Expatriés français : Quelles sont leurs motivations et leurs relations avec la France ?

Selon les estimations, on dénombre entre 1,5 et 2 millions de Français établis à l’étranger, une population en croissance continue depuis plusieurs années. Pourtant, peu d’études sont réalisées auprès de cette cible qui reste assez méconnue. Pour cette raison, Ipsos et la Banque Transatlantique se sont associés pour mener une grande consultation auprès des Français établis hors de France.

Les résultats ont été dévoilés dans le cadre du colloque organisé par Hélène Conway-Mouret, Sénatrice représentant les Français établis hors de France, au Palais du Luxembourg le lundi 5 octobre 2015.

Le travail constitue la première motivation de l’expatriation
Lire la suite

Grèce : La Mer Noire et l’or des Scythes

Historienne, spécialiste de prospection archéologique et d’histoire de la Grèce romaine, Christel Müller est ancienne élève de l’École normale supérieure et ancien membre de l’École française d’Athènes. Depuis 1997, Christel Müller est Maître de conférences d’histoire grecque à l’Université de Paris X Nanterre.

Cette conférence, à visée pédagogique pour les lycéens et étudiants, porte sur les transferts culturels entre la Grèce et l’Orient, dans une perspective historique, archéologique et anthropologique.

La « brève histoire de l’avenir » de Jacques Attali s’expose au Louvre (Màj vidéo)

25/09/2015

Événement majeur de la programmation du Louvre en 2015, cette exposition est inspirée du livre de Jacques Attali “Une brève histoire de l’avenir“, paru en 2006. Pluridisciplinaire, elle fait dialoguer des œuvres insignes du passé avec des créations contemporaines spécifiques afin de retracer au présent un récit du passé susceptible d’éclairer notre regard sur l’avenir. Du 24 septembre 2015 au 4 janvier 2016.

Le parcours se déroule autour de quatre thématiques dont la scénographie fera l’objet de commandes spécifiques à des artistes contemporains : l’ordonnancement du monde, les grands empires, l’élargissement du monde et le monde contemporain polycentrique. Mark Manders, Tomás Saraceno, Wael Shawky, Camille Henrot, Isabelle Cornaro, Chéri Samba, Ai Wei Wei ont ainsi répondu à l’invitation du Louvre.

À travers ces œuvres sont mises en valeur la succession de moments historiques d’expansion et de repli, la construction d’échanges entre individus ou communautés, et la création de divers moyens de communication pour rendre possibles ces échanges. Une place particulière sera donnée à la médiation des œuvres et à leur mise en perspective, notamment grâce à la création d’un lieu de débats au sein de la dernière salle.

Par ailleurs, du 11 septembre 2015 au 24 janvier 2016, Les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique présentent l’exposition « 2050. Une brève histoire de l’avenir ».

Musée du Louvre

Italie : À la rencontre des petites mains de “l’or rouge”

En Italie, des centaines de milliers de saisonniers travaillent dans les champs agricoles. Pour quelques dizaines d’euros par jour, ils travaillent quotidiennement entre 10 et 12 heures sous un soleil de plomb et vivent souvent dans des conditions insalubres.

La plupart sont des immigrés clandestins venus d’Afrique. Reportage dans le sud de l’Italie, à Foggia, où la récolte des tomates, “l’or rouge“, est en cours.

Japon : Le mystère économique

Rien ne laisse paraître que le Japon serait en « crise », avec une économie stagnante depuis 20 ans. Par quel miracle, avec une croissance nulle si l’on s’en tient à la mesure classique de la Production intérieure, les Japonais restent-ils, de fait, aussi prospères, satisfaits de leur sort à les écouter et tous employés s’ils le souhaitent: le taux de chômage, depuis vingt ans, n’a jamais dépassé 3,5% avec, pour beaucoup, un emploi à vie dans les grandes entreprises? Pourquoi le Japon, qui statistiquement se porte si mal, va en réalité plutôt bien.

Ce paradoxe serait-il dû à l’endettement, un des plus élevés au monde, deux fois la production annuelle? La bonne vie, mais à crédit? L’explication ne tient pas, car cette dette, les Japonais la doivent à eux-mêmes: ils placent leur épargne dans des emprunts publics. Le Japon ne s’endette pratiquement pas sur le marché mondial et n’est guère menacé de banqueroute.

