer. Les prêts d’urgence consentis aux banques, c’était la bonne solution. Les réductions radicales des dépenses, ça allait marcher. Et cette décision qui, en gros, revenait à cautionner l’ensemble du système bancaire (sans aucun droit de regard ou presque) et qui réglerait tout ? Eh bien, non, non, et encore non : tel un corps balancé du toit d’un gratte-ciel, l’économie irlandaise a simplement continué à plonger.

Le 30 septembre, Brian Lenihan, le ministre des Finances irlandais, a assuré aux électeurs que le “cauchemar” national qu’ils sont contraints de subir depuis à peu près deux ans était sur le point de cesser. “Nous sommes désormais en train d’en finir avec ça.”

Lire la suite