Diesel : La dangereuse exception française

En France, près des deux tiers des voitures neuves sont équipées de moteurs diesel. Et entre 1982 et 2012, le nombre de véhicules au gazole sur les routes de France a été multiplié par vingt.

Pourtant, l’Organisation mondiale de la santé a qualifié les gaz d’échappement des diesel, et les particules fines qu’ils contiennent, de cancérigènes certains. Mais, en France, «le diesel roi» ne semble pas près d’être remis en cause.

Cette enquête révèle pourquoi, malgré des normes de plus en plus strictes, la France ignore ce qu’un chirurgien-pédiatre qualifie pourtant de «catastrophe lente».

Fraude à la pollution : Quelles conséquences pour Volkswagen ? (Màj)

02/10/2015

Un peu moins d’un million de véhicules circulent en France avec un logiciel truqué, masquant les produits toxiques lors des contrôles antipollution. Il s’agit de Skoda, d’Audi et de Volkswagen. Le groupe allemand commence à organiser le rappel de ces voitures. Les Français vont prochainement recevoir un courrier leur demandant de ramener leur véhicule au garage.

23/09/2015

Comme British Petroleum en 2010 et sa marée, le constructeur automobile allemand risque de payer une facture très salée pour avoir violé les lois antipollution américaines.

Lire la suite

Automobile : Audi développe une essence synthétique à partir de plantes

En avril dernier, Audi a surpris le monde avec son développement révolutionnaire quand ils ont réussi à créer du diesel synthétique en utilisant du dioxyde de carbone et de l’eau. Mais qu’en est-il de ceux qui ont des voitures à essence ?

Heureusement, Audi a désormais une solution pour eux, car la firme a récemment annoncé qu’ils ont pu créer de l’essence synthétique, et ce qui est étonnant avec cette découverte, c’est qu’elle pourrait être viable, car c’est fabriqué en partie avec des plantes. Selon Marc Delcourt, le CEO de Global Bioenergies, le partenaire de projet d’Audi, « Pour moi, c’est un moment historique. C’est la première fois qu’on a produit de l’essence à partir de plantes. »

En fait, le programme a commencé en 2014 quand Global Bioenergies a démarré un programme pour produire de l’isobutane gazeux en utilisant des sources de biomasse renouvelables telles que le glucose de maïs. Après cela, il subissait un processus de purification et il était collecté sous une forme liquide et envoyé en Allemagne où il était converti en essence indice 100 octane.

Audi et Global Bioenergies ont collaboré pour développer la technologie au point qu’ils n’ont plus besoin de biomasse renouvelable, mais juste de l’eau, de l’hydrogène et du dioxyde de carbone. Rick Brockrath, Vice Président pour l’ingénierie chimique chez Global Bioenergies a déclaré: « Nous pensons que nous apportons de la « verdure » dans un domaine qui en a désespérément besoin. En un mot, nous allons passer d’une économie basée sur le pétrole vers quelque chose de renouvelable et avec un avenir durable. »

Pollution de l’air : Qui nous intoxique ?

Chaque année, en France, environ 42.000 personnes meurent prématurément de maladies causées par la pollution aux particules fines. Projetées dans l’atmosphère par les véhicules équipés d’un moteur diesel, ces microparticules appelées PM10 et le dioxyde d’azote sont responsables de la mauvaise qualité de l’air dans les agglomérations.

En 2012, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a reconnu que ces particules étaient cancérigènes. Pour mesurer l’impact de la pollution sur la vie quotidienne des habitants, la journaliste s’est notamment rendu dans la vallée de l’Arve, au pied du Mont-Blanc. La forte activité industrielle, et l’intense trafic de poids lourds asphyxient cette région de la Haute-Savoie.

Partie 1:

Partie 2: Lire la suite

Carburant : Les chiffres des constructeurs sont-ils bidon ?

A les écouter, on ne sera peut-être même plus obligés de s’arrêter à la pompe. Publicité après publicité, les constructeurs automobiles annoncent des consommations d’essence toujours à la baisse. Mais nous disent-ils la vérité ? L’œil du 20 heures a mis son détecteur de mensonges en route.

A priori, il y a vraiment de quoi douter de ces chiffres. La semaine dernière, nous avons fait le tour des concessions auto. Bilan: tous les vendeurs annoncent des consommations différentes de ceux annonces dans les publicités.

Alors combien faut-il vraiment rajouter ? Selon les journalistes du magazine Autoplus, la consommation réelle est généralement 35% supérieure à celle annoncée. En cause : un protocole de test officiel qui permet aux constructeurs d’essayer leurs modèles dans des conditions qui n’ont rien à voir avec la route de tous les jours.

Levi’s, diesel… les secrets des géants du jeans

Présent dans toutes les garde-robes et indémodable, le jean est probablement le vêtement le plus populaire au monde. Face à un engouement qui ne se dément pas, les marques se livrent à une concurrence féroce en proposant des modèles délavés, brodés ou déchirés.