Mais, cette croissance nulle, les Japonais en ont un peu honte face au reste du monde – une « perte de face » mal ressentie dans les civilisations d’Asie – au point d’avoir élu le Premier ministre Shinzo Abe qui promit de renouer avec la croissance forte des années 1980. Lors de ces deux dernières années, son gouvernement a contraint la Banque centrale à fabriquer de la monnaie en surplus, ce qui a dopé la consommation: cette drogue, bien connue des économistes, produit toujours des effets provisoires.

L’« Abenomics » a fait grimper la croissance à 2% pendant deux ans, avant de retomber aux alentours de 0% cette année. Combien de sacs Vuitton une Japonaise peut-elle acheter ou combien de clubs de golf pour son mari ? L’euphorie achevée, chacun s’en est retourné à ses habitudes antérieures, un confort frugal et de l’épargne pour ses vieux jours.
Lire la suite

Le danger des OGM n’est pas là où vous croyez

La guerre contre les organismes génétiquement modifiés est truffée d’erreurs, de mensonges, de mauvaise foi et autres falsifications jouant sur nos peurs. Les étiqueter ne vous écartera pas du danger et pour cause: il est ailleurs.

Les aliments génétiquement modifiés sont-ils dangereux? Pour beaucoup, visiblement, la réponse est oui. Ces cinq dernières années, pas moins de 27.000 produits ont été soumis au Non-GMO Project, une association certifiant l’absence d’OGM dans les denrées alimentaires. En 2014, les ventes de tels produits ont quasiment triplé.

Les magasins bio Whole Foods obligeront bientôt l’étiquetage des produits contenant des OGM vendus dans ses rayons. Abbott, l’entreprise commercialisant le lait maternisé Similac, vient de créer une gamme sans OGM, afin d’offrir aux parents une «tranquillité d’esprit». Les supermarchés Trader Joe’s ont promis qu’ils n’utiliseraient plus d’OGM. Idem du côté du fast-food mexicain haut de gamme Chipotle.

Des écologistes et des associations veulent même aller plus loin. Des centaines d’associations américaines et internationales, comme Consumers Union, Les Amis de la Terre, Physicians for Social Responsibility, Center for Food Safety et l’Union of Concerned Scientists en appellent à «l’étiquetage obligatoire des aliments génétiquement modifiés». Depuis 2013, une telle législation est en vigueur dans le Vermont, le Maine et le Connecticut. Le Massachusetts est a priori le prochain sur la liste.

Lire la suite

Une vie normale, chronique d’un jeune sumo

A 18 ans Takuya quitte sa ville natale pour Tokyo où il intégrera une prestigieuse école de formation de sumos, l’écurie Oshima. Il va désormais tout partager avec les dix autres lutteurs de l’écurie : la vie en communauté, les entraînements, l’école, les sorties en ville et les compétitions.

Dans son journal, il raconte ses rêves de réussite et les désillusions d’un adolescent qui découvre peu à peu la réalité du monde traditionnel des sumos.

Réalisé par Jill Coulon (France – 2013)

Citations du Bac [Rediff.]

, correcteur de 71 copies de l’épreuve d’histoire-géographie du baccalauréat 2013, a relevé quelques passages qui nous incitent à plus de «liberté conceptuelle», à davantage d’imagination, à nous affranchir des carcans traditionnels du «savoir préconstruit». (Orthographe et syntaxe d’origine).

Géopolitique: repenser les clivages éculés!

- «Un acteur de la mondialisation qui favorise l’uniformisation des modes de consommation sont les firmes transnational puis les altermondialistes

- «Les crises pétrolières ont eu pour but premier de forcer les gouvernements internationaux à intervenir en Iran pour “chasser” les musulmans et restituer leurs terres aux palestinniens.»
Lire la suite

Paris : Des chefs cuisiniers plantent leurs potagers… sur les toits !

Au pied de la Tour Eiffel, les abeilles butinent entre fraisiers et plants de tomate: en plein Paris, des chefs cuisiniers séduits par la mode du “consommer local” se lancent dans l’installation de potagers sur les toits.

Ogier Pottiez, deuxième de cuisine du restaurant «Frame», rattaché à l’hôtel Pullmann-Tour Eiffel dans l’ouest de Paris, remplit un panier de mesclun, fraises et fleurs mauves de ciboulette au goût d’ail, qu’il cueille dans un jardin planté sur le toit des cuisines.

