Alerte aux moustiques !

Véritable fléau pour les humains, le moustique s’avère d’autant plus dangereux que des espèces exotiques s’invitent désormais dans nos contrées. Venu d’Asie et arrivé en Europe via des stocks de pneus usagés, le redoutable moustique tigre transmet les maladies de la dengue et du chikungunya.

Tour d’horizon des méthodes scientifiques utilisées pour éradiquer ce fléau.

Brésil : Un moustique transgénique pour éradiquer le ” tigre “

À Piracicaba, dans la périphérie de Sao Paulo (Brésil), une camionnette du laboratoire Oxitec libère 300.000 moustiques chaque semaine. Ces mâles doivent participer à la lutte contre la dengue, qui a tué 200 personnes depuis le début de l’année dans ce pays.

Ces moustiques sont génétiquement modifiés : leur descendance mourra avant d’atteindre l’âge adulte. Il s’agit du premier animal transgénique libéré dans la nature. Le moustique transgénique est en phase de test. Il pourrait être commercialisé dès l’an prochain.

Chez Oxitec, un million de bêtes naissent chaque semaine. Les détracteurs dénoncent ces moustiques mâles – les seuls à ne pas piquer – qui pourraient dérégler l’environnement.

Sofia Pinto, directrice du laboratoire, rétorque que c’est l’homme qui a introduit dans la nature le moustique porteur de dengue. “Nous voulons éradiquer seulement cette espèce invasive qui n’est pas bénéfique pour l’homme”.

Brésil : Des millions de moustiques OGM contre la dengue

Le moustique OX513A sera peut-être le premier animal – ou plutôt insecte – transgénique que vous rencontrerez dans la nature. Conçu par une entreprise britannique, ce moustique OGM doit servir à lutter contre la propagation de la dengue.

Après des tests grandeur nature, le Brésil est sur le point de donner son feu vert à sa commercialisation. Problème : aucune étude indépendante n’a été réalisée pour mesurer les conséquences de la production massive de cet insecte transgénique. Et son efficacité contre la dengue est contestée.

Ce n’est malheureusement pas un scénario de série B. Pour la première fois, des animaux génétiquement modifiés vont être commercialisés en milieu ouvert. Le Brésil est sur le point d’autoriser l’usage de moustiques génétiquement modifiés. Le 10 avril, la Commission brésilienne en charge des OGM (CNTBio) a approuvé, à 16 voix contre une, la dissémination dans l’environnement du moustique transgénique Aedes aegypti commercialisé par l’entreprise britannique Oxitec [1].

Lire la suite

Brésil : le moustique OGM prend son envol

Au Brésil, la population se bat au quotidien avec les moustiques qui transmettent le virus de la dengue, une maladie tropicale potentiellement mortelle. Pour éradiquer l’épidémie qui sévit dans le pays, l’État répand dans la nature des moustiques OGM.

«Les moustiques OGM fonctionnent comme des insecticides, pour qu’ils soient efficaces il faut inonder les zones à traiter en permanence et donc produire sans arrêt des milliards de moustiques transgéniques.»

Voir la vidéo sur le site d’origine

Europe : Comment les plans d’austérité dégradent la santé des populations

Hausse généralisée des suicides et des troubles psychologiques, retour de maladies bannies comme la malaria, menace sur la santé des enfants des familles populaires… Tel est l’alarmant constat sur la santé des Européens que dresse une étude choc publiée par la revue médicale britannique The Lancet. En cause: l’orthodoxie économique et les plans d’austérité prônés dans toute l’Europe. L’étude dénonce également le silence des ministres de la Santé.

En avril 2012, un retraité grec de 77 ans se suicidait en plein jour sur la place Syntagma d’Athènes, devant le Parlement. Le pharmacien à la retraite avait laissé une note : sa pension était devenue misérable et il ne voulait pas être réduit à fouiller les poubelles pour se nourrir. Son acte est devenu le symbole de l’explosion des suicides dans le pays. Leur nombre a augmenté de 40% en un an ! Plans d’austérité, baisse de revenus et chômage mèneraient-ils au suicide ?

« Une hausse du chômage de plus de 3% dans un temps relativement court est associée à une augmentation d’environ 5% du taux des suicide et des blessures auto-infligées », estime, froidement, le dernier rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), publié début mars et consacré à l’Europe [1] En Grèce, le chômage a augmenté de 10% en seulement deux ans, pour atteindre 26,4% fin 2012…

Il n’y a pas que les suicides. Dans son rapport « Crise financière, austérité et santé en Europe », publié le 27 mars, la revue médicale britannique The Lancet [2], dresse un constat alarmant : la santé des européens se dégrade, en particulier dans les pays frappés de plein fouet par les politiques d’austérité. Et confirme la hausse générale des suicides dans l’ensemble de l’Union européenne, dont la courbe s’envole depuis 2007, après une période de sept années de baisse constante.

En Grèce : suicides, sida, malaria et dengue
Lire la suite