Tandis que certaines misent sur le jean de collection – qui peut coûter en moyenne plus de 200 euros – d’autres, au contraire, cassent les prix avec des modèles à 20 euros. Comment expliquer de tels écarts ? Comment ces incontournables de la mode sont-ils fabriqués ?

Les coûts de la pollution pour la société

Si vous faites partie des Français qui consultent chaque jour le site d’AirParif pour savoir à quel point l’air est pollué avant d’aller travailler, vous savez que la qualité de l’air est identifiée comme moyenne cette semaine. Pas forcément une bonne nouvelle selon l’OCDE, l’organisation de coopération et de développement économique.

Chaque bouffée d’air que vous inhalez coûte cher à la société.

L’OCDE,  à l’occasion d’un rapport dévoilé il y a une dizaine de jours mais passé inaperçu, a fait le calcul de ce que coûte la pollution urbaine en terme de maladie: problèmes respiratoires, cancers, maladies cardiaques…

L’addition est salée : 1700 milliards de dollars dans les 34 pays membres de l’OCDE. Et si vous ajoutez entre autres la Chine (1400 milliards de dollars) et l’Inde (500 milliards de dollars), la facture de la pollution pour la majeure partie de l’humanité s’élève à 3700 milliards.

Lire la suite

L’ADEME dit enfin la vérité sur les véhicules électriques

L’ADEME a publié son bilan sur les impacts environnementaux des véhicules électriques (1). La voiture électrique réduit très peu les émissions de CO2 – à moins d’être alimentée en électricité nucléaire; elle consomme beaucoup de ressources rares: le résultat est loin du miracle annoncé.

Pas de gaz d’échappement toxiques pour le véhicule électrique certes, mais sa fabrication consomme beaucoup plus de ressources fossiles et rares que celle d’un véhicule essence ou diesel. A elle seule, la batterie consomme le plus de ressources minérales et représente la moitié de l’énergie consommée. Les progrès techniques ne devraient guère changer ce bilan à l’horizon 2020…

Un véhicule électrique et un diesel consomment au total autant d’énergie primaire l’un que l’autre (un peu plus pour une voiture à essence): ainsi, pas d’économie d’énergie à attendre de la voiture électrique. La fabrication du véhicule représente 20 % du total dans le cas du diesel, et 37 % pour l’électrique.

Et l’impact sur le climat ? Tout dépend de la source d’électricité

Lire la suite

Inde : Convertir l’irrigation à l’énergie solaire

Dans notre série des Bonnes nouvelles de la planète, certains projets sont parfois spectaculaires mais à l’impact symbolique. Et bien pour cette initiative du gouvernement indien, pas du tout. Son impact positif sur l’environnement sera énorme.

Jusqu’à présent la tentaculaire agriculture indienne a utilisé, pour son irrigation des millions de pompes. Leur inconvénient majeur – et massif – est qu’elles fonctionnent au diesel ou au mieux, à l’électricité issue de centrale à charbon.

212 milliards de tonnes d’eau sont utilisés chaque année pour arroser les 35 millions d’hectares cultivables en l’Inde grâce à 26 millions de pompes.

Depuis les années 1990, du fait de l’augmentation régulière des surfaces irriguées, les niveaux d’eau dans les aquifères sont dramatiquement bas. Dans ces conditions, une succession d’années sèches (déficit de précipitation pendant la mousson), comme celles de 2002 à 2004, peut obliger les paysans indiens à réduire leurs surfaces irriguées de 75 % .

Lire la suite

Carburant : Face à la crise, des automobilistes roulent au fioul domestique

Très proche du gazole, le fioul, normalement destiné au chauffage, est parfois utilisé pour faire le plein, bien que la pratique soit totalement illégale.

Le prix du carburant est le principal problème du conducteur en ces temps de crise. Avec un litre de gazole approchant les 1,40 euro, certains automobilistes ont cédé à la tentation de remplir leur réservoir avec un carburant moins cher: le fioul domestique.

Avec 20 centimes de moins par litres, il permet à ceux qui l’utilisent de faire des économies. Mais la pratique est illégale. C’est d’ailleurs pour pouvoir le repérer que ce carburant, très proche du gazole, est coloré en rouge.

Selon le gérant d’une station-service, il n’est pas rare de voir des clients se servir de la pompe à fioul pour faire le plein de leur véhicule. Quitte à risquer un contrôle et une forte amende de plusieurs centaines d’euros, voire une peine pouvant aller jusqu’à 3 ans de prison.

Nos jeans rendent-ils les ouvriers malades?

Le sablage industriel des jeans, toujours utilisé en Chine malgré les risques sanitaires? C’est ce que révèle le récent rapport d’un consortium d’organisations de défense des droits des travailleurs, relayé par Quartz.

Cette technique industrielle, utilisée pour donner aux jeans un aspect vieilli et délavé, consiste à propulser du sable à haute pression sur le denim. Elle a été pratiquée de manière intensive dans les années 1990 et au début des années 2000, alors que le jean usé connaissait ses heures de gloire.