Lire la suite

Première Guerre mondiale : la mémoire dans la pierre

Dans la région de Compiègne, la Première Guerre mondiale est gravée dans la pierre. En 1914, une ancienne carrière souterraine du nord de la France est réquisitionnée par l’armée française. Pendant quatre ans, les soldats y laisseront une trace indélébile, celle de leur quotidien, de leurs manques, de leur solitude et de leur mort.

Plus de cent ans après, seuls quelques initiés connaissent ce lieu, secret et interdit. L’historien Thierry Hardier parcourt inlassablement depuis plus de 20 ans ces anciennes carrières de la région. “Le front se fixe dans ce secteur à partir de la mi-septembre 1914. Cette carrière se retrouve à 250 mètres derrière la première ligne française.” Chaque graffiti, chaque sculpture ou bas-relief exécuté par des poilus, rien ne lui échappe dans ces dédales obscurs.

Jusqu’au dernier rempart face à l’ennemi allemand, réalisé par un combattant, sculpteur de métier : Jeanne d’Arc avec l’inscription “Ils ne passeront pas”.

Mais avec l’érosion et les champignons, ces trésors rupestres, ultime trace laissée par les poilus, sont désormais en danger.


Lire la suite

Les génies de la grotte Chauvet

Il y a 20 ans, au cœur de l’Ardèche, la grotte Chauvet(*) livrait un trésor exceptionnel d’art préhistorique. Des centaines d’animaux gravés ou peints sur les parois, des œuvres exécutées il y a 36.000 ans.

Depuis sa découverte en 1994, la caverne a été fermée au public pour préserver les œuvres. Aujourd’hui, une réplique grandeur nature des peintures et de la grotte Chauvet, la “Caverne du Pont-d’Arc”, a été réalisée. Un chantier titanesque associant préhistoriens, artistes, scénographes pour reconstituer l’atmosphère de la caverne et permettre la découverte des œuvres de ces lointains ancêtres. Cette réplique ouvre ses portes le 25 avril.

(*)La grotte a été découverte le 18 décembre 1994 par Jean-Marie Chauvet (dont elle a reçu le nom en 1995), Éliette Brunel et Christian Hillaire dans le cadre de leurs activités spéléologiques privées.

Documentaire de Christian Tran (2015)

Radio Courtoisie : « Cavaliers et guerriers des steppes de l’eurasie » (Audio)

Le samedi 4 avril 2015, dans l’émission “Le Libre journal des lycéens” sur Radio Courtoisie, Pascal Lassalle recevait Laroslav Lebedynsky, qui enseigne l’histoire de l’Ukraine à l’INALCO à Paris et qui apparaît surtout comme l’un des meilleurs spécialistes des cultures guerrières nomades des steppes et du Caucase, avec de très nombreux ouvrages publiés principalement chez Errance et chez L’Harmattan.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Émission exceptionnelle dans laquelle a été développée la question méconnue et passionnante de la part nomade de notre héritage indo-européen/boréen, avec l’évocation inspirée de cette épopée extraordinaire au cours de laquelle Cimmériens, Scythes, Saces, Sarmates ou Alains ont posé les bases d’une civilisation des steppes qui ne le devait en rien à ses adversaires sédentaires et qui a influencé de manière déterminante d’autres aires ethno-culturelles, tout en participant à la première expansion des populations europoïdes au cœur des immensités eurosibériennes.

À partir du début du Ier millénaire avant J.-C. et durant toute l’Antiquité et le Moyen Âge, des peuples nomades ont dominé les steppes eurasiatiques du Danube à la Mongolie. Le rôle historique des plus célèbres – Scythes, Huns, Mongols… – destructeurs et fondateurs d’empires, est bien connu, mais leurs propres cultures le sont moins. Qui étaient ces nomades ? Peut-on parler sans exagération d’une civilisation des steppes ? Iaroslav Lebedynsky nous donne ici quelques repères utiles.

Alphonse Daudet : Le secret de Maître Cornille

Le moulin de maître Cornille est le seul encore en activité depuis qu’une minoterie à vapeur s’est installée. Or, depuis longtemps, plus personne ne lui apporte de blé alors que les ailes du moulin continuent de tourner. On découvre que ce que le meunier fait passer pour des sacs de farine ne sont que des sacs de plâtre.

