Les dopés du quotidien

Le monde du sport est régulièrement secoué par des affaires de dopage. Ces grandes affaires médiatiques révèlent la face sombre de champions prêts à tout pour gagner. Mais ces pratiques ne se limitent pas au monde du sport.

Ainsi, le travail aussi est un environnement propice au dopage. Chaque jour, des millions de Français consomment des produits chimiques pour être plus performants. Certains d’entre eux contiennent des risques d’accoutumance.

Sport, le revers de la médaille

Le sport, machine à générer des milliards, est devenu le divertissement roi, un marché en pleine croissance, épargné par la crise. Mais le prix à payer devient de plus en plus lourd pour les sportifs de haut niveau : toujours plus d’épreuves, de matchs, de compétitions, pour satisfaire le public, enrichir les actionnaires des clubs et des sponsors, augmenter les recettes des télévisions.

Avide d’exploits, de records, de palmarès, l’industrie du sport du 21ème siècle est devenue une machine à broyer.

A la fin de leur carrière, les champions d’aujourd’hui sont souvent brisés physiquement et psychologiquement par les cadences infernales des calendriers sportifs qui ne respectent plus les rythmes chrono-biologiques et les limites naturelles du corps humain. A l’heure où d’anciens hockeyeurs ou perchistes se suicident, où d’anciens footballeurs ou boxeurs souffrent de démence et d’anciens dopés perdent leurs membres ou leur vie… il est temps de poser la question : le sport va-t-il trop loin ?

Dopage du cerveau : L’intelligence sur ordonnance ?

Nous n’utilisons que 10 % de nos capacités intellectuelles. Aussi les spécialistes en neurosciences s’efforcent-ils de trouver les molécules qui permettraient d’activer toutes les zones disponibles de notre cerveau.

Aux États-Unis, la Ritaline et le Modafinil – prescrits au départ pour les enfants hyperactifs – sont devenus des drogues à la mode. Mais ce dopage de notre matière grise suscite un débat animé. À l’avenir, serons-nous tous beaucoup plus intelligents ou simplement pharmacodépendants? Enquête dans les laboratoires de recherche sur les espoirs et les risques engendrés par ces traitements miracles.

Dopage génétique, les mutants attaquent !

Le dopage génétique est en passe de voler la vedette à l’EPO, la testostérone et autres anabolisants. Cette nouvelle méthode, qu’on croirait venue de la science-fiction, est au cœur des préoccupations de l’Agence mondiale antidopage.

La visite de centres de recherche américains et européens permet d’en savoir plus sur cette technique dangereuse, à ce jour totalement indécelable. Personne ne sait si des athlètes profitent déjà de cette avancée médicale, destinée à l’origine à soigner les patients victimes de myopathies héréditaires. Les tests effectués sur des souris de laboratoires prouvent que les effets secondaires sont nombreux.

Des sportifs se dopent volontairement pour un test bio-médical

Ils ont fait cela dans le plus grand secret. Des sportifs de haut niveau ont accepté de se doper pendant un mois pour une enquête de l’émission “Stade 2″. Objectif : mesurer l’impact de cette pratique.

Et les résultats sont édifiants. Non seulement leurs performances s’envolent mais surtout, à aucun moment, ils ne seront contrôlés positifs.

Dopage du cerveau : l’intelligence sur ordonnance ?

Nous n’utilisons que 10 % de nos capacités intellectuelles. Aussi les spécialistes en neurosciences s’efforcent-ils de trouver les molécules qui permettraient d’activer toutes les zones disponibles de notre cerveau.

Aux États-Unis, la Ritaline et le Modafinil – prescrits au départ pour les enfants hyperactifs – sont devenus des drogues à la mode. Mais ce dopage de notre matière grise suscite un débat animé. À l’avenir, serons-nous tous beaucoup plus intelligents ou simplement pharmacodépendants ? Enquête dans les laboratoires de recherche sur les espoirs et les risques engendrés par ces traitements miracles.

Réalisé par Hannah Leonie Prinzler et Christian Schidlowski (Allemagne 2011)

Les nouvelles drogues de la performance

Nous vivons de plus en plus dans le culte de performance, il faut à tout prix être beau, fort et intelligent, que ça soit sur le plan physique, sexuel ou intellectuel.

Et pour y parvenir de plus en plus de Français prennent tous les risques, détournement de médicament de leurs usages ou bien faire recours a des pilules miracles. Il est pourtant possible de faire autrement.

Vous allez explorer dans ce document ces nouvelles filaires, ces drogues qui ne disent pas leurs noms et qui comportent encore une fois beaucoup de risques pour la santé.

Partie 1:

Partie 2:
Lire la suite

Les stratèges de la communication : ” Gestion de crises ”

Les stratèges de la communication se sont imposés dans toutes les sphères du pouvoir, dans l’ombre des politiques mais aussi des grands patrons. Inconnus du grand public, ces «spin doctors» sont au cœur de la production de l’information. Ils façonnent l’image de leurs clients et influencent les journalistes.

Ce premier volet se penche plus précise ment sur les stratèges de la communication de crise, appelés en urgence par des grands patrons pris dans la tourmente médiatique. Ainsi l’affaire Kerviel, avec la longue guerre de l’image entre les stratèges de la Société générale et les conseillers du trader.

D’autres professionnels, comme Ramzi Khiroun et Anne Hommel, ont sauvé Richard Gasquet, empêtré dans une affaire de dopage. Des agences arrivent aussi à faire émerger des débats de société pour le compte d’intérêts privés, comme le travail le dimanche.

(Merci à NOP)

Afrique du Sud : D’anciens Springboks victimes de maladies neurologiques rares

Le titre de champion du monde de rugby de l’Afrique du Sud en 1995 a été un des mythes fondateurs de la nation “arc-en-ciel” sud-africaine, tout juste sortie de l’apartheid. Mais à quel prix ? Un reportage, diffusé, dimanche 23 mars, dans l’émission “Stade 2″, met en lumière la sur-représentation de maladies neurologiques rares dans la génération de joueurs sud-africains de la première moitié des années 1990.

Un reportage pour briser un “tabou”

Venter souffre de myélite transverse, une maladie “qui touche une personne sur un million”, précise le reportage. Van der Westhuizen et Linee souffrent de sclérose latérale amyotrophique, plus connue sous le nom de maladie de Charcot, “qui touche 4 à 8 personnes sur 100.000″.

Aucune preuve scientifique n’a à ce jour mis en lumière un lien de cause à effet entre le dopage et ces maladies. “On n’a pas de réponse, on veut ouvrir le débat qui est tabou”, explique l’auteur du reportage, Nicolas Geay. Trois hypothèses sont évoquées pour expliquer cette récurrence : la répétition des chocs, les pesticides dispersés sur les pelouses et le dopage.

Des “vitamines” finalement interdites

Le capitaine emblématique des Springboks François Pienaar a raconté dans son autobiographie la prise systématique de pilules. “On était des amateurs, on s’entraînait dur. Il n’y avait rien d’illégal. C’étaient des vitamines mais plus tard, elles ont été interdites, alors on a tout arrêté”.