En 2004, en Turquie, où l’industrie textile est très présente, un rapport médical révélait les dangers liés à ce procédé. Il pointait de nombreux cas de silicoses chez les ouvriers, une infection pulmonaire incurable et mortelle liée à l’inhalation de la silice, une poussière contenue le sable utilisé.

Lire la suite

Les Français menacés par un «désert» de stations-services

Près de quatre millions de Français sont menacés par la “désertification” des stations-services, surtout à la campagne mais aussi jusque dans Paris, a averti mardi la Fédération nationale de l’artisanat automobile (Fnaa), citant une étude de l’administration.

Environ 300.000 personnes n’ont déjà aucune station-service à moins de 10 minutes en voiture de chez eux, et quelque 3,6 millions de personnes supplémentaires seront dans ce cas si la station la plus proche de leur domicile ferme, selon la fédération, qui cite une étude de la Datar.

L’administration de l’aménagement du territoire à recensé 871 stations “ ultimes, dont la disparition plongerait les automobilistes, les entreprises et les services publics géographiquement concernés dans une dangereuse situation de désertification”.

Entre 15 et 38 minutes pour atteindre une station
Lire la suite

Diesel, le scandale français

Le diesel, un secret bien gardé qui pourrait entraîner un scandale comme ceux de l’amiante ou du sang contaminé. Il implique des millions de personnes, fait tous les ans des dizaines de milliers de victimes en France, et est au coeur du secteur automobile. Au départ, ce carburant était destiné à «sauver» l’industrie automobile française. Aujourd’hui, il détruit des vies.

Le diesel coûte plus cher à produire que l’essence. Si il est moins cher à la pompe, c’est uniquement parce qu’il est moins taxé.

Importer notre diesel et revendre l’essence que nous fabriquons, c’est la conséquence absurde d’une politique tout diesel.

Documentaire réalisé par Stéphane Manier et Raphaël Rouyer – France 5 – 11/11/2012

(Merci à NOP)

Belgique : Prix record pour le carburant

Les prix maximums pour du Super 95 et 98 passeront à 1,713 euro et 1,733 euro ce mardi. Un euro faible, la crainte que l’Iran bloque le transit du pétrole : les ingrédients sont là pour pousser les prix des carburants à la hausse dans les semaines à venir.

Les coûts des carburants n’ont jamais pesé aussi lourd dans le portefeuille des familles. Et ce n’est pas prêt de baisser, prédit Wilfried Dehertoghe, président de la Brafco, Fédération des distributeurs de carburant, dans De Morgen.

Les prix élevés à la pompe sont avant tout le résultat d’un euro faible. Et vu que les prix sont négociés en dollars, la situation n’est pas prête de s’améliorer, poursuit Wilfried Dehertoghe. « Il y a donc de fortes chances que des records soient battus cette semaine. »

Selon les autorités, ces hausses découlent des augmentations des produits pétroliers sur les marchés internationaux. Le prix maximum pour le diesel est revenu à son record du 13 janvier dernier, soit 1,55 euro le litre. Le mazout de chauffage coûte 0,9096 euro par litre pour une commande à partir de 2.000 litres.
Lire la suite

Taxes écolos: carburant en hausse de 7 à 10%

Quatre « mesures fiscales » vont provoquer des hausses de 7 à 10 % des prix des carburants à la pompe, selon l’Union française des industries pétrolières. Le responsable, c’est le Grenelle de l’environnement et ses objectifs « impossibles à atteindre ».

La première est la nouvelle taxe carbone. « C’est chimico-mathématique: à raison de 2,3 kg de CO2 produit par litre de carburant et avec une taxe carbone à 17 € la tonne, le sans-plomb 95 augmentera de 4,92 centimes à la pompe et le gazole de 5,41 centimes. »

Les pétroliers vont bien évidemment répercuter au consommateur le produit de cette taxe (2 à 2,5 milliards d’euros) puisqu’elle est censée le dissuader d’utiliser sa voiture.

La seconde hausse sera due à une probable majoration de la TIPP (taxe intérieure sur les produits pétroliers) régionale, autorisée par la loi de finances 2010. Impact calculé par l’Ufip : 1 à 2 centimes par litre.

Les deux autres augmentations annoncées sont en fait des pénalités que les pétroliers vont devoir payer et qu’ils comptent bien répercuter sur les consommateurs. La première concerne l’intégration de biocarburants dans l’essence. L’objectif 2009 de 6,25 % n’ayant pas été atteint, une pénalité de 0,5 centime par litre sera due.

Enfin, une deuxième pénalité est déjà prévue par l’Ufip, car les pétroliers n’atteindront pas l’objectif du Grenelle 2 de l’environnement de réduire de 7 % la consommation nationale de carburants d’ici à 2012 par la mise en place d’actions incitatives. « L’objectif est impossible. C’est une taxe supplémentaire ! », prévient le président de l’Ufip. Le Parisien