Les villageois décident alors d’apporter du blé au moulin. Maître Cornille pleura de joie en les voyant tous arriver ; il avait toujours cru qu’un jour les gens reviendraient chez lui moudre du blé, bien qu’il commençait progressivement à perdre espoir.

Durant toute la fin de la vie de Maître Cornille, les gens de la région continuèrent à lui amener régulièrement quelques sacs à moudre, mais quand le vieux meunier mourut, le dernier des moulins à vent s’éteignit avec lui.

Film de Marcel Pagnol d’après “Les Lettres de mon Moulin” d’Alphonse Daudet (nouvelle parue en 1869)

La pomme de terre : L’autre trésor Inca

Gardant cette tradition bien vivace, les Indiens Quechua en cultivent pas moins de trois mille variétés différentes! Pour préserver cette activité, les petits paysans se sont organisés en association. Leur objectif : léguer à la postérité leurs techniques ancestrales.

Non contents de veiller sur le maintien des diverses variétés, ils travaillent à en développer de nouvelles, plus résistantes. Car le changement climatique se ressent jusque dans les Andes et menace régulièrement l ensemble des récoltes.

Genaro Puma Pacco, l’un d’eux, tient le rôle respecté de “protecteur de la pomme de terre” : il est chargé de transmettre à ses pairs son vaste savoir, de la plantation à la récolte, accompagnée chaque année en mai d une cérémonie dédiée à la “Pachamama”, la terre-mère.

L’amour courtois

Jacques LE GOFF voit dans la naissance de l’amour courtois au 12ème siècle, une concomitance avec l’hérésie cathare dans le sud de la France ; le troubadour a fonction d’enseignant du code moral selon les règles de la chevalerie et trace une distinction entre aristocrates et peuple. Les châteaux forts s’ouvrent aux relations sociales, où va se développer un art de cour, ce sont des jeunes aristocrates privés de biens qui partent à la croisade ou tentent de conquérir la Femme qui leur est interdite. C’est dans le Limousin que naît l’”amour courtois”, à la cour de Guy d’Ussel puis il se répand en Occitanie à la cour de Raymond de Toulouse. Il gagne le nord de la France grâce à Chrétien de Troyes, à la cour de Marie de Champagne. Il est même présent en Rhénanie. Catherine CLÉMENT en donne une interprétation psychanalytique, des poèmes sont dits en illustration.

Émission : les chemins de l’histoire – 21 déc. 1970.

A vos fesses, prêts, mesurez !

Rondes, réjouissez-vous ! Les gros popotins ne sont pas seulement à la mode. Ils font désormais l’objet de classements sur le web.Qui est la plus fessue d’Afrique ?

Par Damien Glez

“Découvrez le top 4 des plus gros bobarabas d’Afrique :”

le titre est accrocheur. Il affole les compteurs des sites africains qui se font l’écho de ce classement des fesses les plus volumineuses. Et ce top revendique tout le sérieux qui sied au séant. Même si la tendance à pirater les articles ne permet plus d’identifier les auteurs de l’enquête, celle-ci aurait été réalisée lors de visites dans “tous les pays d’Afrique”, avec un “objectif de profilage très technique” des “pistolets”.

Par “pistolet”, entendez cette générosité symétrique des hanches qui donne l’impression qu’à l’instar de Lucky Luke, vos vêtements cachent deux armes à feu.

Des armes, en Afrique, plus efficace que des “yeux revolvers”…

Lire la suite

Quand le français était universel

Sourdez vous le cul tost et apareillez a diner !” Comment activer un aubergiste, réprimander un valet ou insulter un chauffard dans la France médiévale ? Les manuscrits exposés à la bibliothèque de l’université de Cambridge, en Grande-Bretagne, reflètent un français fleuri qui, aujourd’hui, prête à sourire. Ils sont aussi une fenêtre ouverte sur une page d’histoire du Moyen Âge. Avec les médiévistes Jean-Philippe Genet et Bill Burgwinkle, retour sur une époque où le français était la langue des rois, mais aussi de tous les échanges culturels et commerciaux.

Par Liliane Charrier

Détail d’un ouvrage multilingue rassemblant une cinquantaine de textes – histoire, géographie, cosmographie, littératures et religions (entre 1307 et 1350)
En l’an de grâce 1398, le jeune Perot, venu d’Angleterre, retrouve son ami Guillaume dans une auberge sur la route de Paris.

