Pour Noël, l’administration pénitentiaire est sur la paille

L’administration pénitentiaire décide de priver les 2500 surveillants de la direction inter-régionale des services pénitentiaires de Lille (DISP) d’une partie de leur salaire de décembre. À quinze jours des fêtes de fin d’années, dans un contexte de surpopulation carcérale éprouvant, les « matons » sont mis au pied du mur. Ils devront faire une croix sur le paiement, en décembre, de leurs heures supplémentaires, des primes de nuit, des dimanches et des jours fériés.

Dans un mail que nous nous sommes procuré, Alain Jégo, directeur de la DISP, demande à ses chefs d’établissements d’annoncer au personnel qu’ils toucheront en janvier ce qu’ils n’auront pas en décembre. Et de détailler le déficit : « La source principale de ces difficultés est liée à la très forte augmentation du nombre d’heures supplémentaires à rémunérer en 2009. À la DISP de Lille, nous avons une différence de 716 224 E en plus pour 2009 par rapport à 2008 sur les heures supplémentaires. Le report de ces heures de décembre sur janvier 2010, représente la somme de 532 700 E. »

Un manque à gagner allant de 500 à 800 euros par surveillant qui fait en moyenne 20 à 40 heures supp’ par mois. Sans compter qu’ils doutent maintenant de toucher ce mois-ci leur indemnité de charge pénitentiaire (900 euros), sorte de treizième mois.

Lire la suite