En quel langage “universel” les deux compères communiquent-ils pour gérer le quotidien ? A l’époque, c’est le français qui unit les peuples.

Un français fluide et imagé, car Perot aura pris soin, avant son départ, de bûcher Manières de langage, un guide de conversation à l’attention des voyageurs anglais.

Lire la suite

Caricatures et liberté d’expression

La rédaction de Fortune présente par avance aux lecteurs les plus sensibles et que la violence de l’image pourrait heurter, ses plus plates excuses, voire ses excuses les plus rampantes, pour la publication de cette caricature. En espérant qu’aucun bobo, fut-il chinois ou communiste, ne se sente offensé et incendie un bar à smoothies en signe de colère.

Inde : Le boom des cyberaddictions

De plus en plus d’adolescents indiens sont accros à Internet. Un virus qui se répand au rythme des bouleversements sociétaux que connaît le pays.

Je ne veux pas vivre dans une maison avec de telles restrictions. Utiliser Facebook n’est pas un crime. C’est une chose normale. Mais mes parents pensent que c’est grave, et c’est leur problème.

C’est pour cela que je me suicide.”

Aishwarya S. Dahiwal, étudiante à Parbhani, dans l’État du Maharashtra, s’est querellée avec ses parents, qui lui reprochaient d’abuser de Facebook.

En rage, elle est partie droit dans sa chambre, a écrit ce message et s’est pendue.

Lire la suite

Au Val-Fourré, le succès du commerce « ethnique »

INUTILE de chercher de l’alcool ou des côtes de porc… Ici, vous êtes chez Valprim, à l’entrée du quartier du Val-Fourré, qui réunit presque la moitié de la population de Mantes-la-Jolie : 20 000 habitants, dont une forte proportion de musulmans français ou étrangers.

Par M.G

Alors, même si les responsables se défendent de s’être lancés dans le commerce  ethnique, Valprim s’est adapté à sa clientèle :

le saucisson halal a remplacé le saucisson à l’ail, et le jambon de dinde, le jambon de porc.

Les fruits et légumes viennent de tous les horizons : figues, dattes, manioc, papaye… Autre détail frappant :

les caissières portent le voile.

Mais ici, cela ne gêne personne.

Lire la suite

Aux origines de l’Épiphanie

L’Épiphanie, du grec Ἐπιφάνεια, epihenia « apparition », qui célébrait à l’origine la Nativité (Noël n’ayant été fixé au 25 décembre qu’en 350 en Occident), honorait au XVe siècle le souvenir du baptême du Christ, mais aussi son premier miracle (eau changée en vin aux noces de Cana) et l’adoration des sages (mages).

Jacob Joardens (1593 – 1678), Le Roi boit, v.1640.

Elle a lieu 12 jours après Noël. Six jours après Noël et six jours avant l’Épiphanie, se déroule le passage à la nouvelle année. L’Épiphanie fut donc longtemps fêtée le 6 janvier mais pour plus de commodité, l’Église catholique la célèbre le dimanche qui suit le 1er janvier.

L’Épiphanie fut longtemps considérée comme la date du solstice d’hiver (Noël le fut aussi) et donnait lieu à d’importantes célébrations religieuses. C’est le 6 janvier notamment que les dieux solaires orientaux ou grecs étaient fêtés, comme Osiris et Dionysos.

L’Épiphanie, fête des Rois, commémore l’adoration des « Rois » mages pour Jésus, sa reconnaissance en tant que Messie. La fête des Rois correspond par ailleurs au début du carnaval.
Lire la suite

Sol enherbé, sol vivant : Itinéraires culturaux d’un vigneron bio

De l’agronomie à l’expression du terroir, des différents outils aux périodes d’intervention, ce petit film de 17 minutes, se basant sur une année culturale chez un vigneron, met en lumière avec sincérité les questions, réflexions et solutions générées par la culture d’une vigne en bio avec les différents aspects de la gestion des sols et de l’enherbement.

À la recherche du Hobbit (5/5) : Les créatures du Nord

John Howe, illustrateur et directeur artistique des deux trilogies de Peter Jackson, et le professeur Leo Carruthers nous emmènent en Islande sur la piste des dragons et des créatures nordiques. L’occasion d’évoquer les textes fondateurs que sont les Eddas et Beowulf.

John Howe achève sa quête à Oxford, où Tolkien fut étudiant puis professeur. Auprès des jeunes membres de la Oxford Tolkien Society s’esquisse enfin une réponse : et si le Hobbit n’était qu’un être ordinaire, sans passé mythologique, immergé dans un vaste monde de légendes ?

Réalisé par Olivier Simonnet (Décembre 2014)

À la recherche du Hobbit (4/5) : L’or perdu du Rhin

Dans cet épisode, John Howe, illustrateur et directeur artistique des deux trilogies de Peter Jackson, nous fait découvrir les châteaux de la vallée du Rhin et les nombreuses légendes qui leur sont attachées, comme celle de Siegfried, qui a pu inspirer Tolkien dans l’élaboration de son œuvre.

Réalisé par Olivier Simonnet (Arte 21/12/2014)

À la recherche du Hobbit (3/5) : Sur les traces du roi Arthur

John Howe, l’illustrateur et directeur artistique de la saga de Peter Jackson, retrouve Nicolas Mezzalira au château de Tintagel en Cornouailles. Sur la piste du roi Arthur, des chevaliers de la Table ronde et du Graal, il découvre les liens troublants entre l’histoire et la légende, qui ont aussi inspiré Le seigneur des anneaux.

Réalisé par Olivier Simonnet (Arte 14/12/2014)

Périco Légasse : Noël, la malbouffe, la France et moi

Foie gras, huîtres, champagne, saumon… La période des fêtes approche avec son lot de repas gargantuesques. L’occasion de rencontrer Périco Légasse qui nous rappelle que l’instant de table est fondateur de notre civilisation.

FigaroVox: La période des fêtes approche avec son lot de repas gargantuesques. Quels sont les produits qui vont envahir les supermarchés et nos assiettes?

Périco Légasse : A ce moment de l’année, la communication pro surconsommation pousse les gens à ingurgiter des produits à consonance luxueuse avec les mots «foie gras» ou «saumon fumé», issus pour la plupart de l’industrie agro-alimentaire et qui ne correspondent pas à ce que sont ces produits à l’origine.

La publicité donne l’illusion aux masses de manger comme les riches et la grande distribution met à la disposition de cette clientèle désabusée des millions de tonnes de cochonneries qui portent le nom de «foie gras», de «saumon fumé» et de «chocolat», mais qui n’en sont pas!

En réalité, ces produits-là doivent être d’un niveau qualitatif élevé et vendus à un certain prix en deçà duquel le consommateur prend un risque énorme.

FigaroVox : Qu’est-ce qu’un vrai foie gras ou un vrai saumon ?

Un vrai foie gras, au départ, c’est un foie entier de palmipède, canard ou oie, élevé dans des conditions respectueuses de l’animal. Certes, celui-ci est gavé, mais à un rythme où il puisse supporter cette forme d’alimentation. De même, les saumons authentiques ne sont pas gavés d’antibiotiques dans des cages sous-marines où on les entasse par centaines de milliers, mais élevés dans des volumes où il se développent avec suffisamment d’espace et se nourrissent avec des aliments sains.

On peut faire des usines à bouffe partout, des usines à foie gras, des usines à saumon, face auxquelles on trouve une production fermière ou paysanne qui correspond à ce que ces produits qui font rêver doivent être à l’origine, une sorte d’exception. Ces derniers étaient forcément bons car ils ne sortaient qu’à ce moment de l’année, respectueux de la saison, à une échelle raisonnable. Or aujourd’hui, on mange de tout toute l’année. Et à Noël, il faut encore en manger un peu plus … C’est une dérive alimentaire déplorable.

FigaroVox: Comment faire pour éviter cette dérive? Quels seraient vos conseils de gastronome ?
Lire la suite

À la recherche du Hobbit : Broceliande, la forêt magique (2/5)

Dans ce deuxième épisode, John Howe, illustrateur et directeur artistique des deux trilogies du cinéaste Peter Jackson, nous fait découvrir, carnet à la main, la forêt de Brocéliande.

On situe désormais ce lieu mythique, qui inspira bien des légendes celtiques, dans la forêt bretonne de Paimpont.

L’historien Leo Carruthers, directeur du Centre d’Études médiévales anglaises de la Sorbonne, et le conteur Nicolas Mezzalira nous emmènent dans un voyage à la découverte des légendes de Merlin, Morgane et Viviane.

Réalisé par Olivier Simmonet (2014)

À la recherche du hobbit : Les univers de Tolkien (1/5)

L’univers créé par Tolkien est peuplé d’êtres fantastiques et de créatures terribles. En cinq étapes, la série documentaire À la recherche du Hobbit nous révèle les sources d’inspiration de l’écrivain, qui fut également professeur de linguistique.

Dans ce premier volet, nous partons à la rencontre de John Howe, illustrateur et directeur artistique des deux trilogies de Peter Jackson, alors que sort le 10 décembre sur les écrans Le hobbit : La bataille des cinq armées, dernier film de la saga.

L’homme se prépare à un périple en Europe sur les traces des légendes qui ont nourri Tolkien.

Réalisé par Olivier Simmonet (2014)

Les jeux vidéo renforcent le patriotisme de la jeunesse russe

Désormais, le patriotisme est également enseigné aux jeunes russes au moyen de jeux vidéo militaro-historiques. Ce type de divertissement électronique participe à l’éducation des enfants, et rapporte également des revenus substantiels aux concepteurs.

Une balle fuse et se loge dans un sac à proximité d’une pièce d’artillerie, un obus explose dans le ciel, forçant l’avion à virer à droite. Un soldat de l’Armée rouge lance au ralenti une grenade en direction d’un tank nazi. Le tout accompagné par la reprise moderne d’une célèbre chanson du front. Ce clip vidéo La victoire est à nous, une promotion du jeu War Thunder produit par Gaijin, totalise près de 4 millions de vues sur YouTube en l’espace d’un mois. Un indicateur parmi d’autres de la popularité croissante des jeux vidéo militaro-historiques en Russie.

Apprendre l’histoire en jouant

Lire la suite

Colombie : Simon Vélez utilise le bambou comme d’autres l’acier

« Toujours plus haut, toujours plus beau » telle pourrait être la devise de cette star de l’architecture verte, qui donne naissance à des œuvres monumentales en bambou. Son secret ? Un procédé tout simple qu’il a mis au point pour rendre le bambou aussi solide que l’acier. Dans ce combat de Titans, le végétal n’a pas dit son dernier mot face au minéral.

Lire la suite

Pays-Bas : Une piste cyclable phosphorescente en hommage à Van Gogh

L’artiste néerlandais Daan Roosegaarde s’est inspiré du tableau “La nuit étoilée” pour réaliser cette piste à Eindhoven au Pays-Bas. L’œuvre de l’artiste néerlandais a été inaugurée, jeudi 13 novembre, par la ville d’Eindhoven.

“Je voulais créer un endroit où les gens rencontreraient technique et expérience, voilà ce que signifie pour moi la techno-poésie”, a déclaré le créateur. Pour accomplir cette performance, il a utilisé des milliers de pierres phosphorescentes vertes sur un kilomètre. Daan Roosegaarde et ses collaborateurs ont voulu développer un concept qui allie lumière, énergie et signalisation routière.

L’ouverture de la piste cyclable Van Gogh-Roosegaarde marque le début de Van Gogh 2015, une année de manifestations culturelles aux Pays-Bas, en Belgique et en France pour le 125e anniversaire de la mort du peintre.

Vendredi 17 Octobre : Soirée Livr’Arbitres

A l’occasion de la sortie de son nouveau numéro comportant un portrait consacré à Kléber Haedens, ainsi qu’un dossier intitulé “Chroniques du monde moderne, des écrivains au milieu des ruines” ; la revue littéraire non-conforme « Livr’arbitres » organise sa désormais traditionnelle soirée “apéritif et dédicaces” le vendredi 17 octobre, à partir de 20 heures, au restaurant “Ratatouille”, 168 rue Montmartre, Paris 2ème.

Dans une atmosphère conviviale, les lecteurs et les curieux sont invités à rencontrer à cette occasion les écrivains qui collaborent à la revue ou dont les ouvrages ont été évoqués dans ses colonnes. Ils pourront également acheter des livres neufs ou d’occasions, les faire dédicacer et échanger autour d’un verre de vin… Seront notamment présents Francis Bergeron, Anne Le Pape, Aramis, Thierry Marignac, Pascal Arnoux, Olivier Griette…

A l’issue de la dédicace, l’écrivain Alain Paucard passera à la guitare pour quelques chansons qui lui tiennent à cœur et qu’il aime à partager. Un bon moment en perspective !

Livr’Arbitres